Home

 

Themes

 

Facts & Dates

 

Points of view

 

Site map

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Accueil

 

Thèmes

 

Faits & Dates

 

Points de vue

 

Plan site

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Inicio

 

Temas

 

Hechos & Fechas

 

Puntos de vista

 

Mapa sitio

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Faits & Dates  >  Allemagne 1918‑1939  >  1924‑1927

 

 

 

Écrit: janvier 2013

Version imprimable

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

           

1924

 

1er janvier

 

Le décret qui règlemente le temps de travail adopté le 21 décembre 1923 entre en vigueur[1].

 

 

En Haute-Bavière, dans le secteur des mines, un accord sur l'allongement des horaires [Überarbeit] est conclu au début de janvier[2]. Il établit une situation similaire à celle de la Ruhr, avec un temps de travail journalier de 8 h 1/2 sous terre, 12 h sur terre. Ceci représente pratiquement un rétablissement de la situation d'avant la guerre.

 

 

4 janvier

 

À Berlin, après des grèves partielles, les employeurs de la métallurgie imposent un lockout à environ 140 000 travailleurs[3]. Le mouvement se terminera le 7 janvier, avec un accord entre les employeurs et le DMV.

 

 

À Düsseldorf (Nordrhein Westfalen), un mouvement de grève débute dans les secteurs de l'industrie métallurgique et des transports[4]. Des affrontements avec la police auront lieu. Le mouvement se terminera le 7 février.

 

 

16 janvier

 

L'ADGB annonce son retrait du Groupement central de travail des employeurs et employés industriels et professionnels (ZAG), constitué le 15 novembre 1918 et composé de représentants des employeurs et des syndicats[5]. (Cf. .) Par conséquent cette instance sera dissoute le 31 mars.

 

 

Le bureau confédéral [Bundesausschuß] de l'ADGB adopte, contre 2 voix, une résolution menaçant d'exclusion les membres qui coopèrent avec les militants du KPD[6]. (Cf. ci-dessous.) Dans les mois qui suivent, la direction de l'ADGB procède à la dissolution d'un certain nombre d'instances, notamment le Bezirkskartell Halle an der Saale., les Ortsausschüsse Döbeln, Insterburg, Tilsit et le Kreiskartell Lennep-Remscheid.

 

 

Résolution du bureau confédéral [Bundesausschuß] de l'ADGB, 16 janvier 1924 (extraits)[7]

 

Contre le travail de destruction communiste.

Contre la résolution du congrès syndical de Nürnberg, dans laquelle est fixée expressément la neutralité des syndicats du point de vu de politique de parti, les partisans communistes s'efforcent à faire des syndicats des organes de leur politique de parti. [...] Sous couvert de vouloir sauver les syndicats et de les rendre apte à la mise en oeuvre de la lutte de classe révolutionnaire, le Parti communiste a monté une organisation spécifique avec une administration propre et des cotisations propres. [...] Dans les syndicats, est le bienvenu quiconque est disposé, dans le respect des résolutions des congrès et des lignes directrices et statuts de l'ADGB, à défendre les intérêts économiques des travailleurs. Cependant, qui n'a pas cette volonté, voire se met au service de l'organisation spécifique désignée ci-dessus ou favorise en connaissance de cause ses efforts, se place en dehors de son syndicat. L'intérêt de l'auto-préservation et de la capacité de lutte sans entraves des syndicats exige de débarrasser le mouvement syndical de tels éléments nuisibles. [...]

[Citation dans l'original .]

 

 

21 janvier

 

Dans la Ruhr, l'Association de mines (union d'employeurs pour la région industrielle de Rhénanie-Westphalie) avait dénoncé l'accord-cadre en matière de salaires [Manteltarif et Lohnordnung] en cours[8]. En absence d'accord entre les employeurs et les syndicats, le ministère du travail valide d'autorité la prolongation de la majeure partie des dispositions antérieures jusqu'à fin mars 1924.

 

 

29 janvier

 

Dans le secteur de la métallurgie, la résistance contre l'accord du 14 décembre 1923 au sujet des horaires de travail s'était poursuivie durant le mois de janvier[9]. Mais l'ADGB avait refusé de soutenir le DMV par une grève générale. Le 29 janvier l'ADGB renonce à l'action contre la nouvelle organisation du temps de travail. Néanmoins, la région de Düsseldorf continue la lutte, abandonnant seulement à mi-février.

 

 

14 février

 

Un arrangement est obtenu entre le chancelier Wilhelm Marx (Zentrum), le ministre de la défense Otto Geßler et le chef du commandement de l'armée major général Hans von Seeckt d'un côté, et des représentants du gouvernement de Bavière de l'autre[10]. Le gouvernement du Reich s'engage à se concerter dans l'avenir avec le gouvernement de Bavière dans le cas d'une révocation du commandant régional de l'armée ainsi que dans celui de l'engagement de troupes bavarois en dehors des limites régionales. La formule de serment engage désormais les troupes de l'armée sur la constitution de Bavière en plus de celle du Reich. Le texte de l'arrangement sera publié le 18 février. le commissaire général d'état de Bavière Gustav von Kahr et le commandant militaire lieutenant général Otto von Lossow, se démettront de leurs fonctions.

 

 

15 février

 

La loi d'habilitation [Ermächtigungsgesetz] adoptée le 8 décembre 1923 cesse d'être en vigueur[11].

 

 

22 février

 

À Magdeburg (Provinz Sachsen) une conférence sous la présidence du président de la province Otto Hörsing (SPD), réunit des délégués de différentes formations de défense[12]. Est décidé le regroupement de ces unités, dont le “Vereinigung Republik” à Schleswig-Holstein et à Hambourg, le “Sozialdemokratischer Ordnungsdienst” à Hessen-Kassel, le “Republikanische Notwehr” en Magdeburg-Halle, le “Republikanische Frontkämpferbünde” en Lausitz, le “Neuer Stahlhelm”, “Bund republikanischer Frontkämpfer” en Silésie, le “Republikanische Frontkämpferbünde” de Prusse de l'Est, l'organisation “Schwabenland” en Württemberg. La nouvelle organisation est nommée Bannière du Reich Noir-Rouge-Or [“Reichsbanner Schwarz-Rot-Gold”], et se définit comme "Union des participants républicains à la guerre" ["Bund der republikanischen Kriegsteilnehmer"]. Le Zentrum et le DDP participent au Reichsbanner. Parmi les membres de celui-ci, figurent Paul Löbe et Philipp Scheidemann (tous les deux SPD), Joseph Wirth (Zentrum)[13].

Les couleurs Noir-Rouge-Or sont celles du drapeau national, ayant remplacé les couleurs Noir-Blanc-Rouge adoptées par l'Empire monarchique de 1871.

Comme illustration de l'orientation de l'organisation Bannière du Reich, cf. ci-dessous quelques citations.

 

 

Appel constitutif de l'organisation Reichsbanner Schwarz-Rot-Gold, 22 février 1924 (extraits)[14]

 

Vétérans de  la guerre, républicains!

Des hommes qui durant l'écroulement de l'Allemagne impériale n'ont pas perdu le contrôle d'eux-mêmes, ont édifié à nouveau le Reich allemand sur une base républicaine, guidés et animés par cette seule pensée: Malgré la guerre perdue le Reich ne doit pas sombrer, l'unité dans l'état est la première condition préalable pour la renaissance nationale! L'oeuvre difficile a été réussie. À Weimar le peuple s'est donné une nouvelle constitution, mais avant-même que l'édifice ait dépassé les fondements, il a été assailli, pour empêcher son achèvement. [...] L'Allemagne ne doit pas sombrer! Cependant il ne peut se maintenir, et redevenir forte, en tant que république. Dans la volonté de servir la république allemande, de l'assister dans tous les cas de situation critique, par localité et par district, déjà il y a plus d'un an, des vétérans de guerre républicains se sont associés sous une forme plus ou moins étroite. [...] le 22 février 1924 à Magdeburg les associations de vétérans de guerre républicains ont fusionnées  au niveau du Reich dans l'organisation Reichsbanner Schwarz-Rot-Gold, Ligue des vétérans de guerre républicains. La ligue ne poursuivra pas d'objectifs politiques et économiques propres. Que la solution de ces tâches soit laissée aux soins des partis républicains et associations économiques compétentes à cet effet. La ligue accueille dans ses rangs tout vétéran de guerre disposé à prendre fait et cause dans le coeur et par la main, pour la république allemande. Communistes et monarchistes n'ont pas leur place dans le Reichsbanner Schwarz-Rot-Gold. La Ligue affrontera la démagogie nationaliste et bolchévique avec les moyens de l'explication et de la propagande en faveur de l'idée républicaine. À l'occasion de toutes les attaques par la force contre la constitution républicaine, la Ligue appuiera les autorités républicaines et infligera la défaite aux ennemis de la république avec les mêmes moyens par lesquels ils attaquent la république. [...]

[Citation dans l'original .]

 

 

Discours du président de l'organisation Reichsbanner Schwarz-Rot-Gold, Otto Hörsing, à la "journée républicaine" ["Republikanertag"] organisée à Magdeburg, 21 février 1925 (extraits) [15]

 

[...] Malgré la grossière agitation hostile de la part des monarchistes et communistes réunis, notre Ligue a grandi énormément. [...] Les monarchistes et communistes, truffés de l'argent de la grande industrie et de la grande propriété foncière, de l'argent d'un gouvernement étranger, nous combattent par tous les moyens. Nous repousserons ces agresseurs. [...] La Ligue rouge des combattants du front, communiste, a absolument fait ses preuves comme complice fidèle de ces monarchistes, dans la lutte contre la république, contre nous. [...] Nous ne voulons pas de putsch, pas de guerre civile. Nous ne voulons pas d'armement illégal, pas d'armes comme gadgets, nous voulons l'éducation du peuple en républicains convaincus. [...] La république ne peut et ne doit être gouvernée et administrée que par des républicains. [...]

[Citation dans l'original .]

 

 

Discours de Philipp Scheidemann (SPD), 24 juin 1924

(extraits reproduits dans une brochure de propagande de l'organisation Reichsbanner Schwarz-Rot-Gold) [16]

 

L'esprit national, c'est l'amour profond pour la patrie, c'est l'évidence de reconnaitre comme égal en droits toutes les nations, tous les hommes. [...] Pour l'homme véritablement national, peu importe s'il est Allemand, Français, Italien ou Russe, l'Internationale constitue la protection et l'abri pour la terre natale, à laquelle il est attaché de toutes les fibres de son coeur, qu'il aime - "par-dessus tout dans le monde".

[...]

Ceux qui pestent le plus contre le SPD, la Reichswehr et beaucoup d'autres choses, ce sont des "radicaux" jeunes, qui en 1914 usait les fonds de culotte sur les bancs de l'école, qui n'ont pas la moindre idée du travail immense que le SPD a accompli politiquement et économiquement. Rien contribué au travail sur le plan culturel, rien vécu du temps d'avant la guerre, rien lu à ce sujet, juste entendu des slogans radicaux en travaillant à la fabrication de grenades: les social-démocrates sont des traitres aux travailleurs, des social-patriotes. Voilà ce qui était l'éducation politique de beaucoup parmi ceux qui maintenant sont des "dirigeants radicaux". Ah oui, s'est étonnant comme ils savent obéir dare-dare aux moscovites, change de direction comme de vieux sous-officiers prussiens sur les sifflements des Sobelsöhne*, Radek et Zinoviev, font des putschs sur ordre, savent à merveille jouer aux trompètes d'enfant et siffler avec deux doigts - mais à part ça, que savent-ils faire? Ils causent l'éclatement et la paralysie du mouvement ouvrier et par cela favorisent les affaires des capitalistes.

* Sobelsohn est le nom de naissance de Karl Radek

[Citation dans l'original .]

 

 

Hugo Preuß (DDP), membre de l'organisation Reichsbanner Schwarz-Rot-Gold, avril 1925[17]

 

Nous sommes pénétrés de la conviction, que pour la protection de la République allemande contre ses adversaires de droite et de gauche, est requise l'union étroite des trois partis républicains [...]

[Citation dans l'original .]

 

 

26 février

 

Dans le secteur des chantiers navals, les employeurs avaient dénoncé la convention collective peu après le décret sur les horaires de travail, de décembre 1923[18]. Le ministère du travail avait prononcé une sentence arbitrale entérinant la semaine de 54 heures. Mais compte tenu du fait que les employeurs avaient refusé d'appliquer une sentence arbitrale précédente prévoyant une augmentation des salaires, les travailleurs des chantiers navals ignorent la nouvelle sentence et continuent à pratiquer la journée de huit heures. À partir du 26 février les employeurs imposent des lockout. Au niveau national, 57 000 travailleurs subiront ces mesures. Cette grève s'étend à travers l'ensemble de la construction navale allemande.

 

 

28 février

 

Un décret du président sur la levée de l'état d'exception militaire et la défense contre les agissements hostiles à l'état [über die Aufhebung des militärischen Ausnahmezustandes und die Abwehr staatsfeindlicher Bestrebungen] abroge les décrets des 26 septembre et 8 novembre 1923 concernant l'instauration de l'état d'exception militaire[19]. Les limitations des libertés basées sur ces décrets sont levées, notamment l'interdiction du KPD, du NSDAP et du DVFP. Simultanément le ministre de l'intérieur est investi du pouvoir de prendre les mesures nécessaires à la répression d'activités hostiles à l'état. Cependant, les autorités des Länder ont la faculté d'appliquer des exceptions. Ceci concerne notamment la Bavière dont le gouvernement tient à maintenir en vigueur l'état d'exception qu'il a lui-même instauré[20]. Ce dispositif d'état d'exception civil sera abrogé le 25 octobre.

 

 

3 mars

 

Suite aux accords de décembre 1923, la direction de BASF à Ludwigshafen (Rheinland Pfalz) le 28 février introduit effectivement la durée d'équipe de 9 heures, à partir du 3 mars[21]. Le syndicat dirigé par les communistes appelle à une action. Environ deux tiers des travailleurs suivent l'appel. Le 6, la direction impose le lockout à l'ensemble des travailleurs et fait évacuer l'usine par la police. La grève sera arrêtée le 9.

 

 

11 mars

 

Les travailleurs portuaires débutent une grève contre le décret concernant les horaires de travail du 21 décembre 1923[22]. Le gouvernement fait intervenir le secours technique [Technische Nothilfe], avec un effectif allant jusqu'à 1 500 à Hambourg, et 700 à Brême et Bremerhaven (Bremen). Le mouvement se terminera le 24 mars.

 

 

18 mars

 

À Brême (Bremen), une grève démarre à la Hansa-Lloyd-Werke AG[23]. L'employeur impose un lockout total. La grève se terminera le 28 mars.

 

 

26 mars

 

À Bremerhaven/Wesermünde (Bremen), les tailleurs débutent une grève[24]. Elle se terminera le 2 avril.

 

 

Fin mars

 

À Altona (Hamburg), Elberfeld (aujourd'hui partie de Wuppertal) (Nordrhein Westfalen) et Stuttgart (Baden Württemberg) ont lieu des grèves partielles aux chemins de fer, touchant les manutentionnaires, les travailleurs des ateliers d'entretien ainsi que le personnel chargé du triage [Güterbodenarbeiter, Betriebswerkstättenpersonal, Rangierpersonal][25]. Le mouvement durera jusqu'au 11 avril. Le gouvernement fait intervenir le secours technique [Technische Nothilfe] avec un effectif de plus de 2 000, dont 1500 pour Altona.

 

 

9 avril

 

Le comité d'experts dirigé par Charles Dawes présente son rapport sur la question des réparations[26]. Le gouvernement allemand déclarera le 16 avril à la commission de réparations qu'il considère ce rapport comme base pour un règlement rapide du problème des réparations et qu'il est disposé à une coopération en ce sens.

 

 

12 avril

 

À Blexen (aujourd'hui partie de Nordenham) (Niedersachsen) un conflit s'était développé le chantier naval Schiffswerft J. Frerichs & Co, au sujet de l'introduction de la journée de neuf heures. Le 12 avril, se déroule un vote parmi les travailleurs, qui donne pour résultat 613 voix contre 58 en faveur d'une diminution du temps de travail. Les travailleurs débutent une grève.

 

 

14 avril

 

Le l'Association de mines (Zechenverband) (union des employeurs des mines de la Ruhr) et l'Union d'employeurs pour la région du Groupe Nord-Ouest de l'Association d'industriels du fer et de l'acier signent un accord dont la teneur avait été élaborée le 24 février, au sujet d'un renforcement de la coopération concernant les questions du temps de travail et des salaires[27].

 

 

17 avril

 

Sont édictées les dispositions d'application pour le décret sur les horaires de travail du 21 décembre 1923 [Ausführungsbestimmungen zur Verordnung über die Arbeitszeit].

Cf. le texte du décret .

 

 

3 mai

 

Dans le cadre du conflit qui se poursuit dans la Ruhr, le ministère du travail avait prononcée des sentences arbitrales, d'abord sur les salaires, le 23 avril, puis sur le temps de travail, le 28[28]. Cette dernière intègre dans les horaires de travail normal, ce qui antérieurement était un allongement [Mehrarbeit] d'une heure journalière. Le 3 mai, le ministre du travail Heinrich Brauns (Zentrum) déclare ces dispositions, après des modifications mineures, comme obligatoires.

 

 

6 mai

 

Dans la Ruhr, sur la base de la sentence arbitrale du 3 mai, les employeurs annoncent leur intention de soumettre au lockout à partir du 6 mai tous les travailleurs qui refuseraient d'effectuer l'équipe de huit heures sous terre[29]. Les syndicats maintiennent leur revendication d'une journée de travail de 8 heures et d'une équipe sous terre de 7 heures. Les employeurs imposent alors le lockout à environ 380 000 mineurs, c'est-à-dire 90 % de l'effectif. Ils étendent le conflit à d'autres branches. Ainsi par exemple, le jour suivant, l'usine sidérurgique Gutehoffnungshütte annonce la fermeture de l'usine sous prétexte de manque de charbon.

 

 

12 mai

 

À Bremerhaven/Wesermünde (Bremen), les travailleurs de la fabrication de filets débutent une grève[30]. Elle se terminera le 24 mai.

 

 

13 mai

 

À Brême (Bremen) et Bremerhaven/Wesermünde (Bremen), les travailleurs du secteur de construction débutent une grève[31]. Les employeurs imposent des lockout. Le mouvement se terminera le 30 juin.

 

 

16 mai

 

Albert Grzesinski (SPD) prend la succession de Wilhelm Richter comme préfet de police de Berlin[32]. Ce dernier avait été mis à la retraite en février. Le 17 octobre 1926 Grzesinski sera remplacé par Karl Zörgiebel (SPD), mais il occupera le poste de nouveau à partir du 6 novembre 1930 jusqu'en aout 1932.

 

 

17‑18 mai

 

En début de 1923 Hermann Göring avait été chargé du commandement militaire du SA[33]. Ultérieurement, c'est Ernst Röhm qui avait été désigné par A. Hitler comme chef militaire du Kampfbund et du SA, interdits. Après avoir été libéré de prison le 1er avril 1924, Röhm s'impose au cours d'une réunion tenue les 17-18 mai officiellement comme dirigeant du SA à la place de Göring.

 

 

21 mai

 

Dans le secteur des chantiers navals, les syndicats et les employeurs acceptent une sentence arbitrale qui avait été prononcée le 30 avril, au sujet du conflit en cours[34]. Il en résulte l'application du temps de travail de 54 heures hebdomadaires jusqu'au 31 mars 1925, puis le passage à 48 heures hebdomadaires.

 

 

27 mai

 

Dans la Ruhr, une nouvelle séance d'arbitrage qui avait débuté la veille, aboutit à une sentence arbitrale, qui distingue entre temps de travail normal et l'allongement [Mehrarbeitszeit][35]. L'application de l'allongement est limitée jusqu'au 30 septembre. Dans un premier temps la conférence régionale de la Fédération pour la préservation et la promotion des intérêts des mineurs en Rhénanie et Westphalie, qui fait partie de l'ADGB, rejette la décision avec 113 voix contre 83. Le 29, la sentence est validée d'autorité. Les employeurs acceptent la décision, et le 30, la Fédération des mineurs renonce à la contestation. Le travail reprendra début juin.

 

 

Mai

 

Durant le mois de mai, le conflit concernant les horaires de travail de travail dans le secteur des mines s'étend également en Haute-Silésie et en Saxe[36].

 

 

3 juin

 

En Haute-Bavière, les syndicats avaient dénoncé le 20 mai l'accord sur l'allongement des horaires de janvier, à l'échéance du 3 juin[37]. Mais les employeurs ne modifient pas les horaires de travail et laissent entendre que les travailleurs qui ne refuseraient de se plier à ces conditions, devront démissionner.

 

 

11‑14 juin

 

Le SPD tient un congrès à Berlin[38].

 

 

Discours d'Arthur Crispien au congrès du SPD tenu à Berlin, du 11 au 14 juin (extraits)[39]

 

L'autre leçon, c'est que les bolchéviques n'ont pas de perspectives d'avenir, eux qui ont pour seules activités d'empoisonner les puits et de déclencher des incendies, qui sont incapables de mettre en oeuvre une quelconque action contre le capitalisme. Citez-nous ne serait-ce qu'une seule action internationale de l'Internationale bolchévique contre le capitalisme! Vous ne pourrez en citer! Engendrer des scissions, répandre du poison, rouspéter, c'est tout ce qu'ils arrivent à produire dans le mouvement ouvrier et rien d'autre. Le bolchévisme aboutit au fascisme. Cela, nous le voyons en Hongrie, en Bavière, en Italie et aussi en Russie, où dans le fond ne sévit rien d'autre que le fascisme. Nous connaissons la parenté dans l'âme entre un Reventlow*, un Zinoviev et sa créature politique, madame Gohlke*, qui travaillent main dans la main.

[Citation dans l'original .]

* Ernst Graf von Reventlow, l'un des dirigeants du Deutschvölkische Freiheitspartei (Parti national-populaire- allemand de la liberté, DvFP).

** Elfriede Eisler, connue sous le nom de Ruth Fischer. Gohlke est le nom de son deuxième mari.

 

 

13 juin

 

Le 31 mai avaient débuté les négociations au sujet des horaires de travail dans les industries du fer et de l'acier[40]. Les représentants de l'Union d'employeurs pour la région du Groupe Nord-Ouest de l'Association d'industriels du fer et de l'acier demandent la prolongation pour un an, jusqu'au 30 juin 1925, de l'accord de novembre-décembre 1923 concernant l'allongement des horaires, mais veulent prolonger le temps de travail moyen sur 6 jours, de 59 à 60 heures, avec par ailleurs des exceptions étendues relatives au temps de travail pour les travaux pénibles [Schwerarbeiter] qui est de 54 heures. Les fédérations des travailleurs de la métallurgie demandent la réintroduction, au moins pour les hauts-fourneaux [Hochofenwerke] et les travaux pénibles, du système de trois équipes de 8 heures, au lieu de deux équipes plus longues. Le 5 juin des négociations d'arbitrage avaient débuté, aboutissant à une sentence d'arbitrage prononcée le 13 juin. Elle prolonge de 4 mois, jusqu'au 31 octobre 1924, l'accord du 14 décembre 1923. La sentence au sujet des salaires est prononcée contre l'avis des employeurs et des syndicats, celle au sujet des horaires de travail, contre l'avis des syndicats uniquement.

 

 

18 juin

 

À Brême (Bremen), un mouvement de grève a lieu dans les grands moulins[41]. Les employeurs répondent par des lockout.

 

 

26 juin

 

En Haute-Bavière, une sentence arbitrale avait été prononcée au sujet du conflit en cours dans le secteur des mines relatif au temps de travail, mais elle n'avait pas été acceptée[42]. Le 26 juin, les employeurs déclarent l'ensemble du personnel comme licencié et envisagent la fermeture des sites. Un règlement est finalement atteint qui implique le maintien de l'accord de janvier.

 

 

Juin

 

À Berlin a lieu une grève des travailleurs dans 26 brasseries et malteries[43]. Le gouvernement fait intervenir le secours technique [Technische Nothilfe].

 

 

À Hambourg a lieu une grève des cochers de l'enlèvement des ordures[44]. Le gouvernement fait intervenir le secours technique [Technische Nothilfe].

 

 

À Hüttenrode (Sachsen Anhalt) a lieu une grève à la Braunschweigische Harzkalkwerke AG[45]. Le gouvernement fait intervenir le secours technique [Technische Nothilfe].

 

 

À Brême (Bremen) a lieu une grève des travailleurs de la construction[46]. Le gouvernement fait intervenir le secours technique [Technische Nothilfe].

 

 

16 juillet - 16 aout

 

À Londres, se tient une réunion des Puissances alliées victorieuses[47]. La conférence débute le 16 juillet sans la présence de l'Allemagne. Une délégation allemande sera invitée seulement à partir du 2 aout. Elle arrivera le 5, dirigée par le chancelier Wilhelm Marx (Zentrum), le ministre des affaires étrangères Gustav Stresemann (DVP) et le ministre des finances Hans Luther (sans parti). Le thème principal est constitué par le Plan Dawes, qui sera effectivement adopté. Un accord est obtenu prévoyant que les troupes françaises et belges quitteront la Ruhr dans un délai d'un an. La conférence se termine le 16 aout. Le Plan Dawes entrera officiellement en vigueur le 20 octobre. Quant à la Ruhr, le MICUM cessera son travail le 21 octobre; les mines réquisitionnées ainsi que l'autorité en matière de douanes seront rétrocédées à l'Allemagne le 28, puis l'administration des chemins de fer, le 16 novembre.

 

 

18 juillet

 

À Halle (Sachsen), le KPD organise l'assemblée constitutive de la “Ligue rouge de combattants du Front”[48] (“Roter Frontkämpferbund”, RFB)[49]. L'objectif est d'édifier une organisation de masse visant à s'adresser aux travailleurs dans les syndicats et les organisations sportives pour les gagner au KPD. En opposition aux formations nationalistes, il affirme un caractère antimilitariste.

 

 

13 aout

 

À Bremerhaven/Wesermünde (Bremen), 24 coiffeurs dans plusieurs entreprises démarrent une grève[50]. Elle se terminera le 13 octobre.

 

 

29 aout

 

À la fin d'avril, trois comités d'organisation internationaux avaient été formés pour traiter respectivement les questions de la société de chemins de fer [Reichsbahngesellschaft], de la banque centrale [Notenbank] et de la contribution de l'industrie [Industriebelastung], chargés de concrétiser les dispositions du Plan Dawes[51]. Leur activité avait débouché sur la rédaction des lois allemandes de mise en oeuvre du Plan Dawes, notamment la loi sur la société de chemins de fer, la loi bancaire [Bankgesetz], la loi sur la contribution de l'industrie. Le 29 aout, ces lois sont adoptées par l'assemblée nationale.

 

 

20 octobre

 

En raison des difficultés du gouvernement face à l'opposition, le président Friedrich Ebert (SPD) dissout l'assemblée nationale. Les élections pour son renouvèlement se tiendront le 7 décembre

 

 

1925

 

20 janvier

 

Est édicté un décret sur le temps de travail dans les cokeries [Kokereien] et les hauts-fourneaux [Hochofenwerke].

Cf. le texte du décret .

Ce décret est la manifestation d'une tendance vers une règlementation de la durée du travail pour les travaux pénibles [Schwerarbeiter] selon la journée de huit heures[52]. Cf. également aux dates suivantes: 9 février 1927, 16 juillet 1927 et 26 mars 1929.

 

 

27 janvier

 

À Brême (Bremen) a lieu une grève au moulin Rolandmühle[53].

 

 

16 février

 

En Bavière l'état d'exception instauré le 26 septembre 1923 est levé[54].

 

 

L'interdiction du NSDAP prononcée le 9 novembre 1923 est levée[55]. Adolf Hitler annonce son intention de reconstituer le parti. La formalité d'enregistrement sera effectuée le 24.

 

 

27 février

 

À Munich se tient l'assemblée constitutive du NSDAP reconstitué[56]. L'organisation régionale de Bavière du “Völkischer Block”, le “Großdeutsche Volksgemeinschaft” se dissolvent, de même que la fraction commune à l'assemblée nationale des national-socialistes et du “Deutschvölkische Freiheitspartei” appelée “Nationalsozialistische Freiheitsbewegung”.

 

 

28 février

 

Le président F. Ebert décède.

 

 

9 mars

 

En Bavière, une interdiction de parler en public est prononcée à l'encontre d'A. Hitler[57]. Des mesures dans le même sens seront appliquées en Baden en avril, en Prusse le 25 septembre, en Anhalt en octobre, en Saxe et Oldenburg en février 1926, en Lippe et Lübeck en mars 1926, ainsi qu'à Hambourg.

En Bavière, l'interdiction sera levée le 5 mars 1927, en mai 1926 en Oldenburg, en avril 1927 en Bade, en mai 1927 en Lübeck, le 29 septembre 1928 en Prusse, en novembre 1928 en Anhalt.

 

 

14 mars

 

À Berlin, des groupes locaux du NSDAP se constituent en Gau Grand-Berlin du NSDAP en incluant la province Brandenburg[58].

 

 

5 avril

 

En Prusse est constitué un gouvernement de coalition entre SPD, Zentrum, DDP, DStP, avec Otto Braun (SPD) comme premier ministre. Carl Severing (SPD) est ministre de l'intérieur; il sera remplacé par Albert Grzesinski (SPD) du 6 octobre 1926 au 21 octobre 1930. Moyennant quelques changements de personnes, ce gouvernement restera en place jusqu'au 19 juillet 1932.

 

 

17 avril

 

E. Röhm démissionne de ses fonctions de dirigeant de la SA et du Frontbann[59]. Il conçoit la SA comme une formation militaire, alors qu'A. Hitler préfère lui assigner le statut d'une simple troupe auxiliaire du parti, conformément à la tactique consistant à s'éloigner de la perspective d'un putsch violent. Dans la période consécutive, la SA restera sans direction centrale et sera prise en charge par des dirigeants locaux du parti.

 

 

27 avril

 

A. Grzesinski (SPD) est nommé préfet de police de Berlin[60].

 

 

26 avril

 

Au deuxième tour des élections du président, Paul von Hindenburg est élu[61]. L'investiture devant l'assemblée nationale aura lieu le 12 mai.

 

 

Au premier tour, le 29 mars, le SPD avait présenté un candidat du parti, O. Braun. Pour le deuxième tour l'aile droite s'était imposée au sein du parti, et le SPD et s'était mis d'accord avec le Zentrum sur la personne de Wilhelm Marx qui appartient à l'aile droite de ce dernier parti. Comme le rapporte plus tard Ernst Heilmann, le président de la fraction social-démocrate de l'assemblée régionale de Prusse, il s'agissait d'un marchandage consistant en ce que le SPD soutienne Marx et que le Zentrum se déclare prêt à voter de nouveau pour Braun comme premier ministre de Prusse[62].

 

 

25 mai

 

À Brême (Bremen), une grève a lieu dans les entreprises de menuiserie[63].

 

 

10 juin

 

À Brême (Bremen), un mouvement de grève a lieu dans les moulins[64].

 

 

15 juillet

 

À Brême (Bremen), dans les entreprises de construction Held & Franke AG, Henke, et Droste & Karstens AG intervenant dans le port, 255 travailleurs sont en grève[65]. Les employeurs font intervenir des travailleurs d'Ostfriesland pour briser la grève.

 

 

29 juillet

 

À Brême (Bremen) a lieu une grève des travailleurs des briquèteries[66].

 

 

31 juillet

 

Les troupes françaises et belges achèvent l'évacuation, commencée le 14, de la Ruhr[67]. Il est mis fin ainsi à l'occupation entreprise le 11 janvier 1923.

 

 

25 aout

 

Les troupes des Puissance Alliées évacuent les ports du Rhin Duisburg, Duisburg-Ruhrort, Düsseldorf (Nordrhein-Westfalen) occupés depuis le 8 mars 1921[68].

 

 

28 aout

 

À Brême (Bremen) a lieu une grève dans les chocolateries[69].

 

 

31 aout - 4 septembre

 

L'ADGB tient un congrès à Breslau[70].

 

 

13‑18 septembre

 

Le SPD tient un congrès à Heidelberg[71].

Conformément à la motion votée lors du congrès d'unification du SPD et de l'USPD, tenu à Nürnberg en 1922, le congrès de Heidelberg adopte un nouveau programme du parti[72]. Karl Kautsky avait élaboré un projet pour ce programme de Heidelberg, projet que, d'après Rudolf Hilferding, la commission du programme pouvait "reprendre en gros" [73]. [Citation dans l'original .]

Dans une brochure au sujet du programme, éditée sur décision du comité directeur du SPD, on pouvait lire[74]:

Le nouveau programme de Heidelberg repose sur la base des programmes d'Erfurt et de Görlitz. Il est porté par l'idée de développement du programme d'Erfurt, et il est basé sur les revendications les plus importantes du programme de Görlitz.

[Citation dans l'original .]

Cf. le texte du programme .

 

 

5‑16 octobre

 

Une conférence internationale se tient à Locarno au sujet d'un traité de sécurité pour l'Europe[75]. À la conférence participent la France, la Belgique et l'Allemagne, avec en outre la Grande-Bretagne et l'Italie, ainsi que les voisins orientaux Pologne et Tchécoslovaquie. L'Allemagne, la France et la Belgique renoncent à une modification par la force de leurs frontières communes. Le document réglant cette question, dit pacte du Rhin [Rheinpakt], est signé par ces trois pays ainsi que par la Grande-Bretagne et l'Italie en tant que garants. La frontière Est de l'Allemagne n'est pas concernée. L'Allemagne sera admise à la Société des Nations, avec un siège permanent au conseil.

Un des documents constituant le traité spécifie la portée des obligations résultant de l'article 16 des statuts de la Société des Nations, selon l'interprétation des signataires du Traité de Locarno. Il stipule:

Selon cette interprétation les obligations résultant de cet article pour les membres de la Société doivent être interprétées en ce sens que chacun des États signataires est tenu de collaborer loyalement et effectivement pour faire respecter les Statuts de la Société et pour s'opposer à tout acte d'agression dans la mesure compatible avec sa situation militaire et qui tient compte de sa situation géographique.

[Citation dans l'original .]

Cette disposition, aménageant aux signataires une certaine liberté de décision, répond au fait que l'Allemagne est préoccupée par l'éventualité d'une action de la Société des Nations contre l'URSS, dans laquelle elle ne souhaiterait pas forcément être impliquée. Le texte reprend en fait certaines formulations qui avaient figuré dans le "Protocole pour le règlement pacifique des différends internationaux" adopté à l’unanimité par l’Assemblée générale de la SDN, le 2 octobre 1924; cependant ce protocole n'avait finalement pas été ratifié, du fait notamment du refus de la Grande-Bretagne.

Cf. le texte du traité de Locarno ; et le texte de l'interprétation de l'article 16 des statuts de la Société des Nations .

 

 

19 octobre

 

Du 19 octobre au 20 novembre se déroule un procès devant le tribunal d'instance [Amtsgericht] de Munich[76]. Il s'agit d'une plainte contre le rédacteur en chef du journal Münchener Post, Martin Gruber, déposé par l'éditeur du magazine Süddeutsche Monatshefte, Paul Cossmann. Le magazine avait publié une édition spéciale intitulé "Le coup de poignard et les effets du coup de poignard" ["Der Dolchstoß und die Auswirkungen des Dolchstoßes"], et Gruber avait caractérisé le contenu comme falsification de l'histoire. Comme témoins paraissent un certain nombre de militaires (notamment le lieutenant général Wilhelm Groener) et d'hommes politiques (notamment, du SPD, Otto Wels, Philipp Scheidemann, Otto Landsberg, Hermann Müller, Gustav Noske). Gruber est condamné pour outrage et diffamation.

Voici un extrait des considérants accompagnant le jugement[77]:

L'allégation de l'inculpé, le plaignant civil (Prof. Cossmann) aurait consciemment falsifié l'histoire, n'a pas été établie comme 'vrai'. L'examen des preuves a montré:

1. Durant la période tardive de la guerre, ont eu lieu des actes à l'arrière du front, visant consciemment et délibérément à la démolition de l'armée allemande (tracts, feuilles volantes, propagande révolutionnaire, mutineries, grèves dans l'industrie d'armement).

2. De tels actes, mis à part la diffusion de tracts par l'ennemi, ont été effectués, autant sous la forme d'appels que sous la forme d'une participation directe, par des membres de l'USP et des membres de groupes situés encore plus à gauche.

3. Pour autant que par de tels actes il a été porté atteinte à l'esprit combatif de l'armée au front, cela n'a été le cas que dans des cas isolés. L'esprit des troupes à l'arrière, l'esprit des unités de relève venant du pays à destination du front a subi des préjudices considérables par la faute de tels actes. [...] La force combattive de l'armée et de la flotte a subi une amputation très forte par l'effet de ces actes.

[Citation dans l'original .]

Le Münchener Post est une publication proche du SPD. La critique prenant comme cible les articles présentés par le Süddeutsche Monatshefte visait à rejeter l'idée selon laquelle le SPD, durant la guerre, avait agi contre les intérêts de l'Allemagne. Bien que le jugement soit défavorable à M. Gruber, il va en fait dans le sens souhaité, puisqu'il constate que "actes visant consciemment et délibérément à la démolition de l'armée allemande" "ont été effectués par des membres de l'USP et des membres de groupes situés encore plus à gauche.".

 

 

9 novembre

 

Le NSDAP constitue l'“escadron de protection” [“Schutzstaffel”] (SS) chargé de la protection des dirigeants du parti et des réunions qu'il organise ainsi que du recrutement de nouveaux membres du parti[78].

 

 

23‑27 novembre

 

L'assemblée nationale approuve avec 300 voix contre 174 le traité de Locarno[79]. La loi sur les Traités de Locarno et l'entrée de l'Allemagne dans la Société des Nations sera adoptée le 28 novembre.

Cf. le texte de la loi .

 

 

30 novembre

 

Les troupes d'occupation interalliées débutent l'évacuation de la zone de Cologne et donc de la rive gauche du Rhin à Düsseldorf[80]. L'opération sera achevée le 31 janvier 1926.

 

 

1er décembre

 

À Londres a lieu la signature du traité de Locarno par les états concernés[81].

 

 

 

14‑17 mars

 

Le 25 novembre 1925 le KPD avait présenté à l'assemblée nationale un projet de loi en vue de l'expropriation sans indemnisation des membres des anciennes dynasties princières, incluant autant les biens dont ils disposaient au titre de leur statut que leurs propriétés et fortunes privées[82]. En absence de majorité pour faire adopter le texte, il vise à mettre en oeuvre le dispositif de plébiscite (Volksbegehren) et référendum (Volksentscheid) prévu par la constitution[83]. Le SPD, appuyé par l'ADGB, s'était joint à cette démarche. La demande en vue d'un plébiscite avait été présentée au ministre de l'Intérieur le 25 janvier. Le plébiscite se déroule les 4‑17 mars et obtient avec plus de 12 millions de voix le résultat nécessaire pour que le projet de loi soit soumis à l'assemblée nationale. Ce sera fait le 6 mai.

 

 

24 avril

 

L'Allemagne et l'URSS concluent un accord en vue de relations amicales mutuelles, dit "traité de Berlin"[84]. Le texte confirme le traité de Rapallo du 16 avril 1922 comme base des relations entre les deux états et stipule l'observation de la neutralité en les termes suivants:

Au cas où l'une des parties contractantes malgré une attitude pacifique, serait attaquée par une tierce puissance ou plusieurs tierces puissances, l'autre partie contractante observerait la neutralité pendant toute la durée du conflit.

[Citation dans l'original .]

L'accord est conclu pour une durée de cinq ans, qui sera, en 1931, prolongée de trois ans.

Cf. le texte du Traité .

 

 

6 mai

 

Sur la base du résultat du plébiscite de mars, le projet de loi en vue de la confiscation sans indemnisation des biens des dynasties princières est introduit devant l'assemblée nationale le 6 mai[85]. Il est rejeté par 236 voix contre les 142 de KPD et SPD. L'ultime étape de la procédure, le référendum, sera mise en oeuvre le 20 juin.

 

 

20 juin

 

Le référendum concernant le projet de loi en vue de la confiscation sans indemnisation des biens des dynasties princières a lieu[86]. Plus de 14 millions de personnes se prononcent pour la loi, mais le quorum nécessaire n'est pas atteint.

 

 

3‑4 juillet

 

Le NSDAP tient à Weimar son premier congrès depuis la reconstitution en février 1925[87].

 

 

13 juillet

 

À Brême (Bremen) a lieu une grève dans les moulins[88].

 

 

4 septembre

 

Les 3‑4 septembre, l'Union nationale de l'industrie allemande (Reichsverband der Deutschen Industrie, RDI) organise des assises. Paul Silverberg présente un rapport qui prône notamment une amélioration des relations entre les entrepreneurs et l'ADGB.

(Cf. le texte .)

(Cf. P. Silverberg .)

 

 

8 septembre

 

Comme convenu durant la conférence de Locarno d'octobre 1925, l'Allemagne est admise à la Société des Nations avec un siège permanent au conseil[89].

 

 

5 octobre

 

Le ministre de l'intérieur de Prusse, C. Severing (SPD), démissionne[90]. Le 6, A. Grzesinski (SPD), qui détenait le poste de préfet de police de Berlin, est désigné pour le remplacer. Le 17 octobre lui succède comme préfet de police de Berlin K. Zörgiebel (SPD), mais Grzesinski occupera le poste de nouveau à partir du 6 novembre 1930 jusqu'en aout 1932[91].

 

 

6 octobre

 

Le chef du commandement de l'armée major général Hans von Seeckt démissionne en rapport avec des critiques concernant la participation du Prince Wilhelm de Prusse à une manoeuvre de l'armée[92]. Il est remplacé par le lieutenant général Wilhelm Heye.

 

 

1er novembre

 

Adolf Hitler établit une direction centralisée de la SA[93]. Comme chef supérieur, il désigne l'ancien commandant de corps-franc Franz Pfeffer von Salomon. Il organise la SA selon des principes militaires, sans en faire une formation de défense. Il impose que le SS et la Jeunesse Hitlérienne [Hitlerjugend] soient subordonnés au chef supérieur de la SA (cette hiérarchie restera en vigueur jusqu'en 1934 pour le SS et jusqu'au 13 mai 1932 pour la Jeunesse Hitlérienne). Le contrôle des sous-unités du SA est soustrait aux dirigeants respectifs du parti. Pfeffer conçoit le SA comme étant placé au même niveau que le parti.

Joseph Goebbels est nommé chef de district [Gauleiter] du NSDAP pour Berlin-Brandenburg[94].

 

 

Novembre

 

En Thüringen, un mouvement de grève débute dans les usines de tissage de Schulenburg & Bessler à Gera et Ernst Engländer à Berga an der Elster[95]. L'organisation des employeurs de la branche pour la région Saxe-Thüringen impose le lockout à 12 000 travailleurs du textile de Thüringen de l'Est, dont plus de 3000 à Gera. Le 1er décembre le lockout est étendu aux usines de tissage de tout Thüringen, en tout 25 000 travailleurs sont frappés. Les dirigeants de la fédération des travailleurs du textile acceptent une décision rendue par le ministre du travail Heinrich Brauns (Zentrum) et appellent à l'arrêt de la grève.

 

 

23 décembre

 

Est édictée la loi sur les tribunaux du travail [Arbeitsgerichtsgesetz].

Cf. le texte de la loi .

 

 

 

31 janvier

 

La commission interalliée de contrôle militaire établie sur la base du traité de Versailles met fin à son activité en Allemagne[96].

 

 

9 février

 

Sont édictés plusieurs décrets concernant les horaires de travail, dans les centrales de gaz, les fonderies, les verreries, les ateliers de rectification de verre [Gaswerke, Metallhütten, Glashütten, Glasschleifereien]

Cf. le texte des décrets   .

Ces décrets sont la manifestation d'une tendance vers une règlementation des horaires de travail pour les travaux pénibles [Schwerarbeiter] selon la journée de huit heures[97]. Cf. également aux dates de 20 janvier 1925, 16 juillet 1927 et 26 mars 1929.

 

 

5 mars

 

En Bavière, l'interdiction de parler en public prononcée à l'encontre d'A. Hitler le 9 mars 1925 est levée[98]. En ce qui concerne les mesures prononcées dans le même sens dans d'autres régions, elles avaient été levées en mai 1926 en Oldenburg, et le seront en avril 1927 en Bade, en mai 1927 en Lübeck, le 29 septembre 1928 en Prusse, en novembre 1928 en Anhalt.

 

 

14 avril

 

Est édictée une loi pour la modification du décret sur les horaires de travail [zur Abänderung der Arbeitszeitverordnung] du 21 décembre 1923, loi appelée couramment "loi d'urgence sur les horaires de travail"  ["Arbeitszeitnotgesetz"].

Cf. le texte de la loi  .

Le 29 avril seront adoptées des dispositions d'application concernant cette loi.

Cf. le texte des dispositions .

La loi déclare la durée de huit heures comme "durée journalière de travail régulière" ["regelmäßige tägliche Arbeitszeit"], mais fixe la durée maximale autorisée à 10 heures, voire plus selon des exceptions spécifiques[99].

 

 

26 avril

 

À Wesermünde (Bremen) les tailleurs de l'entreprise Ketelsen débutent une grève. Elle se terminera le 30 avril.

 

 

6 mai

 

Le 11 février, à l'occasion d'une réunion publique organisée par le NSDAP à Berlin-Wedding, des incidents violents s'étaient produits avec des manifestants communistes protestant contre cette activité[100]. Le 20 mars, des affrontements dans la rue avaient eu lieu entre groupes du NSDAP et du KPD respectivement, autour de la gare Lichterfelde-Ost. Le 4 mai, au cours d'une réunion de propagande du NSDAP, les organisateurs avaient exercé des actes de violence contre des personnes présentes parmi le public. En réaction à cet incident, le 6, le préfet de police de Berlin K. Zörgiebel (SPD) interdit et déclare dissous le NSDAP et ses organisations dans Berlin-Brandenburg. La mesure sera levée le 31 mars 1928. Des mesures similaires sont prises dans d'autres villes, notamment Cologne (Nordrhein-Westfalen) et Neuwied (Rheinland-Pfalz).

 

 

22‑27 mai

 

Le SPD tient un congrès à Kiel[101].

 

 

25 mai

 

À Brême (Bremen) se déroule un mouvement de grève dans l'industrie métallurgique[102].

 

 

4 juillet

 

Une rencontre a lieu, à Munich, entre A. Hitler et Emil Kirdorf[103]. Sollicité par ce dernier, Hitler écrit un pamphlet intitulé "La voie vers la résurrection" ["Der Weg zum Wiederaufstieg"], dont Kirdorf financera la publication et à la diffusion duquel parmi les cercles dirigeants de l'industrie il participera activement. Alors que dans "Mon combat" ["Mein Kampf"], Hitler avait exigé l'expropriation de l'industrie, il reconnait maintenant le principe de la propriété privée.

 

 

Emil Kirdorf[104]

 

En 1873 Emil Kirdorf devient directeur commercial de la société nouvellement créée Gelsenkirchener Bergwerks-AG (GBAG).

En 1889 Kirdorf fait partie des fondateurs du Rheinisch-Westfälisches Kohlesyndikat qui met en oeuvre la commercialisation de l'ensemble du charbon provenant de la région de Rheinland-Westfalen.

En 1891 Kirdorf participe à la constitution de l'“Union panallemande” (“Alldeutscher Verband”). Cette organisation ‑ portant initialement le nom d'“Union générale allemande” (“Allgemeiner Deutscher Verband”) ‑ se fixe pour objectif la réunion de tous les territoires européens habités par des allemands.

De 1903 à 1910 Kirdorf élargit progressivement le domaine d'activité de la GBAG et du Rheinisch-Westfälisches Kohlesyndikat pour inclure les mines de fer et la fabrication d'acier. Par là, il entre en conflit avec les entreprises d'August Thyssen et Hugo Stinnes.

En 1920 le groupe dirigé par H. Stinnes reprend des parties importantes de la GBAG et du Rheinisch-Westfälisches Kohlesyndikat. En 1926 la GBAG est intégrée dans la Vereinigte Stahlwerke AG en même temps que les consortiums de H. Stinnes et A. Thyssen. Kirdorf démissionne de son poste de directeur général de la GBAG.

Le 4 juillet 1927 Kirdorf, après une première rencontre avec Adolf Hitler en avril à Essen, assiste avec d'autres industriels de la Ruhr à une conférence avec Hitler à Munich. Il adhère au NSDAP. En 1928 il quittera le parti à cause d'un désaccord par rapport aux positions du groupe autour de Gregor Strasser, mais en 1934 il y reviendra de nouveau.

 

 

16 juillet

 

Est édictée la loi sur l'assurance-chômage et les agences pour l'emploi [über die Arbeitslosenversicherung und die Arbeitsvermittlung].

Cf. le texte de la loi .

Cette loi remplace le principe de l'assistance par celui de l'assurance[105].

 

 

Est édicté un décret sur les horaires de travail dans les aciéries, laminoirs et autres installations de la grande industrie de fer [Stahlwerke, Walzwerke, andere Anlagen der Großeisenindustrie].

Cf. le texte du décret .

Ce décret est la manifestation d'une tendance vers une règlementation des horaires de travail pour les travaux pénibles [Schwerarbeiter] selon la journée de huit heures[106]. Cf. également les dates de 20 janvier 1925, 9 février 1927 et 26 mars 1929.

 

 

Est édicté un décret sur les horaires de travail dans les boulangeries et pâtisseries [Bäckereien, Konditoreien].

Cf. le texte du décret .

 

 

20 juillet

 

À Cologne (Nordrhein-Westfalen), durant l'été, se déroule un mouvement de grève dans le secteur de la métallurgie au sujet de l'établissement de la journée de huit heures[107]. Le 20 juillet, la commission de conciliation prononce une sentence arbitrale qui est refusé par les syndicats. Elle réduit la durée du travail hebdomadaire de deux heures, mais sans compensation salariale. Les employeurs imposent un lockout à 16 000 travailleurs. La sentence est validée d'autorité par le ministre du travail H. Brauns. Le mouvement se termine après quatre semaines de grève et trois semaines de lockout.

 

 

Juillet

 

À Nürnberg, dans les usines MAN, se déroule un mouvement de grève[108]. L'employeur impose un lockout à 3000 travailleurs, mais à la fin du conflit les syndicats impose la réintégration du personnel.

 

 

19 aout

 

À Brême (Bremen) une grève a lieu au moulin Hansa-Mühle[109].

 

 

7 septembre

 

À Brême (Bremen) les travailleurs des brasseries débutent une grève[110]. Elle se terminera le 9.

 

 

28 septembre

 

À Brême (Bremen) les travailleurs des transports débutent une grève[111]. Elle se terminera le 10 octobre.

 

 

17‑23 octobre

 

En juin, le Fédération des mineurs avait dénoncé la convention collective dans les mines de charbon d'Allemagne centrale, revendiquant notamment le rétablissement de la journée de huit heures[112]. Des négociations de conciliation avaient échoué. Le 17 octobre, les syndicats déclarent la grève. Elle est suivie par environ 10 000 mineurs de la région de Niederlausitz (partie Sud-Est de Brandenburg). Le conflit se terminera le 23, suite à une négociation de conciliation conduite par le ministre du travail H. Brauns.

 

 

15 décembre

 

Selon le décret du 16 juillet dans les aciéries, laminoirs et autres installations de la grande industrie de fer, à partir du 1er janvier 1928 devrait être instaurée la durée journalière du travail de 8 heures et le système de trois équipes[113]. Le 23 novembre les fédérations de travailleurs pour le district nord-ouest de l'industrie du fer et de l'acier avaient dénoncé les accords de durée du travail et de salaires en vigueur, et demandé une application stricte du décret. Les employeurs avaient annoncé le 3 décembre qu'ils fermeront les usines à l'échéance du 1er janvier 1928 si les négociations avec les syndicats ne conduisent pas à des résultats acceptables. Le 12 décembre le ministre du travail H. Brauns avait exposé aux employeurs la décision qu'il prononçait à ce sujet, et qui stipulait que l'échéance du 1er janvier s'appliquait aux aciéries fonctionnant selon le procédé Thomas et aux laminoirs rattachés, aux fabriques de martelage et de pressage, aux laminoirs à froid [bei den Thomasstahlwerken und den von ihnen gespeisten Walzenstraßen, bei den Hammer- und Preßwerken sowie bei den kalteinsetzenden Walzenstraßen], tandis que dans le cas des aciéries fonctionnant selon le procédé Martin, d'acier au creuset, d'acier électrique et des laminoirs rattachés [den Martin-, Elektro- und Tiegelstahlwerken und den von ihnen gespeisten Walzwerken], des délais pourront être accordés, de préférence jusqu'en été mais en aucun cas au-delà de l'année 1928.

Le 15 décembre, une sentence arbitrale est prononcée sur la base de ces principes, tout en réglant les détails. Elle est rejetée par les représentants des travailleurs et ceux des employeurs, mais le 20 décembre elle sera validée d'autorité par H. Brauns. Elle est déclarée comme restant en vigueur jusqu'au 30 octobre 1928. Pour les travailleurs des hauts-fourneaux [Hochofenwerke] qui ne tombent pas dans la portée du décret de 1925, la durée hebdomadaire de travail est diminuée de 65 à 62 heures. Pour les travailleurs de la production dans les aciéries fonctionnant selon le procédé Martin en incluant les laminoirs, est appliqué à partir du 1er janvier 1928 le système à trois équipes de huit heures, de même pour les aciéries fonctionnant selon le procédé Martin et d'acier au creuset en incluant les laminoirs, à partir du 1er février, sauf en cas d'autorisations administratives exceptionnelles. Dans les fabriques de martelage et de pressage et les laminoirs à froid est appliqué un système à deux équipes de huit heures avec en plus des heures supplémentaires. Dans les installations annexes [Nebenbetriebe], tels que les ateliers d'agglomération et de frittage [Agglomerier- und Sinteranlagen], est appliqué le système à trois équipes de huit heures, mais le travail hebdomadaire n'est diminué que de 60 à 57 heures.

De cette manière le système à deux équipes de 12 heures, sans disparaitre complètement, est fortement restreint. Par ailleurs la nouvelle règlementation rompt totalement avec la tradition des horaires d'équipes uniformes. En outre le repos hebdomadaire de 24 heures du dimanche est réduit à 12 heures pour les aciéries et laminoirs [Stahl- und Walzwerke].

 

 

 

 

 

 

 

 

Notes



[1]I. Steinisch: Der Kampf um die Achtsundenschicht in der Deutschen und amerikanischen Eisen- und Stahlindustrie 1880‑1929, p. 486. (Bibliographie )

[2]K. Tenfelde: Geschichte der deutschen Gewerkschaften von den Anfängen bis 1945, p. 130. (Bibliographie )

[3]. http://library.fes.de/fulltext/bibliothek/chronik/band2/e235f480.html.

[4]. http://www.duesseldorf.de/stadtarchiv/stadtgeschichte/chronik/1924.shtml.

[5]. http://library.fes.de/fulltext/bibliothek/chronik/band2/e235f485.html.

[6]. http://library.fes.de/fulltext/bibliothek/chronik/band2/e235f485.html.

[7]. http://library.fes.de/fulltext/bibliothek/chronik/band2/e235f485.html.

H.‑A. Kukuck, D. Schiffmann (Hg.): Quellen zur Geschichte der deutschen Gewerkschaftsbewegung im 20. Jahrhundert - Band 3 - Die Gewerkschaften von der Stabilisierung bis zur Weltwirtschaftskrise 1924-1930 - Halbbände 1 und 2, S. 132 (Bibliographie )

[8]. http://library.fes.de/pdf-files/bibliothek/schneider/ms34-2.pdf p. 355.

[9]I. Steinisch: Der Kampf..., p. 480-p. 498. (Bibliographie )

[10]. http://www.historisches-lexikon-bayerns.de/artikel/artikel_44387.

[11]. http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/ma1/ma11p/kap1_1/para2_2.html.

[12]. http://www.reichsbanner.de/damals/abriss02.asp.

[13]. http://www.reichsbanner.de/damals/personen.asp.

[14]IML beim ZK der SED (Hg.): Dokumente und Materialien zur Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung - Reihe 2 - Band 8 - Januar 1924‑Oktober 1929, S. 44. (Bibliographie )

[15]H. Michaelis, E. Schraepler (Hg.): Ursachen und Folgen - Band 7 - Die Weimarer Republik 1928‑1930,(Bibliographie )

[16]. http://library.fes.de/library/netzquelle/rechtsextremismus/pdf/banner.pdf;

http://library.fes.de/library/netzquelle/rechtsextremismus/quelle28.html;

http://www.kulturland-brandenburg.de/2009/Schwarz Rot Gold - RautenbergSRG3A.pdf.

[17]H. Preuss: Gesammelte Schriften - Band 4, p. 266. (Bibliographie )

[18]O. Mertelsmann: Die Werft Blohm & Voss 1914‑1923, p. 24 (Bibliographie )

http://www.spd-net-sh.de/kiel/daten/dietrichsdorf/poggendoerper/Pogg0906t.htm.

[19]H. A. Winkler: Weimar 1918‑1933, S. 253 (Bibliographie )

M.‑L. Ehls: Protest und Propaganda - Demonstrationen in Berlin zur Zeit der Weimarer Republik, S. 97. (Bibliographie )

[20]. http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/ma1/ma11p/kap1_1/para2_2.html.

[21]. http://klaus-j-becker.de/docs/ArtikelMannheimerAbkommen.pdf.

[22]A. Linhardt: Feuerwehr im Luftschutz 1926-1945 - Die Umstrukturierung des öffentlichen Feuerlöschwesens in Deutschland unter Gesichtspunkten des zivilen Luftschutzes, p. 205-206. (Bibliographie )

[23]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=51.

[24]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=51.

[25]A. Linhardt: Feuerwehr..., p. 205-206. (Bibliographie )

[26]. http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/ma1/ma11p/kap1_1/para2_4.html.

[27]. http://library.fes.de/pdf-files/bibliothek/schneider/ms34-2.pdf p. 356.

[28]. http://library.fes.de/pdf-files/bibliothek/schneider/ms34-2.pdf p. 355.

[29]. http://library.fes.de/pdf-files/bibliothek/schneider/ms34-2.pdf p. 355-356.

[30]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=51.

[31]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=51.

[32]. http://territorial.de/berlin/stadtkrs.htm.

[33]. http://www.historisches-lexikon-bayerns.de/artikel/artikel_44621

[34]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=51;

O. Mertelsmann: Die Werft..., p. 247. (Bibliographie )

[35]. http://library.fes.de/pdf-files/bibliothek/schneider/ms34-2.pdf p. 356-357;

http://library.fes.de/fulltext/bibliothek/chronik/band2/e235f499.html.

[36]. http://library.fes.de/fulltext/bibliothek/chronik/band2/e235f499.html.

[37]K. Tenfelde: Geschichte..., p. 130-. (Bibliographie )

[38]. http://library.fes.de/parteitage/pdf/pt-jahr/pt-1924.pdf.

SPD (Hg.): Sozialdemokratischer Parteitag 1924 - Protokoll (11.‑14. Juni 1924), (Bibliographie )

[39]. http://www.trend.infopartisan.net/trd1108/t071108.html

http://library.fes.de/parteitage/pdf/pt-jahr/pt-1924.pdf, Crispien Eröffnungsrede S. 42- 50 (Zitat S. 49)

[40]I. Steinisch: Der Kampf..., p. 480-p. 498. (Bibliographie )

[41]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=51.

[42]K. Tenfelde: Geschichte..., p. 130-. (Bibliographie )

[43]A. Linhardt: Feuerwehr..., p. 205-206. (Bibliographie )

[44]A. Linhardt: Feuerwehr..., p. 205-206. (Bibliographie )

[45]A. Linhardt: Feuerwehr..., p. 205-206. (Bibliographie )

[46]A. Linhardt: Feuerwehr..., p. 205-206. (Bibliographie )

[47]R. Blessing: Die Modernisierung der Aussenpolitik und die deutsch-französischen Beziehungen 1923‑1929, p. 166-170; (Bibliographie )

http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/ma1/ma11p/kap1_1/para2_4.html.

[48]. La dénomination Roter Frontkämpferbund est fréquemment traduite par Ligue des Combattants du Front Rouge, ce qui prête à confusion, puisque rouge devient ainsi épithète de front, comme dans les expressions front uni, front antifasciste etc. Or le terme Frontkämpferbund se décompose en Bund et Frontkämpfer, et ce dernier terme est directement lié aux soldats qui combattaient au front pendant la guerre. Cf. par exemple un appel diffusé par le KPD peu avant la création du RFB: "Chaque prolétaire qui un tant soit peu réfléchit au sujet de la faim et de la misère que lui et ses proches ressentent tant et trop dans leur propre chair, chaque combattant du front [Frontkämpfer] rouge [rot] qui a trainé pendant des années dans les tranchées pour le capitalisme et ses Ludendorff et Lehmann, et qui aujourd'hui est disposé à donner de sa force physique et de ses capacités dans l'intérêt du prolétariat, doit adhérer." [H. Weber: Der deutsche Kommunismus, S. 93 (Bibliographie )] [Citation dans l'original .] Ainsi, dans Roter Frontkämpfer le qualificatif rouge se rapporte à combattant du front, et de la même façon dans Roter Frontkämpferbund le qualificatif rouge se rapporte à Ligue des combattants du front, ceci pour distinguer le RFB des organisations de combattants du front constitués par les forces politiques réactionnaires.

[49]. http://www.tonsplitter.de/22SPDKPD.pdf;

http://www.historisches-lexikon-bayerns.de/artikel/artikel_44799.

[50]A. Linhardt: Feuerwehr..., p. 205-206. (Bibliographie )

[51]. http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/ma1/ma11p/kap1_1/para2_4.html.

[52]E. Reidegeld: Sozialpolitik in Demokratie und Diktatur 1919‑1945, S. 172 (Bibliographie )

[53]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=52

[54]. http://www.historisches-lexikon-bayerns.de/artikel/artikel_44553

[55]P. Bruppacher: Adolf Hitler und die Geschichte der NSDAP - Teil 1, (Bibliographie )

[56]. http://www.historisches-lexikon-bayerns.de/artikel/artikel_44553

[57]. http://www.historisches-lexikon-bayerns.de/artikel/artikel_44553

P. Bruppacher: Adolf Hitler... - Teil 1, (Bibliographie )

A. Hofer: Kapitänleutnant Hellmuth von Mücke, S. 58 (Bibliographie )

M. Rösch: Die Münchner NSDAP 1925‑1933, p. 60 (Bibliographie )

[58]. http://www.luise-berlin.de/kalender/jahr/1925.htm

[59]. http://www.historisches-lexikon-bayerns.de/artikel/artikel_44621

[60]A. Grzesinski: Im Kampf um die deutsche Republik, p. 171. (Bibliographie )

[61]. http://www.wahlen-in-deutschland.de/wRPWGesamt.htm

[62]H. Niemann (Hg.): Geschichte der deutschen Sozialdemokratie 1917 bis 1945, p. 160-161 (Bibliographie )

[63]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=52

[64]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=52

[65]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=52

[66]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=52

[67]. http://www.zum.de/Faecher/G/BW/abbl/weimar/zeittafel.htm

[68]. http://www.zum.de/Faecher/G/BW/abbl/weimar/zeittafel.htm

[69]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=52

[70]. http://library.fes.de/fulltext/bibliothek/chronik/anhang.htm

[71]. http://library.fes.de/parteitage/pdf/pt-jahr/pt-1925.pdf

SPD (Hg.): Sozialdemokratischer Parteitag 1925 - Protokoll (13.‑18. September 1925), (Bibliographie )

Programm: S. 5-10

Punkt 5 - Das Parteiprogramm: Hilferding Bericht S. 272-283, Hilferding Schlusswort S. 293-300

[72]. http://www.1000dokumente.de/index.html?c=dokument_de&dokument=0004_spd&object=context&st=&l=de

[73]http://library.fes.de/parteitage/pdf/pt-jahr/pt-1925.pdf, S. 273

[74]SPD (Hg.): Das Heidelberger Programm - Grundsätze und Forderungen der Sozialdemokratie, p. 3: préface Paul Kampffmeyer (Bibliographie )

[75]. http://www.1000dokumente.de/index.html?c=dokument_de&dokument=0003_loc&object=context&st=&l=de

[76]. http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/lut/lut2p/kap1_1/kap2_40/para3_2.html

[77]D. Meurer: Justiz in Deutschland, (Bibliographie )

S. Busch: Hans Pfitzner und der Nationalsozialismus, (Bibliographie )

[78]. http://www.historisches-lexikon-bayerns.de/artikel/artikel_44600

P. Bruppacher: Adolf Hitler... - Teil 1, p. 146 (Bibliographie )

[79]H. Möller: Europa zwischen den Weltkriegen, p. 53  (Bibliographie )

[80]. http://www.zum.de/Faecher/G/BW/abbl/weimar/zeittafel.htm

[81]. http://www.1000dokumente.de/index.html?c=dokument_de&dokument=0003_loc&object=context&st=&l=de

[82]. B. Beier: Die Chronik der Deutschen, S. 327 (Bibliographie )

http://www.historisches-lexikon-bayerns.de/artikel/artikel_44485

[83]Volksentscheid (littéralement décision émanant du peuple) et Volksbegehren (littéralement demande émanant du peuple) constituent un procédé attribuant à l'ensemble des citoyens la faculté d'introduire une disposition législative. Dans un premier temps, le Volksbegehren peut soumettre au Parlement un projet de loi. Si ce projet est rejeté par les députés, un Volksentscheid peut statuer sur la question et, si le nombre nécessaire de votes favorables est atteint, donner force de loi au texte proposé.

[84]. http://www.1000dokumente.de/index.html?c=dokument_ru&dokument=0020_ber&object=context&st=&l=de

[85]. B. Beier: Die Chronik..., S. 327 (Bibliographie )

[86]. B. Beier: Die Chronik..., S. 327 (Bibliographie )

[87]. http://www.historisches-lexikon-bayerns.de/artikel/artikel_44581

[88]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=52

[89]. Beier S. 328 (Bibliographie )

[90]A. Grzesinski: Im Kampf um die deutsche Republik, p. 18, p. 182 (Bibliographie )

St. Naas: Die Entstehung des Preussischen Polizeiverwaltungsgesetzes von 1931, S. 44 (Bibliographie )

[91]. http://territorial.de/berlin/stadtkrs.htm.

[92]H. A. Winkler: Weimar 1918‑1933, S. 317 (Bibliographie )

[93]. http://www.historisches-lexikon-bayerns.de/artikel/artikel_44621

[94]. http://www.luise-berlin.de/kalender/jahr/1926.htm

[95]. http://www.meine-stadt-gera.de/privat2/goldenenjahre.htm. Lien périmé, une copie ici .

[96]. W. Deist: Studien zur preussisch-deutschen Militärgeschichte, S. 260 (Bibliographie )

[97]. E. Reidegeld: Sozialpolitik in Demokratie und Diktatur 1919‑1945, p. 172 (Bibliographie )

[98]. http://www.historisches-lexikon-bayerns.de/artikel/artikel_44553

P. Bruppacher: Adolf Hitler und die Geschichte der NSDAP - Teil 1, (Bibliographie )

A. Hofer: Kapitänleutnant Hellmuth von Mücke, S. 58 (Bibliographie )

M. Rösch: Die Münchner NSDAP 1925‑1933, p. 60 (Bibliographie )

[99]. http://library.fes.de/gmh/main/pdf-files/gmh/1984/1984-02-a-077.pdf

[100]. http://www.luise-berlin.de/kalender/jahr/1927.htm

P. Bruppacher: Adolf Hitler... - Teil 1, p. 161, p. 167(Bibliographie )

[101]http://library.fes.de/parteitage/pdf/pt-jahr/pt-1927.pdf

SPD (Hg.): Sozialdemokratischer Parteitag 1927 - Protokoll (22.‑27. Mai 1927), (Bibliographie )

[102]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=53

[103]. http://www.gelsenzentrum.de/emil_kirdorf_gelsenkirchen.htm

[104]. http://www.dhm.de/lemo/html/biografien/KirdorfEmil/

http://library.fes.de/fulltext/isk/es-61.pdf.

[105]. http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/bru/bru2p/kap1_1/para2_170.html

http://www.1000dokumente.de/index.html?c=dokument_de&dokument=0225_avg&object=context

[106]. E. Reidegeld: Sozialpolitik..., S. 172 (Bibliographie )

[107]. http://library.fes.de/fulltext/historiker/01084002.htm;

I. Steinisch: Der Kampf um die Achtsundenschicht in der Deutschen und amerikanischen Eisen- und Stahlindustrie 1880‑1929, p. 522. (Bibliographie )

[108]. http://www.historisches-lexikon-bayerns.de/artikel/artikel_44766

[109]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=53

[110]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=53

[111]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=53

[112]. http://www.kuehe-online.de/cms/index.php/lauchhammer/13-lauchhammer/9

[113]. http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/ma3/ma32p/kap1_1/kap2_124/para3_2.html

http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/ma3/ma32p/kap1_1/kap2_127/para3_2.html

I. Steinisch: Der Kampf..., p. 523-524 (Bibliographie )

H. A. Winkler: Weimar 1918‑1933, S. 329 (Bibliographie )