Home

 

Themes

 

Facts & Dates

 

Points of view

 

Site map

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Accueil

 

Thèmes

 

Faits & Dates

 

Points de vue

 

Plan site

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Inicio

 

Temas

 

Hechos & Fechas

 

Puntos de vista

 

Mapa sitio

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Faits & Dates  >  Allemagne 1918‑1939  >  1931

 

 

 

Écrit: janvier 2013

Version imprimable

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

           

1931

 

1 janvier

 

Pour le secteur minier de la Ruhr, le 12 novembre 1930 une sentence arbitrale appuyée par les employeurs avait confirmé la règlementation en vigueur concernant l'allongement des horaires de travail [Mehrarbeit], en maintenant jusqu'au 30 septembre 1931 la durée du travail existante[1]. Par contre, le 28 novembre, l'Association de mines (Zechenverband, union des employeurs des mines de la Ruhr) avait dénoncé les conventions collectives salariales à la fois pour les travailleurs et les employés techniques et commerciaux. Le 3 décembre il avait décidé qu'il annoncera le 15 janvier 1931 le licenciement des 300 000 travailleurs des mines à l'échéance du 31 janvier, en indiquant qu'il leur proposera de nouveaux contrats avec une baisse de salaire de 10 %. Le 29 décembre les employeurs avaient demandé au conciliateur pour Westfalen Max Brahn de déclarer l'échec des négociations. Le 30, l'Association de mines avait donné instruction aux entreprises de préparer le congédiement du personnel.

Ainsi, le 1er janvier, il n'y a plus de convention collective salariale. Dans beaucoup de localités, des grèves éclatent, sans le soutien de l'ADGB.

Le 2 janvier, sans le soutien de l'ADGB, débute un mouvement de grève dans 33 mines, auquel participent dès le départ environ 45 000 mineurs, nombre qui s'accroit par la suite. Quelques jours plus tard, des travailleurs des mines de Haute-Silésie se mettent en grève en solidarité avec les mineurs de la Ruhr. Des grèves de solidarité sont également organisées par les travailleurs des ports de Duisburg et Düsseldorf. Des unités armées de la police interviennent, causant des morts.

Le 5 janvier, le ministre du travail Adam Stegerwald (Zentrum) se rend dans la Ruhr, mais n'obtient aucun résultat. Une nouvelle procédure de conciliation est mise en oeuvre sous la présidence de M. Brahn, elle échoue. Les actions de grève se poursuivent, notamment dans le secteur de Duisburg. La participation s'élève jusqu'à 80 % du personnel.

 

 

5 janvier

 

Suite à des conflits internes à la SA, Adolf Hitler avait personnellement prise en main la direction de l'organisation, le 2 septembre 1930[2]. Le 5 janvier il nomme Ernst Röhm en tant que chef d'état-major [Stabschef], tout en restant lui-même dirigeant suprême de la SA [Oberster SA-Führer]. Dès lors, la SA tend de nouveau vers un développement en tant qu'unité paramilitaire.

 

 

9 janvier

 

Est édicte le décret du président sur le règlement de litiges de conciliation d'intérêt public [über die Beilegung von Schlichtungsstreitigkeiten öffentlichen Interesses].

Cf. le texte du décret .

Ce texte stipule que le conciliateur mandaté par le ministre du travail doit, sur ordre du ministre, nommer deux assesseurs indépendants, venant s'ajouter aux assesseurs représentant respectivement les employeurs et les travailleurs[3]. Si le bureau de conciliation ainsi composé n'arrive pas à une décision majoritaire, une décision est prise en excluant les représentants des employeurs et des travailleurs. La durée de vigueur du décret est fixée jusqu'au 31 juillet.

 

 

10 janvier

 

Dans le cadre du conflit du secteur minier de la Ruhr, un bureau de conciliation présidé par M. Brahn se réunit[4]. En absence de consensus, les représentants des employeurs et des travailleurs sont écartés, conformément au décret du 9 janvier. Brahn et les deux assesseurs indépendants rendent une sentence arbitrale fixant une baisse de salaire de 6 %. Employeurs et travailleurs rejettent la sentence. Le 12, le ministre du travail A. Stegerwald valide la sentence d'autorité. De façon similaire le litige concernant les salaires des employés commerciaux du secteur sera également tranché par une sentence arbitrale de Brahn allant dans le même sens.

 

 

Intervention de Joseph Goebbels (NSDAP) à l'assemblée nationale, 5 février 1931 (extraits)[5]

 

Vis-à-vis de ce système, nous ne ressentons aucune responsabilité. L'opposition national-socialiste n'a de responsabilité que vis-à-vis du peuple allemand, et au sujet de la volonté du peuple allemande, nous n'avons aucune crainte. [...] Le mouvement national-socialiste a exprimé par la voix de son dirigeant qu'il est légal. Or cela signifie; selon la constitution nous sommes seulement tenus à la légalité de la voie, cependant pas à la légalité de l'objectif. Nous voulons conquérir le pouvoir légalement. Mais ce que nous allons faire de ce pouvoir, une fois que nous le détenons, c'est une autre histoire. [...] Système, idées et hommes doivent tomber et doivent céder la place à un véritable gouvernement populaire, un véritable système populaire.

[Citation dans l'original .]

 

 

11 janvier

 

Sous l'impulsion de la RGO, se constitue le “Einheitsverband der Bergarbeiter Deutschlands” (“Fédération unitaire des travailleurs des mines d'Allemagne”)[6].

 

 

18 janvier

 

À Danzig (Gdańsk, aujourd'hui en Pologne), sous l'impulsion de la RGO, se constitue le “Einheitsverband der Seeleute, Hafenarbeiter und Binnenschiffer” (“Fédération unitaire des marins, travailleurs des ports et bateliers”)[7]. À Hambourg, le 12 février, au cours d'une assemblée à laquelle assistent 2000 personnes, est prise une décision dans le même sens. Durant le mois de février, d'autres groupes locaux sont créés à Brême et à Stettin (Pommern) (Szczecin, aujourd'hui en Pologne).

 

 

Janvier

 

L'ex-président de la Banque nationale [Reichsbank] Hjalmar Schacht et Fritz Thyssen, président du conseil de surveillance de la Vereinigte Stahlwerke AG, rencontrent Adolf Hitler, Hermann Göring et Joseph Goebbels[8].

 

 

7 février

 

L'assemblée nationale rejette, avec 292 voix ‑ SPD, Zentrum, DVP, WP, CSVD, KVP, BVP, DStP, VR, DBP ‑, contre 220, les motions de censure contre le gouvernement Heinrich Brüning (Zentrum), soumises par le NSDAP et le KPD[9].

 

 

10 février

 

L'assemblée nationale adopte, avec les voix du SPD, une modification du règlement de l'Assemblée[10]. Des propositions de loi en ayant des répercussions sur le budget ne seront recevables que si elles incluent les mesures de financement nécessaires. Les motions visant à constater si le gouvernement jouit de la confiance de l'assemblée nationale ‑ confiance exigée par l'article 54 de la constitution, qui stipule que l'absence de confiance entraine nécessairement la démission ‑ doivent être libellées en désignant explicitement le ou les membres du gouvernement visés.

 

 

10 mars

 

En Bavière, l'Union d'industriels de la métallurgie bavaroise (Verband Bayerischer Metallindustrieller) impose le lockout à 40 000 travailleurs du secteur, dans l'objectif de généraliser la durée de travail hebdomadaire de 54 heures et d'appliquer une baisse des salaires de 15,5 %[11].

 

 

17 mars

 

Le KPD soumet à l'assemblée nationale une motion de censure contre le gouvernement[12]. Elle est rejetée par 299 voix ‑ SPD, Zentrum, DVP, WP, Deutsches Landvolk, CSVD, KVP, BVP, DStP, VR, DBP ‑, contre 54 (KPD). (Le NSDAP et le DNVP continuent encore à ne pas participer aux sessions, attitude qu'ils avaient adoptée depuis le 10 février.)

 

 

En mars, le bureau confédéral [Bundeszuschuß] de l'ADGB se prononce en faveur de l'introduction durable de la durée du travail hebdomadaire de 40 heures, comme mesure contre le chômage[13]. Le 17 mars, l'assemblée nationale adopte une résolution préconisant l'adoption d'une mesure législative qui, "afin de soulager le marché du travail, prescrive la semaine de travail de quarante heures" [14]. [Citation dans l'original .] Le 30 mai, le président de l'ADGB Theodor Leipart (SPD) adressera au chancelier H. Brüning un appel à ce sujet.

 

 

Intervention de Peter Graßmann (SPD), à l'assemblée nationale, 12 mars 1931 extraits)[15]

 

L'automne de l'année dernière, nous avons encore pensé la semaine de 40 heures comme une mesure d'urgence. Je suis suffisamment honnête pour vous dire qu'au vu du développent de l'ensemble de l'économie dans le monde entier nous considérons la semaine de 40 heures comme un état permanent inéluctable. Les équipements techniques dans le monde entier ont créé une efficacité industrielle respectivement l'on accru à tel point, qu'aujourd'hui la journée de huit heures est largement dépassée. [...] Nous sommes conscients qu'avec cette revendication et sur la voie vers cet objectif, nous rencontrerons la résistance la plus vive. Mais cela ne nous dispense pas nous tous de la nécessité, contrairement au jugement individualiste antérieur concernant l'économie et l'industrie, de nous habituer de penser dans l'avenir collectivement, collectivement en ce que l'intérêt personnel de l'individu doit passer à l'arrière-plan par rapport au bienêtre général. [...] Mais je pense que personne ne peut contester sérieusement qu'actuellement et pour un certain temps, au vu de la détresse de pays entiers, voire du monde entier, ces dits dirigeants de l'économie ont partout échoué et doivent tolérer que l'état, la collectivité  prennent la place de l'initiative privée, pour sauver la masse de ses citoyens du naufrage. [...]

[Citation dans l'original .]

 

 

Notes du directeur ministériel Viktor von Hagenow au sujet d'un entretien du chancelier H. Brüning avec des représentants du groupe à l'assemblée nationale du SPD, 17 mars 1931 (extraits)[16]

 

Le député Dr. Breitscheid [...] Des déclarations du chancelier du Reich il déduit que, si la social-démocratie ne plaide pas pour un ajournement du Reichstag, cela signifierait une crise de cabinet. Il ne voit toujours pas pourquoi on ne pourrait pas se réunir brièvement à la Pentecôte. Car il faut quand même réfléchir à ce que signifie pour les social-démocrates l'éventualité qu'il n'y ait pas de Reichstag jusqu'ne octobre. La social-démocratie n'émettrait pas de réserves contre des pouvoirs dictatoriaux, mais elle devrait savoir d'abord ce que le gouvernement veut. Il est impossible qu'il présente au groupe parlementaire des informations générales telles qu'ils ont été fournies aux dirigeants social-démocrates aujourd'hui au cours de l'entretien. [...] En vue du congrès du parti du 31 mai le député Breitscheid formula encore une fois la demande insistante de ne pas rendre à la social-démocratie la situation difficile outre mesure.

Le député Wels souligna qu'on ne pourrait pas faire comprendre à la masse des travailleurs un ajournement  jusqu'en automne. On devrait aussi se mettre psychologiquement en disposition de sorte que les dirigeants social-démocrates puissent obtenir un certain succès au congrès. On tient constamment compte du Parti populaire. La social-démocratie n'est pas entièrement soumise au Parti populaire. Tout attrait effectif de la social-démocratie se perdrait si elle consentait sans plus à un ajournement jusqu'en automne. Dans l'intérêt de l'état démocratique il serait impératif qu'on prenne mieux en compte les souhaits de la social-démocratie, dans la question de l'ajournement aussi.

[Citation dans l'original .]

 

 

Intervention du ministre de la défense Wilhelm Groener (sans parti) à l'assemblée nationale, 19 mars 1931 (extraits)[17]

 

Fondamentalement, c'est un droit d'honneur de chaque Allemand de servir la patrie en tant que soldat. Malheureusement nous sommes contraints de fixer des limites pour certaines personnalités. Celles-ci doivent cependant être maintenues aussi étroites que possible. Pour des raisons politiques, doivent être refusés uniquement de tels prétendants pour lesquels il est avéré qu'ils ont eu des activités de nature hostile à la constitution, donc aussi à la défense. Des impairs de dirigeants ou membres de groupements à titre individuel ne peuvent donc pas être un motif pour l'exclusion de tous les membres de tels groupements ou partis, puisqu'à cet égard presque tous les groupements, qu'ils s'appellent Stahlhelm ou Reichsbanner, sont à tous les coups des pêcheurs. [...] membres de partis et groupements qui selon leur programme ou leur attitude effective sont disposés à modifier la constitution par des mesures de force. Des partisans d'un tel courant sont impossibles comme soldats. [...]

[Citation dans l'original .]

 

 

21 mars

 

Kurt von Schleicher (sans parti), qui dirige l'office ministériel de la Reichswehr, rencontre E. Röhm, dirigeant de la SA[18]. Ils conviennent que des national-socialistes pourront participer aux cours de formation dans le cadre des unités de la protection des frontières, sans être poursuivis en justice à ce sujet.

 

 

26 mars

 

L'assemblée nationale décide de fixer la date de la prochaine session au 13 octobre[19].

 

 

27 mars

 

À Brême (Bremen) se déroule un mouvement de grève dans les menuiseries de construction et d'ameublement[20].

 

 

28 mars

 

Est édicté le décret du président pour la lutte contre des actes de violence politiques [zur Bekämpfung politischer Ausschreitungen].

Cf. le texte du décret .

Il sera remplacé par le décret contre des actes de violence politiques du 14 juin 1932.

Est édicté également la loi contre l'utilisation illégale d'armes [gegen Waffenmißbrauch].

Cf. le texte de la loi .

Le décret pour la lutte contre des actes de violence politiques sera complété, le 30 mars, par deux décrets d'application.

Cf. le texte des décrets   .

Les discussions durant l'élaboration du décret portaient notamment sur deux points[21].

D'une part, le projet de texte envisageait comme motif d'interdiction de rassemblements le suivant: "que dans le but de combattre la forme d'état déterminée par la constitution, ou dans le cadre d'actes visant à ce but, des organes, institutions, offices ou fonctionnaires dirigeants de l'état font l'objet d'insultes ou de dénigrements malveillants" ["daß zur oder bei Bekämpfung der verfassungsmäßig festgestellten Staatsform Organe, Einrichtungen, Behörden oder leitende Beamte des Staates beschimpft oder böswillig verächtlich gemacht werden"]. Le ministre de la justice Curt Joël (sans parti) se prononça pour la suppression de la formule "dans le but de combattre la forme d'état déterminée par la constitution, ou dans le cadre d'actes visant à ce but". Le ministre de l'intérieur Joseph Wirth (Zentrum) et les représentants de la Prusse étaient de l'avis contraire, au motif qu'ainsi on prêterait le flanc à des attaques de la part de ministres national-socialistes qui pourraient alléguer que les ministres et membres de l'administration tentent à titre individuel de se soustraire à des critiques.

D'autre part, le projet de texte proposait un paragraphe imposant à la presse périodique la publication, à la demande d'une instance gouvernementale, de répliques en rapport avec des informations parues. Le ministre de l'intérieur de Prusse Carl Severing (SPD) se prononça contre cette disposition, en argüant qu'elle toucherait fortement les intérêts de la presse dans son ensemble, et que l'objectif visé peut être atteint au moyen d'interdictions sur la base de la loi sur la protection de la république.

Le texte effectivement adopté ne contient ni la partie de phrase mentionnée, relatif à l'interdiction de rassemblements, ni le paragraphe concernant le droit de réplique[22].

 

 

Notes du secrétaire d'état Hermann Pünder au sujet d'un entretien du chancelier Heinrich Brüning avec des députés à l'assemblée nationale du SPD, 29 avril 1931 (extraits)[23]

 

Hilferding souligne que le SPD ne souhaite nullement que l'éventuelle adoption de décrets d'urgence soit repoussée jusqu'après le congrès du parti prévu pour le 31 mai. Le SPD demande instamment que le gouvernement démente officiellement de telles informations, puisque autrement la direction du parti serait mise fortement en difficulté vis-à-vis du congrès. Selon Hilferding le SPD, face à d'éventuels décrets d'urgence, demeure totalement étranger et sans influence, et ne peut laisser surgir l'apparence, comme si existeraient des éléments de ses intentions cachés devant les membres du parti. Brüning s'engage à procéder le cas échéant aux démentis en question.

[Citation dans l'original .]

 

 

11 avril

 

Le préfet de police de Berlin Albert Grzesinski (SPD) annonce qu'il lèvera l'interdiction de manifestations pour le 1er mai[24].

 

 

Lettre du ministre de la défense Wilhelm Groener (sans parti) au major général à la retraite Gerold von Gleich, 26 avril 1931 (extraits)[25]

 

Il exprime l'avis

qu'à l'époque d'aujourd'hui la dite dictature voilée avec le assentiment du parlement présente beaucoup d'attrait.

[Citation dans l'original .]

 

 

4 mai

 

À Bremerhaven/Wesermünde (Bremen), des travailleurs de la société maritime Reederei Ebeling subissent un lockout, parce qu'ils ont participé à la manifestation des syndicats le 1er mai[26]. Le conflit se terminera le 11.

 

 

6 mai

 

Dans le secteur des mines de la Ruhr, des négociations de conciliation ont lieu au sujet des horaires de travail[27]. Le 6 mai, le conciliateur M. Brahn rend une sentence arbitrale que les syndicats acceptent. Il maintient la durée de sept heures par équipe, et introduit quelques mesures diminuant les frais à la charge des employeurs en dehors des salaires. La sentence est validée d'autorité, sur demande des fédérations présentes parmi les mineurs (Fédération des mineurs, Association de métier des travailleurs des mines chrétiens, Association de métier des travailleurs des mines Hirsch‑Duncker, Fédération professionnelle polonaise).

 

 

7 mai

 

Le préfet de police de Berlin A. Grzesinski interdit de parution l'organe du KPD, Rote Fahne, pour une période de 14 jours[28].

 

 

31 mai ‑ 5 juin

 

Un congrès du SPD se tient à Leipzig[29]. Fritz Tarnow présente le rapport au sujet de "Anarchie économique capitaliste et classe ouvrière" ["Kapitalistische Wirtschaftsanarchie und Arbeiterklasse"], Rudolf Breitscheid celui au sujet de "L'élimination du fascisme"  ["Die Überwindung des Faschismus"]. (Cf. ci-dessous.)

 

 

Résolutions adoptées au congrès du SPD tenu du 31 mai au 5 juin 1931

 

Élimination du fascisme (extraits)[30]

Le fascisme a été poussé dans la défensive par la résistance énergique du Parti social-démocrate. Au prix des sacrifices les plus lourds de la part de la classe ouvrière et du parti il a été empêché que les national-socialistes et les national-allemands s'emparent du pouvoir de gouvernement dans le Reich et en Prusse.

[Citation dans l'original .]

Anarchie économique capitaliste et classe ouvrière (extraits)[31]

La crise économique actuelle fournit encore une preuve terrible pour l'incapacité croissante du système capitaliste, de mettre en concordance l'approvisionnement de la société avec les possibilités d'approvisionnement existantes.

L'humanité peut être libérée de ces contradictions terribles de l'ordre économique en vigueur, uniquement par l'élimination du système capitaliste et la réalisation du socialisme. C'est la tâche du Parti social-démocrate et des syndicats qui lui sont liés, de mener cette lutte libératrice et d'organiser la classe ouvrière dans ce but.

En cela, le congrès est conscient, que le renversement du capitalisme ne peut être un acte bref, unique: il se déroule en tant que procès de transformation dans la lutte continue entre la classe ouvrière organisée et les puissances économiques du grand capitalisme. La lutte pour le socialisme ne peut être menée sans que soit en même temps menée la lutte pour l'amélioration de la situation des travailleurs à l'époque actuelle.

[...]

Le congrès est conscient que la tâche de faire aboutir ces revendication actuelles de même que la réalisation du socialisme, sont des questions de pouvoir politique. [...]

[Citation dans l'original .]

 

 

Discours d'ouverture prononcé par Otto Wels au congrès du SPD tenu du 31 mai au 5 juin 1931 (extraits)[32]:

 

En Russie règne uniquement la dictature de la bureaucratie sur le prolétariat et sur les paysans. L'état ouvrier Russie n'est plus qu'un conte pour enfants crédules. [...] L'économie socialiste présuppose une maturité du développement économique qui manquait complètement en Russie, et qui encore aujourd'hui est encore loin d'être atteinte. À cet état du développement économique correspond un prolétariat, qui n'est pas mûr pour l'économie socialiste et pour la société socialiste. Le travailleur russe n'est pas un véritable prolétaire, il lui manque l'éducation de plusieurs générations du travailleur de l'industrie anglais et allemand. [...] Cependant maintenant nous voyons en Russie une nouvelle tentative de rassembler les forces productives du pays sous une forme capitaliste d'état et nous constatons qu'en Russie les drapeaux rouges du communisme ne servent qu'à voiler l'économie capitaliste. [...] Bolchévisme et fascisme sont frères. Ils sont basés sur la force, sur la dictature, quels que soient leurs efforts de paraitre socialistes et radicaux. [...]

[Citation dans l'original .]

 

 

Victor Schiff (SPD), mai 1931

 

Selon Victor Schiff le SPD doit adopter une attitude de soutien au gouvernement Brüning[33]:

pour sauver le parlementarisme dans cette période de transition jusqu'à ce que soit surmontée la pire crise économique, et pour éviter la dictature, inévitable autrement.

[Citation dans l'original .]

Cf. également les explications de Rudolf Hilferding dans le même sens .

 

 

5 juin

 

Est édicté le deuxième décret du président pour la consolidation de l'économie et des finances [zur Sicherung von Wirtschaft und Finanzen] (après celui du 1er décembre 1930).

Cf. le texte du décret .

Il introduit de larges mesures d'économie. Il stipule que sur décret gouvernemental et avec l'approbation de l'assemblée nationale, la durée du travail hebdomadaire peut être limitée pour des métiers spécifiques à 40 heures[34]. Cette possibilité sera peu employée. Il complète la loi sur l'assurance-chômage et les agences pour l'emploi [über die Arbeitslosenversicherung und die Arbeitsvermittlung] du 16 juillet 1927 par des mesures de promotion du Service de travail volontaire [Freiwilliger Arbeitsdienst][35].

 

 

Lettre d'August Heinrichsbauer ‑ un journaliste proche des industriels de la Ruhr ‑ à Heinrich von Gleichen, éditeur de l'hebdomadaire Der Ring, 12 juin 1931 (extraits)[36]

 

Le noeud de la controverse tourne autour du type de composition du gouvernement, qui un jour devra suivre, et devra suivre, au cabinet Brüning. Mon point de vue personnel va dans le sens que l'opposition nationale, que j'esquisserais par les noms de Hitler, Hugenberg, Seldte, ne pourrait pas supporter d'assumer la succession immédiate soit directement, soit par des personnes qui se sont mis en avant comme membres du parti. Dans un premier temps les tâches à résoudre par le cabinet futur ‑ indépendamment des détails de la composition personnelle ‑ seront difficiles à tel point que leur résolution ira de pair avec un maximum d'impopularité. [...] Personnellement, il me semble que le mieux serait que le cabinet actuel soit remplacé par un cabinet de personnalités fortes et décidées [...] qui devraient être proches de la droite nationale et vis-à-vis desquelles la droite devrait adopter une attitude d'opposition bienveillante (et bien sûr largement concertée). [...] Or il me semble nécessaire de n'entreprendre au niveau du Reich aucun pas qui ne soit pas accompagné d'un acte correspondant en Prusse. [...] Je suis fermement convaincu qu'avec le temps, tout le système actuel du parlementarisme anonyme, démocratique sera remplacé par un nouveau système qui sera orienté vers la responsabilité de dirigeant et la solidarité de leurs équipes, et qui comportera des références considérables par rapport au fascisme italien, naturellement sans qu'il faille respectivement doive le copier jusque dans les détails. Simplement, ce qui compte pour moi, c'est de faciliter la voie à ce futur système et de ne pas la lui compliquer inutilement.

[Citation dans l'original .]

 

 

19 juin

 

Un entretien a lieu entre Edmund Stinnes et Adolf Hitler[37].

 

 

Edmund Stinnes

 

Après la mort de Hugo Stinnes en 1924, sa veuve héritait de sa fortune et ses deux fils Edmund et Hugo jr. deviennent plénipotentiaires[38]. Le groupe accumule des dettes. Hugo Stinnes jr. organise une cessation d'actifs. En 1926 il transfert une grande partie des fonds restants dans la Hugo Stinnes Corporation à New York, nouvellement constituée.

Pour Hugo Stinnes, cf.  .

 

 

20 juin

 

Dans le secteur des mines de la Ruhr, le 15 mai, les employeurs avaient dénoncé à l'échéance du 30 juin la convention en cours concernant les salaires[39]. Des négociations avaient eu lieu le 15 juin entre le l'Association de mines (Zechenverband, union des employeurs des mines de la Ruhr) et les syndicats. En absence d'accord, intervient le conciliateur M. Brahn. Celui-ci prend en compte un accord intervenu ce même 15 juin dans le secteur des mines de Haute-Silésie, qui prolonge jusqu'au 1er octobre les normes de salaires en cours. Brahn rend une sentence arbitrale le 20 juin qui prolonge jusqu'au 30 septembre les normes de salaires en cours dans la région de la Ruhr. Le 26 juin, le ministre du travail A. Stegerwald validera la sentence d'autorité.

 

 

Juin

 

La soumission formelle de la Prusse aux autorités au niveau national est une exigence poursuivie par le DVP, qui participe au gouvernement national avec le Zentrum mais se trouve dans l'opposition en Prusse, où le Zentrum fait partie du gouvernement avec le SPD[40]. En juin 1931 le président du parti Eduard Dingeldey affirme que les changements d'orientation nécessaires "qui consiste à se détacher du socialisme" devraient aussi "conduire à une situation nouvelle en Prusse" et que le DVP attend du chancelier H. Brüning et du Zentrum que l'assemblée régionale de Prusse se dissolve elle-même. [Citation dans l'original .]

 

 

9 juillet

 

Le 4 février, l'organisation Casque d'acier avait initié, en vue de la dissolution de l'assemblée régionale de Prusse, une procédure selon le dispositif de plébiscite (Volksbegehren) et référendum (Volksentscheid)[41]. L'action est soutenue par DNVP, NSDAP, DVP ainsi que quelques organisations parlementaires et extraparlementaires plus petites[42]. Le plébiscite s'était déroulé en avril et avait obtenu 5,9 millions de signatures, c'est-à-dire plus que la barre des 20 % nécessaires. Le 9 juillet, l'assemblée régionale rejette la demande de dissolution. Le 21, le KPD décidera de s'associer à la mise en oeuvre du référendum (Volksentscheid). Pour motiver cette attitude, le parti demande sous forme d'ultimatum au premier ministre de Prusse Otto Braun (SPD) et au ministre de l'intérieur de Prusse C. Severing, de lever l'interdiction du RFB, ce à quoi le gouvernement ne donne pas suite. Le référendum aura lieu le 9 août. Le résultat est de 9,8 millions de voix (36,9 %), c'est-à-dire la majorité exigée ne sera pas atteinte.

 

 

Déclaration du gouvernement de Prusse, 6 aout 1931 (extraits)[43]

 

Aux électeurs et électrices de Prusse!

Des partis de droite, le Stahlhelm et les communistes ‑ des ennemis mortels unis dans un accouplement anormal appellent au référendum pour la dissolution du Landtag de Prusse. Des partis dont les partisans fanatiques s'affrontent quotidiennement dans des agressions et des luttes sanglantes, se retrouvent soudainement ensemble. Avec la même arme du bulletin "oui" pour le référendum les deux partis veulent obtenir des choses le plus opposées qu'on puisse imaginer: les uns une Prusse de soviets imitant les méthodes bolchéviques, russes, les autres la vielle Prusse hostile au peuple du tort de vote [Wahl-Unrecht] à trois niveaux ou d'un régiment de force fasciste.

[...] Unis, les extrémistes à gauche et à droite, les national-socialistes et communistes veulent prendre d'assaut le dernier grand bastion, la citadelle de la démocratie et de la république en Allemagne: la Prusse. [...] La voie devrait maintenant être libre pour la réalisation des plans visant à la destruction de tous ces droits pour le peuple, qui après l'effondrement de 1918 ont finalement donné au peuple la force et le courage, d'édifier à partir des décombres du vieux Reich allemand un nouveau, et de préserver ainsi les Allemands de la destruction ‑ autrement certaine ‑ en tant que peuple possédant son état. [...]

[Citation dans l'original .]

 

 

17 juillet

 

Est édicté le deuxième décret du président pour la lutte contre des actes de violence politiques [zur Bekämpfung politischer Ausschreitungen] (après celui du 28 mars 1931).

Cf. le texte du décret .

Il sera complété par plusieurs autres textes.

Le 18 juillet est édicté un décret d'application [zur Durchführung der Zweiten Verordnung...].

Cf. le texte du décret .

Le 10 aout est édicté un décret de modification [zur Änderung der Zweiten Verordnung...].

Cf. le texte du décret .

Le même jour est publié la notification de la nouvelle version [Bekanntmachung der neuen Fassung der Zweiten Verordnung...].

Cf. le texte du décret .

Puis, toujours le 10 aout sont édictés les dispositions d'application et les lignes conductrices concernant l'usage du décret pour la lutte contre des actes de violence politiques [Ausführungsbestimmungen und Richtlinien für die Handhabung der Verordnung des Reichspräsidenten zur Bekämpfung politischer Ausschreitungen] du 28 mars 1931, du 17 juillet 1931 et du 10 aout 1931.

Cf. le texte du décret .

Ce décret pour la lutte contre des actes de violence politiques sera finalement remplacé par le décret du président contre des actes de violence politiques [gegen politische Ausschreitungen] du 14 juin 1932.

 

 

2 aout

 

Le préfet de police de Berlin A. Grzesinski interdit de parution l'organe du KPD, Rote Fahne, pour une période de 5 jours[44].

 

 

11 aout

 

Le préfet de police de Berlin A. Grzesinski interdit de parution l'organe du KPD, Rote Fahne, pour une période de 14 jours[45].

 

 

Lettre du ministre de la défense Wilhelm Groener (sans parti) au ministre de l'intérieur Joseph Wirth (Zentrum), 14 aout 1931 (extraits)[46]

 

[...] me confortent dans la conviction qu'il est temps de faire face au danger communiste-bolchévique en Allemagne par des mesures immédiates et énergiques. [....] L'autorité de l'état souffrirait forcément les dommages les plus graves si on ne barre pas définitivement la route très prochainement à toute nouvelle intrigue et acte de violence communistes. [...] Je pense cependant devoir attirer votre attention sur ce point, puisque malheureusement je ne peux pas me défaire de l'impression que les mesures de riposte adoptées jusqu'ici ne correspondent pas à la menace communiste tandis qu'il importe justement dans la situation politique et économique actuelle, de mettre un terme à des troubles internes de façon prévoyante et préventive.

[Citation dans l'original .]

 

 

31 aout ‑ 4 septembre

 

L'ADGB tient un congrès à Frankfurt/M[47].

 

 

Lettre de Paul Reusch au secrétaire général du RDI Ludwig Kastl, 6 septembre 1931 (extraits)[48]:

 

[...] Je suis de l'avis que monsieur Brüning, après que les attentes que nous avons placées en lui n'ont pas été satisfaites et compte tenu du fait qu'il n'a pas le courage de se séparer de la social-démocratie, doit être combattu de la façon la plus tranchante par le monde des affaires et le Reichsverband, et que l'industrie devrait lui exprimer tout à fait ouvertement sa défiance. [...]

En outre je suis de l'avis que nous devrions enfin modifier notre tactique vis-à-vis des syndicats. L'industrie était jusqu'ici trop lâche pour engager la lutte avec les syndicats de la façon la plus tranchante. [...]

[Citation dans l'original .]

 

 

Paul Reusch

 

Cf. .

 

 

11 septembre

 

Sur invitation d'Emil Kirdorf, A. Hitler rencontre Albert Vögler[49]. À la rencontre participent également Ernst Brandi, Ernst Poensgen, Friedrich Springorum jr., Fritz Thyssen.

 

 

Emil Kirdorf

 

Cf. .

 

 

Albert Vögler[50]

 

Cf. .

En février 1929 Albert Vögler fait partie de la délégation allemande dans le cadre de la conférence internationale d'experts à Paris, qui, sous la présidence d'Owen Young, mène des négociations relatives à la question des réparations. En mai, il refuse d'approuver le plan élaboré et quitte la délégation.

En 1933‑1934, la Vereinigte Stahlwerke AG sera réorganisée, avec à la tête une Holding AG. Vögler est président du comité de direction de la société holding, et il est membre des conseils de surveillance des filiales. En 1935 il cède son poste de président du comité de direction à Ernst Poensgen; en 1936 il devient président adjoint du conseil de surveillance, puis en 1939 il succède à Friedrich Thyssen comme président du conseil de surveillance.

En 1933 Vögler entrera à l'assemblée nationale par le biais d'une liste associée au NSDAP, sans qu'il soit membre du parti. De 1942 à 1945 il occupera le poste de "dirigeant d'économie de défense" [Wehrwirtschaftsführer].

 

 

Ernst Brandi[51]

 

Ernst Brandi est, à partir de 1911, membre du conseil d'administration de la Gelsenkirchener Bergwerks-AG.

En octobre 1927 Brandi est désigné comme dirigeant de l'Association pour les intérêts miniers dans le district Oberberg-Dortmund (Verein für die bergbaulichen Interessen im Oberbergamtsbezirk Dortmund), dénommée communément Association minière (Bergbau-Verein), et de l'Association de mines (Zechenverband, union des employeurs des mines de la Ruhr). Il est également membre de la direction du RDI.

Jusqu'à 1931 il est membre du DVP.

 

 

Ernst Poensgen[52]

 

Cf. .

En 1935 il remplace A. Vögler (qui est par ailleurs président du conseil de surveillance) au poste de président du comité de direction de la Vereinigten Stahlwerke AG (VStAG). En octobre 1943 il démissionne de son poste de président du comité de direction de la VStAG.

À partir de 1930 il est président de l'Association d'industriels du fer et de l'acier allemands (Verein deutscher Eisen- und Stahlindustrieller). Cette organisation sera transformée en 1934 en Groupe d'économie de production de fer (Wirtschaftsgruppe Eisenschaffende Industrie); Poensgen restant dans sa fonction. Il sera cependant révoqué de ce poste en mai 1942.

 

 

Friedrich Springorum jr.[53]

 

Cf. .

De 1930 à 1933 Friedrich Springorum jr est président de l'Association pour la préservation des intérêts économiques communs en Rhénanie et Westphalie.

 

 

Friedrich Thyssen[54]

 

Cf. .

En 1933 Friedrich Thyssen adhèrera au NSDAP[55]. (À ce sujet on trouve aussi la date de 1931. De fait, son épouse Amélie est entrée au NSDAP le 1er mars 1931. Fritz Thyssen, après son entrée au parti, a entrepris des démarches pour obtenir un numéro d'adhérent correspond à l'époque de l'adhésion de son épouse, mais sans succès.) En novembre 1933 il deviendra député à l'assemblée nationale. En 1939 il quitte l'Allemagne.

 

 

27 septembre

 

Est édicté le décret du président sur le règlement de litiges de conciliation d'intérêt public [über die Beilegung von Schlichtungsstreitigkeiten öffentlichen Interesses] qui reprend les dispositions de celui du 9 janvier (dont la durée de vigueur avait été fixée jusqu'au 31 juillet)[56]. Il a une durée de vigueur jusqu'au 10 octobre.

Cf. le texte du décret .

 

 

28 septembre

 

Dans le secteur des mines de la Ruhr, les négociations salariales avaient repris le 9 septembre en vue de l'échéance du 30 septembre[57]. Le 28, l'Association de mines (Zechenverband, union des employeurs des mines de la Ruhr) décide qu'elle licenciera l'ensemble des travailleurs si au 30 septembre la convention salariale en cours expire sans être remplacée. Le jour même, le conciliateur M. Brahn réunit les représentants des employeurs et des syndicats, puis en absence d'accord, fait intervenir deux assesseurs indépendants. La décision adoptée consiste en une baisse des salaires de 7 % ne pouvant être dénoncé avant l'échéance du 31 janvier 1932. La décision est rejetée par les employeurs et les syndicats.

 

 

29 septembre

 

11 unions d'employeurs, dont le RDI et la Fédération des Unions d'employeurs allemandes, adressent au gouvernement un mémorandum (cf. ci-dessous).

 

 

Exigences formulées par 11 unions d'employeurs, 29 septembre 1931 (extrait)[58]

 

1. réduction plus poussée des missions et des dépenses des pouvoirs publics,

2. une adaptation des salaires et rémunération à la situation économique régnante,

3. adaptation à ce qui est économiquement possible, des charges largement trop élevées, et simplification énergique de l'administration dans tous les domaines de l'assurance sociale, y compris de l'assurance-chômage,

4. baisse des tarifs de la Reichsbahn, de la Reichspost et des entreprises d'approvisionnement au niveau des communes,

5. libération du marché monétaire allemand de la pression liée aux dettes publiques pendantes,

6. élimination définitive de tous les restes de l'économie planifiée.

[Citation dans l'original .]

 

 

30 septembre

 

Est édicté le deuxième décret du président sur le règlement de litiges de conciliation d'intérêt public [über die Beilegung von Schlichtungsstreitigkeiten öffentlichen Interesses] (après celui du 27 septembre), qui autorise le ministre du travail à modifier les sentences arbitrales rendues en vertu du premier décret en ce qui concerne la durée de vigueur, à l'occasion de la validation d'autorité d'une sentence[59].

Cf. le texte du décret .

 

 

Dans le conflit dans le secteur des mines de la Ruhr, finalement le ministre du travail impose la sentence arbitrale avec une durée de vigueur jusqu'au 30 novembre 1931[60].

Fin septembre des grèves éclatent dans l'ouest de la Ruhr, sans le soutien de l'ADGB. Après l'annonce de la décision gouvernementale, le 1er octobre, une partie importante des équipes du matin reste absente, et lors des équipes de midi manquent 3740 travailleurs (6,25 % du total). Les employeurs procèdent à des licenciements, notamment de membres du Conseil d'entreprise agissant en faveur de la grève. Dans la journée les fédérations présentes parmi les mineurs (Fédération des mineurs, Association de métier des travailleurs des mines chrétiens, Association de métier des travailleurs des mines Hirsch‑Duncker, Fédération professionnelle polonaise) publient une déclaration qui appelle au respect de la clause de paix sociale prévu par la procédure d'arbitrage.

 

 

1er octobre

 

En réaction au mémorandum adressé le 29 septembre par les employeurs au gouvernement, les syndicats publient un document exposant leurs revendications (cf. ci-dessous).

 

 

Revendications formulées par les syndicats, 1er octobre 1931 (extrait)[61]

 

1. sécurisation d'un approvisionnement suffisant de tous les chômeurs,

2. diminution de la durée du travail,

3. maintien et augmentation du pouvoir d'achat des salaires et rémunérations, sécurisation du droit conventionnel et du système de conciliation d'état,

4. baisse des douanes avec l'objectif d'ajuster plus fortement les prix et le cout de la vie allemands au niveau des prix du marché mondial, qui a baissé,

5. relâchement des ententes monopolistiques sur les prix à tous les niveaux de l'économie, allant de pair avec un renforcement du contrôle public,

6. surveillance publique sur les banques avec pour objectif la prévention concernant la gestion défectueuse du capital et sécurisation de l'utilisation du capital dans l'économie nationale,

7. réduction intransigeante des salaires et pensions supérieurs dans l'économie et l'administration.

[Citation dans l'original .]

 

 

2 octobre

 

À Bremerhaven/Wesermünde (Bremen) débute une grève dans la fabrique de pierres Kalksandsteinfabrik H. F. Kistner[62]. Elle se terminera le 16.

 

 

6 octobre

 

Est édicté le troisième décret du président pour la consolidation de l'économie et des finances et pour la lutte contre des actes de violence politiques [zur Sicherung von Wirtschaft und Finanzen und zur Bekämpfung politischer Ausschreitungen] (après ceux du 5 juin 1931 et du 17 juillet 1931).

Cf. le texte du décret .

Le 19 octobre il sera complété par le décret d'application du troisième décret pour la consolidation pour la lutte contre des actes de violence politiques.

Cf. le texte du décret .

Le décret sera partiellement remplacé par le décret contre des actes de violence politiques du 14 juin 1932.

 

 

10 octobre

 

Le gouvernement avait tenté de mettre en oeuvre un projet d'union douanière entre l'Allemagne et l'Autriche[63]. La France, hostile à cette éventualité, avait pris de mesures de rétorsion financières, provoquant l'échec du projet et l'offre de démission, le 3 octobre, du ministre des affaires étrangères Julius Curtius (DVP). Le président Paul von Hindenburg saisit l'occasion pour pousser à un remaniement du gouvernement dans le sens d'une ouverture vers la droite. Le 9, il congédie les ministres Curtius, J. Wirth (intérieur) et Theodor von Guerard (transports, Zentrum). Il demande au chancelier H. Brüning de constituer un gouvernement "entièrement indépendant" "sans engagements en termes de parti", et si possible d'obtenir la participation de dirigeants éminents de l'économie[64].  [Citation dans l'original .] Sur ce dernier point Brüning n'aura que peu de succès[65].

Le 10, H. Brüning constitue un nouveau gouvernement. C. Joël (sans parti) est ministre de la justice, Hermann Warmbold (sans parti, membre du conseil d'administration de la Badische Anilin- und Soda-Fabrik, BASF) ministre de l'économie; Gottfried Treviranus (KVP) qui avait appartenu au précédent gouvernement devient ministre des transports, Wilhelm Groener (sans parti) continue comme ministre de la défense mais prend en charge également le ministère de l'intérieur. Warmbold démissionnera de son poste le 28 avril 1932.

 

 

Le président P. v. Hindenburg reçoit A. Hitler et H. Göring[66]. Le même jour, Kurt von Schleicher, qui dirige l'office ministériel de la Reichswehr, rencontre Hitler, avec lequel il s'entretiendra de nouveau vers le 22 octobre.

 

 

Efforts du SPD en faveur de la participation à une coalition gouvernementale

 

Le SPD poursuit ses efforts pour amener H. Brüning vers une alliance en sa faveur. Ainsi le premier ministre de Prusse O. Braun (SPD) se montre prêt à soutenir un cumul de la fonction qu'il occupe avec celle de chancelier du Reich, réforme envisagée au moins depuis l'été de l'année[67]. Dans cette perspective, en 1932, Braun se déclarera disposé à oeuvrer au sein du SPD en faveur d'un soutien à la candidature de Brüning comme premier ministre de Prusse aux élections à l'assemblée régionale d'avril 1932. (Cf. ci-dessous.)

Cf. également la position adoptée en juin 1932 par le ministre de l'intérieur de Prusse C. Severing (SPD) .

 

 

Otto Braun (SPD) au sujet d'un cumul des fonctions de chancelier du Reich et de premier ministre de Prusse

 

Mémoires d'O. Braun (extraits)[68]:

[...] Au cours de la crise concernant le ministre de la finance le chancelier Brüning me fit savoir, qu'il considère comme opportun, si je chargerais le ministre des finances du Reich Dietrich du ministère des Finances prussien, de sorte qu'ainsi ces deux ressorts financiers importants se retrouveraient en une main. Par là serait fait aussi un pas pratique sur la voie vers la réforme du Reich, et les débats au sujet du dualisme Reich-Prusse seraient quelque peu contenus. La tendance de cette proposition m'était tout à fait sympathique, puisqu'elle correspondait à ma position par rapport au problème de la réforme du Reich qui, comme il me semblait, dont la solution pouvait être rapprochée de la façon la plus appropriée en suivant la voie de l'union personnelle dans les fonctions dirigeantes. Déjà le 3 novembre 1931, lorsque le chancelier me rendit visite après mon retour du congé de maladie, j'avais fait comprendre à celui-ci qu'au vu de mon état de santé et du développement politique dans le Reich, laquelle à l'occasion des élections à venir du Landtag allait avoir des répercussions aussi en Prusse, j'avais l'intention de démissionner, si j'avais la garantie que ma démission conduirait à la fusion des deux fonctions dirigeantes en Prusse et dans le Reich. J'interviendrai dans mon parti en faveur de son élection comme premier ministre prussien. Plus tard j'appris que cela ne pouvait pas se faire, parce que Hindenburg ne voulait pas.

[Citation dans l'original .]

Cf. également: lettre d'O. Braun à Arnold Brecht, 29 aout 1932 .

 

 

11 octobre

 

À l'initiative d'Alfred Hugenberg, président du DNVP, des représentants d'organisations politiques qui se conçoivent comme l´"opposition nationale" se rencontrent au cours d'une réunion publique à Bad Harzburg[69]. Les organisateurs viennent du NSDAP, du DNVP, de l'organisation Casque d'acier (Stahlhelm), de la Ligue rurale nationale (Reichslandbund), de l'Union panallemande et des Unions patriotiques associées d'Allemagne (Vereinigte Vaterländische Verbände Deutschlands, association constituée en janvier 1923). Parmi les principaux intervenants figurent Hugenberg, A. Hitler, les dirigeants de l'organisation Casque d'acier Franz Seldte et Theodor Duesterberg, le président de la Ligue rurale nationale Eberhard von Kalckreuth, l'ex-président de la Banque nationale [Reichsbank] Hjalmar Schacht, le président de l'Union panallemande Heinrich Claß, et le président de l'Association d'Unions patriotiques Rüdiger von der Goltz. Schacht, à l'occasion de la rencontre, adhère au NSDAP.

L'alliance se désagrègera à l'occasion des élections présidentielles de mars 1932.

 

 

Résolution adoptée à Bad Harzburg au nom du “Front national” (“Nationale Front”), 11 octobre 1931[70]

 

Depuis des années l'opposition nationale à mis en garde en vain contre la défaillance des gouvernements et de l'appareil d'état envers la terreur sanglante du marxisme, le bolchévisme culturel qui avance et le déchirement de la nation par la lutte de classe, contre l'élimination planifiée des forces nationales de la direction de l'état, contre une politique qui, pour ce qui est de l'émasculation politique, économique et militaire de l'Allemagne dépasse même le diktat de Versailles, contre une politique qui abandonne l'économie nationale au profit d'utopies d'économie mondiale, contre une politique de la servilité vis-à-vis de l'étranger, qui n'a amené ni l'égalité de droits de l'Allemagne ni a préservé l'Est déchiré d'une irruption guerrière.

Décidés de préserver notre pays du chaos du bolchévisme, de sauver notre politique par un recours efficace à nos propres moyens du tourbillon de la banqueroute économique et de contribuer par là à ce que le monde trouve la paix véritable, nous déclarons: Nous sommes prêts à assumer la responsabilité dans des gouvernements dirigés sur des positions nationales, dans le Reich et en Prusse. Nous ne repoussons aucune main qui s'offre à nous pour une coopération authentiquement honnête. Cependant nous devons refuser de soutenir d'une façon quelconque le maintien d'un faux système et la continuation d'une fausse orientation dans un gouvernement des forces passées, qui n'est national que par camouflage. Tout gouvernement qui serait formé contre la volonté de l'opposition nationale unie, doit s'attendre à attitude hostile de notre part. [...]

[Citation dans l'original .]

 

 

13‑16 octobre

 

Le 13 octobre le chancelier H. Brüning présente à l'assemblée nationale le nouveau gouvernement[71].

Le KPD et le NSDAP présentent séparément diverses motions de censure contre le gouvernement et contre certains ministres, ainsi que des motions demandant la dissolution de l'assemblée nationale. Les votes ont lieu le 16 octobre[72]. Les deux motions contre le gouvernement dans son ensemble sont rejetées par 295 voix‑ SPD, Zentrum, quelques députés du DVP, WP, CSVD, KVP, BVP, DStP, VR, DBP ‑, contre 270 ‑ NSDAP, KPD, DNVP, une partie du DVP, Deutsches Landvolk, SAP). Le résultat du vote concernant la dissolution de l'assemblée nationale diffère par le fait que le DVP se prononce contre.

À l'issue de la session il est décidé que la session suivante se tiendra le 23 février 1932, alors que le KPD avait demandé qu'elle se tienne le 20 octobre[73].

 

 

Déclaration d'investiture du chancelier Heinrich Brüning (Zentrum) à l'assemblée nationale, 13 octobre 1931 (extraits)[74]:

 

C'est pourquoi, mesdames, messieurs, j'ai pris la décision, parce que je suis arrivé à la conclusion qu'aucune autre voie n'est possible pour former un gouvernement qui soit encore plus indépendant des partis que l'a été le cabinet précédent. Je pensais rendre un service au peuple allemand, après qu'une grande réunion des partis n'est pas possible, si au moins je poursuivais l'objectif que  ce gouvernement, qui se trouve ici devant vous, n'a pas besoin de tenir compte d'un quelconque parti dans le sens qu'il compterait dans le cabinet des ministres liés à un parti.

[Citation dans l'original .]

 

 

17‑18 octobre

 

Le SA organise une cérémonie à Braunschweig, à laquelle participent environ 100 000 personnes[75]. Des affrontements se produisent entre national-socialistes et communistes, il y a 2 morts et 60 blessés graves. Sur réclamation du SPD, le ministère de l'intérieur mène une enquête, mais le ministre W. Groener se contente rapidement des comptes-rendus du ministre de l'intérieur de Braunschweig Dietrich Klagges (NSDAP). A. Hitler fera transmettre à Groener ses remerciements pour son "examen impartial de l'affaire de Braunschweig"[76]. [Citation dans l'original .] À ce sujet, K. v. Schleicher écrira le 4 novembre à Ernst Röhm du NSDAP en le remerciant pour le matériel que celui-ci lui avait fait parvenir[77],

à partir duquel j'ai pu me convaincre de façon irrécusable, que de la part de la direction au niveau du Reich du Parti ouvrier national-socialiste allemand tout est mis en oeuvre, pour maintenir le parti sur la ligne proposée par le chef du parti, de la légalité la plus stricte.

[Citation dans l'original .]

 

 

Lettre du ministre de la défense Wilhelm Groener (sans parti) au major général à la retraite Gerold von Gleich, 1er novembre 1931 (extraits)[78]

 

Maintenant Hitler est lié double- et triplement au poteau de la légalité et doit jeter hors du parti quiconque agit contre son ordre. Cela prendra sans doute quelque temps jusqu'à ce qu'il ait rejeté les éléments malpropres et agités. Il  veut être en bon rapports avec le gouvernement Brüning et ne pense pas à aider la bande à Hugenberg par exemple de venir au pouvoir.

[Citation dans l'original .]

 

 

31 octobre

 

Un décret du ministre de l'intérieur de Prusse C. Severing remplace les dispositions du décret du président du Reich pour la lutte contre des actes de violence politiques du 28 mars[79]. Il interdit toute manifestation et rassemblement en plein air. Son application sera partiellement modifiée à certains moments. Il sera abrogé formellement le 21 décembre 1932.

 

 

9 novembre

 

Les industriels du secteur de la métallurgie de Berlin avaient dénoncé la convention collective salariale à l'échéance du 1er novembre[80]. Des négociations avaient commencé en octobre. En absence d'un accord le 1er novembre, les employeurs et les syndicats avaient convenu de prolonger la convention en cours jusqu'au 15 novembre. À la demande du DMV, une sentence arbitrale est rendue le 9 novembre. La convention en cours est prolongée jusqu'au 13 décembre, date à partir de laquelle elle pourra être dénoncée à la fin de chaque semaine de paie avec un délai de préavis de 14 jours. Une conférence de représentants syndicaux des entreprises du VBMI accepte la sentence arbitrale. Les employeurs sont hostiles. Le 19, le conciliateur Rudolf Wissell (ex-ministre du travail) déclarera validera la sentence d'autorité.

 

 

15 novembre

 

En Braunschweig le KPD avait initié, en vue de la dissolution de l'assemblée nationale, une procédure selon le dispositif de plébiscite (Volksbegehren) et référendum (Volksentscheid)[81]. Le référendum est mis en oeuvre le 15 novembre. Le résultat est insuffisant.

 

 

Dans le secteur des mines de la Ruhr, l'Association de mines (Zechenverband, union des employeurs des mines de la Ruhr) déclare le 16 octobre qu'il dénoncera la convention salariale[82]. Le 12 novembre il décide de procéder à des licenciements massifs à l'échéance du 1er décembre. La mesure est annoncée le 15. Le 17 des négociations ont lieu entre l'Association de mines et les fédérations syndicales.

 

 

7 décembre

 

Dans le cadre du conflit dans le secteur des mines de la Ruhr, le 7 décembre ont lieu des négociations de conciliation[83]. Le conciliateur décide une diminution des salaires de 10 % à l'échéance du 1er janvier 1932, ne pouvant être dénoncé avant le 30 avril 1932.

 

 

8 décembre

 

Est édicté le quatrième décret du président pour la consolidation de l'économie et des finances et pour la protection de la paix intérieure [zur Sicherung von Wirtschaft und Finanzen und zum Schutze des inneren Friedens] (après ceux du 5 juin 1931, 17 juillet 1931 et 10 octobre 1931).

Cf. le texte du décret .

Il stipule une intervention dans les conventions collectives dans le domaine salariale dans le but d'une large baisse du niveau des salaires, à l'échéance de janvier 1932[84]. Il stipule une baisse pour les prix règlementés et ceux des marchandises de marque [Markenwaren]. Il stipule qu'à partir du 1er janvier 1932, le niveau conventionnel des salaires sera celui qui avait été en vigueur le 10 janvier 1927; les salaires supérieurs de plus de 10 % à ce niveau ne pourront être baissés de plus de 10 %; les salaires qui n'ont pas été baissés par convention depuis le 1er juillet seront baissés de 15 %. Il est déclaré que toutes les conventions en cours cesseront d'être en vigueur au plus tard le 30 avril 1932.

Le décret stipule que ces mesures doivent être mises en oeuvre à travers des avenants aux conventions adoptés par les parties concernées. En absence d'accord entre les employeurs et les syndicats interviendra une sentence arbitrale prononcée par un conciliateur.

Il sera partiellement remplacé par le décret contre des actes de violence politiques du 14 juin 1932.

 

 

9 décembre

 

F. Thyssen rencontre A. Hitler. A. Vögler est également présent[85].

 

 

10 décembre

 

Le préfet de police de Berlin A. Grzesinski interdit de parution l'organe du KPD, Rote Fahne, pour une période de 8 jours[86].

 

 

14 décembre

 

Dans le secteur de la métallurgie de Berlin, le 27 novembre l'organisation des employeurs, le VBMI, dénonce la convention salariale à l'échéance du 13 décembre[87]. En absence d'accord entre les employeurs et les syndicats, des négociations ont lieu le 14 décembre avec le conciliateur R. Wissel. Le 16 décembre celui-ci rend une sentence arbitrale qui ne sera contestée par aucune des deux parties.

 

 

16 décembre

 

SPD, l'organisation Bannière du Reich (Reichbanner), ADGB, Union générale libre d'employés (AfA-Bund) et des  fédérations ouvrières de sport [Arbeitersportverbände] constituent le “Front de fer” (Eiserne Front)[88]. Il adoptera l'emblème de trois flèches, censé symboliser les trois ennemis de la démocratie: les mouvements national-socialiste, monarchiste, communiste[89].

 

 

Article au sujet de la réunion constitutive du Front de Fer, paru dans le Gewerkschafts-Zeitung, 26 décembre 1931 (extraits) [90]

 

Le quatrième décret d'urgence et l'assaut fasciste contre la république ont soudé ensemble les syndicats des travailleurs, employés et fonctionnaires avec le Parti social-démocrate, les organisations de sport ouvrières et avec le Reichsbanner Schwarz-Rot-Gold ‑ organisation au-dessus des partis ‑, dans un front de défense commun. [...]

Theodor Leipart prononça le discours de bienvenue et d'introduction. [...] Nous luttons contre le décret d'urgence. Mais une dictature fasciste imposerait au peuple des sacrifices encore pires par la force sanglante. Nous ne voulons pas provoquer la guerre civile. C'est pourquoi il est dans l'intérêt des masses de travailleurs de mettre un terme à la bataille que nous avons menée ces dernières semaines contre le décret d'urgence, une bataille dans laquelle il n'y ni vainqueurs ni vaincus. Car les entrepreneurs non plus ne se sentiront guère comme vainqueurs. Mais même si nous étions les battus dans la question de la baisse des salaires, alors ce ne serait qu'une confirmation de la phrase de Friedrich Engels, que toute l'histoire de la classe ouvrière se présente comme une série de défaites, interrompue de peu de victoires. Malgré cela notre mouvement est devenu grand et fort. Ce que maintenant nous devons supporter dans la détresse douloureuse, ne peut affaiblir notre foi dans l'avenir, ne peut ébranler notre confiance dans la force de nos organisations, qui devra être employée quand, après la pression et la contrainte passagères la voie vers la liberté et le progrès se présentera de nouveau ouverte. [...]

Ensuite parla le député au Reichstag Breitscheid sur le décret d'urgence. [...] Tout le système des décrets d'urgence est incompatible avec la démocratie, malheureusement justement maintenant, dans l'intérêt du parlementarisme, il est inévitable, après que la dernière élection au Reichstag a amené au Reichstag des partis qui nient le parlementarisme dans ses principes. C'est pourquoi la social-démocratie a dû tolérer le cabinet Brüning. [...]

[Citation dans l'original .]

 

 

 

 

 

 

 

 

Notes



[1]K. Steiger: Kooperation, Konfrontation, Untergang - Das Weimarer Tarif- und Schlichtungswesen während der Weltwirtschaftskrise und seine Vorbedingungen, p. 187-191; (Bibliographie )

H.‑H. Hartwich: Arbeitsmarkt, Verbände und Staat 1918‑1933, p. 249-; (Bibliographie )

R. Tschirbs: Tarifpolitik im Ruhrbergau 1918‑1933, p. 386-; (Bibliographie )

http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/bru/bru1p/kap1_2/kap2_215/para3_1.html.

J. Wieszt: KPD-Politik in der Krise 1928-1932 - zur Geschichte und Problematik des Versuchs, den Kampf gegen den Faschismus mittels Sozialfaschismusthese und RGO-Politik zu führen, S. 696 (Bibliographie )

S. Vietzke, H. Wohlgemuth: Deutschland und die deutsche Arbeiterbewegung 1919‑1933, (Bibliographie )

[2]. http://www.historisches-lexikon-bayerns.de/artikel/artikel_44621.

[3]. http://www.bundesarchiv.de/cocoon/barch/0001/k/k1950k/kap1_2/kap2_70/para3_4.html.

[4]K. Steiger: Kooperation..., p. 187-191; (Bibliographie )

H.‑H. Hartwich: Arbeitsmarkt..., p. 249-; (Bibliographie )

R. Tschirbs: Tarifpolitik..., p. 386-; (Bibliographie )

http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/bru/bru1p/kap1_2/kap2_215/para3_1.html.

[5]http://www.reichstagsprotokolle.de/Blatt2_w5_bsb00000128_00700.html.

[6]. http://www.vvn-bda-re.de/pdf/AlbertFunk.pdf.

[7]. http://www.ubbo-emmius-gesellschaft.de/seeleute.pdf

K. Weinhauer: Sozialgeschichte der Hamburger Hafenarbeiter 1914‑1933, S. 317 (Bibliographie )

[8]http://www.ifz-muenchen.de/heftarchiv/1972_1.pdf, S. 79

[9]. Motion du NSDAP: http://www.reichstagsprotokolle.de/Blatt2_w5_bsb00000133_00772.html.

Motion du KPD: http://www.reichstagsprotokolle.de/Blatt2_w5_bsb00000133_00787.html.

Résultat du vote: http://www.reichstagsprotokolle.de/Blatt2_w5_bsb00000128_00775.html et suivantes.

[10]. http://www.reichstagsprotokolle.de/Blatt2_w5_bsb00000133_00760.html.

[11]. http://www.historisches-lexikon-bayerns.de/artikel/artikel_44766.

[12]. Motion de censure: http://www.reichstagsprotokolle.de/Blatt2_w5_bsb00000134_00694.html.

Résultat de vote: http://www.reichstagsprotokolle.de/Blatt2_w5_bsb00000129_00628.html et suivantes.

[13]. http://library.fes.de/gmh/main/pdf-files/gmh/1984/1984-02-a-077.pdf.

[14]. Au Reichstag:

Rapport oral de la commission Reichshaushalt du 6 mars:

http://www.reichstagsprotokolle.de/Blatt2_w5_bsb00000134_00420.html et suivantes.

Le projet de résolution sur la durée hebdomadaire du travail:

http://www.reichstagsprotokolle.de/Blatt2_w5_bsb00000134_00423.html.

Intervention du rapporteur le 12 mars:

http://www.reichstagsprotokolle.de/Blatt2_w5_bsb00000129_00424.html et suivantes.

Au sujet du projet de résolution:

http://www.reichstagsprotokolle.de/Blatt2_w5_bsb00000129_00426.html.

Vote du projet de résolution le 17 mars (adopté à la majorité):

http://www.reichstagsprotokolle.de/Blatt2_w5_bsb00000129_00618.html.

[15]. Intervention de Grassmann (SPD) le 12 mars:

http://www.reichstagsprotokolle.de/Blatt2_w5_bsb00000129_00432.html et suivantes.

Sur la durée hebdomadaire du travail:

http://www.reichstagsprotokolle.de/Blatt2_w5_bsb00000129_00434.html.

[16]. http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/bru/bru2p/kap1_1/para2_12.html.

[17]. http://www.reichstagsprotokolle.de/Blatt2_w5_bsb00000129_00675.html

J. Hürter: Wilhelm Groener (1928‑1932), S. 291 (Bibliographie )

H. Braunweiler: Groener, Schleicher, Seeckt, S. 66 (Bibliographie )

[18]J. Hürter: Wilhelm Groener..., S. 291 (Bibliographie )

[19]. http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/bru/bru2p/kap1_1/para2_12.html.

[20]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=54.

[21]. http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/bru/bru1p/kap1_2/kap2_235/para3_1.html.

http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/bru/bru2p/kap1_1/kap2_5/para3_1.html.

[22]. http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/bru/bru2p/kap1_1/para2_205.html.

[23]. http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/bru/bru2p/kap1_1/para2_35.html.

[24]. http://library.fes.de/spdpdalt/19310411.pdf.

[25]J. Hürter: Wilhelm Groener..., p. 274. (Bibliographie )

[26]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=54.

[27]R. Tschirbs: Tarifpolitik..., 399-426. (Bibliographie )

[28]. http://www.antiquariat-osthoff.de/php/antiqnet/antiksearch.php?datenbank=buecher&gebiet=Faschismus&id=19.

[29]. http://library.fes.de/fulltext/bibliothek/chronik/band2/e235f840.html.

http://library.fes.de/parteitage/pdf/pt-jahr/pt-1931.pdf

SPD (Hg.): Sozialdemokratischer Parteitag 1931 - Protokoll (31. Mai‑5. Juni 1931), (Bibliographie )

[30]. http://library.fes.de/parteitage/pdf/pt-jahr/pt-1931.pdf, S. 285

[31]. http://library.fes.de/parteitage/pdf/pt-jahr/pt-1931.pdf, S. 283-284

[32]. http://library.fes.de/parteitage/pdf/pt-jahr/pt-1931.pdf, S. 10-20, citation S. 18-19

[33]U. Büttner (Hg.): Ideologie - Herrschaftssystem - Wirkung in Europa, (Bibliographie )

[34]. http://library.fes.de/gmh/main/pdf-files/gmh/1984/1984-02-a-077.pdf.

[35]M. Seifert: Kulturarbeit im Reichsarbeitsdienst, p. 36. (Bibliographie )

[36]. http://www.digam.net/dokument.php?ID=3682.

[37]D. Kahn: Die Steuerung der Wirtschaft durch Recht im nationalsozialistischen Deutschland - das Beispiel der Reichsgruppe Industrie, S. 62. (Bibliographie )

[38]. http://www.stinnes.com/history.php.

[39]R. Tschirbs: Tarifpolitik..., 399-426. (Bibliographie )

[40]. http://192.68.214.70/blz/web/100083/05.html.

[41]. Cf. .

[42]. http://192.68.214.70/blz/web/100083/05.html;

http://www.wendland-lexikon.de/pdf/Seite516.pdf;

E. Kolb: Die Weimarer Republik, p. 135. (Bibliographie )

[43]. http://192.68.214.70/blz/web/100083/08.html

[44]. http://www.antiquariat-osthoff.de/php/antiqnet/antiksearch.php?datenbank=buecher&gebiet=Faschismus&id=19.

[45]. http://www.antiquariat-osthoff.de/php/antiqnet/antiksearch.php?datenbank=buecher&gebiet=Faschismus&id=19.

[46]. http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/bru/bru2p/kap1_1/para2_191.html.

[47]. http://library.fes.de/fulltext/bibliothek/chronik/anhang.htm.

[48]. http://www.digam.net/dokument.php?ID=3683.

[49]U. Kohl: Die Präsidenten der Kaiser-Wilhelm-Gesellschaft im Nationalsozialismus - Max Planck, Carl Bosch und Albert Vögler zwischen Wissenschaft und Macht, p. 181-182. (Bibliographie )

[50]. http://www.dhm.de/lemo/html/biografien/VoeglerAlbert/

http://library.fes.de/fulltext/isk/es-61.htm.

[51]P. Erker, T. Pierenkemper: Deutsche Unternehmer zwischen Kriegswirtschaft und Wiederaufbau, S. 300; (Bibliographie )

W. Baier: Fritz Klein, S. 31; (Bibliographie )

R. Tschirbs: Tarifpolitik..., S. 308; (Bibliographie )

http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/adr/adrag/kap1_2/para2_273.html.

[52]K.‑D. Henke: Die amerikanische Besetzung Deutschlands, p. 517; (Bibliographie )

http://library.fes.de/fulltext/isk/es-61.htm.

http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/adr/adrmr/kap1_4/para2_120.html

http://www.deutsche-biographie.de/artikelNDB_n20-567-01.html

http://www.deutsche-biographie.de/artikelNDB_n20-568-02.html

P. Steller: Persönliche Erinnerungen, (Bibliographie )

D. Kahn: Die Steuerung..., (Bibliographie )

[53]. http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/1001/adr/adrsz/kap1_1/para2_415.html;

H. Maier: Die Rolle der Kaiser-Wilhelm-Gesellschaft im System kriegsrelevanter Forschung des Nationalsozialismus, p. 137; (Bibliographie )

http://www.route-industriekultur.de/sonstiges/daten-und-fakten/geschichte-und-kultur/pioniere/familie-hoesch.html;

http://www.derwesten.de/kultur/ruhrrevue/Das-Phantom-Karl-Hoesch-id1163993.html;

http://library.fes.de/fulltext/isk/es-61.pdf.

M. Grübler: Die Spitzenverbände der Wirtschaft und das erste Kabinett Brüning, (Bibliographie )

H. Mönnich: Hoesch, 1871‑1971, (Bibliographie )

W. Abelshauser, W. Köllmann, F.‑J. Brüggemeier (Hg.): Das Ruhrgebiet im Industriezeitalter - Band 1, (Bibliographie )

[54]. http://www.dhm.de/lemo/html/biografien/ThyssenFritz/

Kahn (Bibliographie )

W. Abelshauser, W. Köllmann, F.‑J. Brüggemeier (Hg.): Das Ruhrgebiet... - Band 1, (Bibliographie )

[55]. http://www.ifz-muenchen.de/heftarchiv/1971_3.pdf

[56]. http://www.bundesarchiv.de/cocoon/barch/0001/k/k1950k/kap1_2/kap2_70/para3_4.html.

[57]R. Tschirbs: Tarifpolitik..., 399-426. (Bibliographie )

[58]. http://www.ifz-muenchen.de/heftarchiv/1972_1.pdf

[59]. http://www.bundesarchiv.de/cocoon/barch/0001/k/k1950k/kap1_2/kap2_70/para3_4.html.

[60]R. Tschirbs: Tarifpolitik..., 399-426. (Bibliographie )

[61]. http://www.ifz-muenchen.de/heftarchiv/1972_1.pdf

[62]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=54.

[63]. http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/bru/bru1p/kap1_1/para2_2.html;

http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/bru/bru2p/kap1_1/kap2_259/para3_1.html;

http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/bru/bru3p/kap1_1/kap2_1/para3_1.html.

[64]H. Holborn: Deutsche Geschichte in der Neuzeit, S. 479. (Bibliographie )

[65]. http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/bru/bru3p/kap1_1/para2_3.html.

[66]G. Schulz: Zwischen Demokratie und Diktatur - Band 3 - Von Brüning zu Hitler 1930‑1933, S. 559. (Bibliographie )

[67]S. U. Herzberger: Die Preußenstaatsstreiche, S. 8 (Bibliographie )

http://www.ifz-muenchen.de/heftarchiv/1974_1.pdf

J. Hürter: Wilhelm Groener..., p. 277. (Bibliographie )

W. Besson: Württemberg und die deutsche Staatskrise 1928‑1933, S. 165 (Bibliographie )

[68]O. Braun: Von Weimar zu Hitler, S. 354- (Bibliographie )

[69]. http://www.digam.net/dokument.php?ID=3685;

U. Kohl: Die Präsidenten..., p. 181-182; (Bibliographie )

K. Bauer: Nationalsozialismus, S. 172; (Bibliographie )

H. A. Winkler: Weimar 1918‑1933, S. 431. (Bibliographie )

Historische Zeitschrift - Band 221, (Bibliographie )

[70]. http://www.digam.net/dokument.php?ID=3685.

[71]. http://www.reichstagsprotokolle.de/Blatt2_w5_bsb00000130_00007.html et suiv.

[72]. http://www.reichstagsprotokolle.de/Blatt2_w5_bsb00000130_00169.html et suiv.

[73]. http://www.reichstagsprotokolle.de/Blatt2_w5_bsb00000130_00168.html.

[74]. http://www.reichstagsprotokolle.de/Blatt2_w5_bsb00000130_00007.html et suiv.

Ici: http://www.reichstagsprotokolle.de/Blatt2_w5_bsb00000130_00012.html et suiv.

[75]. http://www.braunschweig.de/kultur_tourismus/stadtportraet/geschichte/stadtchronik.html?id4=1931;

J. Hürter: Wilhelm Groener..., p. 315. (Bibliographie ).

[76]. J. Hürter: Wilhelm Groener..., p. 315. (Bibliographie ).

[77]O. E. Schüddekopf: Das Heer und die Republik, S. 328 (Bibliographie ).

[78]J. Hürter: Wilhelm Groener..., p. 315. (Bibliographie )

[79]. http://www.dhm.de/lemo/html/1931/

M.‑L. Ehls: Protest und Propaganda - Demonstrationen in Berlin zur Zeit der Weimarer Republik, (Bibliographie )

[80]H.‑H. Hartwich: Arbeitsmarkt..., p. 183-188). (Bibliographie )

[81]. http://www.braunschweig.de/kultur_tourismus/stadtportraet/geschichte/stadtchronik.html?id4=1931.

[82]R. Tschirbs: Tarifpolitik..., 399-426. (Bibliographie )

[83]R. Tschirbs: Tarifpolitik..., 399-426. (Bibliographie )

[84]R. Tschirbs: Tarifpolitik..., 399-426. (Bibliographie )

H.‑H. Hartwich: Arbeitsmarkt..., p. 183-188. (Bibliographie )

[85]U. Kohl: Die Präsidenten..., p. 181. (Bibliographie )

[86]. http://www.antiquariat-osthoff.de/php/antiqnet/antiksearch.php?datenbank=buecher&gebiet=Faschismus&id=19.

[87]H.‑H. Hartwich: Arbeitsmarkt..., p. 183-188. (Bibliographie )

[88]. http://www.historisches-lexikon-bayerns.de/artikel/artikel_44704.

[89]. http://www.fes.de/new_media/guide/praktika/schumacher/index_gr.html.

[90]. ADGB (Hg.): Gewerkschafts-Zeitung - Jahrgang 41 (1931), S. 817 (Bibliographie ).

F. Deppe, W. Roßmann (Hg.): Wirtschaftskrise, Faschismus, Gewerkschaften, (Bibliographie )

Certaines sources situent par erreur les événements en décembre 1932 (au lieu de 1931).