Home

 

Themes

 

Facts & Dates

 

Points of view

 

Site map

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Accueil

 

Thèmes

 

Faits & Dates

 

Points de vue

 

Plan site

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Inicio

 

Temas

 

Hechos & Fechas

 

Puntos de vista

 

Mapa sitio

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Faits & Dates  >  Allemagne 1918‑1939  >  15‑30 novembre 1918

 

 

 

Écrit: janvier 2013

Version imprimable

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

           

1918 (15‑30 novembre)

 

15 novembre

 

Le commandement suprême de l'armée est placé sous l'autorité du ministère de la guerre prussien. (Cf. ci-dessous.) La mesure est accompagnée d'une précision selon laquelle le ministère est soumis au contrôle exercé par le conseil exécutif. Dans la pratique, le Conseil des mandatés du peuple imposera sa propre prépondérance. Un incident qui se produira quelques jours plus tard, entre le ministre de la guerre provisoire, Heinrich Scheüch, et le représentant du conseil exécutif, le lieutenant [Oberleutnant] Eduard Walz, est significatif à cet égard[1]. Walz réclame le droit de contresigner tout décret ministériel, ce que Scheüch refuse; c'est le Conseil des mandatés du peuple qui finira par imposer sa position.

 

 

Depuis octobre 1918, des négociations avaient été entamées entre des représentants, d'une part des employeurs et de l'autre des syndicats (cf. ). Les principaux interlocuteurs sont respectivement Hugo Stinnes (un des principaux membres de la grande bourgeoisie industrielle) et Carl Legien (SPD, président de la Commission générale des syndicats). Le 15 novembre est signé un accord auquel le Conseil des mandatés du peuple confère force de loi (cf. ci-dessous). Les syndicats sont reconnus comme représentation compétente du personnel. En outre les employeurs s'engagent à ne plus soutenir les “associations d'entreprise” [“Werkvereine”] qu'ils avaient établies pour concurrencer les syndicats. Pour la mise en oeuvre de l'accord, est constitué une “commission centrale” [“Zentralausschuß”] (formellement intitulée “Communauté centrale de travail des employeurs et employés industriels et commerciaux d'Allemagne” [“Zentralarbeitsgemeinschaft der industriellen und gewerblichen Arbeitgeber und Arbeitnehmer Deutschlands”], ZAG) sur des bases paritaires. (Cf. ci-dessous.)

Parallèlement, le conseil exécutif proclame que les syndicats sont les représentants des intérêts économiques des travailleurs. Le lendemain, une déclaration complémentaire concernant les comités et conseils d'ouvriers créés précédemment dans les entreprises est publiée. (Cf. ci-dessous.)

 

 

À Dresde (Sachsen), le gouvernement est remplacé par un Conseil des mandatés du peuple composé de la façon suivante[2]: Richard Lipinski (USPD), Intérieur et Affaires étrangères; Friedrich Geyer (USPD), Finances; Hermann Fleißner (USPD), Militaire; Wilhelm Buck (SPD), affaires culturelles et éducation [Kultus- und Unterrichtswesen]; Georg Gradnauer (SPD), Justice; Albert Schwarz (SPD), Travail.

 

 

Hugo Stinnes[3]

 

En 1892 il constitue la Fa. Hugo Stinnes GmbH, avec pour activité le traitement du charbon ainsi que sa commercialisation.

En 1898 il participe à la constitution de la Rheinisch-Westfälische Elektrizitätswerk AG (RWE), et en commun avec August Thyssen il constitue l'AG Mülheimer Bergwerksverein.

En 1901 il constitue la Deutsch-Luxemburgische Bergwerks- und Hütten AG (Deutsch-Luxemburg), qui se développera dans les années à venir au moyen de fusions et d'acquisitions.

En 1902 lui et A. Thyssen acquièrent en commun la majorité des actions de RWE; Stinnes devient président du conseil de surveillance

En 1910 la Deutsch-Luxemburg acquiert la Dortmunder Union AG et devient l'un des plus grands groupes de l'industrie minière d'Allemagne.

 

 

 

Communiqué du Conseil exécutif concernant la réorganisation des relations de commandement, 15 novembre 1918[4]

 

Afin de pouvoir mettre en oeuvre une règlementation homogène de la démobilisation, une réorganisation des rapports de commandement est nécessaire.

À partir de maintenant, les commandements généraux suppléants, l'état-major général et le commandement suprême de l'armée sont subordonnés au ministre de la guerre.

Toutes les administrations de commandement militaire doivent se conformer à ces directives. Le ministère de la guerre ainsi que les administrations du Reich sont soumis au contrôle du conseil exécutif du conseil d'ouvriers et de soldats.

[Citation dans l'original .]

 

 

 

Accord entre les grandes unions d'employeurs et les syndicats des salariés, 15 novembre 1918 (extraits)[5]

 

Les grandes unions d'employeurs s'accordent avec les syndicats des salariés, sur ce qui suit:

1. Les syndicats sont reconnus comme représentants autorisés des salariés.

2. Toute limitation de la liberté de coalition des travailleurs et travailleuses est inadmissible.

[...]

6. Les conditions de travail pour tous les travailleurs et travailleuses doivent être fixées selon le contexte de la profession concernée, par des accords collectifs avec les associations professionnelles des salariés. Les négociations à ce sujet doivent être engagées sans délai et menées à terme au plus vite.

[...]

9. Le maximum du temps de travail journalier régulier est fixé pour toutes les entreprises à 8 heures. Il est interdit d'appliquer des réductions de salaire à l'occasion de cette diminution du temps de travail.

10.           Pour la mise en oeuvre de ces accords ainsi que de mesures à prendre en vue de la règlementation de la démobilisation, du maintien de la vie économique et de la sécurisation des conditions d'existence des salariés, en particulier des blessés graves de guerre, est constitué une commission centrale sur une base paritaire avec des ramifications structurées par profession.

11.           À la commission centrale incombent en outre les décisions concernant des questions de fond, dans la mesure où elles surgissent notamment en lien avec le règlement collectif des rapports salariaux et de travail, ainsi que la conciliation de différends qui concernent plusieurs groupes de professions simultanément. Ses décisions ont validité obligatoire pour les employeurs et les salariés, si elles ne sont pas dans le délai d'une semaine contestées par une des associations professionnelles respectives en cause.

[...]

[Citation dans l'original .]

 

 

 

Statuts provisoires de la Communauté centrale de travail des employeurs et employés industriels et commerciaux d'Allemagne, 4 décembre 1918 (extrait)[6]

 

Imprégnées de la reconnaissance du fait que le relèvement de notre économie nationale exige le rassemblement de toutes les forces économiques et spirituelles et une collaboration harmonieuse de toutes les parties, et imprégnées de la responsabilité qui en découle, les organisations des employeurs de l'industrie et des petites et moyennes entreprises et celles des salariés s'associent en une communauté de travail.

La communauté de travail a pour but la solution, en commun, de toutes les questions économiques et sociales touchant à l'industrie et aux petites et moyennes entreprises ainsi que de toutes les affaires législatives et administratives les concernant.

[Citation dans l'original .]

 

 

 

Communiqué du Conseil exécutif concernant la représentation des intérêts économiques par les syndicats, 15 novembre 1918[7]

 

La représentation des intérêts économiques pour toutes les personnes employées dans les entreprises de Grand-Berlin est la tâche des syndicats libres. Le comité de la commission syndicale de Berlin et environs est habilité à prendre toutes les mesures requises.

[Citation dans l'original .]

 

 

 

Communiqué du Conseil exécutif concernant la légitimité des comités et conseils d'ouvriers existants jusqu'à des nouvelles élections les concernant, 16 novembre 1918[8]

 

Les différentes notifications du gouvernement du Reich et des autres administrations, y compris de la commission syndicale de Berlin sont susceptibles de susciter des malentendus au sujet des droits des comités respectivement conseils d'ouvriers. Les entrepreneurs considèrent d'ores et déjà les comités d'ouvriers comme dissous et refusent de leur accorder le contrôle sur l'entreprise.

Face à cette situation le conseil exécutif du conseil d'ouvriers et de soldats déclare ce qui suit: Jusqu'à l'élection pour renouveler les conseils d'ouvriers d'usine, à laquelle sera procédé sous surveillance des syndicats, les comités de travailleurs existants restent en vigueur. À ces comités d'ouvriers incombe le droit de contrôle et de codécision au sujet de toutes les questions surgissant du procès de production.

[Citation dans l'original .]

 

 

 

16 novembre

 

À Berlin, au cours d'une réunion du Conseil des mandatés du peuple, Emil Barth (USPD), représentant des “hommes de confiance”, propose la création d'une force de sécurité pour Berlin composée de 10 000 volontaires[9]. Le 17 novembre, le commandant de la ville, Otto Wels (SPD), appelle les soldats de la garnison de Berlin à se porter volontaires pour la formation d'une unité nommée “Garde militaire républicaine” [“Republikanische Soldatenwehr”]. La troupe est finalement placée sous l'autorité de Wels et d'Anton Fischer (SPD). Sa mission est de maintenir la sécurité et l'ordre publics. Il n'est pas prévu initialement de former des conseils dans cette unité, mais après les évènements du putsch du 6 décembre, les membres de l'unité imposeront la formation d'un conseil de soldats.

 

 

Après la création, le 15 novembre, par le Ministre de la guerre de Prusse, d'un Commandement suprême de l'armée Protection patriotique Est [Armee-Oberkommando Heimatschutz-Ost], le Grand Quartier-maitre [Generalquartiermeister] lieutenant général Wilhelm Groener donne ordre à cette instance de constituer des formations de volontaires pour la protection des régions frontalières à l'est[10].

 

 

 

18 novembre

 

À Hambourg, le conseil d'ouvriers et de soldats décide la tenue d'élections au Bürgerschaft [l'une des institutions composant le parlement] le 1er avril[11].

 

 

En Mecklenburg-Strelitz est constitué un conseil central d'ouvriers et de soldats.

 

 

Le Conseil des mandatés du peuple de Berlin décide la constitution d'une “commission de consultation préalable pour la socialisation d'entreprises économiques” [“Kommission zur Vorberatung der Sozialisierung von Wirtschaftsbetrieben”] ou “commission de socialisation” [“Sozialisierungskommission”] composée de neuf membres[12]. Les partis politiques sont représentés par: Rudolf Hilferding (USPD), Karl Kautsky (USPD), Heinrich Cunow (SPD), Otto Hue (SPD, dirigeant syndical de la Fédération pour la préservation et la promotion des intérêts des mineurs en Rhénanie et Westphalie). À cela s'ajoutent quatre professeurs économistes: Carl Ballod, Ernst Francke, Emil Lederer, Robert Wilbrandt. En outre, participe un représentant de la bourgeoisie industrielle, Theodor Vogelstein. Le SPD avait envisagé d'inclure le président de l'Allgemeinen Elektrizitätsgesellschaft (AEG), Walter Rathenau, mais l'USPD avait opposé un véto. Ultérieurement s'y ajouteront l'économiste autrichien Josef Schumpeter ainsi que Paul Umbreits de la Commission générale des syndicats d'Allemagne. La commission est chargée d'examiner les possibilités de socialisation dans les différentes branches d'industries. Elle se réunira une première fois le 5 décembre.

 

 

Dans la région minière de Haute-Silésie, l'armée expulse vers la Pologne 400 travailleurs polonais considérés incriminés pour leur activité syndicale[13].

 

 

 

Philipp Scheidemann (SPD), membre du Conseil des mandatés du peuple, 18 novembre 1918[14]

 

Extraits d'un article paru dans le Vorwärts, 18 novembre 1918:

Pas de prospérité politique ni économique sans assemblée nationale: voilà ce qui doit être le mot d'ordre pour la direction du Reich.

Il se prononce en faveur d'une convocation rapide d'élections afin que l'Allemagne acquière

à nouveau à l'extérieur l'aptitude de négocier, à l'intérieur l'aptitude aux affaires.

[Citation dans l'original .]

 

 

 

19 novembre

 

À Brême, le conseil d'ouvriers et de soldats refuse la convocation d'une assemblée nationale[15].

 

 

 

20 novembre

 

Après un appel qui avait été publié le 16 novembre, des membres respectivement du Parti progressiste du peuple (Fortschrittliche Volkspartei) et du Parti national-libéral (Nationalliberale Partei) fondent le “Parti démocrate allemand” (“Deutsche Demokratische Partei”, DDP).

 

 

L'Union des Associations de métier allemandes (Verband der Deutschen Gewerkvereine - Hirsch-Duncker) et la Fédération générale des syndicats chrétiens d'Allemagne (Gesamtverband der christlichen Gewerkschaften Deutschlands) se réunissent pour constituer la “Fédération syndicale allemande-démocratique” (“Deutsch-demokratischer Gewerkschaftsbund”, DDG), qui intègre en outre un certain nombre d'unions d'employés (Allgemeiner Eisenbahner-Verband, Deutscher Angestelltenverband, Deutscher Bankbeamtenverein, Deutscher Gruben- und Fabrikbeamtenverband. Deutscher Privatbeamtenverein, Deutschnationaler Handlungsgehilfenverband, Gewerkschaft deutscher Eisenbahner, Kaufmännischer Verband für weibliche Angestellte, Kaufmännischer Verein de 1858, Reichskartell der Staatsangestellten Elberfeld), Verband deutscher Handlungsgehilfen Leipzig, Verband deutscher Privateisenbahnbeamten, Verbündete kaufmännische Vereine für weibliche Angestellte)[16]. Le 19 mars 1919 elle changera sa dénomination en “Fédération syndicale allemande” (“Deutscher Gewerkschaftsbund”, DGB).

À l'origine il s'agit d'une alliance dirigée contre les conseils et les syndicats socialistes. Dans la mesure où ce critère perdra progressivement sa pertinence ‑ du fait de la stabilisation de la démocratie parlementaire bourgeoise ‑ se manifestera une tendance à la séparation. Le 14 novembre 1919 l'Union des Associations de métier allemandes quittera le DGB, suivi par les autres unions libérales.

Le DGB continuera à réunir les syndicats chrétiens. Le 22 novembre 1919 il adoptera de nouveaux statuts distinguant respectivement l'“Union générale des syndicats chrétiens d'Allemagne" (“Gesamtverband der christlichen Gewerkschaften Deutschlands”) réunissant les organisations de travailleurs, l'“Union générale de syndicats d'employés allemands (“Gesamtverband Deutscher Angestellten-Gewerkschaften”) et l'“Union générale de syndicats de fonctionnaires et employés d'état allemands (“Gesamtverband Deutscher Beamten- und Staatsangestelltengewerkschaften”). Cette dernière changera par la suite son nom en “Union générale de syndicats de fonctionnaires allemands (“Gesamtverband Deutscher Beamtengewerkschaften”).

Les syndicats libéraux se réuniront en novembre 1920 dans l'“Anneau syndical d'Unions de travailleurs et employés allemandes” (“Gewerkschaftsring deutscher Arbeiter- und Angestelltenverbände).

 

 

 

21 novembre

 

Dans la région minière de Haute-Silésie, les équipes de 24 mines de charbon entament une grève[17]. Parallèlement, dans la région de la Ruhr, des tracts sont diffusés qui appellent les mineurs d'origine polonais de se rassembler à Posen (Poznań, aujourd'hui en Pologne).

 

 

 

22 novembre

 

Dans la Sarre, la France met en oeuvre l'occupation du territoire et établit une administration militaire française. Elle ordonne la dissolution des conseils[18].

 

 

 

Accord entre le Conseil des mandatés du peuple et du Conseil exécutif, 22 novembre 1918[19]

 

La révolution a créé un nouveau droit étatique. Pour la première période de transition le nouvel état juridique trouve son expression dans l'accord ci-après entre le conseil exécutif du conseil d'ouvriers et de soldats de Grand-Berlin et le conseil des mandatés du peuple:

1. Le pouvoir politique se trouve dans les mains des conseils d'ouvriers et de soldats de la république socialiste allemande. Leur tâche est de faire prévaloir et élargir les conquêtes de la révolution, ainsi que de réprimer la contrerévolution.

2. Jusqu'à ce qu'une assemblée de délégués des conseils d'ouvriers et de soldats ait élu un conseil exécutif de la république allemande, le conseil exécutif de Berlin exerce les fonctions des conseils d'ouvriers et de soldats de la république allemande en accord avec les conseils d'ouvriers et de soldats de Grand-Berlin.

3. L'investissement du conseil des mandatés du peuple par le conseil d'ouvriers et de soldats de Grand-Berlin signifie le transfert de l'exécutif de la république.

4. La nomination et révocation des membres du cabinet de la république ayant le pouvoir de décision et - jusqu'au règlement définitif des rapports étatiques - également de la Prusse, est effectué par le conseil exécutif central, auquel revient aussi le droit de contrôle.

5. Avant la nomination des ministres spécialisés par le cabinet le conseil exécutif doit être entendu.

Aussitôt que possible se réunira une assemblée au niveau du Reich, de délégués des conseils d'ouvriers et de soldats. L'échéance sera annoncée ultérieurement.

En complément de cet accord, qui fixe les rapports fondamentaux des conseils d'ouvriers et soldats avec le gouvernement du Reich, devront prochainement être publiées des lignes directrices pour les conseils d'ouvriers et de soldats.

[Citation dans l'original .]

 

 

 

Communiqué du Conseil exécutif concernant le transfert du pouvoir exécutif au Conseil des mandatés du peuple et les lignes directrices pour les conseils d'ouvriers et de soldats d'Allemagne, 23 novembre 1918 (extraits)[20]

 

Aux conseils d'ouvriers et de soldats d'Allemagne!

Le conseil exécutif du conseil d'ouvriers et de soldats, après concertation avec les mandatés du peuple du Reich et de Prusse, a transféré à ceux-ci le pouvoir de gouvernement exécutif. Néanmoins il s'est réservé le droit de contrôle le plus ample sur le gouvernement.

Le gouvernement ne peut remplir ses tâches d'administration que si ses mesures ne sont pas contrariées par des empiètements de conseils d'ouvriers et de soldats locaux. Ces conseils d'ouvriers et de soldats ont eux aussi, dans leur domaine d'activité, le droit complet de contrôle, ils doivent faire en sorte que les conquêtes révolutionnaires soient sécurisés et élargies. Cependant ils doivent en règle générale s'abstenir d'intervenir directement dans l'administration. [...]

[Citation dans l'original .]

 

 

 

Lignes directrices du Conseil exécutif pour l'élection et les tâches des conseils d'entreprise, 23 novembre 1918 (extraits)[21]

 

Pour la prise en charge des intérêts politiques et économiques des travailleurs et des employés un conseil d'entreprises est élu au sein des entreprises. [...]

Tâches des conseils d'entreprises

Les conseils d'ouvriers ont la tâche de régler, ensemble avec les directions d'entreprise respectivement la direction centrale, l'ensemble des questions qui concernent les travailleurs et les employés. Dans ce but, ils délèguent quelques-uns de leurs membres, sans le consentement desquels la direction d'entreprise respectivement la direction centrale ne peut prendre aucune décision dans les questions mentionnées. Toutes les autres question ne sont pas soumises au droit de codécision des conseils d'entreprise.

Tâches communes des conseils d'entreprise et des syndicats

Pour faire valoir les intérêts économiques des travailleurs et des employés, les conseils d'entreprise doivent s'entendre avec les syndicats libres. Les conseils d'entreprise peuvent entamer des négociations avec la direction d'entreprise respectivement la direction centrale. Il doit être rendu compte aux syndicats au sujet de ces négociations en temps utile et de façon continue. Si les négociations des conseils d'entreprise avec la direction d'entreprise respectivement la direction centrale conduisent à des différends, alors les syndicats doivent être associés, avant que les travailleurs n'entreprennent d'autres démarches.

Les syndicats doivent aussi de leur côté prendre l'initiative pour le règlement de questions professionnelles générales. Ils sont soumis au contrôle du conseil exécutif des conseils d'ouvriers et de soldats de Grand-Berlin.

Lignes de conduite générales

La socialisation des entreprises ne doit être entreprise que par le gouvernement socialiste, de façon systématique et organique en tenant compte de l'ensemble des conditions politiques intérieures et extérieures.

La question du travail à la tâche ne peut être, pour le moment, réglé dans le fond, elle doit plutôt être reportée jusqu'à la reconstruction d'une vie économique réglée.

Pour endiguement du chômage, il ne doit pas y avoir de licenciements, avant que le temps de travail ne soit réduit à 4 heures. La perte de salaire est réglé au moyen de l'assistance chômage. Les conseils d'entreprise et comités de travailleurs élus jusqu'ici exercent leur activité jusqu'à la réalisation d'un réélection des conseils d'entreprise. Des dispositions sur la mise en oeuvre des élections seront notifiées. De même aussi les dispositions pour la mise en oeuvre de l'élection des conseils d'ouvriers.

[Citation dans l'original .]

 

 

Est adopté le décret sur la règlementation du temps de travail des travailleurs professionnels [Anordnung über die Regelung der Arbeitszeit gewerblicher Arbeiter]. Il sera publié le 26 novembre. (Cf. le texte .)

Ce décret fixe huit heures comme horaire journalier.

 

 

Le Parti national-libéral se transforme en “Parti allemand du peuple” (“Deutsche Volkspartei”, DVP).

 

 

 

24 novembre

 

À Saarbrücken (Saarland), le conseil d'ouvriers et de soldats est dissout par les autorités d'occupation françaises[22].

 

 

Des membres du Parti libre-conservateur (Freikonservative Partei), du Parti allemand-conservateur (Deutschkonservative Partei), du Parti allemand de la patrie, de l'Union panallemande (Alldeutscher Verband), du Parti chrétien-social (à l'origine fondé comme Parti ouvrier chrétien-social) ainsi que d'autres éléments du courant allemand-populaire (deutschvölkisch) signent un appel à la fondation d'un nouveau parti, lequel finalement adoptera le nom “Parti allemand-national du peuple” (“Deutschnationale Volkspartei”, DNVP)[23]. Parmi les principaux membres du parti, on peut citer Alfred von Tirpitz, Wolfgang Kapp et Alfred Hugenberg (cf. ci-dessous).

 

 

En Silésie, au cours d'une session du Conseil du peuple (Volksrat) de Breslau ‑ constitué le 9 novembre ‑, le président du SPD régional Paul Löbe affirme[24]:

Au cas où un putsch porterait le Groupe Spartakus au pouvoir à Berlin, alors nous devrions choisir l'indépendance.

[Citation dans l'original .]

 

 

 

Alfred Hugenberg[25]

 

De 1909 à 1918 il est président du directoire de Friedrich Krupp AG à Essen.

À partir de 1913 il est président de la Chambre de l'industrie et du commerce d'Essen et membre du comité exécutif et de la commission de la Fédération des Unions d'employeurs allemandes (Vereinigung der Deutschen Arbeitgeberverbände).

À partir de 1916, il édifie un groupe dominant dans le secteur des média (maisons d'édition, agences d'information, agences de publicité, services de presse, participations dans la presse, sociétés de cinéma).

En 1918 il participe à la création du DNVP, dont il sera président de 1928 à 1933.

 

 

 

26 novembre

 

À Stuttgart (Württemberg), la composition du comité exécutif [Vollzugsausschuß] du conseil d'ouvriers et de soldats est renouvelée[26]. Sur 15 membres, 4 viennent de l'USPD. Depuis le 19 novembre, Emil Unfried (Spartakus) avait remplacé A. Thalheimer comme président du comité exécutif, maintenant cette fonction est assumée par Hermann Zernicke (SPD), avec Unfried comme adjoint.

 

 

À Munich (Bavière), le gouvernement de Bavière adopte des "lignes directrices provisoires pour les conseils d'ouvriers et de paysans"[27]. Il ressort de ce texte que le pouvoir exécutif est séparé des conseils et que, contrairement au point de vue défendu par K. Eisner, ceux-ci ne disposent d'aucun droit de contrôle sur le gouvernement.

 

 

 

27 novembre

 

En Haute-Silésie, après une réunion tenue la veille entre des personnalités favorables à la séparation de la Haute-Silésie vis-à-vis de la Prusse et des représentants de l'industrie de Haute-Silésie, est constitué un “Comité de Haute-Silésie” (“Oberschlesisches Komitee”) ayant pour but d'oeuvrer en ce sens[28].

 

 

 

28 novembre

 

Wilhelm II signe une déclaration officielle d'abdication en tant qu'Empereur [Kaiser] du Reich et aussi Roi [König] de Prusse. Le 1er décembre le prince héritier [Kronprinz] Wilhelm déclarera également son renoncement à la succession.

 

 

 

À Munich (Bavière), une session de conseils d'ouvriers, de soldats et de paysans constitue un comité d'action [Aktionsausschuß] composé de respectivement sept membres de chacun des trois institutions[29]. Il s'attribue le statut d'autorité suprême de la république de conseils et le pouvoir de contrôle sur le gouvernement. Dans la pratique, il constitue un organe de coordination entre les conseils.

 

 

 

29 novembre

 

À Brême, le conseil d'ouvriers et de soldats procède à différents votes[30]. Une motion contre l'assemblée nationale et en faveur de la dictature du prolétariat est rejetée. Une autre en faveur de l'armement du prolétariat industriel est adoptée.

 

 

 

30 novembre

 

Est adopté le décret sur les élections à l'assemblée nationale allemande constituante [Verordnung über die Wahlen zur verfassunggebenden deutschen Nationalversammlung]. (Cf. le texte .)

 

 

À Geestemünde (aujourd'hui Bremerhaven) éclate une grève dans les chantiers navals de Seebeck et Tecklenborg, avec la participation d'environ 500 travailleurs[31].

 

 

 

 

 

 

 

 

Notes



[1]. http://hup.sub.uni-hamburg.de/opus/volltexte/2008/9/chapter/HamburgUP_Schlaglichter_Volksheer.pdf.

H. Hürten: Zwischen Revolution und Kapp-Putsch, S. XXXI (Bibliographie ).

[2]. http://www.marxists.org/deutsch/referenz/bernstein/1921/drev/kap07.html.

http://www.regierung.sachsen.de/6674.htm

[3]. http://www.dhm.de/lemo/html/biografien/StinnesHugo/

[4]G. A. Ritter, S. Miller (Hg.): Die Deutsche Revolution 1918‑1919, (Bibliographie ).

Engel_etc_Bd1_2 S. 64-65 (Bibliographie ).

[5]G. A. Ritter, S. Miller (Hg.): Die Deutsche Revolution..., (Bibliographie ).

http://www.digam.net/dokument.php?ID=2410,

http://192.68.214.70/blz/web/100081/07.html.

[6]G. A. Ritter, S. Miller (Hg.): Die Deutsche Revolution..., S. 239-241 (Bibliographie ).

[7]G. Engel, B. Holtz, I. Materna (Hg.): Gross-Berliner Arbeiter- und Soldatenräte in der Revolution 1818/1919 - Band 1, S. 64. (Bibliographie ).

[8]G. Engel, B. Holtz, I. Materna (Hg.): Gross-Berliner Arbeiter- und Soldatenräte... - Band 1, S. 92-93. (Bibliographie ).

[9]. http://hup.sub.uni-hamburg.de/opus/volltexte/2008/9/chapter/HamburgUP_Schlaglichter_Volksheer.pdf.

[10]. http://www.ifz-muenchen.de/heftarchiv/1970_2.pdf.

[11]Ch. Hanke: Carl Herz - ein Sozialdemokrat, S. 108-109. (Bibliographie ).

[12]. http://www.glasnost.de/autoren/behrend/sokomm.html;

M. Weber: Gesamtausgabe - Abteilung I - Schriften und Reden - Band 16, S. 60; (Bibliographie ).

G. Engel, B. Holtz, I. Materna (Hg.): Gross-Berliner Arbeiter- und Soldatenräte... - Band 1, S. 304. (Bibliographie ).

[13]. http://www.slonsk.de/Slonsk/Kalendarium/Kalendarium1918.html. Lien périmé, une copie ici .

[14]G. A. Ritter, S. Miller (Hg.): Die Deutsche Revolution..., S. 366 (Bibliographie ).

G. Engel, B. Holtz, I. Materna (Hg.): Gross-Berliner Arbeiter- und Soldatenräte... - Band 1, S. 134 (Bibliographie ).

[15]. http://www.dielinke-bremen.de/index.php?id=7240&tx_ttnews[tt_news]=9876&tx_ttnews[backPid]=9164

[16]. http://www.jura.uni-mainz.de/Dateien/Laubinger_Beamtenorganisationen_und_Gesetzgebung.pdf

D. Ross: Gewerkschaften und soziale Demokratie (Bibliographie ).

[17]. http://www.slonsk.de/Slonsk/Kalendarium/Kalendarium1918.html. Lien périmé, une copie ici .

[18]. http://www.hvsn.de/index2.php?option=com_content&do_pdf=1&id=109.

[19]G. A. Ritter, S. Miller (Hg.): Die Deutsche Revolution..., S. 119 (Bibliographie ).

G. Engel, B. Holtz, I. Materna (Hg.): Gross-Berliner Arbeiter- und Soldatenräte... - Band 1, S. 292. (Bibliographie ).

http://192.68.214.70/blz/web/100081/02.html.

[20]G. Engel, B. Holtz, I. Materna (Hg.): Gross-Berliner Arbeiter- und Soldatenräte... - Band 1, S. 312. (Bibliographie ).

[21]G. Engel, B. Holtz, I. Materna (Hg.): Gross-Berliner Arbeiter- und Soldatenräte... - Band 1, S. 293. (Bibliographie ).

[22]http://www.saarland-lexikon.de/index.php5/Valentin_Schäfer.

[23]. La traduction des noms des partis pose quelques problèmes sémantiques. Syntaxiquement, “Volkspartei” correspond à “Parti du peuple” et “Völkische Partei” à “Parti populaire”. Cependant, en allemand, “völkisch” en tant qu'adjectif ne correspondant pas simplement  à “Volk”, mais comporte une nuance rattachée à “Volkstum”, qui signifie "caractéristiques d'un nation".

[24]G. Doose: Die separatistische Bewegung in Oberschlesien (1918‑1922), S 13 (Bibliographie ).

[25] http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/adr/adrhl/kap1_1/para2_344.html

http://www.dhm.de/lemo/html/biografien/HugenbergAlfred/index.html

[26]. https://www2.landesarchiv-bw.de/ofs21/olf/einfueh.php?bestand=4142.

[27]F. J. Bauer, D. Albrecht (Hg.): Die Regierung Eisner, S. 427 (Bibliographie ).

B. Grau: Kurt Eisner - 1867‑1919, S. 427 (Bibliographie ).

[28]G. Doose: Die separatistische Bewegung in Oberschlesien..., S. 22-23 (Bibliographie ).

[29]. http://www.historisches-lexikon-bayerns.de/artikel/artikel_44360.

[30]. http://arbeiterpolitik.de/Broschueren/Die%20Bremer%20Linksradikalen.pdf, S. 37;

http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=48;

http://www-user.uni-bremen.de/~bremhist/Raeterepublik1918-19.html.

[31]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=48.