Home

 

Themes

 

Facts & Dates

 

Points of view

 

Site map

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Accueil

 

Thèmes

 

Faits & Dates

 

Points de vue

 

Plan site

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Inicio

 

Temas

 

Hechos & Fechas

 

Puntos de vista

 

Mapa sitio

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Faits & Dates  >  Allemagne 1918‑1939  >  Avril-décembre 1920

 

 

 

Écrit: janvier 2013

Version imprimable

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

           

1920 (avril-décembre)

 

1er avril

 

À Stuttgart (Württemberg), l'USPD se retire du comité régional [Landesausschuß] des conseils d'ouvriers et de paysans constitué le 8 décembre 1918, lequel cesse son activité[1]. La plupart des conseils locaux s'étaient déjà dissous au cours de l'année 1919.

 

 

3 avril

 

Dans la Ruhr, l'armée sous le commandement du lieutenant général Oskar von Watter occupe successivement Wanne, Röhlinghausen, Eickel et finalement Herne[2]. Il y a de nombreux morts parmi la population des quartiers ouvriers.

 

 

4 avril

 

La situation dans le pays en rapport avec les mesures exceptions est la suivante[3]. Dans les territoires de Thüringen, Württemberg, Baden et certaines parties de Sachsen, aucune mesure d'exception n'est en vigueur. Des mesures particulières s'appliquent en Bayern et à Leipzig. L'état d'exception renforcé est en vigueur à Düsseldorf, Arnsberg, Münster et Erfurt, tandis que dans les territoires restants du pays s'applique l'état d'exception simple.

 

 

6 avril

 

Le 2 avril avait débuté l'entrée de l'armée appuyée par des corps-francs dans le Ruhr. Le 6, les dernières unités de l'Armée rouge sont défaites à Gelsenkirchen ainsi qu'à Bottrop (Nordrhein-Westfalen)[4].

Dans la région de la Ruhr dans son ensemble, environ 1000 membres de la l'armée rouge et des Conseils d'ouvriers furent assassinés ou tués au combat[5].

 

 

La section d'assaut volontaire Roßbach (cf. .), après la fin des combats dans le Ruhr auxquels elle a participé, est de nouveau dissoute officiellement[6]. Ses membres se réfugient encore chez les grands propriétaires fonciers de l'est. En 1921 ils participeront aux combats qui éclatent en lien avec la question de l'indépendance de la Haute-Silésie. Le 21 novembre 1921 le gouvernement déclare l'organisation comme "définitivement dissoute". Mais ses membres gardent leurs structures de “communautés de travail” [“Arbeitsgemeinschaften”] et dissimulent leurs armes. Roßbach adhèrera au NSDAP et en aout 1922 Adolf Hitler le chargera de l'édification du NSDAP au-delà de la Bavière.

Un certain nombre de membres du corps-franc dirigé par Gerhard Roßbach joueront un rôle important au sein du NSDAP[7]. On peut mentionner les suivants.

Martin Bormann: Il adhère au NSDAP en 1927. En 1928 il entre à la direction supérieure de l'organisation paramilitaire “section d'assaut” (“Sturmabteilung”, SA). En 1933 il devient membre de la direction nationale du NSDAP. En 1941, après le départ de Rudolf Heß vers la Grande-Bretagne, il assume le rôle de ce dernier comme adjoint d'Adolf Hitler.

Rudolf Höß: Il adhère au NSDAP en 1922. En 1934, il devient membre de l'organisation paramilitaire “escadron de protection” (“Schutzstaffel”, SS). Il est chargé de fonctions de direction dans les camps de concentration, d'abord à  Dachau, puis à Sachsenhausen. À partir de 1940 il dirige le camp de concentration Auschwitz, de la fin de 1943 au printemps 1944 il est à la tête de l'administration chargée, au sein du SS, des camps de concentration, puis reprend la direction d'Auschwitz.

 

 

Le gouvernement redéfinit la répartition des compétences entre autorités civiles et militaires dans le cadre de mesures d'état d'exception[8]. Le pouvoir exécutif devra en principe rester dans le domaine de l'administration civile, la responsabilité incombera au ministre de l'intérieur au lieu du ministre de la défense. L'autorisation de prendre les mesures appropriées ne sera plus accordée à des instances militaires mais à des instances civiles. Un recours à un renfort militaire aura lieu uniquement si les forces de police sont insuffisantes. Parallèlement est renforcé l'édification de forces de police afin de disposer en cas de nécessité des forces suffisantes.

Le cas de dictature militaire ne sera mis en oeuvre que deux fois encore. Le décret du 26 septembre 1923 confère le pouvoir exécutif au ministre de la défense. Le décret du 8 novembre 1923 le confère directement au chef du commandement de l'armée. Le 20 juillet 1932, par un décret du président concernant Grand-Berlin et la Province Brandenburg, dans le périmètre concerné est instauré l'état d'exception et la police est soumise au commandant du District militaire 3 [Wehrkreis 3], qui obéit aux directives du ministère de la défense (ce décret restera en vigueur six jours) (Cf. .)

 

 

Directive du président Friedrich Ebert au ministre de la défense Otto Gessler, 6 avril 1920 (extraits)[9]

 

Je transmets au ministre de la défense les points ci-après en le priant de les prendre en considération:

[...]

4.    Congédiement au ministère de la Reichswehr de tous les officiers qui ont failli à leurs devoirs constitutionnels au cours du coup d'état.

5.    Congédiement de tous les officiers de l'amirauté qui au cours du coup d'état se sont soumis aux ordres de von Trotha.

6.    Tous les officiers de la troupe qui au cours du coup d'état ont failli à leurs devoirs constitutionnels doivent être congédiés.

7.    La brigade de marine Ehrhardt doit être dissoute promptement.

[...]

10. Les gardes civiles et les unités de volontaires temporaires doivent être dissoutes à brève échéance.

11. La population doit être appelée à signaler les dépôts d'armes cachés dont elle a connaissance.

12. Tous les dépôts d'armes cachés en ville et à la campagne doivent être saisis.

[Citation dans l'original .]

 

 

7 avril

 

Essen (Nordrhein-Westfalen) est occupé par les forces gouvernementales[10].

 

 

8 avril

 

Le major général Georg Maercker, depuis le 1er novembre 1919 commandant du District militaire 4 [Wehrkreis 4], doit démissionner de son poste en raison de son attitude durant le putsch Lüttwitz-Kapp[11].

 

 

10 avril

 

En Prusse, le ministre de l'Intérieur Carl Severing (SPD) déclare la dissolution des unités de volontaires [Zeitfreiwillige] et des gardes civiles [Einwohnerwehren], mais ne prononce pas l'interdiction générale des organisations privées d'autodéfense[12]. Notamment en Westfalen, en Saxe, à Berlin et dans le cadre de la protection des frontières à l'est [Grenzschutz Ost], une petite partie de ces unités est maintenue à titre temporaire. Le gouvernement de Bavière refuse à cette époque d'adopter des mesures similaires.

 

 

Le gouvernement met en oeuvre une procédure dite de “Reichsexekution” contre le Land Gotha, c'est-à-dire un dispositif prévu par la constitution (article 48), qui autorise le président à suspendre temporairement certains droits fondamentaux et à utiliser la force armée[13]. L'ex maire d'Essen, W. Halle, est nommé commissaire du Reich pour les territoires de Thüringen.

Cf. le texte des décrets:    .

 

 

11 avril

 

Un décret du président lève les différentes mesures concernant le rétablissement de l'ordre et de la sécurité publiques en vigueur selon différents décrets antérieurs, et ceci dans tous les territoires du Reich à l'exception des districts Düsseldorf, Arnsberg et Münster. De nouvelles mesures sont mises en vigueur dans tous les territoires du pays à l'exception des districts Düsseldorf, Arnsberg et Münster ainsi que de Bayern, Sachsen, Württemberg, Baden et des territoires de Thüringen, de la partie occupée par les puissances alliées vainqueurs de la guerre et des territoires prussiens constituant des enclaves au milieu d'autres entités fédérales[14].

Cf. le texte du décret .

 

 

12‑13 avril

 

Des discussions ont lieu au sujet du lieutenant général O. v. Watter, entre le président Friedrich Ebert (SPD) et le major général Hans von Seeckt, chef du commandement suprême de l'armée depuis le 27 mars[15]. Suite à l'accord de Bielefeld, Watter avait manifesté son désaccord avec le gouvernement à ce sujet. Seeckt demande la révocation de Watter, mais Ebert est réticent à cet égard. Le 26 avril, Watter demandera lui-même d'être relevé de ses fonctions, au motif que le gouvernement ne lui donne pas l'autorisation d'entrer avec des troupes de l'armée dans la région au sud de la Ruhr.

 

 

Au sujet de l'éventualité de révoquer le lieutenant général O. v. Watter, le 12 avril le président F. Ebert fait remarquer qu'une telle décision[16]:

signifierait un ébranlement très grave de la position du gouvernement, puisque le congédiement serait interprété comme une concession faite sous la pression de cercles d'extrême gauche.

[Citation dans l'original .]

Et le 13 avril il souligne au sujet de O. v. Watter et du commissaire du Reich et de l'état C. Severing qu'il[17]:

a été jusqu'ici pleinement satisfait et leur fait part de sa reconnaissance particulière.

[Citation dans l'original .]

 

 

Un décret du président lève l'état de siège en Saxe, qui avait été instauré le 23 avril 1919, ainsi que les mesures concernant des entreprises vitales, qui avaient été adoptées le 29 janvier 1920. Le décret prend effet rétroactif au 16 mars.

Cf. le texte du décret .

 

 

15 avril

 

Des troupes de l'armée et des corps-francs entrent dans Bochum (Nordrhein-Westfalen)[18].

 

 

16 avril

 

Des troupes de la Brigade commandée par le colonel Franz von Epp entrent dans Laer (Nordrhein-Westfalen)[19]. Elles arrêtent 25 personnes qui avaient été membres de la garde ouvrière, laquelle avait déposé les armes le 2 avril.

 

 

19 avril

 

Les troupes de la Brigade commandée par le colonel F. v. Epp quittent Laer (Nordrhein-Westfalen)[20]. Elles amènent des personnes qu'elles avaient arrêtées, dont certains seront retrouvés morts, notamment Karl Schluck, commandant de la garde ouvrière.

 

 

À Berlin débute un mouvement de grève des serveurs. Initialement participent 27 000 employés couvrant 1000 hôtels et brasseries[21]. Par la suite le mouvement faiblit, à 10 000 employés dans 400 établissements. Il se terminera le 23 avril.

 

 

Franz von Epp

 

Le 1er juillet 1921 F. v. Epp sera promu major général[22]. Il partira à la retraite le 31 octobre 1923. En 1928 il adhèrera au NSDAP, pour lequel il occupera divers postes de direction au sein de l'appareil d'état.

Cf. également: .

 

 

23 avril

 

À Brême (Bremen) se déroulent des mouvements de grève des employés du Hansa-Lloyd-Werk et de ceux de la Norddeutsche Waggonfabrik[23].

 

 

1er mai

 

À Geestemünde et Lehe (aujourd'hui Bremerhaven) (Bremen), un mouvement de grève éclate dans quatre grands magasins, avec la participation de 149 employés parmi un total de 293[24]. La grève se terminera le 19.

 

 

À Berlin, les employés des transports publics se mettent en grève pour la journée[25].

 

 

4 mai

 

Par voie de décret est instauré un Conseil national d'économie [Reichswirtschaftsrat] composé de 326 membres, principalement des représentants des employeurs et des travailleurs et employés[26]. Son rôle consiste à contribuer à l'élaboration de lois dans le domaine de la politique économique et sociale. Il reste sans importance et sera dissout en 1934.

Suite à la création de cet organisme, le Conseil central qui avait été constitué par le Congrès national de conseils tenu du 16 au 21 novembre 1918 met fin à son activité[27].

 

 

5 mai

 

En complément du décret du 11 avril, un décret du président remplace aussi les différentes mesures concernant le rétablissement de l'ordre et de la sécurité publiques en vigueur selon différents décrets antérieurs dans les districts Düsseldorf, Arnsberg et Münster, par de nouvelles mesures.

Cf. le texte du décret .

 

 

25 mai

 

Dans la Ruhr, les opérations contre les forces de l'armée rouge ne sont toujours pas achevées. Ce jour-là on peut lire dans un rapport du secrétaire d'état Friedrich Freund du ministère de l'Intérieur prussien au chancelier (extraits)[28]:

L'occupation de Remscheid doit encore être repoussée de quelques jours, puisque d'après l'information provenant de monsieur le président [Oberpräsident] de Westfalen et du commandant des opérations sur place se tiennent des groupes fortement armés, contre lesquels toutes les mesures de précaution doivent être prises. [...] D'un autre côté nous devons être suffisamment forts pour ne pas nous exposer à des revers. Pour cette raison une unité supplémentaire est transportée aujourd'hui de Berlin à Elberfeld comme soutien à l'action.

[Citation dans l'original .]

 

 

28 mai

 

À Berlin l'état d'exception instauré le 13 janvier est levé[29].

 

 

30 mai

 

Un décret du président instaure des peines de prison en rapport avec des actes dirigés contre les mesures de démantèlement de formations militaires et de police. Il autorise la constitution de tribunaux d'exception à ce sujet.

Cf. le texte du décret .

Ce décret sera remplacé par un autre le 29 mars 1921.

 

 

6 juin

 

Se tiennent les élections à l'assemblée nationale (Reichstag) qui remplace l'assemblée nationale constituante.

Sozialdemokratische Partei

113

Unabhängige sozialdemokratische Partei

1

Deutschnationale Volkspartei

66

Deutsche Volkspartei

62

Zentrum

67

...

 

Kommunistische Partei Deutschlands (Spartacusbund)

2

...

4

Total

466

 

 

11 juin

 

Le gouvernement décide la levée de l'état d'exception, instauré le 15 mars, dans la région de la Ruhr[30].

 

 

21 juin

 

La conférence de Boulogne des Puissances Alliés vainqueurs fixe le montant des dettes: 269 milliards de marks-or, payables en 42 ans[31].

 

 

En Saxe, le gouvernement annule toutes les résolutions concernant les conseils d'ouvriers, ce qui implique leur dissolution[32].

 

 

24 juin

 

Après la démission du gouvernement du chancelier Hermann Müller (SPD) le 8 juin, un nouveau gouvernement est formé, sans la participation du SPD. Par la suite, le SPD participera de nouveau à certains gouvernements (10 mai 1921-14 novembre 1922, 13 aout 1923-23 novembre 1923) sans cependant occuper le poste de chancelier comme c'était le cas sans exception depuis novembre 1918, jusqu'à ce que finalement le 28 juin 1928 soit formé un gouvernement avec Hermann Müller comme chancelier.

 

 

27 juin

 

Un décret du président étend au district Schleusingen (Thüringen) l'application du décret du 11 avril.

Cf. le texte du décret .

 

 

À Wulsdorf (aujourd'hui dans Bremerhaven) (Bremen), éclate une grève dans la Viktoria-Brauerei[33]. Elle se termine le 10 juillet.

 

 

5‑16 juillet

 

À Spa, en Belgique, se tient une conférence des Puissances Alliés vainqueurs sur la mise en oeuvre des dispositions du Traité de Versailles[34]. L'Allemagne y assiste également, ce qui constitue sa première participation à une conférence internationale, depuis la guerre. Sur la question du désarmement de l'Allemagne un accord est conclu le 9 [Protokoll über die militärischen Fragen]. Selon ce texte, à l'échéance du 1er janvier 1921, les dispositions du traité de Versailles doivent être réalisées: l'armée doit être réduit à l'effectif de 100 000 hommes, le service militaire obligatoire aboli et tout le matériel de guerre être rendu aux Alliés. En outre, la police de sécurité [Sicherheitspolizei] et les gardes civiles [Einwohnerwehren] doivent être dissoutes à l'échéance du 31 janvier 1921.

 

 

6 juillet

 

À Geestemünde et Lehe (aujourd'hui Bremerhaven) (Bremen), dans cinq entreprises 57 charpentiers parmi un total de 65 se mettent en grève[35]. Le mouvement dure 18 jours.

 

 

23 juillet

 

Un décret du président instaure l'état d'exception en Prusse de l'Est (District militaire 1 [Wehrkreis 1])[36]. La mesure sera levée le 1er septembre 1921.

 

 

31 juillet

 

Le 29 mars 1920, avait été adoptée une loi relative à l'impôt sur le revenu [Reichseinkommensteuergesetz] instaurant la retenue à la source par les employeurs, des impôts sur les salaires. Lorsque débute l'application de la mesure, des conflits éclatent dans les entreprises.

C'est le cas dans l'établissement de l'I.G. Farben à Leverkusen (Nordrhein-Westfalen)[37]. Dans un premier temps, fin juillet, le président du conseil d'ouvriers présente à la direction une demande de mesures compensatrices. La direction refuse de renoncer à la retenue correspondant aux impôts, ce que, selon le rapport du directeur, "le conseil d'ouvrier trouvait compréhensible", mais toujours selon le même rapport, le conseil d'ouvriers

nous demandait eu égard au grand émoi parmi les travailleurs de ne pas les renvoyer les mains vides et proposait de livrer par personne 1 livre de lard par semaine au prix de 5 Mark. Alors ils tenteraient de calmer les travailleurs avec cette concession.

[Citation dans l'original .]

L'assemblée des hommes de confiance [Vertrauensleute] ne se contente pas d'un tel arrangement, une assemblée plus large des travailleurs se tient. L'après-midi un groupe de travailleurs investit la villa de la direction. La direction fait mine de s'engager à prendre en charge le montant des déductions fiscales.

(Cf. également plus loin.)

 

 

4 aout

 

La direction de l'établissement de l'I.G. Farben à Leverkusen annule son engagement du 31 juillet, mais se déclare prête à ouvrir des négociations sur les salaires[38].

 

 

7 aout

 

La loi sur le désarmement de la population [Gesetz über die Entwaffnung der Bevölkerung] est adoptée. Elle sera publiée le 11 aout.

Cf. le texte de la loi .

 

 

9 aout

 

À l'établissement de l'I.G. Farben à Leverkusen, face à l'attitude hostile des travailleurs concernant les retenues sur les salaires, la direction ferme l'établissement[39]. L'après-midi, une rencontre a lieu entre la direction, le conseil d'entreprise et des représentants du syndicat. Un membre de la direction exprime l'appréciation suivante:

Les évènements des derniers jours ont prouvé que l'influence des syndicats n'a pas été suffisamment forte. Il faut chercher des moyens et des voies pour renforcer l'autorité des syndicats.

[Citation dans l'original .]

 

 

10 aout

 

À l'établissement de l'I.G. Farben à Leverkusen, un accord est établi concernant les conditions de réouverture de l'établissement[40]. Une assemblée du personnel accepte l'accord à une grande majorité.

 

 

21 aout

 

La loi sur l'abolition du service militaire universel et la règlementation de la durée  de l'obligation de service [Gesetz über die Abschaffung der allgemeinen Wehrpflicht und die Regelung der Dauer der Dienstverpflichtung] est adoptée.

Cf. le texte de la loi .

Cette loi sera remplacée par la loi sur la défense [Wehrgesetz] du 23 mars 1921.

 

 

25 aout

 

En Württemberg, l'application des retenues fiscales par les employeurs (cf. 31 juillet) produisent des réactions violentes du personnel dans les trois plus grandes entreprises métallurgiques (Daimler-Motoren-Gesellschaft, Untertürkheim; Bosch-Werke, Stuttgart et Feuerbach; Maschinenfabrik Esslingen, Werk Mettingen)[41]. Dans la nuit du 25 au 26 aout, les employeurs ont recours à l'administration locale afin de faire occuper les sites par la police et d'évacuer le personnel.

 

 

29 aout

 

En Württemberg, après l'occupation, le 25 aout, de plusieurs entreprises par des forces de police, une assemblée générale des conseils d'entreprise, contre l'avis des syndicats, lance un appel à une grève générale au niveau régionale[42]. La nuit du 29 au 30 aout, à Stuttgart, dans les environs de cette ville ainsi que dans douze autres communes de Württemberg, les centrales de gaz et d'électricité se joignent à la grève. Le gouvernement a recours à des unités du secours technique [Technische Nothilfe] pour remettre en fonctionnement ces sites.

 

 

31 aout

 

Un décret du président annule l'application du décret du 11 avril à Saxe, y compris le district Schleusingen.

Cf. le texte du décret .

 

 

6 septembre

 

Un décret du président instaure l'état d'exception à Breslau (Niederschlesien) (aujourd'hui Wroclaw, Pologne). Il entre en vigueur avec sa publication le 17 septembre, et ceci de façon limitée dans le temps, jusqu'au 20 septembre.

Cf. le texte du décret .

 

 

À partir du 3 septembre, le mouvement de grève en Württemberg faiblit. Le 6, à l'exception du site de Daimler le travail a repris partout. Durant ce mouvement de grève, Daimler, Bosch et Maschinenfabrik Esslingen, en accord avec le gouvernement régional, licencient l'ensemble des 16 000 employés[43]. Une partie du personnel est par la suite réembauchée. En ce qui concerne Daimler, les chiffres sont les suivants: 7776 travailleurs et 1048 employés licenciés, 3270 travailleurs et 558 employés réembauchés.

 

 

29 septembre

 

À Berlin se tiennent des assisses des unions d'entrepreneurs du secteur minier[44]. La question principale posée, à l'occasion d'un rapport élaboré par la commission de socialisation, est celle de la socialisation des mines de charbon. Une résolution est adoptée qui sera transmise à la chancellerie, le 2 octobre. (Cf. ci-dessous.)

Le rapport de la commission socialisation est partagé entre deux propositions. L'une, portée notamment par Emil Lederer (SPD), préconise le transfert accompagné d'indemnisation, de la propriété des mines à une “Communauté allemande du charbon” (“Deutsche Kohlengemeinschaft”) régie par le droit publique. L'autre proposition, portée notamment par Walther Rathenau (président de la Société générale d'électricité), prévoit simplement la réunion des mines dans le cadre d'une collectivité de droit publique.

 

 

Résolution des unions minières allemandes [deutsche Bergbauvereine] (organisation patronale) au sujet de la question de la socialisation, 29 septembre 1920[45]

 

1. Les propositions de la commission de socialisation excluent l'initiative des entrepreneurs, qui a porté le secteur minier allemand à son niveau actuel.

2. Les propositions prévoient la création d'une nouvelle organisation coercitive bureaucratique qui, en dépendant d'institutions parlementaires, apporte une étatisation figée. Les bons principes pour l'attribution des postes et le gout du risque des personnes dirigeantes en souffriront forcément.

[...]

4. L'idée que dans une forme d'économie telle que la propose la commission de socialisation, seraient haussés chez les travailleurs la bonne volonté à la performance et le sentiment de responsabilité vis-à-vis de la communauté, n'est pas prouvé par les expériences passées (chemins de fer, poste, ateliers d'état).

[...]

7. Or la socialisation du secteur des mines entrainera fatalement aussi à brève échéance l'industrie de transformation dans son tourbillon menant à la perte et fera échouer une reconstruction de l'économie allemande, qui n'es possible que par la tension de toutes les forces précieuses et libres du secteur de l'entreprise privée.

8. Pour ces raisons les unions minières allemandes refusent catégoriquement les propositions de la commission de socialisation. [...]

[...]

[Citation dans l'original .]

 

 

5‑7 octobre

 

À Berlin se tient le premier congrès des conseils d'entreprise syndicaux, sous la direction de l'ADGB[46]. Y assistent 953 délégués. L'ordre du jour comporte les points suivants: La situation économique de l'Allemagne (Rudolf Wissell, SPD); la situation politique et économique et la socialisation (Rudolf Hilferding, SPD); la tâche des conseils d'entreprise (Robert Dißmann, USPD; Clemens Nörpel, ADGB; Heinrich Brandler, KPD); le regroupement organisationnel des conseils d'entreprise (Fritz Brolat, SPD; Richard Müller, USPD). Une majorité se prononce en faveur du principe que sur le plan organisationnel, le mouvement des conseils d'entreprise soit porté par les syndicats. La conception de l'opposition (Ernst Däumig, USPD; Richard Müller, USPD), selon laquelle les conseils d'entreprises devraient être développés comme organisations de lutte autonomes, est rejetée.

[Citation dans l'original .]

 

 

10‑16 octobre

 

À Kassel se tient un congrès du SPD[47]. Une résolution est adoptée au sujet d'une éventuelle participation du parti à un gouvernement (cf. ci-dessous).

 

 

Résolution adoptée par le congrès du SPD tenu à Kassel du 10 au 16 octobre 1920[48]

 

Puisque le résultat des élections au Reichstag n'a plus accordé à la coalition précédente une majorité suffisante, puisqu'une coalition élargie vers la droite n'est pas compatible avec les intérêts de la classe ouvrière, puisque l'USPD a refusé d'entrer dans un gouvernement susceptible d'être formé en vue de la défense des institutions républicaines et la sauvegarde des conquêtes de l'époque de révolution en matière de politique sociale, la sortie du Parti social-démocrate du gouvernement était donc devenue nécessaire après les élections au Reichstag. Par conséquent le congrès approuve expressément  la position du comité directeur et du groupe au Reichstag. Une entrée renouvelée du Parti social-démocrate dans un gouvernement du Reich ne peut être envisagée que si les intérêts du prolétariat le requièrent impérativement, intérêts qui nécessitent avant tout la démocratisation de l'administration, la républicanisation de la Reichswehr, la socialisation des branches d'économie qui sont mures à cet effet et une politique extérieure pacifiste. Il ne peut être question de coopération avec un parti qui ne se place pas fondamentalement et réellement sur le terrain de la forme d'état républicaine.

[Citation dans l'original .]

 

 

12‑17 octobre

 

À Halle se tient un congrès extraordinaire de l'USPD[49]. Le 16, se déroule le vote sur la question de l'adhésion à l'Internationale communiste. Sur 392 délégués, 236 votent pour, les restants contre. La minorité quitte la salle en suivant Artur Crispien qui affirme que ce vote équivaut à une adhésion au KPD et que les majoritaires ont donc cessé d'appartenir à l'USPD.

 

 

18 octobre

 

À Geestemünde (aujourd'hui Bremerhaven) (Bremen), dans 23 entreprises de l'industrie de pêche, l'ensemble des 360 travailleurs se mettent en grève[50]. Celle-ci se termine le 1er novembre.

 

 

20 octobre

 

À Brême (Bremen), les travailleurs de la chaufferie des centrales électriques se mettent en grève[51].

 

 

23 octobre

 

Le 23 octobre débute une grève des riveteurs [Nieter] des chantiers navals de Hambourg[52]. Après trois semaines des mesures de chômage partiel sont prises (concernant par exemple 222 travailleurs chez Blohm & Voss). Le conflit se terminera le 20 novembre à l'issue d'une intervention du ministre du travail.

 

 

Octobre

 

Au cours de l'année 1919 des corps-francs et des formations de volontaires avaient été intégrés ‑ partiellement,  parfois entièrement ‑ dans la police de sécurité[53]. Le 22 juin, la note de Boulogne des Puissances Alliés vainqueurs avait exigé, dans le cadre des dispositions du Traité de Versailles, la dissolution de ces forces de police, comme formation structurée et équipée militairement. Par des mesures édictées le 4 octobre et le 20 novembre, est formée sur la base de forces venant de la police de sécurité et des forces de l'ordre [Ordnungspolizei], la police de protection [Schutzpolizei]. Celle-ci devient, aux côtés des forces de l'ordre [Ordnungspolizei] et de la police judiciaire [Kriminalpolizei], un élément essentiel des forces de sécurité intérieure. Elle atteint un effectif de 150 000 hommes, dont 85 000 pour la Prusse.

 

 

6 novembre

 

À Berlin débute une grève des ouvriers et employés des centrales électriques; et ceci sans l'accord ni le soutien des syndicats[54]. Les équipes des centrales à Moabit, Charlottenburg, Oberspree et Steglitz cessent le travail immédiatement, d'autres se préparent à les rejoindre. Le soir même, le ministre de l'Intérieur de Prusse C. Severing fait intervenir des unités du secours technique [Technische Nothilfe].

 

 

7 novembre

 

À Berlin les grévistes des centrales électriques acceptent de prendre en charge les services vitaux à condition que les unités du secours technique soient retirées[55]. Les syndicats finissent par assumer un rôle de négociateur. Les grèves se termineront le 11.

 

 

8 novembre

 

Est édicté le décret du président concernant des mesures à l'égard d'arrêts et d'interruptions d'entreprises [betreffend Maßnahmen gegenüber Betriebsabbrüchen und -stillegungen][56].

Cf. le texte du décret .

Ce décret sera modifié par le décret sur les interruptions d'entreprises et la répartition du travail [über Betriebsstillegungen und Arbeitsstreckung], du 15 octobre 1923.

 

 

10 novembre

 

Est édicté le décret du président concernant l'interruption d'entreprises qui approvisionnent la population en gaz, eau, électricité [betreffend die Stillegung von Betrieben, welche die Bevölkerung mit Gas, Wasser, Elektrizität versorgen][57].

Cf. le texte du décret .

Ce décret restera en vigueur jusqu'au 20 janvier 1934. Il stipule qu'une grève dans les entreprises visées est admissible uniquement après que la commission de conciliation [Schlichtungsausschuß] compétente ait prononcé une sentence arbitrale et que se soient écoulés trois jours depuis cette décision. Dans les conditions d'une telle grève, le ministre de l'Intérieur est autorisé à prendre les mesures nécessaires pour assurer l'approvisionnement d'urgence.

 

 

9 décembre

 

En Saxe, est formé un gouvernement composé de membres du SPD, de l'USPD et du DDP, vis-à-vis duquel le KPD adopte une politique de tolérance[58]. Il est composé de la façon suivante (à partir du 13 décembre, après des remaniements initiaux):

Premier ministre: Wilhelm Buck (SPD)

Intérieur: Richard Lipinski (USPD)

Travail et affaires sociales: Hermann Jäckel (USPD); à partir du 1er janvier 1922 Paul Ristau (USPD)

Économie: Albert Schwarz (SPD); à partir du 1er mai 1921 Alfred Fellisch (SPD)

Finances: Max Heldt (SPD)

Affaires culturelles et éducation: Hermann Fleißner (USPD)

Justice: Rudolf Harnisch (SPD); à partir du 1er aout 1921 Erich Zeigner (SPD)

 

 

Décembre

 

À Geestemünde et Lehe (aujourd'hui Bremerhaven) (Bremen), dans les entreprises de la métallurgie hors chantiers navals, 208 travailleurs sur un total de 508 se mettent en grève[59]. Celle-ci dure 14 jours.

 

 

---

 

À Geestemünde et Lehe (aujourd'hui Bremerhaven) (Bremen), 34 tailleurs dans 8 entreprises effectuent un mouvement de grève qui dure trois jours[60].

 

 

 

 

 

 

 

 

Notes



[1]. https://www2.landesarchiv-bw.de/ofs21/olf/einfueh.php?bestand=4142.

[2]. http://www.halloherne.de/index.php?option=com_content&view=article&id=1185:maerzgefallene.

[3]. http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/mu1/mu11p/kap1_2/kap2_14/para3_1.html.

[4]. http://www.gelsenzentrum.de/rote_ruhrarmee_kapp_putsch.htm.

[5]. http://www.deutsche-revolution.de/kapp-putsch-9.html

[6]. http://www.historisches-lexikon-bayerns.de/artikel/artikel_44712.

[7]K. Bauer: Nationalsozialismus, (Bibliographie )

[8]. http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/mu1/mu11p/kap1_2/kap2_14/para3_1.html;

Ch. Gusy: Weimar - die wehrlose Republik?, p. 260. (Bibliographie )

[9]. http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/mu1/mu11p/kap1_2/para2_13.html.

[10]. http://www.gelsenzentrum.de/rote_ruhrarmee_kapp_putsch.htm.

[11]. http://paper.olaf-freier.de/garnhal.htm.

[12]. http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/feh/feh1p/kap1_2/kap2_50/para3_1.html;

http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/mu1/mu11p/kap1_2/para2_79.html.

[13]. G. Schulz: Zwischen Demokratie und Diktatur - Band 1 - Die Periode der Konsolidierung und der Revision des Bismarckschen Reichsaufbaus 1919‑1930, S. 439 (Bibliographie )

Ch. Gusy: Weimar..., S. 260 (Bibliographie )

[14]W. S. Woytinsky: Zehn Jahre neues Deutschland, S. 15 (Bibliographie ): Du territoire total de Prusse, 71 morceaux couvrant 226 270 ha et comptant 234 860 habitants constituent des enclaves au sein d'autres entités fédérales. Par ailleurs 77 morceaux appartenant à d'autres entités fédérales constituent des enclaves à l'intérieur du territoire prusse. (Chiffres de 1929. Sont prises en compte uniquement les enclaves formées par une partie ‑ et non la totalité ‑ d'une entité fédérale, et uniquement si l'enclave est entièrement entourée par l'autre territoire.).

[15]. E. Kolb: Friedrich Ebert als Reichspräsident, S. 201. (Bibliographie )

[16]E. Kolb: Friedrich Ebert..., S. 201. (Bibliographie )

[17]E. Kolb: Friedrich Ebert..., S. 201. (Bibliographie )

[18]. http://www.deutsche-revolution.de/kapp-putsch-4.html.

[19]. http://www.deutsche-revolution.de/kapp-putsch-4.html.

[20]. http://www.deutsche-revolution.de/kapp-putsch-4.html.

[21]. http://www.luise-berlin.de/kalender/jahr/1920.htm

[22]K. Pätzold (Hg.): Biographien zur deutschen Geschichte von den Anfängen bis 1945 - Lexikon, S. 128 (Bibliographie )

[23]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=50.

[24]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=50.

[25]. http://www.luise-berlin.de/kalender/jahr/1920.htm

[26]. E. Reidegeld: Sozialpolitik in Demokratie und Diktatur 1919‑1945, S. 98- (Bibliographie )

E. R. Huber: Deutsche Verfassungsgeschichte seit 1789 - Band 6, (Bibliographie )

[27]. IML beim ZK der SED (Hg.): Dokumente und Materialien zur Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung - Reihe 2 - Band 3 - Januar 1919‑Mai 1919, S. 16 (Bibliographie )

[28]. http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/mu1/mu11p/kap1_2/kap2_116/para3_2.html

[29]. M.‑L. Ehls: Protest und Propaganda - Demonstrationen in Berlin zur Zeit der Weimarer Republik, S. 61 (Bibliographie )

[30]. http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/mu1/mu11p/kap1_2/kap2_135/para3_2.html.

[31]. http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/feh/feh1p/kap1_2/kap2_6/para3_1.html.

[32]. http://www.geschichte-pirna.de/Kapp-Putsch.pdf.

[33]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=50.

[34]. H. A. Winkler: Weimar 1918‑1933, S. 147 (Bibliographie )

H. Molkenbuhr: Tagebücher 1905 bis 1927, S. 350 (Bibliographie )

http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/feh/feh1p/kap1_1/para2_5.html.

[35]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=50.

[36]. http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/wir/wir1p/kap1_2/para2_72.html.

http://alex.onb.ac.at/cgi-content/anno-plus?aid=dra&datum=19200004&seite=00001477 et suiv.

[37]W. Plumpe: Betriebliche Mitbestimmung in der Weimarer Republik - Fallstudien zum Ruhrbergbau und zur Chemischen Industrie, S. 138 (Bibliographie )

[38]W. Plumpe: Betriebliche Mitbestimmung..., S. 138 (Bibliographie ).

[39]W. Plumpe: Betriebliche Mitbestimmung..., S. 138 (Bibliographie ).

[40]W. Plumpe: Betriebliche Mitbestimmung..., S. 138 (Bibliographie ).

[41]A. Linhardt: Feuerwehr im Luftschutz 1926-1945 - Die Umstrukturierung des öffentlichen Feuerlöschwesens in Deutschland unter Gesichtspunkten des zivilen Luftschutzes, S. 191-. (Bibliographie )

[42]A. Linhardt: Feuerwehr..., S. 191-. (Bibliographie );

http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/feh/feh1p/kap1_2/kap2_67/para3_3.html.

[43]G. D. Feldman, G. Ambrosius: Die Anpassung an die Inflation, S. 228. (Bibliographie );

[44]. http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/feh/feh1p/kap1_2/para2_79.html.

[45]. http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/feh/feh1p/kap1_2/para2_79.html.

Stahl und Eisen - Band 40 - Teil 2, (Bibliographie ).

[46]. http://library.fes.de/fulltext/bibliothek/chronik/band2/e235f231.html.

[47]http://library.fes.de/parteitage/pdf/pt-jahr/pt-1920.pdf.

SPD (Hg.): Protokoll über die Verhandlungen des Parteitages der Sozialdemokratischen Partei Deutschlands (9.‑10. Oktober 1920) , (Bibliographie )

[48]http://library.fes.de/parteitage/pdf/pt-jahr/pt-1920.pdf, S. 319, Antrag 324.

[49]. F. Hirschinger: Kommunistische Parteisäuberungen in Sachsen-Anhalt 1918‑1953, S. 36 (Bibliographie )

http://ipr.univ-paris1.fr/spip.php?article244;

http://www.glasnost.de/hist/wr/weimar1.html.

[50]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=50.

[51]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=50.

[52]. O. Mertelsmann: Die Werft Blohm & Voss 1914‑1923, p. 221. (Bibliographie )

[53]. http://www.dhpol.de/de/medien/downloads/hochschule/ausstellung/Einfuehrung_2.pdf;

http://www.trend.infopartisan.net/trd0402/t050402.html;

St. Naas: Die Entstehung des Preussischen Polizeiverwaltungsgesetzes von 1931, (Bibliographie );

[54]. E. Kolb: Friedrich Ebert..., S. 235 (Bibliographie );

A. Linhardt: Feuerwehr..., S. 195. (Bibliographie )

[55]. A. Linhardt: Feuerwehr..., S. 195. (Bibliographie )

[56]. http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/feh/feh1p/kap1_2/kap2_80/para3_1.html.

[57]. A. Linhardt: Feuerwehr..., S. 197. (Bibliographie );

E. R. Huber (Hg.): Dokumente zur deutschen Verfassungsgeschichte - Band 3 - 1918‑1933, (Bibliographie )

http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/feh/feh1p/kap1_2/kap2_105/para3_1.html.

[58]. http://www.linke-bueros.de/linxx_dokumente/1238752452.pdf.

[59]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=50.

[60]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=50.