Home

 

Themes

 

Facts & Dates

 

Points of view

 

Site map

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Accueil

 

Thèmes

 

Faits & Dates

 

Points de vue

 

Plan site

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Inicio

 

Temas

 

Hechos & Fechas

 

Puntos de vista

 

Mapa sitio

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Faits & Dates  >  Allemagne 1918‑1939  >  1er‑9 novembre 1918

 

 

 

Écrit: janvier 2013

Version imprimable

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

           

1918 (1er‑9 novembre)

 

1er novembre

 

À Wilhelmshaven (Niedersachsen), pour désamorcer les mutineries, le commandement de la marine décide d'éloigner une partie de la flotte[1]. Dans la nuit au 1er novembre, plusieurs navires avec plus de 5000 hommes d'équipages entrent au port de Kiel (Schleswig-Holstein). 47 mutins, qui avaient été arrêtés, sont incarcérés dans les prisons de la ville. Dans la maison des syndicats, 250 marins se réunissent pour organiser l'aide aux prisonniers.

 

 

2 novembre

 

L'Autriche-Hongrie signe un armistice.

 

 

En Bavière, la constitution est modifiée en faveur d'un système parlementaire.

 

 

À Berlin se tient une réunion du conseil d'ouvriers constitué par les “hommes de confiance”[2]. Les représentants du Groupe Spartakus insistent pour un déclenchement immédiat de l'insurrection, mais seuls les “hommes de confiance” ont droit au vote, et le conseil décide de fixer la date au 11 novembre.

 

 

À Kiel (Schleswig-Holstein), 500 personnes se rassemblent devant la maison des syndicats[3]. Le bâtiment est bloqué sur ordre du gouverneur, l'amiral Wilhelm Souchon. Les soldats se rendent sur la place d'armes. Un appel est lancé, à l'initiative notamment de Karl Artelt qui travaille dans les ateliers de torpilles et de Lothar Popp qui travaille dans les chantiers navals (tous les deux USPD)[4], pour une manifestation le lendemain. Durant la nuit, des tracts sont distribués.

 

 

3 novembre

 

À Kiel (Schleswig-Holstein), une réunion se tient entre le gouverneur et des officiers supérieurs de la marine[5]. Le gouverneur W. Souchon transmet un rapport à l'Office de la marine du Reich |Reichsmarineamt] à Berlin et demande que soit "envoyé ici un député social-démocrate éminent, pour qu'il parle dans l'esprit d'éviter révolution et révolte. Une manifestation rassemble environ 5000 à 6000 participants, principalement des marins. Les orateurs demandent "Arrêt de la guerre, paix, liberté, pain". Le cortège traverse différents quartiers de la ville, à plusieurs occasions les manifestants réussissent à s'emparer d'armes. Le gouverneur donne l'ordre de "s'opposer par tous les moyens" aux manifestants et de "faire usage des armes sans ménagement". Un échange de tir se produit, il y a 7 morts.

 

 

Des marins insurgés de Kiel arrivent à Rostock, Wismar et Schwerin (Mecklenburg-Schwerin).

 

 

4 novembre

 

Le gouvernement constitué le 3 octobre publie un "Appel au peuple allemand" ["An das deutsche Volk!"] qui expose son programme. (Cf. le texte .)

 

 

À Kiel (Schleswig-Holstein), le mouvement s'étend aux troupes de la marine stationnées à terre dont des unités se joignent aux insurgés, de même que les travailleurs du chantier naval Germania et des ateliers de torpilles[6]. Un appel à la grève générale est lancé pour le lendemain. Le gouverneur W. Souchon entame des négociations, il libère une partie des prisonniers. Le soir, arrivent à Kiel le secrétaire d'état Conrad Haußmann et le député Gustav Noske (SPD). Devant un rassemblement, Noske tient un discours qu'il termine par un appel au calme et à l'ordre. Des négociations ont lieu entre Noske, Haußmann, des officiers supérieurs, des représentants du SPD et de l'USPD ainsi que des syndicats. Pendant ce temps, des marins et des travailleurs se réunissent à la maison des syndicats. Dans la nuit est constitué un conseil de soldats, le matin suivant un conseil d'ouvriers. Il n'y a pas de coopération organisationnelle entre les deux. Le conseil de soldats formule une liste de revendications, les “14 points de Kiel” [“14 Kieler Punkte”] (cf. ci-dessous).

 

 

À Stuttgart (Württemberg) est constitué un conseil d'ouvriers sous la présidence de Fritz Rück (Groupe Spartakus)[7]. Suite à l'arrestation des membres du conseil entre le 6 et le 8 novembre, son action sera paralysée.

 

 

Appel du comité exécutif du SPD, 4 novembre 1918 (extraits)[8]

 

Travailleurs! Camarades du Parti!

Au moyen de tracts sans signature et au moyen de l'agitation de bouche à l'oreille, l'exhortation vous a été adressée, de quitter dans les jours qui viennent les entreprises et sortir dans la rue.

Nous vous conseillons instamment de ne pas suivre ces exhortations.

Comme vous le savez tous, le  Parti social-démocrate est en train de mener une action très importante. Il a détaché un certain nombre de camarades au gouvernement, afin que celui-ci conclue au plus vite une paix et rétablisse à l'intérieur toutes les libertés civiques que la classe ouvrière nécessite pour son développement ultérieur.

[...] Comme vous le savez tous des journaux, le camarade Scheidemann, en accord avec le parti, a recommandé au Chancelier du Reich de conseiller à l'Empereur d'abdiquer. Cette question est actuellement encore sujette à des négociations importantes.

[...] Nous vous appelons à ne pas contrarier ces négociations par une immixtion irréfléchie. Nous sommes placés devant les décisions les plus difficiles, chaque jour nous pouvons être mis dans la situation de devoir vous appeler à ce que vous mettiez votre parole dans la balance de la décision. Cependant, maintenant il s'agit de garder le sang-froid et la discipline, et de ne se laisser prendre au piège par aucune sorte de slogan semant le trouble.

 Des actions qui promettre d'être couronnées de succès doivent être portées par l'ensemble des masses travailleuses. Or pour de telles actions, ce n'est pas le moment actuellement. Donc, ne suivez aucune consigne qui émane d'une minorité irresponsable!

[Citation dans l'original .]

 

 

Les 14 points de Kiel [14 Kieler Punkte], 4 novembre 1918[9]

 

1. Libération de l'ensemble des détenus et des prisonniers politiques.

2. Liberté complète de la parole et de la presse.

3. Levée de la censure du courrier.

4. Traitement adéquat des soldats par des supérieurs.

5. Retour sans punition de l'ensemble des camarades à bord et dans les casernes.

6. La sortie de la flotte ne doit pas avoir lieu, quelles que soient les circonstances.

7. Aucune mesure de sécurité produisant effusion de sang ne doit avoir lieu.

8. Retrait de l'ensemble des troupes n'appartenant pas à la garnison.

9. Toutes les mesures pour la protection de la propriété privée seront fixées dès maintenant par le conseil d'e soldats.

10.           En dehors du service il n'y a plus de supérieurs.

11.           Liberté individuelle illimitée de tout homme, de la fin du service jusqu'au début du service suivant.

12.           Nous saluerons parmi nous les officiers qui acceptent les mesures du conseil de soldats actuellement existant. Tous les autres devront quitter le service sans pouvoir prétendre à assistance.

13.           Chaque membre du conseil de soldats doit être libéré de tout service.

14.           L'ensemble des mesures à prendre dans l'avenir ne doivent être prises qu'avec l'accord du conseil de soldats.

[Citation dans l'original .]

 

 

5 novembre

 

À Kiel (Schleswig-Holstein), le matin, sur les navires sont hissés les drapeaux rouges[10]. Sur l'un d'eux, se produit un incident, deux officiers et un marin sont tués. Durant la journée des affrontements ont lieu, il y a 10 morts. Au cours d'un rassemblement convoqué à la hâte, G. Noske se fait désigner comme président du conseil de soldats. Rétrospectivement, il résume la situation comme suit[11]:

Quelqu'un, soit Artelt, ou le dirigeant syndical de Kiel Garbe, m'a fait la proposition d'assumer provisoirement la direction des affaires. Pour la mi-journée, à 1 heure, était de nouveau annoncé un grand rassemblement de manifestation sur la Wilhelmsplatz, auquel devait être présenté un compte-rendu. Peu avant éclata une pluie violente [...]. Par conséquent, seulement des brèves allocutions furent prononcées à partir d'une voiture. Je me suis limité à souligner que le mouvement, qui s'est produit sans que j'y sois pour quelque chose, devait être dirigé d'une main ferme.

[Citation dans l'original .]

 

 

L'insurrection de Kiel atteint Lübeck et Brunsbüttel (Schleswig-Holstein)[12].

 

 

6 novembre

 

À Wilhelmshaven (Niedersachsen) se déroule une manifestation de masse qui réunit les marins descendus des navires et ceux stationnés sur terre[13]. Sur l'un des navires se produit un incident, des officiers sont tués[14]. Les personnes qui avaient été incarcérées sont libérées. Un conseil d'ouvriers est élu qui fusionne avec le conseil de soldats déjà constitué. Un comité formé de 21 membres (le Conseil des 21 [21er‑Rat]), présidé par le chauffeur de chaudière Bernhard Kuhnt (SPD) est établi.

 

 

À Kiel (Schleswig-Holstein), sous l'influence de G. Noske, la situation s'est calmée[15].

 

 

À Brême (Bremen), une délégation de marins insurgés venue de Kiel demande le soutien des travailleurs du chantier naval AG Weser pour obtenir la libération de 230 marins incarcérés dans la prison de la ville[16]. En même temps, à la gare principale, se produit une mutinerie de marins de Wilhelmshaven, tandis que des soldats d'une caserne refusent d'obéir. Le porte-parole de ces derniers, Bernhard Ecks, entre en contact avec les insurgés de la gare, un conseil de soldats se constitue, qui prétend assumer l'autorité du commandement militaire. Une manifestation de travailleurs et de soldats se déroule. De l'hôtel de ville, Adam Frasunkiewicz (USPD), appelle à la formation d'un conseil d'ouvriers et de soldats pour le lendemain, qui adopterait des décisions qui s'imposeraient aux autorités en place.

À la maison des syndicats, se constitue un comité d'action composé d'Alfred Henke, A. Frasunkiewicz, Karl Herold et Emil Sommer (tous USPD) et Hans Brodmerkel, Adolf Dannat et Alfred Stockinger (de la “Gauche radicale” [“Linksradikale”], désignation utilisée communément pour un groupe de militants à Brême et Hambourg ayant été exclu du SPD et qui n'a pas rejoint l'USPD).

À Bremerhaven/Geestemünde/Lehe (aujourd'hui Bremerhaven) (Bremen) également, se constitue un conseil de soldats[17].

 

 

À Lübeck (Schleswig-Holstein), un conseil d'ouvriers et soldats est constitué.

 

 

À Großenhain (Sachsen) un conseil de soldats est constitué[18].

 

 

À Hambourg, des soldats insurgés désarment les troupes stationnées sur place[19]. Un conseil d'ouvriers et de soldats est constitué. Des affrontements ont lieu, il y a dix morts[20]. Un groupe de manifestants occupe le siège du journal Hamburger Echo (SPD), dont le titre est changé en Die Rote Fahne, avec Paul Frölich (“Gauche radicale”) comme rédacteur[21]. Cependant après deux numéros, le journal reprendra son titre d'origine et les anciens employés retrouvent leurs places.

 

 

En Mecklenburg-Vorpommern, des conseils de soldats sont constitués à Schwerin, Wismar, Rostock, Güstrow, Parchim et Neustrelitz, les 5 et 6 novembre[22].

 

 

Une discussion a lieu entre des représentants du SPD et de la commission générale des syndicats [Generalkommission der Gewerkschaften] ainsi que le Grand Quartier-maitre [Generalquartiermeister], lieutenant général Wilhelm Groener[23]. Les représentants du SPD conseillent à Groener d'obtenir l'abdication de l'empereur, mais Groener rejette l'hypothèse au nom des membres de la famille impériale susceptibles de prendre la succession. (Cf. ci-dessous)

Au cours d'une réunion du groupe à l'assemblée nationale du SPD, est discuté la situation résultant du mouvement déclenché à Kiel et Hambourg[24]. (Cf. ci-dessous.)

 

 

Récit de Philippe Scheidemann (SPD) au sujet de la réunion du groupe à l'assemblée nationale du SPD, le 6 novembre 1918 (extraits)[25]

 

Je [...] m'opposai de façon très déterminée à une tactique d'hésitations à un moment où nous étions placés devant les décisions au plus haut point lourdes de conséquences, de l'histoire allemande: "Ne sentez-vous pas que nous sommes placés immédiatement devant l'effondrement du Reich ‑ et là on parle d'effondrement de la majorité au Reichstag? Il faut maintenant se placer à la tête du mouvement, sans ça la situation dans le pays est anarchique." On devait quand-même sentir sur la pointe des doigts que le mouvement parti de Kiel et de Hambourg gagnera aujourd'hui, demain ou après-demain aussi Berlin. Peut-être le pire pourrait encore être évité, si l'empereur abdique immédiatement et si l'engagement était pris d'accorder, outre l'amnistie, la démocratisation du Reich, des états et des communes.

[Citation dans l'original .]

 

 

Compte-rendu de l'entretien de dirigeants social-démocrates avec le lieutenant général Wilhelm Groener, le 6 novembre 1918 (extraits)[26]

 

Au début [...] Scheidemann est appelé au téléphone. [...] Ebert parle en premier: "Ce n'est pas le moment actuellement de chercher les coupables concernant l'effondrement total. Le sentiment général parmi le peuple attribue la faute à l'empereur, peu importe de savoir si c'est à tort ou à raison. Le principal c'est que le peuple veut voir les présupposés coupables être déposés de leurs postes. C'est pourquoi l'abdication de l'empereur est nécessaire, si l'on veut empêcher que les masses passent dans le camp des révolutionnaires." [...]

[...] Scheidemann revint, pâle et agité: "L'abdication de l'empereur n'est plus sujette à débat, la révolution est en marche. Les marins de Kiel se sont emparés du pouvoir d'état à Hambourg et Hannover également. Messieurs, maintenant ce qui est en jeu, n'est plus de discuter, maintenant il faut agir. Nous ne savons pas si demain nous serons encore assis sur ces chaises." Ebert resta imperturbablement calme: "Rien n'est encore décidé. Contrairement aux autres messieurs il est certes un républicain convaincu, y compris en pratique, mais même lui s'y ferait à une monarchie avec un côté social sous un système parlementaire. Je vous conseille urgemment, monsieur le général, de saisir cette fois la dernière occasion de sauvetage de la monarchie et de faire en sorte, dans les plus bref délais, que la régence soit confiée à un des princes impériaux."

[Citation dans l'original .]

 

 

Appel du comité exécutif du SPD, 6 novembre 1918 (extraits)[27]

 

[...] La démocratie est en marche, et ne peut plus être arrêtée. Sa victoire crée les conditions préalables pour la réalisation du socialisme. [...] Nous sommes une puissance, si nous sommes unis, faisons usage de cette puissance! Mais prenons garde à ne pas générer, à la légère et sans nécessité, un chaos, dans lequel certes aussi nos adversaires, mais aussi nous-mêmes devraient souffrir le plus lourdement! [...] Mais prenez garde à éviter le morcèlement, la guerre fratricide entre travailleurs, et à ne pas suivre les conseils d'éléments irresponsables qui veulent vous entrainer, contre votre propre intérêt, à vous lancer de façon irréfléchie à l'affrontement. Ne suivez pas les consignes de petits groupes et d'inconnus tirant les ficelles. [...] Donc, une fois encore: Préservez l'unité, la circonspection, la discipline de l'organisation. Pas de circonstances à la russe, mais comme un tout, en bloc, en avant vers les objectifs de la démocratie et du socialisme!

[Citation dans l'original .]

 

 

7 novembre

 

À Berlin, le commandant suprême de Berlin et environs [Oberbefehlshaber in den Marken] colonel général Alexander von Linsingen interdit de "former des Conseils d'ouvriers et de soldats selon le modèle russe"[28].

 

 

Le SPD adresse au cabinet de guerre un ultimatum en annonçant qu'il se retira du gouvernement si les exigences ne sont pas satisfaites[29]. L'échéance est d'abord fixée au 8 novembre, mais finalement repoussée à la conclusion d'un armistice. Les points énoncés sont les suivants[30]:

Le Parti social-démocrate exige que

1.  soient levées les interdictions de réunions pour aujourd'hui;

2. la police et les militaires soient engagés à procéder avec extrême retenue;

3. le gouvernement prussien soit transformé immédiatement dans le sens de la majorité au Reichstag;

4. l'influence social-démocrate dans le gouvernement du Reich soit renforcée;

5. l'abdication de l'empereur et le renoncement au  trône du prince héritier soient obtenus d'ici à demain midi.

[Citation dans l'original .]

 

 

Le matin, F. Ebert rencontre M. v. Baden au siège du gouvernement et l'interroge sur son attitude dans l'hypothèse que l'empereur abdique. Baden rapporte le dialogue suivant[31]:

[Ebert:] Si l'Empereur n'abdique pas, alors la révolution sociale est inévitable. Or je ne la veux pas, même, je la hais comme le péché.

[Citation dans l'original .]

 

 

À Kiel (Schleswig-Holstein), le conseil de soldats élit G. Noske comme gouverneur de la ville[32]. Sa première mesure consiste à déclarer l'interdiction du port d'armes en dehors du service[33].

 

 

À Brême (Bremen), est constitué un conseil d'ouvriers et de soldats qui s'établit comme instance législative et de contrôle[34]. Il forme un comité d'action [Aktionsausschuß] composé initialement de 15 membres (10 USPD et 5  de la “Gauche radicale”), dont fait partie notamment A. Frasunkiewicz (USPD).

À Bremerhaven également est constitué un conseil d'ouvriers et de soldats, présidé par August Stampe (SPD)[35].

 

 

À la ville d'Oldenburg (Oldenburg) est constitué un conseil d'ouvriers et de soldats[36]. Au cours des jours qui suivent, différents conseils d'ouvriers et soldats seront constitués dans l'état d'Oldenburg.

 

 

À Munich (Bavière) se déroule un rassemblement pour la paix, appelé par l'USPD, le SPD et les syndicats[37]. Parmi les orateurs figurent Erhard Auer (SPD) et Kurt Eisner (USPD). La majorité des participants part ensuite avec Auer en manifestation. Environ 1500 suivent Eisner et Ludwig Gandorfer, se dirigent vers les casernes de la ville, qu'ils occupent. La garnison de la ville se range de leur côté. Un conseil de soldats est constitué, ainsi qu'un conseil d'ouvriers sous la présidence d'Eisner. Le soir, dans le bâtiment du parlement de l'état de Bavière, se tient une assemblée constitutive des conseils d'ouvriers, de soldats et de paysans. Selon le discours d'Eisner, l'objectif est de constituer ainsi un parlement de transition destiné à être remplacé par une assemblée nationale nouvellement élue. Eisner proclame la République Bayern. Les conseils l'élisent comme président.

Cet évènement est communément appelé la "première révolution" de Munich/Bavière.

 

 

À Braunschweig (Niedersachsen), des marins arrivés de Kiel se joignent aux soldats stationnés sur place et prennent le contrôle de la ville[38]. Un conseil d'ouvriers et de soldats est constitué.

 

 

Durant les journées des 7 et 8 novembre, des conseils d'ouvriers et de soldats ont été constitués à Hanovre, Lüneburg, Cuxhaven (Niedersachsen), à Neumünster, Schleswig, Brunsbüttel, Rendsburg et Flensburg (Schleswig-Holstein), Schwerin, Rostock (Mecklenburg-Vorpommern), Hanau (Hesse)[39].

 

 

Tract du SPD, 7 novembre 1918 (extraits)[40]

 

Travailleurs! Camarades du Parti!

La tuerie des peuples est terminée, la paix est assurée!

Wilson s'est déclaré prêt à conclure une paix avec le gouvernement actuel d'Allemagne.

La chute de ce gouvernement signifie mise en danger de la paix!

Confusion et dissolution de l'ordre signifient famine!

[...]

Des grands succès ont été atteints, d'autres supplémentaires sont assurés. Notre objectif est la sauvegarde de la paix et le bouleversement pacifique vers la démocratie et le socialisme.

Ne vous laissez pas écarter de cette voie de la tactique social-démocratique!

[Citation dans l'original .]

 

 

8 novembre

 

À Berlin, une réunion du Comité exécutif du Conseil d'ouvriers et de soldats [Vollzugsausschuß des Arbeiter- und Soldatenrates] et des dirigeants de l'USPD doit se tenir au siège du parlement [Reichstag][41]. C'est dans le cadre de ce Comité exécutif que s'est organisée la direction des "hommes de confiance" de la métallurgie[42]. Il comprend pour l'USPD: Emil Barth, Paul Brühl, Paul Eckert, Georg Ledebour, Paul Neuendorf, Paul Wegmann et d'autres, pour le groupe Spartakus: Karl Liebknecht, Wilhelm Pieck, Ernst Meyer et Otto Franke.

Se rendant à cette réunion, Ernst Däumig (USPD) qui porte sur lui des documents relatifs à l'insurrection prévue, est arrêté. Les préparatifs sont accélérés, pour le lendemain. Un tract appelant à la grève de masse est préparé. (Cf. ci-dessous.) Le tract mentionne l'arrestation de Liebknecht, ce qui en fait n'est qu'une fausse rumeur.

Le Groupe Spartakus diffuse également un tract en son nom (cf. ci-dessous).

 

 

À Wilhelmshaven (Niedersachsen), le chef de la base de la marine pour la mer du Nord, l'amiral Günther von Krosigk, démissionne[43].

 

 

À Brême (Bremen), le comité d'action [Aktionsausschuß] est élargi à 21 membres par l'intégration de membres du SPD et des syndicats[44]. A. Henke (USPD) est désigné comme président, H. Brodmerkel (“Gauche radicale”) comme président adjoint[45].

 

 

À Hambourg est constitué un “grand conseil d'ouvriers” [Großer Arbeiterrat] avec des représentants du SPD, de l'USPD, de la “Gauche radicale” ainsi que des syndicats (trois membres pour chacun des groupes) et 18 délégués d'entreprises[46].

 

 

À Dresde (Sachsen), un conseil d'ouvriers et de paysans est constitué à l'initiative du SPD[47]. Un autre est constitué par l'USPD, avec Otto Rühle comme président[48].

À Chemnitz (Sachsen) un conseil d'ouvriers et de soldats est constitué, composé de 10 membres du SPD, 10 membres de l'USPD et 10 délégués des soldats[49]. La présidence est assumée par Max Müller (SPD), Fritz Heckert (USPD) et Max Stein (soldats). Le conseil assume le pouvoir à Chemnitz.

À Leipzig (Sachsen) est constitué un conseil d'ouvriers avec la participation notamment de Friedrich Geyer (USPD) et Richard Lipinski (USPD), ainsi qu'un conseil de soldats, puis les deux se réunissent pour former un conseil d'ouvriers et de soldats[50].

 

 

À Munich (Bavière), est formé un gouvernement provisoire[51]. K. Eisner est premier ministre et ministre des Affaires étrangères, E. Auer ministre de l'Intérieur. En tout quatre ministres viennent du SPD, deux de l'USPD, deux sont sans appartenance. Un Conseil d'ouvriers révolutionnaire se constitue, auquel appartiennent entre autre Erich Mühsam, Gustav Landauer, Ernst Toller, August Hagemeister, Carl Kröpelin, Max Levien.

 

 

À Cologne (Nordrhein-Westfalen), où la veille étaient arrivés 200 marins de Kiel, est formé un conseil d'ouvriers et de soldats[52].

 

 

Des conseils d'ouvriers et de soldats sont constitués à Magdeburg (Sachsen-Anhalt), Francfort-sur-le-Main (Hessen), Düsseldorf (Rheinland-Westfalen), Lahr/Schwarzwald (Baden-Württemberg), Offenburg (Baden), Braunschweig (Niedersachsen)[53].

 

 

Tract du Comité exécutif du conseil d'ouvriers et de soldats formé à Berlin, 8 novembre 1918[54]

 

Travailleurs, soldats, camarades!

L'heure décisive est là! Il s'agit d'être à la hauteur de la tâche historique.

Pendant qu'à la Wasserkante les conseils d'ouvriers et de soldats tiennent le pouvoir en leurs mains, ici des arrestations sont effectuées sans ménagement. Däumig et Liebknecht sont arrêtés.

C'est le début de la dictature militaire, c'est le prélude pour un carnage inutile.

Nous n'exigeons pas l'abdication d'une personne, mais la république! La république socialiste avec toutes ses conséquences. En avant pour la lutte pour la paix, la liberté et le pain.

Sortez des entreprises! Sortez des casernes!

Donnez-vous la main.

Vive la république.

[Citation dans l'original .]

 

 

Tract du Groupe Spartakus, 8 novembre 1918 (extraits)[55]

 

Une nouvelle escroquerie est en préparation. [...] Pour sauver la couronne et la monarchie et par peur de la révolution, s'effectue maintenant une offensive de paix, comme il y a peu celle militaire. [...] Tout est mensonge! Tout est escroquerie. Ce n'est pas dans votre intérêt que ce gouvernement a été créé, mais dans l'intérêt de votre bourgeoisie et pour vous faire taire. Continuer à souffrir, attendez que messieurs les impérialistes se mettent d'accord entre eux - à votre démens, au dépens des travailleurs anglais, français, américain. Taisez-vous au sujet de votre détresse! Restez affamés et gelez dans vos chambres sans chauffage, mais n'osez pas protester, car cela discréditerait le nouveau gouvernement et donnerait aux brigands anglais et américains la possibilité de ne pas négocier la paix avec lui. Ainsi vous l'enseignent les faux enseignants, messieurs les "ministres prolétariens" dans le gouvernement bourgeois, qui en échange du titre "excellence" sont prêts à vendre prolétariat, révolution et socialisme. [...] Regardez vos frères russes! Ils n'ont pas ramassé les miettes de la table de la bourgeoisie, ils n'ont pas accepté des aumônes de la part de leurs ennemis, ils ont demandé "pain, paix et liberté", et pour satisfaire ces exigences, ils ont pris en leur propre mains le pouvoir de gouvernement. [...]

[Citation dans l'original .]

 

 

9 novembre

 

À Berlin, des cortèges de manifestation se dirigent vers le centre de la ville[56]. Les participants occupent des postes de police, des casernes, libèrent des prisonniers politiques. La préfecture de police est occupée, Emil Eichhorn (USPD) désigné préfet de police. L'hôtel de ville et le siège de l'Assemblée nationale [Reichstag] sont occupés. Suivent les principales maisons d'édition de journaux, les bureaux de télégraphe. Sur initiative de Hermann Duncker, le Berliner Lokal-Anzeiger est sous contrôle du Groupe Spartakus, le premier numéro du Rote Fahne parait[57].

Le SPD décide de quitter le gouvernement. F. Ebert, Otto Braun, Otto Wels et Eugen Ernst ainsi que douze délégués d'entreprises constituent un comité chargé de d'entamer des démarches pour la constitution d'un conseil d'ouvriers et de soldats[58].

M. v. Baden, de sa propre initiative, annonce l'abdication de l'empereur Wilhelm II. Lui-même démissionne en tant que chancelier et désigne comme son successeur F. Ebert, président du SPD, qui est le parti politique majoritaire à l'Assemblée.

Ph. Scheidemann, membre du comité exécutif du SPD, parle à partir d'une fenêtre du Reichstag; il proclame spontanément la "République allemande" (cf. ci-dessous).

K. Liebknecht, à la tête d'une manifestation, se rend au Château de Berlin [Berliner Stadtschloß] et dans le jardin [Lustgarten] il prononce un discours, par lequel il proclame la "république socialiste Allemagne" (cf. ci-dessous); par la suite la foule entre dans le château et Liebknecht intervient une seconde fois.

Les conseils d'ouvriers et de soldats existants se réunissent au Reichstag et décident d'organiser le lendemain l'élection de délégués pour un congrès qui se tiendra le même jour et élira un gouvernement provisoire[59].

Au bâtiment du Reichstag se tiennent des discussions entre des représentants de l'USPD, du comité exécutif des “hommes de confiance” [Vollzugsausschuß der revolutionären Obleute], auxquels se joint K. Liebknecht[60]. Ph. Scheidemann y est associé. La possibilité d'un gouvernement USPD-SPD est envisagée. Liebknecht, G. Ledebour et Richard Müller refusent. E. Barth plaide pour un gouvernement USPD-Spartakus. La perspective se dégage d'une participation à un gouvernement, de Barth, Liebknecht et H. Haase. Notamment les délégués des ouvriers ou soldats qui arrivent sur place poussent à une participation de Liebknecht. Dans cette situation, ce dernier pose des conditions à la formation d'un gouvernement SPD-USPD[61]. Elles sont établies comme suit[62]:

1. L'Allemagne doit être une république socialiste[63].

2. Dans cette république l'ensemble du pouvoir exécutif, législatif, juridictionnel doit se trouver exclusivement dans les mains d'hommes de confiance élus représentant l'ensemble de la population travailleuse et des soldats.

3. Exclusion du gouvernement de tous les membres bourgeois.

4. La participation des Indépendants est limitée à trois jours, comme un provisoire, afin de créer un gouvernement capable de conclure l'armistice.

5. Les ministres chargés de différents portefeuilles ne sont considérés que comme des assistants techniques du cabinet proprement dit, qui prend les décisions.

6. Égalité de droits des deux dirigeants du cabinet.

[Citation dans l'original .]

H. Haase, arrivé de Kiel, se déclare prêt à être candidat avec K. Liebknecht et E. Barth pour l'entrée dans un gouvernement. Or le SPD rejette les conditions, en particulier celle concernant le pouvoir accordé aux conseils, et exige que les élections à une assemblée constituante soient le point central. Donc pour Liebknecht la participation est exclue. G. Ledebour est également opposé à cette hypothèse. Haase refuse dans un premier temps, mais changera d'avis.

Le SPD répond aux conditions posées par l'USPD (extraits)[64]:

[Concernant 1:] Cette exigence est l'objectif de notre propre politique. Cependant c'est le peuple qui doit décider à ce sujet à travers l'assemblée constituante.

[Concernant 2:] Si cette demande renvoie à la dictature d'une partie d'une classe, partie derrière laquelle ne se tient pas la majorité du peuple, alors nous devons rejeter cette demande, parce qu'elle contredit nos principes démocratiques.

[Concernant 3:] Cette exigence, nous devons la rejeter, parce que sa satisfaction mettrait considérablement en danger l'approvisionnement alimentaire du peuple, voire le rendrait impossible.

[Concernant 4:] Nous considérons la coopération des courants socialistes comme requise au moins jusqu'à ce que soit réunie l'assemblée constituante.

[Concernant 5:] Nous donnons notre accord pour cette exigence.

[Concernant 6:] Nous sommes pour l'égalité de droits de tous les membres du cabinet. Cependant c'est l'assemblée constituante qui doit décider à ce sujet.

[Citation dans l'original .]

 

 

À Dresde (Sachsen), un conseil d'ouvriers et de soldats est constitué par des membres de l'USPD et des membres de la “Gauche radicale”[65].

À Leipzig (Sachsen), au cours d'une assemblée de 600 délégués élus par différents conseils d'ouvriers et de soldats, se constitue le “Grand conseil des conseils d'ouvriers et de soldats de Leipzig”[66]. Ce conseil désigne un comité restreint composé de dix représentants des conseils d'ouvriers et de soldats ainsi que de trois dirigeants de l'USPD. Le grand conseil crée une garde de sécurité [Sicherheitswehr] de plus de mille hommes.

 

 

À Wilhelmshaven (Niedersachsen) le président du “conseil des 21”, B. Kuhnt (SPD), proclame la République socialiste d'Oldenburg-Ostfriesland[67].

Note: Wilhelmshaven a été créé sur un terrain situé dans la principauté Oldenburg, après que celle-ci, en 1853, ait vendu ces terres au Royaume de Prusse.

 

 

Des conseils d'ouvriers et de soldats sont constitués à Gotha (Coburg), Mannheim et Karlsruhe (Baden), Mayence (Rheinland-Pfalz), Darmstadt (Hessen), Dessau (Anhalt), Alt-Strelitz (Mecklenburg-Strelitz), Saarbrücken (Sarre).

 

 

Dans la région minière de Haute-Silésie, des manifestations de protestation ont lieu[68]. Des affrontements éclatent entre les travailleurs et l'armée, des révoltes se produisent dans les prisons ainsi que des occupations d'usines. Dans la garnison de Neiße (Nysa, aujourd'hui en Pologne) une mutinerie est déclenchée. À Beuthen (Bytom, aujourd'hui en Pologne) est constitué un conseil d'ouvriers et de soldats.

 

 

À Breslau (aujourd'hui Wrocław, en Pologne) se constitue un Conseil du peuple (Volksrat) comprenant 100 membres (dont 66 appartenant aux partis socialistes)[69]. Le lendemain, sur proposition de Paul Löbe (SPD), le Conseil de Breslau se transforme en Conseil central pour la Province de Silésie (Zentralrat für die Provinz Schlesien) et s'érige en instance politique suprême.

 

 

Philipp Scheidemann proclame la république allemande, 9 novembre 1918 (extraits)[70]

 

Le peuple allemand est victorieux sur toute la ligne. La vielle pourriture s'est effondrée, le militarisme est foutu! Les Hohenzollern ont abdiqué. Vive la république allemande! [...] Maintenant notre tâche consiste à ne pas laisser salir cette victoire brillant, cette victoire complète du peuple allemand, et c'est pour cela que je vous prie de faire en sorte qu'aucune perturbation de la sécurité n'intervienne! [...] Tranquillité, ordre et sécurité, voilà ce dont nous avons besoin maintenant! [...]

[Citation dans l'original .]

 

 

Le comité exécutif du SPD et le Conseil d'ouvriers et de soldats proclament la république allemande, 9 novembre 1918[71]

 

Travailleurs, soldats, concitoyens

L'état populaire libre est là!

L'empereur et le prince héritier ont abdiqué!

Fritz Ebert, le président du Parti social-démocrate, est devenu chancelier du Reich et forme dans le Reich et en Prusse un nouveau gouvernement d'hommes qui ont la confiance du peuple travailleur des villes et des campagnes, des travailleurs et des soldats. Par là, le pouvoir public est passé dans les mains du peuple. Une assemblée nationale constituante se réunit au plus vite.

Travailleurs, soldats, citoyens! La victoire du peuple est remportée, elle ne doit pas être déshonorée et mise en danger par des actions irréfléchies. La vie économique et la circulation doivent absolument être maintenues, afin que le gouvernement populaire soit assuré en toutes circonstances.

Suivez toutes les instructions du nouveau gouvernement populaire et de ses mandatés. Il agit dans accord le plus étroit avec les travailleurs et les soldats.

Vive la république allemande!

[Citation dans l'original .]

 

 

Appel du chancelier Friedrich Ebert aux citoyens, 9 novembre 1918 (extraits)[72]

 

Concitoyens!

L'ancien chancelier du Reich Prince Max von Baden, avec l'accord de l'ensemble des secrétaires d'état, m'a confié la prise en charge des affaires du chancelier du Reich. Je suis en train de former le nouveau gouvernement en accord avec les partis [...]. Le nouveau gouvernement sera un gouvernement populaire. [...]

Concitoyens! Je vous prie tous instamment: Quittez les rues! Veillez au maintien du calme et de l'ordre!

[Citation dans l'original .]

 

 

Appel du chancelier Friedrich Ebert aux fonctionnaires, 9 novembre 1918 (extraits)[73]

 

Le nouveau gouvernement a repris la direction des affaires, afin de préserver le peuple allemand de la guerre civile et de la famine et de faire prévaloir ses revendications justifiées en vue de l'autodétermination. Il ne peut remplir cette tâche que si toutes les instances officielles et fonctionnaires à la ville et à la campagne offrent leur main secourable. Je sais qu'il en coutera à beaucoup de travailler avec les nouveaux hommes, qui ont entrepris de diriger le Reich, mais j'en appelle à leur amour envers notre peuple. Une défaillance de l'organisation dans cette heure grave livrerait l'Allemagne à l'anarchie et à la misère terrible. [...]

[Citation dans l'original .]

 

 

Appel des représentants du nouveau gouvernement membres du SPD, 9 novembre 1918 (extraits)[74]

 

Compatriotes!

Le jour présent a achevé la libération du peuple. [...] Pour cela l'administration démocratique doit commencer à travailler immédiatement sans accroc. Ce n'est que par son fonctionnement sans reproche que les pires malheurs peuvent être évités. Que donc chacun soit conscient de sa responsabilité vis-à-vis de l'ensemble. Les vies humaines sont sacrées. La propriété doit être protégée contre des empiètements arbitraires. Celui qui déshonore ce mouvement magnifique par des méfaits odieux, est un ennemi du peuple et doit être traité comme tel. [...]

[Citation dans l'original .]

 

 

Appel du Conseil d'ouvriers et de soldats à la grève générale, 9 novembre 1918[75]

 

Grève générale!

Le conseil d'ouvriers et de soldats de Berlin a décidé la grève générale. Toutes les entreprises s'arrêtent. Le nécessaire approvisionnement de la population est maintenu.

Une grande partie de la garnison s'est mise à la disposition du conseil d'ouvriers et de soldats, en corps de troupes entiers avec mitrailleuses et pièces d'artillerie.

Le mouvement est dirigé en commun par le Parti social-démocrate d'Allemagne et le Parti social-démocrate indépendant d'Allemagne

Travailleurs, soldats, veillez au maintien du calme et de l'ordre.

Vive la république sociale!

[Citation dans l'original .]

 

 

Appel du Conseil d'ouvriers et de soldats provisoire de Berlin, aux élections de délégués, 9 novembre 1918[76]

 

Travailleurs! Soldats! Camarades! Frères!

[...] Depuis le 9 novembre, le peuple allemand tient le pouvoir dans ses mains. Depuis le 9 novembre l'Allemagne est une république, à savoir une république socialiste des travailleurs et des soldats. [...] Maintenant il s'agit d'établir la base organisationnelle pour la nouvelle communauté. Des tâches immenses nous attendent. Avant tout celles de former un gouvernement qui correspond à nos idéaux et est à la hauteur des problèmes énormes. La base de ce gouvernement est que l'ensemble du pouvoir législatif, exécutif, administratif et judiciaire repose exclusivement dans les mains de représentants des travailleurs et des soldats. De désigner ces représentants, voilà votre première tâche pratique. [...]

[Citation dans l'original .]

 

 

Karl Liebknecht proclame la république socialiste d'Allemagne, 9 novembre 1918 (extraits)[77]

 

[Liebknecht:] "Le jour de la révolution est venu. [...] Camarades du parti, je proclame la république socialiste libre d'Allemagne, [...] dans laquelle il n'y aura plus de valets, dans laquelle chaque travailleur honnête trouvera le salaire honnête de son travail. La domination du capitalisme, qui a transformé l'Europe en champ de cadavres, est brisée. [...] Nous devons mobiliser toutes nos énergies pour édifier le gouvernement des travailleurs et des soldats et pour créer un nouvel ordre politique du prolétariat, un ordre de la paix, du bonheur et de la liberté de nos frères allemands et de nos frères dans le monde entier. Nous leur tendons les mains et les appelons à l'achèvement de la révolution mondiale. [...]

[Citation dans l'original .]

 

 

 

 

 

 

 

 

Notes



[1]. http://www.kiel.de/kultur/stadtarchiv/erinnerungstage/index.php?id=94.

[2]. http://jungle-world.com/artikel/2008/46/29750.html.

[3]. http://www.kiel.de/kultur/stadtarchiv/erinnerungstage/index.php?id=94.

[4]. http://www.uni-magdeburg.de/mbl/Biografien/0264.htm;

http://www.salbke-magdeburg.de/Karl-Artelt.119.0.html.

[5]. http://www.kiel.de/kultur/stadtarchiv/erinnerungstage/index.php?id=94.

[6]. http://www.kiel.de/kultur/stadtarchiv/erinnerungstage/index.php?id=94.

[7]. https://www2.landesarchiv-bw.de/ofs21/olf/einfueh.php?bestand=4142.

[8]G. A. Ritter, S. Miller (Hg.): Die Deutsche Revolution 1918‑1919, S. 52-53 (Bibliographie ).

[9]IML beim ZK der SED (Hg.): Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung - Band 3 - Von 1917 bis 1923, S. 470 (Bibliographie ).

Deutscher Geschichtskalender - Band 35 - Teil 1, S. 4 (Bibliographie ).

[10]. http://www.kiel.de/kultur/stadtarchiv/erinnerungstage/index.php?id=94.

[11]G. Noske: Von Kiel bis Kapp, S. 17- (Bibliographie ).

[12]. http://klaus-j-becker.de/docs/GeschichteBockenheims/ArtikelKaiserreich.pdf.

[13]. http://www.gegenwind-whv.de/a16403.htm.

[14]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=48.

[15]. http://www.kiel.de/kultur/stadtarchiv/erinnerungstage/index.php?id=94.

[16]. http://www-user.uni-bremen.de/~bremhist/Raeterepublik1918-19.html.

[17]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=48.

[18]. http://www.dresden-und-sachsen.de/geschichte/12_ende_monarchie_2ter_weltkrieg.htm.

[19]Ch. Hanke: Carl Herz - ein Sozialdemokrat, S. 100. (Bibliographie ).

http://hup.sub.uni-hamburg.de/opus/volltexte/2010/106/pdf/HamburgUP_BGH65_Schulte_Varendorff.pdf

[20]G. A. Ritter, S. Miller (Hg.): Die Deutsche Revolution...,  S. 55- (Bibliographie ).

[21]. http://www.welt.de/print-welt/article587153/11_November_1918.html.

[22]. http://www.mv-schlagzeilen.de/vor-90-jahren-die-revolution-von-191819/4975/;

http://www.hartmutstein.com/20__jahrhundert.html.

[23]M. v. Baden: Erinnerungen und Dokumente, S. 591 (Bibliographie ).

[24]IML beim ZK der SED (Hg.): Illustrierte Geschichte der Novemberrevolution in Deutschland, S. 100. (Bibliographie ).

[25]Ph. Scheidemann: Memoiren eines Sozialdemokraten - Band 2, S. 226. (Bibliographie ).

[26]M. v. Baden: Erinnerungen...,  S. 591 (Bibliographie ).

[27]. http://library.fes.de/fulltext/bibliothek/tit00148/00148045.htm.

Deutscher Geschichtskalender - Band 35 - Teil 1, S. 380 (Bibliographie ).

[28]. http://www.iwk-online.de/1999-2_mat.html.

G. A. Ritter, S. Miller (Hg.): Die Deutsche Revolution..., S. (Bibliographie ).

[29]H. A. Winkler: Weimar 1918‑1933, S. 29 (Bibliographie ).

O. Büsch, W. Neugebauer: Epochen der preußischen Geschichte seit 1871, S. 141 (Bibliographie ).

[30]. http://www.stahlgewitter.com/18_11_08.htm.

F. Rünkel: Die deutsche Revolution, S. 108 (Bibliographie ).

SPD (Hg.): Protokoll über die Verhandlungen des Parteitages der Sozialdemokratischen Partei Deutschlands (15.‑16. Juni 1919), S. 10 (Bibliographie ).

http://library.fes.de/parteitage/pdf/pt-jahr/pt-1919.pdf

[31]M. v. Baden: Erinnerungen...,  S. 600 (Bibliographie ).

[32]. http://www.kiel.de/kultur/stadtarchiv/erinnerungstage/index.php?id=94.

[33]. http://www.raeterepublik.de/Novemberrevolution.htm.

[34]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=48.

[35]. http://werften.fischtown.de/archiv/arbeiterbewegung1.html.

[36]. http://www.stadt-land-oldenburg.de/zeittafel13.htm.

[37]. http://www.raeterepublik.de/Revolution_in_Bayern_1918_und_1918.htm.

http://www.historisches-lexikon-bayerns.de/artikel/artikel_44332

W. Benz: Süddeutschland in der Weimarer Republik (Bibliographie ).

[38]. Winkler_a_1 S. 28 (Bibliographie ).

http://www.braunschweig.de/kultur_tourismus/stadtportraet/geschichte/novemberrevolution.html

[39]. http://www.braunschweig.de/kultur_tourismus/stadtportraet/geschichte/novemberrevolution.html;

http://www.derfunke.de/index2.php?option=com_content&do_pdf=1&id=648;

http://klaus-j-becker.de/docs/GeschichteBockenheims/ArtikelKaiserreich.pdf;

http://dms.bildung.hessen.de/ereignisse/gedenktage/november/hist_11-08-1918_1892.html.

[40]Schulthess' europäischer Geschichtskalender - Band 59 (1918) - Teil 1, S. 418 (Bibliographie ).

[41]. http://jungle-world.com/artikel/2008/46/29750.html.

[42]IML beim ZK der SED (Hg.): Dokumente und Materialien zur Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung - Reihe 2 - Band 2 - November 1917‑Dezember 1918, S. 257 (Bibliographie ).

[43]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=48.

[44]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=48.

[45]. http://www-user.uni-bremen.de/~bremhist/Raeterepublik1918-19.html.

[46]Ch. Hanke: Carl Herz...,  S. 101 (Bibliographie ).

[47]. http://www.marxists.org/deutsch/referenz/bernstein/1921/drev/kap07.html;

http://www.marxists.org/deutsch/archiv/ruehle/1918/11/10.htm.

[48]http://www.horst-groschopp.de/sites/default/files/Biographie Otto Rühle [1992].pdf.

[49]. http://www.historisches-chemnitz.de/personen/heckert/heckert.html.

[50]. http://www.marxists.org/deutsch/referenz/bernstein/1921/drev/kap07.html.

K. Czok: Leipzig - Geschichte der Stadt, S. 62- (Bibliographie ).

[51]A. Kopp: Kurt Tucholsky (Bibliographie ).

[52]H. A. Winkler: Weimar..., S. 28(Bibliographie ).

[53]. http://www.geschichte.sachsen.de/750.htm;

http://klaus-j-becker.de/docs/GeschichteBockenheims/ArtikelKaiserreich.pdf;

http://www.derfunke.de/index2.php?option=com_content&do_pdf=1&id=648;

http://www.landesarchiv-bw.de/sixcms/media.php/120/49998/Archivnachrichten_37_27dpi.29738.pdf;

http://www.spd-bezirk-braunschweig.de/imperia/md/content/bezirkbraunschwieg/veranstaltungen/vortrag_rother_braunschweig_novemberrevolution.pdf.

[54]IML beim ZK der SED (Hg.): Dokumente und Materialien... - Reihe 2 - Band 2, S. 326 (Bibliographie ).

[55]IML beim ZK der SED (Hg.): Dokumente und Materialien... - Reihe 2 - Band 2,  S. 221 (Bibliographie ).

E. Meyer (Hg.): Spartakus im Kriege - Die illegalen Flugblätter des Spartakusbundes im Kriege,  S. 206 (Bibliographie ).

[56]. http://www.rosalux.de/cms/fileadmin/rls_uploads/dokumentationen/090116_RL-Konferenz/beitraege/Annelies_Laschitza.pdf.

[57]. http://wildetexte.blogsport.de/2009/10/05/ernst-meyer-als-fuehrungsmitglied-von-gruppe-internationalespartakusbund-vor-und-waehrend-der-novemberrevolution/.

[58]. http://www.stahlgewitter.com/18_11_09.htm.

[59]. http://www.stahlgewitter.com/18_11_09.htm.

[60]. http://www.rosalux.de/cms/fileadmin/rls_uploads/dokumentationen/090116_RL-Konferenz/beitraege/Annelies_Laschitza.pdf.

W. Pieck: Reden und Aufsätze - Band 1 - 1908‑1950 (Bibliographie ).

[61]IML beim ZK der SED (Hg.): Illustrierte Geschichte der Novemberrevolution in Deutschland, S. 156 (Bibliographie ).

http://www.rosalux.de/cms/fileadmin/rls_uploads/dokumentationen/090116_RL-Konferenz/beitraege/Annelies_Laschitza.pdf.

[62]IML beim ZK der SED (Hg.): Illustrierte Geschichte der Novemberrevolution in Deutschland, S. 156 (Bibliographie ).

[63] Diverses reproductions des conditions posées par l'USPD citent le premier point comme "Deutschland soll eine soziale Republik sein". C'est le cas entre autre de Thomas (Bibliographie ) (1929) mais aussi de Pieck (Bibliographie ) (1951). Cependant le terme "sozialistische Republik" ressort notamment de sources d'époque reproduisant la lettre de réponse adressée par le SPD à l'USPD (cf. la note correspondante).

[64]H. Michaelis, E. Schraepler (Hg.): Ursachen und Folgen - Band 3 - Der Weg in die Weimarer Republik (Bibliographie .

SPD (Hg.): Protokoll über die Verhandlungen des Parteitages der Sozialdemokratischen Partei Deutschlands (15.‑16. Juni 1919), S. 11 (Bibliographie ).

http://library.fes.de/parteitage/pdf/pt-jahr/pt-1919.pdf

L'ouvrage pris comme référence (Ursachen und Folgen...) indique comme source Vorwärts, Nr. 310 vom 10. November 1918. Le texte tel que cité reprend la formulation "Sie fordern: 1. Deutschland soll ein sozialistische Republik sein." D'autres publications citent le même libellé en indiquant comme source Eberhard Buchner, Revolutionsdokumente. I. Bd.: Im Zeichen der roten Fahne, Berlin 1921, Nr. 139 (cf. E. R. Huber (Hg.): Dokumente zur deutschen Verfassungsgeschichte (Bibliographie ).

Cependant G. A. Ritter, S. Miller (Hg.): Die Deutsche Revolution... (Bibliographie ) citent "soziale Republik" tout en indiquant comme source également le Vorwärts nr 310 10 11 1918. Divers écrits d'époque emploient les termes "soziale Republik", entre autre Schulthess' europäischer Geschichtskalender (Bibliographie , de même qu'en général les représentants du SPD:Otto Wels (Protokoll...),  Eduard Bernstein (Geschichte der Entstehung und ersten Arbeitsperiode der deutschen Republik) 1921, Philippe Scheidemann: Memoiren eines Sozialdemokraten (Bibliographie ), Friedrich Stampfer, Die ersten 14 Jahre der Deutschen Republik (1947) (Bibliographie ).

[65]. http://www.marxists.org/deutsch/referenz/bernstein/1921/drev/kap07.html;

http://www.marxists.org/deutsch/archiv/ruehle/1918/11/10.htm;

http://www.geschichte.sachsen.de/750.htm.

[66]. http://www.leipzig-gohlis.de/historie/militaer.html

K. Czok: Leipzig..., S. 62(Bibliographie -(Bibliographie ).

[67]. oops.uni-oldenburg.de/volltexte/2002/579/pdf/band2.pdf S. 15.

[68]. http://www.slonsk.de/Slonsk/Kalendarium/Kalendarium1918.html. Lien périmé, une copie ici .

[69]G. Doose: Die separatistische Bewegung in Oberschlesien (1918‑1922), S 55 (Bibliographie ).

http://www.kulturwerk-schlesien.de/geschichte/art53,126.html

[70]G. A. Ritter, S. Miller (Hg.): Die Deutsche Revolution..., S. 77- 78 (Bibliographie ).

http://www.dhm.de/lemo/html/dokumente/scheidemann/

[71]. http://www.zum.de/psm/weimar/vorwaerts.php,

également http://www.fes.de/archiv/adsd_neu/inhalt/stichwort/Zusatzseiten/revolution-bild.htm.

G. Engel, B. Holtz, I. Materna (Hg.): Gross-Berliner Arbeiter- und Soldatenräte in der Revolution 1818/1919 - Band 1, S. 10 (Bibliographie ).

[72]G. A. Ritter, S. Miller (Hg.): Die Deutsche Revolution..., S. 79-80 (Bibliographie .)

http://192.68.214.70/blz/web/100081/02.html

http://www.stahlgewitter.com/18_11_09.htm

http://www.documentarchiv.de/wr/1918/erbert_deutsche-buerger_prkl.html.

[73]. http://192.68.214.70/blz/web/100081/02.html.

G. A. Ritter, S. Miller (Hg.): Die Deutsche Revolution..., S. 80 (Bibliographie .

[74]G. A. Ritter, S. Miller (Hg.): Die Deutsche Revolution..., p. 80-81 (Bibliographie ).

Schulthess' europäischer Geschichtskalender - Band 59 - Teil 1 (Bibliographie ).

[75]IML beim ZK der SED (Hg.): Dokumente und Materialien... - Reihe 2 - Band 2, S. 330 (Bibliographie ).

[76]G. A. Ritter, S. Miller (Hg.): Die Deutsche Revolution..., S. 81-82 (Bibliographie ).

[77]G. A. Ritter, S. Miller (Hg.): Die Deutsche Revolution..., S. 78-79 (Bibliographie ).

K. Liebknecht: Gesammelte Reden un Schriften - Band 9, S. 594 (Bibliographie ).