Home

 

Themes

 

Facts & Dates

 

Points of view

 

Site map

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Accueil

 

Thèmes

 

Faits & Dates

 

Points de vue

 

Plan site

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Inicio

 

Temas

 

Hechos & Fechas

 

Puntos de vista

 

Mapa sitio

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Faits & Dates  >  Allemagne 1918‑1939  >  Mars-avril 1933

 

 

 

Écrit: janvier 2013

Version imprimable

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

           

1933 (mars-avril)

 

Discours de Hermann Göring (NSDAP), ministre du Reich sans portefeuille et commissaire-ministre de l'intérieur de Prusse, dans le cadre d'un meeting du NSDAP, 3 mars 1933 (extraits)[1]

 

[...] Concitoyens, mes mesures ne souffriront pas d'hésitations juridiques quelconques. Mes mesures ne souffriront pas d'une quelconque bureaucratie. Ici je n'ai pas à faire preuve de justice, ici je n'ai qu'à anéantir et à éliminer, rien d'autre! Cette lutte, citoyens, sera une lutte contre le chaos, et une telle lutte, je ne la mène pas avec des moyens de force policiers. Un état bourgeois a fait ainsi, soit. Certes, j'utiliserai les moyens de force de l'état et de la police jusqu'à l'extrême, aussi à cette fin, messieurs les communistes, que vous ne tiriez pas ici des conclusions erronées, mais la lutte à mort, au cours duquel vous sentirez mon poing dans la nuque, je la mène avec ceux là-bas, ce sont les chemises brunes! [...]

Il ne me dérange pas, que certains "critiques" s'émeuvent hypocritement de ces mesures et réclament à grand cris "plus de justice". J'applique deux mesures. Je ne serais pas juste, si je n'envoyais pas enfin les bonzes rouges au diable. [...] Quatorze ans durant ils ont opprimé l'Allemagne nationale, quatorze ans durant même pas un portier de ministère pouvait être national-socialiste. Voilà ce qui était votre justice. [...] Mais quant à celui qui veut détruire l'état, celui-là, l'état le détruit. Et surtout ne vous ramenez pas à déclarer - vous les messieurs couleur rouge et couleur rose - que nous aussi autrefois nous étions hostile à l'état et que nous l'avons renversé. Non, chers messieurs, le compte n'y est pas, parce qu'il n'y avait pas d'état, parce qu'il n'existait qu'un système de bonzes, voilà pourquoi nous avons d'abord lutté pour conquérir un état.

[...]

L'unité de l'empire, camarades, reste une forme creuse, quand le peuple est déchiré, et c'est pourquoi ce n'est que l'unité du peuple donne à l'unité de l'empire le contenu véritable. Forger cet unité du peuple, c'est pour Adolf Hitler l'oeuvre de sa vie, et parce qu'il veut forger cette unité, parce qu'il veut rassembler de nouveau en un facteur le peuple dans toutes ses couches, professions et confessions, en un facteur qui pense de façon unifiée dans toutes les grandes questions déterminant son destin, - c'est pour cela il devait déclarer au marxisme la lutte à mort. Car là où domine le marxisme, il ne peut vivre que du déchirement des classes, de haine, d'oppositions. Voilà pourquoi il doit périr.

[Citation dans l'original .]

 

 

4 mars

 

Le premier ministre de Prusse Otto Braun (SPD) quitte l'Allemagne[2].

 

 

5 mars

 

Aux élections à l'assemblée nationale, le NSDAP obtient 288 sièges sur un total de 647, le SPD 120, le KPD 81, le Zentrum 73, le Kampffront Schwarz-Weiß-Rot (DNVP) 53, le BVP 19.

 

 

En Prusse, aux élections à l'assemblée régionale, le NSDAP obtient 211 sièges sur un total de 476, le SPD 80, le Zentrum 67, le KPD 63, le DNVP 43.

 

 

Article de Friedrich Stampfer dans Sozialdemokratischer Pressedienst, 6 mars 1933 (extraits)[3]

 

Un jour de gloire dans l'histoire de la social-démocratie allemande ‑ voilà ce qui est et restera pour tous les temps le 5 mars 1933. [...]

Pour les vainqueurs officiels du jour, les messieurs du Harzburger Front, pour eux aussi il ne peut être indifférent, quelle attitude adopte la social-démocratie comme parti d'opposition le plus fort. [...]

Les messieurs ont maintenant la majorité dans le Reich et en Prusse. Ils sont nommés par le président du Reich et confirmés par le peuple. Ils n'ont qua être un gouvernement légale, alors il va tout à fait de soi que nous sommes une opposition légale. Qu'ils fassent adopter par leur majorité quoi que ce soit qui peut être adopté dans le cadre de la constitution, nous nous confinerons au rôle de critique objective jusqu'à ce qu'un jour le peuple fasse appel à nous pour un autre rôle.

Par la victoire des partis du gouvernement la possibilité a été établie de gouverner en s'en tenant strictement à la constitution. Des écarts par rapport à elle ne pourraient maintenant plus être motivés par l'incapacité de travailler du parlement ou la situation critique de l'état. Une application étendue de l'article 48 n'est peut pas être justifiée, alors que la machine de la législation normale obéit au gouvernail du gouvernement.

[...] L'élection a montré que le peuple allemand, aujourd'hui, est partagé en deux parties approximativement égales, dont l'une veut maintenant gouverner, tandis que l'autre doit tolérer d'être gouvernée. [...]

Le mouvement ouvrier restera toujours en Allemagne un facteur politique. Nous ne songeons pas à dissimuler nos objectifs. Nous voulons arriver à la socialisation en passant par la démocratie. Notre opposition contre les maitres d'aujourd'hui, nous voulons ni l'affaiblir ni la camoufler, nous déclarons la guerre la plus catégorique à toute politique hostile aux travailleurs. Nous disons seulement que notre manière, depuis des décennies, est de lutter par des moyens légaux et avec objectivité. [...]

[Citation dans l'original .]

 

 

Article de la publication du SPD Freies Wort (extraits)[4]:

 

[...] et qui contre le gouvernement Hitler-Papen, conseillerait le recours à des moyens non conformes à la constitution, se mettrait dans son tort moralement.

[Citation dans l'original .]

 

 

8 mars

 

Le gouvernement annule les 81 mandants du KPD à l'assemblée nationale[5]. Le lendemain, le ministre de l'Intérieur Wilhelm Frick (NSDAP) déclare que les députés du KPD ne seront plus représentés à l'assemblée nationale. Le ministre de l'Intérieur de Prusse H. Göring prépare l'arrestation des députés du KPD à l'assemblée nationale de même qu'à l'assemblée régionale de Prusse[6]. Frick annonce l'instauration de "camps de concentration" ["Konzentrationslager"] pour des "prisonniers en détention préventive" ["Schutzhäftlinge"][7].

Au sein de la préfecture de police, H. Göring place Rudolf Diels à la direction de la section IA, le service chargé de la collection de renseignements politiques d'aspect policier[8]. Une unité particulière de lutte contre le communisme est constituée, le 8 mars elle est installée dans la Karl-Liebknecht-Haus, siège du KPD. Ainsi la police politique assume des tâches exécutives.

R. Diels avait été nommé en 1930, au ministère de l'intérieur de Prusse, chef d'un service orienté vers la lutte contre le mouvement communiste[9]. En 1932 il avait agi de façon à favoriser l'action du chancelier F. v. Papen contre le gouvernement de Prusse, puis avait noué des contacts avec H. Göring.

 

 

9 mars

 

Dans les jours qui suivent les élections à l'assemblée nationale, dans toutes les régions où n'est pas encore établi un gouvernement dirigé par le NSDAP, des commissaires du Reich sont nommés. La dernière région concernée est la Bavière[10]. La SA et le NSDAP organisent des manifestations à Munich. Le soir la SA occupe l'hôtel de ville, malgré le fait que le gouvernement dirigé par Heinrich Held (BVP) n'a pas démissionné. Le conseiller local Max Amann (NSDAP) annonce que l'ancien commandant de corps franc Franz Ritter von Epp a pris la tête du pouvoir et que le commandement de la police a été conféré au commandant du SS Heinrich Himmler. Adolf Wagner devient ministre de l'Intérieur. Il ordonne l'arrestation des dirigeants du KPD et de l'organisation Bannière du Reich. La SA et le SS reçoivent des armes et sont constitués officiellement comme police auxiliaire [Hilfspolizei].

 

 

13 mars

 

Est créé le ministère pour l'information du peuple et la propagande [für Volksaufklärung und Propaganda] sous la direction de Joseph Goebbels[11].

 

 

16 mars

 

Hjalmar Schacht est nommé président de la banque nationale [Reichsbank] par le conseil général de la banque[12]. La désignation sera confirmée le lendemain par le président Paul von Hindenburg.

En Bavière, le premier ministre H. Held démissionne de son poste[13]. Le commissaire du Reich F. v. Epp transmet définitivement le pouvoir exécutif aux "commissaire-ministre".

 

 

16 et 17 mars

 

Le comité directeur et le bureau confédéral de la confédération générale [Gesamtverband] des syndicats chrétien-nationaux d'Allemagne se réunissent pour définir leur position par rapport au nouveau gouvernement[14].

Au premier congrès d'après-guerre des syndicats chrétiens, tenu du 20 au 23 novembre 1920, avait été formulé par Adam Stegerwald le “programme d'Essen”[15]. Il visait à la constitution d'un parti populaire social-chrétien et démocratique. Le 8 mars 1933, le comité directeur de la confédération générale adopte une résolution (cf. ci-dessous)[16]. Une session extraordinaire du comité directeur et du bureau est convoquée pour les 16 et 17 mars à Essen. À cette réunion sont adoptées les "lignes directrices des syndicats chrétien-nationaux"  (cf. ci-dessous). Ce texte avait été élaboré par une commission instituée le 22 décembre 1931 "aux fins d'établir des lignes directrices programmatiques en particulier en vue d'un ordre corporatiste"[17]. [Citation dans l'original .]

Au cours des discussions, Bernhard Otte affirme[18]:

[les syndicats chrétiens veulent] se mettre pleinement et entièrement au service d'un ordre nouveau [...] non seulement [ils peuvent apporter] des éléments constitutifs précieux pour la future reconstruction mais aussi ils veulent le faire, et se mettent consciemment au service de la grande cause.

[Citation dans l'original .]

Dans le Journal central des syndicats chrétiens d'Allemagne [Zentralblatt der christlichen Gewerkschaften Deutschlands], le 1er avril, parait un article intitulé "Révolution nationale et syndicats chrétiens", dont voici des extraits[19]:

[C'est que les syndicats chrétiens ont été depuis le début] le mouvement qui, motivé par l'idée chrétienne, s'est opposé à la lutte de classe.  Et qui, avec une forte volonté nationale, s'est opposé au courant international du socialisme allemand. [...] Ce qui s'était décomposé est tombé. Et une vague de force jeune a submergé l'Allemagne. Les dirigeants responsables de ces jeunes forces, aujourd'hui aussi les dirigeants de l'état allemand, ont promis au peuple allemand de faire appel à cette jeune force en faveur du peuple allemand dans son ensemble. Étant en possession du pouvoir, ils ont accordé droit et justice pour tous ceux qui aiment l'Allemagne. C'est à cela que s'attendent aussi les masses de travailleurs allemands. Mais pas seulement à cela. Parce qu'ils aiment l'Allemagne, ils veulent participer.

[Citation dans l'original .]

 

 

Résolution du comité directeur de la confédération générale [Gesamtverband] des syndicats chrétien-nationaux d'Allemagne, 8 mars 1933 (extraits)[20]

 

[...] Les syndicats chrétien-nationaux sont de l'avis qu'il faut réussir à réaliser cet ordre auquel ils aspirent depuis leur fondation, à savoir un ordre social corporatiste, organique, porté par la volonté de responsabilité propre. [...] Nous voyons en la liberté un bien élevé. Pour qu'on puisse créer dans la liberté, un pouvoir d'état fort, objectif, doit garantir l'ordre de droit libéral, qui assure à chacun le déploiement de sa personnalité, et aux organisation corporatistes formées ou à former à partir du peuple, un développement puissant. [...]

[Citation dans l'original .]

 

 

Lignes directrices des syndicats chrétien-nationaux, 17 mars 1933 (extraits)[21]

 

1. L'individu. Pour l'homme individuel, les syndicats chrétiens aspirent à la sécurisation d'une existence digne d'un être humain, à savoir en premier lieu en rendant possible l'acquisition d'une propriété qui lui assure un espace libre approprié pour vivre et s'activer. [...] Par l'objectif ainsi déterminé de la garantie d'existence, les syndicats chrétiens visent à la réalisation pour chacun de son souhait suprême, à savoir fondation et préservation de son honneur et déploiement de la personnalité libre, du point de vue de la religion, de la morale et de la faculté professionnelle. [...]

4. L'état. L'état comme un système d'ordre naturel, requis par une conception spirituelle et morale de la société ayant sa propre dignité et souveraineté, est reconnu et approuvé par les syndicats chrétiens. L'auto-administration corporatiste, en le déchargeant, vise à le rendre disponible pour la chose politique proprement dite. [...]

[Citation dans l'original .]

 

 

17 mars

 

A. Hitler constitue le “SS-Sonderkommando Berlin” (“commando spéciale SS”) chargé de sa protection personnelle. C'est la première unité du “Waffen-SS” (“SS en armes”)[22].

 

 

18‑19 mars

 

L'Exécutif de l'Internationale ouvrière socialiste (IOS) tient une réunion à Zürich[23]. Les représentants allemands sont absents. Une résolution intitulée "Combattons le fascisme"  est adoptée (cf. ci-dessous). Concernant les rapports avec les partis communistes, il est donné comme consigne aux partis membres de la SAI, de ne pas engager des contacts séparés, tant qu'un accord satisfaisant ne soit pas obtenu entre le SAI et l'IC

 

 

Résolution "Combattons le fascisme" [24]:

 

Nous accusons! Nous en appellerons inlassablement à la conscience du monde civilisé contre les infamies indicibles que les maitres d'Allemagne perpètrent jour après jour. L'enseignement des évènements allemands pour les travailleurs dans les pays de la démocratie est la nécessité de défendre les libertés par tous les moyens, pour les travailleurs de tous les pays de ne faire aucune concession au nationalisme et au fascisme, de mobiliser contre eux et les dangers de guerre qu'ils provoquent l'esprit de l'internationalisme, de la paix et de la liberté, fût-ce au prix des sacrifices les plus lourds, et de se donner comme objectif suprême les intérêts de la lutte libératrice socialiste internationale, qui coïncident avec les intérêts véritables des peuples.

[Citation dans l'original .]

 

 

Déclaration du comité directeur fédéral de l'ADGB (transmis par courrier à A. Hitler), 20 mars 1933 (extraits)[25]

 

Les syndicats sont l'expression d'une nécessité sociale irrécusable, un élément constitutif indispensable de l'ordre social lui-même. [...]

Par la reconnaissance  et le recours au système de conciliation étatique les syndicats ont montré qu'ils reconnaissent le droit de l'état d'intervenir dans les litiges entre travailleurs organisés et entrepreneurs, quand l'intérêt général le requiert.

Les syndicats ont toujours donné aux accords volontaires avec les entrepreneurs la préférence par rapport aux accords salariaux imposés et restent fidèles à cette conception. Ils sont tout à fait prêts à agir durablement sur cette voie en commun avec les organisations d'entrepreneurs, dans le sens d'une auto-administration de l'économie aussi au-delà du domaine des conditions de salaire et de travail.  Une surveillance étatique sur un tel travail commun des organisations libre de l'économie, pourrait dans certaines circonstances lui être tout à fait utile, augmenter sa valeur et faciliter sa mise en oeuvre.

Les syndicats ne prétendent pas à influer directement sur la politique de l'état. Leur tâche à cet égard ne peut être que de transmettre au gouvernement et aux instances législatives les souhaits justifiés des travailleurs relatifs à des mesures de politique sociale et économique, ainsi que d'être utile au gouvernement et au parlement avec leurs connaissances et expériences dans ces domaines.

Les syndicats ne revendiquent pas pour eux un monopole. Au-dessus de la forme de l'organisation se situe la préservation des intérêts des travailleurs. Cependant un syndicat véritable ne peut se fonder que sur un regroupement volontaire des membres, il doit être indépendant autant des entrepreneurs que des partis politiques.

[Citation dans l'original .]

 

 

21 mars

 

La nouvelle assemblée nationale tient sa session constitutive.

 

 

21/22 mars

 

Le 21 mars, des membres de la SA amènent des opposants politiques dans une ancienne brasserie à Oranienburg près de Berlin[26]. Ils établissent ainsi le premier camp de concentration [Konzentrationslager] (KZ) "non officiel" en Prusse. À la différence de nombreuses autres lieux de détention et de torture établis par la SA partout à la même époque, mais qui peu après seront démantelés, le KZ se transformera en une institution permanente financée par le ministère de l'Intérieur. (En aout 1936 sera construit le KZ Sachsenhausen près d'Oranienburg, distinct de celui mentionné ci-dessus.) Le 22 mars, sur ordre du chef de la police politique en Bavière et président de police de Munich, H. Himmler, un KZ est établi à proximité de Dachau, près de Munich.

 

 

22 mars

 

En Prusse l'assemblée régionale tient sa session constitutive[27]. Elle approuve la destitution du gouvernement de Prusse et l'intervention du commissaire du Reich. Le 25, les ministres informeront le commissaire du Reich et vice-chancelier Franz von Papen qu'ils donnent leur démission.

 

 

23 mars

 

L'assemblée nationale approuve la loi pour la résorption de la détresse du peuple et du Reich [zur Behebung der Not von Volk und Reich] par 444 voix contre 94[28]. Les voix contre sont ceux des députés du SPD encore présents sur le total de 120 élus le 5 mars.

Cf. le texte de la loi .

Initialement il est stipulé que la loi cessera d'être en vigueur le 1er avril 1937[29]. Elle sera prolongée successivement par la loi de prolongation du 30 janvier 1937, puis par l la loi de prolongation du 30 janvier 1939, finalement par le décret d'A. Hitler sur la législation gouvernementale [über die Regierungsgesetzgebung] du 1er mai 1943.

 

 

Interventions d'Adolf Hitler à l'assemblée nationale, 23 mars 1933 (extraits)

 

Déclaration gouvernementale[30]:

Le gouvernement, afin qu'il soit mis en position de remplir les tâches qui se situent à l'intérieur du cadre ainsi caractérisé de façon générale, a fait soumettre au Reichstag par les deux partis des national-socialistes et de national-allemands, la loi d'habilitation. Une partie des mesures envisagées requiert la majorité correspondant aux modifications de la constitution. La mise en oeuvre de ces tâches respectivement leur solution est nécessaire? Il contredirait au sens du soulèvement national et ne suffirait pas au but envisagé, si le gouvernement prévoyait de négocier et quémander au cas par cas l'autorisation du Reichstag pour ses mesures. [...]

Puisque le gouvernement dispose en soi d'une majorité claire, le nombre de cas où se présente une nécessité intrinsèque de recourir à une telle loi est en soi limité. D'autant plus le gouvernement du soulèvement national insiste sur l'adoption de cette loi. l'offre aux partis du Reichstag la possibilité d'un développement allemand calme et d'une entente qui se nouera sur cette bas dans l'avenir, il est cependant tout aussi décidé et prêt à accepter la manifestation du refus et par là l'annonce de la résistance.

Il vous appartient, messieurs, de prendre maintenant vous-mêmes la décision choisissant la paix ou la guerre.

Réplique à l'intervention d'Otto Wels (cf. plus loin)[31]:

À partir de maintenant ce sommes nous, les national-socialistes, qui dégagerons la voie pour le travailleur allemand, en vue de ce qu'il peut exiger et demander. Nous national-socialistes serons son avocat; quant à vous, messieurs (en direction des social-démocrates), on n'en a plus besoin.

[Citationss dans l'original .]

 

 

Le "soulèvement national"

 

Le terme "nationale Erhebung" ["soulèvement national") fait partie du vocabulaire national-socialiste de base. A. Hitler l'utilise notamment dans son livre "Mein Kampf" ["Mon combat"] en se référant à la guerre contre l'Empire français sous Napoléon Ier, 1813‑1815[32]:

Une lutte de libération avait éclatée comme la terre n'en avait pas vue de plus puissant jusque-là; car dès que le désastre avait tout juste entamé son cours, chez les masses les plus larges commençait à poindre la conviction que cette fois-ci il ne s'agissait pas du destin de la Serbie ni de l'Autriche, mais d'être ou ne pas être pour la nation allemande. Pour la dernière fois pour ne longues années le peuple était devenu lucide au sujet de son propre avenir. Ainsi à l'ivresse de l'enthousiasme débordant se mêla dès le début de la lutte terrible la pointe sérieuse nécessaire; car seule cette conclusion permit au soulèvement national de devenir plus qu'un simple feu de paille.

[Citation dans l'original .]

Le terme acquiert par la suite un statut officiel pour désigner de façon figée le mouvement national-socialiste, au point d'être utilisé dans des textes législatifs. Ainsi par exemple dans décret du président sur l'octroi de l'impunité [über die Gewährung von Straffreiheit] du 21 mars 1933[33]:

Sur la base de l'article 48 al. 2 de la constitution du Reich est décrété ce qui suit: §1 Pour des délits qui ont été commis dans la lutte pour le soulèvement national du peuple allemand, pour sa préparation ou dans la lutte pour la glèbe allemande, est octroyée l'impunité.

[Citation dans l'original .]

 

 

Intervention d'Otto Wels (SPD) à l'assemblée nationale, 23 mars 1933 (extraits)[34]

 

Mesdames, messieurs!

Pour ce qui est de la revendication concernant la politique étrangère, d'égalité de droits pour l'Allemagne, que monsieur le chancelier du Reich a posée, les social-démocrates l'approuvent d'autant plus catégoriquement que nous l'avons déjà défendue depuis toujours. [...]

Après les persécutions que le Parti social-démocrate a subies ces derniers temps, en toute équité personne ne pourra lu demander ou attendre de lui qu'il vote en faveur de la loi d'habilitation soumise ici. [...]

Mesdames, messieurs!  La situation qui prévaut aujourd'hui en Allemagne est souvent dessinée en traits assez crûs. Comme toujours dans ces cas, les exagérations ne manquent pas non plus. En ce qui concerne mon parti, je déclare ici: Nous n'avons ni demandé à Paris qu'il y ait une intervention, ni transféré des millions à Prague, ni apporté des informations exagérées à l'étranger. S'opposer à de telles exagérations serait plus facile si dans le pays il était possible de rendre compte en faisant la part du vrai et du faux. Encore mieux serait que nous puissions attester en bonne conscience que la pleine garantie juridique est rétablie pour tous. Cela ne tient qu'à vous, messieurs.

[...]

[Citation dans l'original .]

 

 

28 mars

 

En signe de protestation contre la position adoptée par l'ADGB vis-à-vis du NSDAP, Siegfried Aufhäuser (SPD) démissionne de son poste de président de l'Afa-Bund[35].

 

 

Fin mars

 

Pour autoriser à nouveau la parution de la presse du SPD, H. Göring pose comme condition que cessent les attaques dans la presse social-démocrate à l'étranger[36]. Des dirigeants du SPD ‑ notamment les députés à l'assemblée nationale Paul Hertz, Emil Kirschmann, Friedrich Stampfer et Otto Wels ainsi que le rédacteur du Vorwärts Victor Schiff ‑ entreprennent des voyages à l'étranger pour intervenir en ce sens auprès des autres partis sociaux-démocrates, en Belgique, en Tchécoslovaquie, en Danemark, Grande-Bretagne, France, aux Pays-Bas, en Autriche et en Suisse.

 

 

30 mars

 

O. Wels (SPD) démissionne du bureau de la SAI[37]. Pour motiver cette décision, il se réfère à la réunion du comité exécutif et du bureau de la SAI tenue les 18 et 19 mars, au cours de laquelle des résolutions au sujet de l'Allemagne avaient été adoptées en absence de représentants du SPD. L'une des résolutions concerne la question d'un éventuel front uni avec les communistes. Selon Wels, le SPD est "contre toute manifestation sous quelque forme que ce soit, du front uni avec les communistes"[38] [Citation dans l'original .] et il considère que la résolution n'est pas conforme à cette position. L'autre résolution, intitulée "Combattons le fascisme", dénonce la répression violente exercée par le régime national-socialiste en Allemagne. (Cf. plus haut.) Wels avait tenté d'empêcher que ces résolutions soient rendues publiques, mais F. Adler, secrétaire de la SAI, avait rejeté la demande.

 

 

31 mars

 

Est édictée la loi provisoire pour la mise en conformité des régions avec le niveau national [zur Gleichschaltung der Länder mit dem Reich][39].

Cf. le texte de la loi .

À l'exception de la Prusse, les assemblées régionales sont dissoutes, et reconstituées dans une composition basée sur les résultats des élections à l'assemblée nationale. Aucune attribution de sièges n'est effectuée pour le KPD. En outre il est confirmé qu'aucun siège ne revient au KPD ni à l'assemblée nationale ni à l'assemblée régionale de Prusse.

 

 

1er avril

 

Le président de la Fédération des Associations de métier allemandes Hirsch‑Duncker, Anton Erkelenz (ancien membre du DDP ayant rejoint le SPD en 1930) adresse une lettre à A. Stegerwald, l'un des principaux dirigeants de la fédération générale des syndicats chrétiens, l'incitant à faire en sorte que le syndicat unique soit formé (cf. ci-dessous)[40].

 

 

Après la constitution du gouvernement national-socialiste en Bavière, H. Himmler, en tant que préfet de police de Munich, avait réuni les organes de police existants et leur conféré des fonctions exécutives[41]. Le 1er avril il est nommé commandant de la police politique [Politischer Polizeikommandeur] de Bavière.

 

 

Lettre d'Anton Erkelenz à Adam Stegerwald (extraits)[42]

 

[Erkelenz propose] que les trois anciens courants syndicaux fusionnent de leur propre initiative et se présentent ensuite vis-à-vis du gouvernement comme syndicat unique. [...] Si les syndicats eux-mêmes prennent en main la transformation en syndicat unique, ils peuvent peut-être arriver à ce que ce syndicat unique reste un syndicat volontaire au sens habituel, que donc il ne devienne pas un syndicat obligatoire étatique.

[Citation dans l'original .]

 

 

4 avril

 

Est promulguée la loi sur la défense contre les actes de violence politiques [zur Abwehr politischer Gewalttaten].

Cf. le texte de la loi .

Est promulguée également la loi sur les représentations d'entreprise et unions économiques [über Betriebsvertretungen und wirtschaftliche Vereinigungen][43]. Aux autorités nationales et régionales est conférée la faculté de révoquer des membres du conseil d'entreprise et d'en désigner d'autres en remplacement. À l'Organisation de cellules d'entreprise national-socialiste (NSBO) sont accordées les mêmes facultés comme aux syndicats, en matière de représentation juridique devant les tribunaux du travail ainsi que de participation aux élections des conseils d'entreprise.

Cf. le texte de la loi .

 

 

5 avril

 

Le bureau confédéral de l'ADGB se réunit[44]. La discussion porte entre autre sur la question de la fusion des syndicats des différentes tendances en un syndicat national unique.

 

 

Compte-rendu de la réunion du bureau confédéral de l'ADGB, 5 avril 1933[45]

 

Le 5 avril, au cours de discussions  détaillées, le bureau confédéral de l'ADGB a traité de la situation actuelle et des tâches des syndicats qui en résultent.

À titre d'introduction, Leipart rendit compte des développements des dernières semaines et des mesures du comité directeur. La discussion sur la position des syndicats dans le nouvel état bat son plein. [...]

Au cours du débat tous les représentants des unions exprimèrent leur conviction que dans l'intérêt d'un développement fructueux de l'économie allemande les organisations et institutions  édifiées par un travail de décennies pleines de sacrifices et avec une grande expérience, doivent rester les porteurs du mouvement syndical allemand. L'ADGB approuverait d'autant plus volontiers une unification du système syndical allemand, que lui-même déjà autrefois comme aussi ces dernières années a soutenu et stimulé des efforts en ce sens. Il serait à chaque instant prêt à contribuer à cette grande tâche. [...]

C'est pourquoi les syndicats pensent être en droit de prétendre à ce que leur accomplissement historique soit reconnu précisément par le gouvernement qui se donne le grand objectif, reconnu aussi par les syndicats, de fonder la liberté de la nation en interné et à l'extérieur sur les forces créatrices du peuple entier. [...]

[Citation dans l'original .]

 

 

7 avril

 

Est promulguée la deuxième loi pour la mise en conformité des régions avec le niveau national, après la loi provisoire du 31 mars[46].

Cf. le texte de la loi .

Cette loi stipule la désignation pour chaque région à l'exception de Prusse, d'un gouverneur du Reich [Reichsstatthalter] chargé de veiller à l'application des orientations politiques fixées par le chancelier. Les gouverneurs du Reich se substituent aux commissaires du Reich provisoires. En Prusse la fonction de gouverneur du Reich est conférée au chancelier.

Est édictée également la loi pour le rétablissement des fonctionnaires professionnels [zur Wiederherstellung des Berufsbeamtentums].

Cf. le texte de la loi .

Cette loi exclut du corps de fonctionnaires les personnes "qui ne sont pas d'ascendance aryenne" et stipule la possibilité d'exclure des personnes "qui selon leur activité politique passée n'offre pas la garantie qu'à tout moment ils se dévouent sans réserve à l'état national". [Citation dans l'original .]

 

 

8 avril

 

Concernant les syndicats de fonctionnaires, un processus de mise en conformité [Gleichschaltung] avait été entamé durant le mois de mars[47]. Le 2 mars la direction confédérale de l'Union allemande de fonctionnaires (DBB) avait exprimé "son dégout le plus profond au sujet du crime énorme, l'incendie au bâtiment du Reichstag". (Cf. ci-dessous.)

Certains des dirigeants ‑ dont Franz Kugler (SPD) ‑ avaient déjà été écartés et le 23 mars le secrétariat avait été prise en main par les présidents adjoints Johannes Schneider et Ehrmann.

À la différence du DBB, l'Union générale de fonctionnaires allemande (ADB) ‑ proche du SPD ‑ avait refusé la voie de l'adaptation[48]. Le 3 avril le comité directeur avait décidé de mettre en oeuvre la dissolution de l'ADB afin de devancer son interdiction. Le 28 avril, un congrès confédéral entérinera la décision.

Le 8 avril, le ministre de l'Intérieur nomme le chef de la section national-socialiste de fonctionnaires [NS-Beamtenabteilung] Jakob Sprenger pour le poste de commissaire du Reich pour les organisations de fonctionnaires; celui-ci est chargé de procéder à la "mise en conformité [Gleichschaltung] des organisations de fonctionnaires existantes" et d'écarter dorénavant les regroupements de fonctionnaires sous la forme de syndicats[49]. [Citation dans l'original .] En particulier le DBB est placé sous la direction de Sprenger. Le 15 avril le DBB sera renommé en “Union nationale des fonctionnaires allemands” [“Reichsbund der deutschen Beamten”].

 

 

Déclaration de la direction confédérale de l'Union allemande de fonctionnaires (DBB), 2 mars 1933[50]

 

La direction confédérale de l'Union allemande de fonctionnaires est convaincue de refléter l'opinion de l'ensemble des fonctionnaires allemands, en exprimant son dégout le plus profond au sujet du crime énorme, l'incendie au bâtiment du Reichstag. Elle soutient les mesures du gouvernement du Reich et des gouvernements des Länder, qui visent à sanctionner ce crime, et à empêcher des évènements similaires. La direction confédérale de l'Union allemande de fonctionnaires appelle tous les membres, à aider, selon la tradition éprouvée de longue date, en tant que fonctionnaires et citoyens à préserver le calme et l'ordre.

[Citation dans l'original .]

 

 

Déclaration du comité directeur de l'ADGB, 9 avril 1933 (extraits)[51]

 

Fidèle à sa tâche de contribuer à l'édification d'un ordre social pour le peuple allemand dans lequel les droits vitaux des travailleurs sont garantis dans l'état et dans l'économie conformément à leur importance pour le peuple comme un tout, l'Allgemeine Deutsche Gewerkschaftsbund se déclare prêt à mettre au service de l'état nouveau l'auto-organisation de la force de travail édifiée par une activité durant des décennies. Les syndicats reconnaissent tout comme avant que leur propre liberté de mouvement doit trouver ses limites dans le droit supérieur de l'état en tant que représentant de la communauté du peuple dans son ensemble. [...] Les syndicats sont donc prêts à participer à l'organisation corporatiste de l'économie allemande envisagée par le gouvernement [...] L'ADGB salue l'effort d'amener une unification du système des syndicats allemands. En ce qui concerne l'effort de l'état nouveau de mettre en oeuvre cette unification,  il mettra donc volontiers à la disposition de celui-ci sa participation et son expérience.

[Citation dans l'original .]

 

 

Manifeste du DBB, le 17 mars 1933 (extraits)[52]

 

L'Union allemande de fonctionnaires, en tant qu'organisation professionnelle des fonctionnaires allemands, placée au-dessus des partis, participera activement à l'édification nouvelle étatique et économique du Reich, fidèle à sa devise que le bienêtre commun doit passer avant les intérêts particuliers. [...] Pour le fonctionnaire allemand il ne peut y avoir qu'une chose, c'est qu'il se met volontiers et avec un plein dévouement à disposition et qu'il soutient le gouvernement en remplissant fidèlement son devoir!

 

 

10 avril

 

Est promulguée la loi sur l'instauration d'un jour férié du travail national [über die Einführung eines Feiertags der nationalen Arbeit]. Il s'agit du 1er mai.

Cf. le texte de la loi .

 

 

9‑11 avril

 

Le bureau de la Fédération syndicale internationale (Internationaler Gewerkschaftsbund) (FSI) adopte une résolution "Combattons le fascisme"[53]. (Cf. ci-dessous.) Par ailleurs le comité directeur de l'IGB décide de transférer son siège de Berlin à Paris.

 

 

Résolution de la FSI "Combattons le fascisme"[54]

 

La fédération combat catégoriquement, au plus haut point, le fascisme et la dictature sous toute forme. Fascisme signifie négation de la démocratie et entraine inéluctablement la répression des libertés du peuple. [...]

C'est une des grandes tragédies historiques qu'en Allemagne, qui s'est élevée un degré si haut de culture, au nom de la nation allemande sont perpétrés des actes de violence qui emplissent le monde d'horreur.

Les communistes, par leur activité et leur propagande mensongère ont délibérément fragmenté les forces de la classe ouvrière et par là affaibli la force de résistance. [...]

[Citation dans l'original .]

 

 

11 avril

 

Est édicté le décret d'application de la loi pour le rétablissement des fonctionnaires professionnels [zur Durchführung des Gesetzes zur Wiederherstellung des Berufsbeamtentums].

Cf. le texte du décret .

 

 

En Prusse H. Göring est nommé premier ministre[55]

 

 

Le DVP se dissout et donne consigne à ses adhérents de rejoindre le NSDAP[56].

 

 

13 avril

 

Une réunion a lieu entre des représentants de l'ADGB, dont Theodor Leipart (SPD), Peter Graßmann (SPD) et Wilhelm Leuschner (SPD), d'une part et des dirigeants de l'Organisation de cellules d'entreprise national-socialiste (NSBO) de l'autre[57]. (Cf. ci-dessous.) Leipart refuse l'exigence de céder son poste à un national-socialiste.

 

 

Interventions à la réunion entre représentants de l'ADGB et dirigeants de la NSBO, 13 avril 1933 (extraits)[58]

 

Theodor Leipart:

[...] Faites en sorte qu'enfin cessent les attaques nombreuses conte nos membres qui se trouvent harcelés, maltraités battus à mort. [...] Si Adolf Hitler avait tenu son premier discours au peuple allemand après avoir prise en charge le gouvernement, en tant que chancelier et non pas en tant qu'homme de parti, et si les ministres nationalistes, en particulier monsieur Göring avait appelé moins à la violence, alors les syndicats aurait soutenu aussi ce gouvernement. [...]

Wilhelm Leuschner:

Dans votre proposition, nous intéresse le syndicat unique et votre déclaration de ne pas vouloir démanteler les syndicats. Si quelque chose en ressort, dépend de savoir si vous serez large d'esprit. Toute intransigeance et toute contrainte ne pourrait que conduire au contraire.

[Citations dans l'original .]

 

 

15 avril

 

Le comité directeur de l'ADGB publie un appel au sujet du 1er mai (cf. ci-dessous)[59].

Il est instructif de comparer la teneur de cet appel avec l'argumentation développée par le SPD à l'occasion de l'adoption de la loi instaurant le 1er mai comme " jour férié universel", en avril 1919 (cf. ).

 

 

Appel du comité directeur de l'ADGB, 15 avril 1933[60]

 

Aux membres des syndicats! Collègues!

Sous le signe du 1er mai, chaque année vous avez professé votre attachement à la grande tâche d'éveiller, cultiver et promouvoir inlassablement parmi les masses des travailleurs allemands l'idée élevée de l'aide mutuelle par l'éducation à la conscience de votre état, la volonté de communauté et l'esprit de camaraderie.

Le jour du 1er mai rayonnait toujours de nouveau l'engagement des travailleurs allemands animés par une volonté fervente à la culture, d'arracher l'homme travailleur à son existence morne de travail et de l'intégrer comme personnalité conscient de lui-même dans le syndicat du peuple. [...]

Nous saluons le fait que le gouvernement du Reich a déclaré ce jour à nous comme jour férié légal du travail national, comme jour de fête allemand du peuple. [...]

Ce jour-là, selon l'annonce officielle, le travailleur allemand doit de trouver au centre de la festivité.

Le 1er mai le travailleur allemand doit manifester en étant conscient de son état, doit devenir un membre à part entière de la communauté du peuple allemand. Le peuple allemand doit ce jour-là attester sa solidarité inconditionnelle avec les travailleurs. [...]

[Citation dans l'original .]

 

 

Article dans l'organe de l'ADGB Gewerkschafts-Zeitung: Adolf Dünnebacke, "Les travailleurs et la révolution nationale", 43e année, n° 15, 15 avril 1933[61]

 

La révolution allemande, qui a commencé ni le 5 mars 1933 ni le 20 juillet 1932 mais en novembre 1918, est entrée dans un nouveau stade. La première étape, la république de Weimar, était déterminée par trois tâches: liquider la guerre perdue, repousser le bolchévisme et sauver de l'ordre détruit ce qui pouvait être sauvé. Même avec un développement économique plus favorable la charge de cette tâche aurait été assez lourde, la crise économique devait la rendre insupportable. Aucun parti aurait pu supporter cette charge sans la perte la plus lourde en force et en estime; la social-démocratie, appeler au pouvoir après la guerre perdue  ‑ une mission à laquelle aucun parti ne peut se soustraire ‑ devait s'écrouler sous la charge d'une responsabilité portée trop longtemps, pesant doublement pour un parti de masse. À cet égard on peut voir une faute politique dans certaines mesures particulières, dans le développement d'ensemble c'était un destin impitoyable, tragique. Les partis viennent, disparaissent et reviennent sous une forme nouvelle. Le peuple reste et veut être nourri. La nation perdure et doit être préservée. Le travail est, toujours et éternellement, la base de la société, de la nation, du peuple, ou quelle que soit la façon dont on veut délimiter la communauté humaine. La masse de travailleurs constitue la base large de la nation, sans laquelle n'est possible pour la nation ni un développement pacifique ni un conflit militaire ‑ comme l'a enseigné la grande guerre. Les deux, le développement pacifique comme le conflit militaire, sont renfermés au sein du futur proche. Toute nation qui va vers cet avenir dans la volonté d'exister et de s'imposer, doit pouvoir s'appuyer sur la base large du peuple créateur. Or, à prime abord travail et travailleurs sont seulement un état de fait social; ils ne deviennent facteur de politique nationale que par un attachement organisationnel, par leurs représentations professionnelles.

[Citation dans l'original .]

 

 

Journal de Goebbels, 17 avril 1933 (extraits)[62]

 

Nous transformerons le 1er mai en une manifestation grandiose de la volonté populaire allemand. Ensuite, le 2 mai, les maisons des syndicats seront occupées. Mise au pas aussi dans ce domaine. Il y aura peut-être du grabuge pendant quelques jours, mais ensuite ils nous appartiendront. On ne doit pas ici avoir des scrupules. [...] Une fois les syndicats en nos mains, alors les autres partis et organisations également ne pourront plus se maintenir longtemps.

[Citation dans l'original .]

 

 

19 avril

 

Le bureau confédéral de l'ADGB publie un appel au sujet du 1er mai (cf. ci-dessous)[63].

 

 

Appel du bureau confédéral de l'ADGB, 19 avril 1933 (extraits)[64]

 

Le bureau confédéral de l'Allgemeiner Deutscher Gewerkschaftsbund salue le 1er mai comme jour férié légal du travail national et appelle les membres des syndicats à participer partout à la festivité initiée par le gouvernement, en pleine conscience de leur services pionnières pour l'idée de mai, pour l'hommage au travail créateur et pour l'intégration de plein droit des travailleurs dans l'état. [...]

[Citation dans l'original .]

 

 

21 avril

 

 

En Prusse est constitué un gouvernement présidé par H. Göring.

Premier ministre et Intérieur [Ministerpräsident, Inneres]: Hermann Göring (NSDAP)

Finances [Finanzen]: Johannes Popitz (sans parti)

Enseignement [Unterricht]: Bernhard Rust (NSDAP)

Agriculture, Commissaire du Reich [Landwirtschaft, Reichskommissar]: Alfred Hugenberg (DNVP), à partir du 30 juin 1933: Walter Darre (NSDAP)

Justice [Justiz]: Hanns Kerrl (NSDAP)

Économie et travail, Commissaire du Reich [Wirtschaft und Arbeit, Reichskommissar]: Alfred Hugenberg (DNVP) , à partir du 30 juin 1933: Kurt Schmitt (NSDAP)

 

 

H. Göring rattache la police auxiliaire [Hilfspolizei] de Prusse (créée le 22 avril) à la police politique[65]. Selon des dispositions prises le 21 avril et le 7 juillet, la police politique consistera exclusivement d'unités du SS, et la police auxiliaire sera dissoute le 15 aout (en Bavière elle sera dissoute en printemps 1934).

La police de campagne [Feldpolizei] qui avait été constituée en même temps que la police auxiliaire, continue d'exister[66]. En octobre, elle prendra le nom de “SA-Feldjägerkorps” (“corps de chasseurs de campagne de la SA”); son effectif se sera accru entretemps jusqu'à environ 2000 hommes.

 

 

Un “comité d'action pour la protection du travail allemand” (“Aktionskomitee zum Schutz der Deutschen Arbeit”), non public, est constitué sous la direction du chef d'état-major de l'organisation politique du NSDAP [Stabsleiter der Politischen Organisation], Robert Ley, et de Reinhold Muchow du NSBO, en vue d'une action de destruction des syndicats libres, planifiée pour le 2 mai[67].

 

 

Le comité directeur de la Fédération générale des syndicats chrétiens d'Allemagne publie un appel au sujet du 1er mai (cf. ci-dessous)[68].

 

 

Appel du comité directeur de la Fédération générale des syndicats chrétiens d'Allemagne, 21 avril 1933[69]

 

Le gouvernement du Reich a élevé au rang de jour de fête nationale, le 1er mai en tant que jour du travail. Par là il veut effacer le caractère précédent contesté de lutte et de manifestation. Il veut consacrer le jour à l'honneur et la noblesse du travail allemand. Le travailleur, ce jour, doit acquérir avec fierté la conscience du fait que c'est avant tout la force et le résultat de son travail qui portent la vie de la nation. Les travailleurs réunis dans les syndicats chrétiens saluent cet acte. C'est un signe prometteur à ce que le gouvernement Hitler professe son attachement à la tradition social allemande. [...]

[Citation dans l'original .]

 

 

25 avril

 

Est promulguée la loi de modification de la loi pour la mise en conformité des régions avec le niveau national du 7 avril [zur Änderung des Reichsstatthaltergesetzes].

Cf. le texte de la loi .

Elle stipule qu'en ce qui concerne la Prusse, les pouvoirs conférés par la loi du 7 avril au chancelier peuvent être transférés au premier ministre de Prusse.

 

 

26 avril

 

En Prusse est promulguée la loi sur l'établissement d'un office secret de police d'état [über die Errichtung eines Geheimen Staatspolizeiamtes][70]. Elle sépare la police politique de la préfecture de Berlin et la place directement sous la responsabilité du ministère de l'Intérieur, avec la dénomination de “Police secrète d'état Prusse” (“Preußische Geheime Staatspolizei”, Gestapo). La direction centrale de la Gestapo est formée par l'office secret de police d'état (Geheimes Staatspolizeiamt, Gestapa) dirigé par R. Diels, chargé de la répression de menées hostiles à l'état. La Gestapo sera dirigée par H. Himmler et Reinhard Heydrich.

 

 

26 avril

 

Une conférence nationale du SPD se tient à Berlin[71]. Un nouveau comité exécutif est élu, composé de: O. Wels et Hans Vogel comme présidents, ainsi que Siegmund Crummenerl, Marie Juchacz, Karl Litke, Anna Nemitz, Elfriede Ryneck, Emil Stahl, F. Stampfer, Johannes Stelling, Max Westphal, S. Aufhäuser, Karl Böchel, Georg Dietrich, P. Hertz, Franz Künstler, Paul Löbe, Erich Ollenhauer, Erich Rinner, Wilhelm Sollmann. (Rudolf Breitscheid, Arthur Crispien, Wilhelm Dittmann et Rudolf Hilferding ont déjà quitté l'Allemagne.)

 

 

Rapport principal à la conférence nationale du SPD, présenté par Otto Wels, 26 avril 1933 (extraits)[72]

 

[...] Les réalités de la politique en termes de pouvoir peuvent influer sur notre attitude tactique, me jamais elles ne peuvent changer notre esprit, à moins qu'elles ne nous confirment dans notre esprit. Il ne doit pas y avoir pour nous de soumission ni d'adaptation spirituelles.

Nous social-démocrates soutiennent les idées de l'état de droit, la liberté et l'égalité des droits pour les citoyens, les idées de la justice et de l'humanité. Le socialisme véritable est la réalisation de l'idéal de l'humanité, n'es pas pensable sans liberté spirituelle, et un parti qui cesserait de lutter pour l'égalité des droits de tous les citoyens sans distinction de confession ni de race, ne devrait plus porter le nom de Parti social-démocrate d'Allemagne.

Je ne peux imaginer que les camarades dans les syndicats, sur ce point décisif, pourraient être d'un avis différent que nous. Nous nous sommes serrés les coudes en rapport avec les grandes questions de conceptions du monde et par là servi ensemble la classe ouvrière. Si quelque chose devrait changer à cet égard, ce serait pour chacun entre nous une expérience bouleversante, mais cela ne changerait rien à notre conviction.

Ce serait une entreprise sans espoir si l'on essayerait de racheter la survie de notre organisation par l'abandon de l'idée. Une fois l'idée abandonnée, l'organisation meurt également. Mais si l'organisation se trouve démantelée par des forces de l'extérieur, alors reste toujours dans des millions de têtes et de coeurs l'idée, et elle assure aussi la renaissance de l'organisation.

Jamais encore un système de gouvernement n'a duré éternellement.

La social-démocratie ne peut renoncer à la résistance idéologique contre le courant de pensée aujourd'hui régnant, se serait un renoncement non seulement en faveur du système dominant actuel, mais aussi un renoncement en faveur du communisme. Il ne peut être question ni de l'un ni de l'autre. [...]

[Citation dans l'original .]

 

 

Résolution adoptée à la conférence nationale du SPD, 26 avril 1933 (extrait)[73][74]

 

La social-démocratie s'en tient fermement à la conviction que sans liberté spirituelle et d'égalité de droits pour les citoyens, il n'y a pas de véritable socialisme.

L'attitude de transfuge sans scrupules s'attire à juste titre le mépris général. C'est par la fidélité inébranlable à ses principes et l'utilisation pour son activité des possibilités légales existantes, que le Parti social-démocrate d'Allemagne sert la nation et le socialisme.

[Citation dans l'original .]

 

 

28 avril

 

Durant un congrès extraordinaire de l'AfA-Bund les représentants des fédérations associés décident de dissoudre l'AfA-Bund[75].

 

 

Le 5 avril, le bureau confédéral de l'ADGB s'était déclaré prêt à oeuvrer en faveur de l'unification des syndicats[76]. De même la Fédération des Associations de métier allemandes Hirsch‑Duncker s'était prononcé en faveur d'un tel processus. Le 12 avril ma fédération générale des syndicats chrétiens avait donné un accord marqué de réticences. Finalement, le 28 avril,  des représentants de l'ADGB, des syndicats chrétiens et des Associations de métier constituent un “Cercle de direction des syndicats unifiés” (“Führerkreis der vereinigten Gewerkschaften”) (cf. ci-dessous).

 

 

Accord sur la constitution du Cercle de direction des syndicats unifiés, 28 avril 1933 (extraits)[77]

 

La révolution nationale a créé un état nouveau. Cet état veut rassembler de façon unie la force du peuple allemand dans son ensemble, et l'imposer puissamment. Partant de cette volonté populaire à l'unité et la puissance, il ne connait ni séparations de classe ni internationalité. Ce fait place le peuple allemand dans son ensemble, chacune de ses professions [Stände] et chaque individu devant la nécessité de déterminer son attitude envers cet état. Les syndicats allemands sont conscients que pour eux aussi la reformation de peuple et nation pose des exigences. Ils sont convaincus que leur intégration consciente dans la reformation influera de façon décisive sur l'avenir du peuple allemand. Au sujet de cette conclusion, tous les courants des syndicats de travailleurs allemands sont d'accord. Fidèle à leur tradition de politique d'état, ils sont prêts à une participation positive à l'état nouveau.

[Citation dans l'original .]

 

 

27 avril

 

Le dirigeant de l'organisation Casque d'acier (Stahlhelm) Franz Seldte annonce son adhésion au NSDAP[78].

 

 

29 avril

 

Dans l'organe de l'ADGB Gewerkschaftszeitung figure un article de Walter Pahl intitulé "Le jour de fête du travail et les travailleurs socialistes" (cf. ci-dessous).

 

 

Article de Walther Pahl, "Le jour de fête du travail et les travailleurs socialistes", 29 avril 1933 (extraits)[79]

 

Ce qui nous distingue du national-socialisme, ce n'est pas une hiérarchie de rang différente concernant les valeurs de nation et de socialisme, mais seulement un ordre différent en termes de priorité. Nous voulons d'abord le socialisme, pour donner corps à la nation. Le national-socialisme, maintenant, a demandé et réalisé l'unité de la nation, afin d'édifier sur ce fondement large et ferme le socialisme allemand.

[...] Il n'y a vraiment pas besoin pour nous de "nous rétracter", pour reconnaitre que la victoire du national-socialisme, bien qu'elle ait été conquise contre un parti que nous considérions le porteur de l'idée socialiste, est aussi notre victoire, dans la  mesure où aujourd'hui la tâche socialiste est posée à la nation tout entière. [...]

Or ainsi le national-socialisme est en même temps chargé d'une responsabilité historique d'importance immense. Il a l'obligation de réaliser le socialisme, parce qu'il a réussi, pour la première fois, à instaurer un pouvoir qui non seulement veut le réaliser, mais aussi peut le réaliser.

[Citation dans l'original .]

 

 

Walther Pahl

 

Walther Pahl est dirigeant de l'office central pour le service de travail volontaire de l'ADGB, à partir de 1932 secrétaire du groupe de travail relatif au service social[80].

Pour ce qui est de l'article cité ci-dessus, il transmet le manuscrit, avant publication, à R. Diels, le dirigeant de l'office à Berlin de la Gestapo, en sollicitant de l'aide pour une prise de contact avec le NSDAP[81]:

Cher monsieur Dr. Diels! [...] Puisque mon article est caractéristique de l'attitude d'une grande partie de notre génération relativement jeune, j'aimerais le transmettre à quelques messieurs du NSDAP en les priant d'exprimer leur point de vue. Peut-être vous pouvez me donner quelques indications en ce sens. Avec mes salutations amicales.

[Citation dans l'original .]

En 1933 W. Pahl émigre en Suisse, puis passe en Angleterre, mais en 1935 il revient en Allemagne où il publie entre autre dans le cadre des institutions national-socialistes des textes sur des thèmes de géopolitique[82]. En 1950 il sera nommé rédacteur en chef de la publication créée par le comité directeur du Deutscher Gewerkschaftsbund (Fédération syndicale allemande, DGB), Gewerkschaftliche Monatshefte, fonction qu'il gardera jusqu'en 1954.

 

 

Avril

 

Au début du mois d'avril, à Berlin, la Sozialistische Arbeiterjugend (SAJ) ‑ organisation rattachée au SPD ‑ prend des mesures pour passer à la clandestinité[83]. La direction du SPD démet de sa fonction le président de l'organisation locale de la SAJ et coupe tout soutien financier à l'égard de celle-ci.

 

 

 

 

 

 

 

 

Notes



[1]. H. Göring: Reden und Aufsätze, (Bibliographie )

[2]. http://www.fes.de/archiv/adsd_neu/inhalt/stichwort/braun.htm.

[3]. http://www.kommunisten-online.de/historie/sozialfaschismus.htm.

http://library.fes.de/spdpdalt/19330306.pdf.

[4]. http://archiv2.randzone-online.de/mewerke/meonline/me72.htm.

J. Schleifstein: Die "Sozialfaschismus"-These - zu ihrem geschichtlichen Hintergrund, (Bibliographie )

[5]P. Bruppacher: Adolf Hitler und die Geschichte der NSDAP - Teil 1, p. 280. (Bibliographie )

[6]. http://www.glasnost.de/hist/ns/verhaftung.html.

[7]. P. Bruppacher: Adolf Hitler... - Teil 1, p. 280. (Bibliographie )

[8]. F. Zipfel: Kirchenkampf in Deutschland 1933‑1945, S. 142 (Bibliographie )

[9]. W. Buschfort: Geheime Hüter der Verfassung, (Bibliographie )

A.  Bahar (Hg.): Der Reichstagsbrand - eine wissenschaftliche Dokumentation, (Bibliographie )

K. Wallbaum: Rudolf Diels (1900‑1957), (Bibliographie )

[10]. http://www.historisches-lexikon-bayerns.de/artikel/artikel_44621.

[11]. http://books.google.de/books?id=fKuurKB8lDcC&pg=PA27 (von Hehl).

[12]. P. Bruppacher: Adolf Hitler... - Teil 1, p. 282. (Bibliographie )

[13]. P. Bruppacher: Adolf Hitler... - Teil 1, p. 282. (Bibliographie )

[14]. http://library.fes.de/pdf-files/bibliothek/schneider/ms08.pdf.

http://library.fes.de/pdf-files/bibliothek/schneider/ms18.pdf

[15]. http://www.hss.de/uploads/tx_ddceventsbrowser/0811_Adam_Stegerwald.pdf.

[16]D. Ross: Gewerkschaften und soziale Demokratie, (Bibliographie )

M. Scharrer (Hg.): Kampflose Kapitulation - Arbeiterbewegung 1933, (Bibliographie )

[17]D. Ross: Gewerkschaften..., (Bibliographie )

[18]. M. Scharrer (Hg.): Kampflose Kapitulation..., S. 200 (Bibliographie )

[19]. M. Scharrer (Hg.): Kampflose Kapitulation..., S. 199 (Bibliographie )

[20]. J. Becker, R. Becker (Hg.): Hitlers Machtergreifung 1933 - vom Machtantritt Hitlers 30. Januar 1933 bis zur Besiegelung des Einparteienstaates 14. Juli 1933, S. 133 (Bibliographie )

[21]. M. Scharrer (Hg.): Kampflose Kapitulation..., S. 210 (Bibliographie )

[22]. P. Bruppacher: Adolf Hitler... - Teil 1, p. 282. (Bibliographie )

[23]. http://library.fes.de/fulltext/bibliothek/chronik/band2/e235f1057.html.

[24]. http://library.fes.de/fulltext/bibliothek/chronik/band2/e235f1057.html.

[25]. ADGB (Hg.): Gewerkschafts-Zeitung - Jahrgang 43 (1933) , S. 228 (Bibliographie ).

http://geschichte.verdi.de/stichworte/1933/0323/data/0323.pdf

[26]. http://www.dhm.de/lemo/html/nazi/antisemitismus/kz/

http://www.dhm.de/lemo/html/wk2/holocaust/oranienburg/

http://www.dhm.de/lemo/html/wk2/holocaust/sachsenhausen/

http://www.dhm.de/lemo/html/wk2/holocaust/dachau/

[27]. S. U. Herzberger: Die Preußenstaatsstreiche, (Bibliographie )

[28]. http://www.reichstagsprotokolle.de/Blatt4_h1_bsb00000008_00006.html.

http://www.fes.de/archiv/adsd_neu/inhalt/geschichte/rettung.htm

http://www.ifz-muenchen.de/heftarchiv/1953_3.pdf

débats:

http://www.reichstagsprotokolle.de/Blatt2_w8_bsb00000141_00029.html - 44

discours autres partis: 41 - 42

discours Göring: 42 - 44

vote: 44

résultat du vote:

http://www.reichstagsprotokolle.de/Blatt2_w8_bsb00000141_00046.html - 49.

[29]. http://www.ifz-muenchen.de/heftarchiv/1953_3.pdf.

[30]. http://www.reichstagsprotokolle.de/Blatt2_w8_bsb00000141_00029.html - 36

[sur la loi: 35 - 36]

[31]. http://www.reichstagsprotokolle.de/Blatt2_w8_bsb00000141_00038.html - 41

http://www.zum.de/psm/ns/hitler11_macht.php

[32]C. Schmitz‑Berning: Vokabular des Nationalsozialismus, S. 412 (Bibliographie )

[33]C. Schmitz‑Berning: Vokabular..., S. 412 (Bibliographie )

[34]. http://www.reichstagsprotokolle.de/Blatt2_w8_bsb00000141_00036.html - 38.

[35]. http://library.fes.de/fulltext/bibliothek/chronik/band2/e235f1062.html.

[36]. http://www.luise-berlin.de/bms/bmstext/9808proe.htm

K. Mammach: Die deutsche antifaschistische Widerstandsbewegung 1933‑1939, S. 49-50 (Bibliographie )

http://library.fes.de/fulltext/bibliothek/chronik/band2/e235f1060.html.

[37]. U. Langkau‑Alex: Deutsche Volksfront 1932‑1939, Band 3, S. 325 (Bibliographie )

http://www.luise-berlin.de/bms/bmstext/9808proe.htm

http://library.fes.de/fulltext/bibliothek/chronik/band2/e235f1063.html

[38]. http://www.luise-berlin.de/bms/bmstext/9808proe.htm

[39]. http://alex.onb.ac.at/cgi-content/alex?aid=dra&datum=19330004&seite=00000153

[40]. http://library.fes.de/pdf-files/bibliothek/schneider/ms24.pdf.

http://library.fes.de/fulltext/bibliothek/chronik/band2/e235f1069.html.

[41]. F. Zipfel: Kirchenkampf..., S. 143. (Bibliographie )

[42]. http://library.fes.de/pdf-files/bibliothek/schneider/ms24.pdf.

[43]. http://library.fes.de/fulltext/bibliothek/chronik/band2/e235f1070.html.

[44]. . http://www.sassenbach-gesellschaft.de/app/download/6155783986/Heft+1+-+Theodor+Leipart.pdf?t=1339244402

[45]. http://geschichte.verdi.de/stichworte/1933/0405/data/0405.pdf.

H. Heer (Hg.): Burgfrieden oder Klassenkampf - zur Politik der sozial-demokratischen Gewerkschaften 1930-1933, (Bibliographie )

[46]. http://alex.onb.ac.at/cgi-content/alex?aid=dra&datum=19330004&seite=00000173

[47]E. Volquardts: Beamtenverbände im Nationalsozialismus - Gleichschaltung zum Zwecke der Ausschaltung aufgrund politischer oder weltanschaulicher Gegnerschaft, S. 93. (Bibliographie )

http://www.jura.uni-mainz.de/Dateien/Laubinger_Beamtenorganisationen_und_Gesetzgebung.pdf

R. Fattmann: Bildungsbürger in der Defensive - die akademische Beamtenschaft und der "Reichsbund der höheren Beamten" in der Weimarer Republik, p. 225. (Bibliographie )

[48]. http://library.fes.de/gmh/main/pdf-files/gmh/1992/1992-06-a-342.pdf.

[49]E. Volquardts: Beamtenverbände..., S. 93. (Bibliographie )

[50]Deutscher Försterbund (Hg.): Deutscher Förster - Wochenschrift für die Interessen des Försterstandes - Band 15 (Bibliographie )

[51]H. Michaelis, E. Schraepler (Hg.): Ursachen und Folgen - Vom deutschen Zusammenbruch 1918 und 1945 bis zur staatlichen Neuordnung Deutschlands in der Gegenwart - Band 10 - Das dritte Reich. Die Errichtung des Führerstaates. Die Abwendung von dem System der kollektiven Sicherheit., (Bibliographie )

[52]E. Volquardts: Beamtenverbände..., S. 93 (Bibliographie )

http://www.jura.uni-mainz.de/Dateien/Laubinger_Beamtenorganisationen_und_Gesetzgebung.pdf

R. Fattmann: Bildungsbürger..., p. 225. (Bibliographie )

[53]. http://library.fes.de/fulltext/bibliothek/chronik/band2/e235f1074.html.

[54]. http://library.fes.de/fulltext/bibliothek/chronik/band2/e235f1074.html

[55]. S. U. Herzberger: Die Preußenstaatsstreiche, (Bibliographie ).

[56]. P. Bruppacher: Adolf Hitler... - Teil 1, p. 290. (Bibliographie )

[57]. http://library.fes.de/fulltext/bibliothek/chronik/band2/e235f1078.html

http://library.fes.de/pdf-files/bibliothek/schneider/ms08.pdf.

[58]. L. Frey: Deutschland wohin? - Bilanz der nationalsozialistischen Revolution, (Bibliographie )

[59]. http://geschichte.verdi.de/stichworte/1933/0415/.

[60]. http://geschichte.verdi.de/stichworte/1933/0415/.

[61]W. Luthardt (Hg.): Sozialdemokratische Arbeiterbewegung und Weimarer Republik - Materialien zur gesellschaftlichen Entwicklung 1927‑1933 - Band 1, (Bibliographie )

[62]J. Goebbels: Eine historische Darstellung in Tagebuchblättern vom 1. Januar 1932 bis zum 1. Mai 1933, (Bibliographie )

[63]. http://geschichte.verdi.de/stichworte/1933/0415/.

[64]. http://geschichte.verdi.de/stichworte/1933/0415/.

[65]. J. E. Schulte: Konzentrationslager im Rheinland und in Westfalen 1933‑1945, S. 52. (Bibliographie )

A. Schwegel: Der Polizeibegriff im NS-Staat - Polizeirecht, juristische Publizistik und Judikative 1931‑1944, S. 53 (Bibliographie )

Ch. Studt: Das Dritte Reich in Daten, S 26. (Bibliographie )

[66]. http://www.gedenkstaette-papestrasse.de/geschichte/sa-feldpolizei.htm.

[67]. http://www.deutschegeschichten.de/popup/objekt.asp?OzIID=6810&ObjKatID=106&ThemaKatID=1003

http://geschichte.verdi.de/stichworte/1933/0501/data/befehl.pdf

[68]. http://library.fes.de/pdf-files/bibliothek/schneider/ms06.pdf

[69]. J. Becker, R. Becker (Hg.): Hitlers Machtergreifung..., (Bibliographie )

[70]. F. Zipfel: Kirchenkampf..., S. 142 (Bibliographie )

[71]. http://www.fes.de/archiv/adsd_neu/inhalt/geschichte/rettung.htm

http://library.fes.de/fulltext/bibliothek/chronik/band2/e235f1084.html.

[72]. http://library.fes.de/fulltext/bibliothek/chronik/band2/e235f1084.html.

[73]. http://library.fes.de/fulltext/bibliothek/chronik/band2/e235f1084.html.

[74]. http://library.fes.de/fulltext/bibliothek/chronik/band2/e235f1084.html.

[75]. http://library.fes.de/fulltext/bibliothek/chronik/band2/e235f1085.html.

[76]. http://library.fes.de/pdf-files/bibliothek/schneider/ms24.pdf.

[77]. http://library.fes.de/pdf-files/bibliothek/schneider/ms24.pdf

Friedrich-Ebert-Stiftung (Hg.): Archiv für Sozialgeschichte - Band 15, (Bibliographie )

[78]. P. Bruppacher: Adolf Hitler... - Teil 1, S. 293. (Bibliographie )

[79]. H. Heer (Hg.): Burgfrieden..., (Bibliographie )

http://www.labournet.de/diskussion/geschichte/betz.html.

http://www.kommunisten-online.de/historie/sozialfaschismus.htm.

http://www.hochtaunus.net/dgb/Arbeiterbewegung/AV-Scherer3.htm

[80]. http://www.weltderarbeit.de/Wollenberg2.pdf

http://www.marx-forum.de/geschichte/deutschland/gewerk_hitler.html

Th. Heuss: Briefe 1933‑1945, (Bibliographie )

[81]. H. Heer (Hg.): Burgfrieden..., (Bibliographie )

[82]. I. Fischer, Ilse: Versöhnung von Nation und Sozialismus?, (Bibliographie )

[83]. http://www.luise-berlin.de/bms/bmstext/9808proe.htm.

K. Mammach: Die deutsche antifaschistische Widerstandsbewegung 1933‑1939, S. 50. (Bibliographie )