Home

 

Themes

 

Facts & Dates

 

Points of view

 

Site map

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Accueil

 

Thèmes

 

Faits & Dates

 

Points de vue

 

Plan site

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Inicio

 

Temas

 

Hechos & Fechas

 

Puntos de vista

 

Mapa sitio

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Faits & Dates  >  Allemagne 1918‑1939  >  Février 1919

 

 

 

Écrit: janvier 2013

Version imprimable

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

           

1919 (février)

 

2 février

 

Brême (Bremen): Les conseils d'ouvriers et de soldats de Bremerhaven, Cuxhaven (Niedersachsen), Oldenburg et Hambourg interviennent pour tenter d'éviter l'opération militaire contre Brême[1]. Le Conseil des mandatés du peuple de Brême se déclare prêt à remettre les armes des travailleurs au régiment 75 et à laisser celui-ci assurer l'ordre dans la ville. Il propose de procéder à la constitution d'un conseil de mandatés du peuple renouvelé, composé de membres SPD, USPD et KPD. Une délégation rencontre les autorités militaires à Verden pour négocier sur cette base la suspension des opérations militaires. Entretemps, des représentants de la Bürgerschaft et du SPD ont donné leur accord à l'occupation de Brême par les troupes gouvernementales.

 

 

Les 3 et 4 février se tiennent parallèlement une assemblée de délégués de l'Union centrale d'industriels allemands (CDI) et une assemblée générale de la Ligue des industriels (BdI)[2]. Ils décident de fusionner pour former le “Reichsverband der Deutschen Industrie” (“Union nationale de l'industrie allemande”, RDI). Le RDI tiendra son assemblée constitutive le 12 avril et élira un présidium provisoire de 13 membres, parmi lesquels Kurt Sorge (membre du comité directoire de la Friedrich Krupp AG) comme président, Karl. Friedrich von Siemens (membre du conseil d'administration de la Siemens & Halske AG ainsi que de la Siemens-Schuckertwerke GmbH) comme président adjoint, Robert Bosch (fondateur et actionnaire de la Robert Bosch AG; il est l'oncle de Carl Bosch, membre du conseil d'administration de la Badische Anilin & Soda Fabrik AG), Carl Duisberg (membre du conseil d'administration de la Badische Anilin & Soda Fabrik AG), Abraham Frowein (associé de la Frowein & Co. AG, dans la branche de textile), Alfred Hugenberg (cf. ), Hugo Stinnes (cf. ).

Au sein du RDI, l'Association d'industriels du fer et de l'acier allemands, ensemble avec d'autres regroupements spécifiques, forme la “section de l'industrie productrice de fer” (“Fachgruppe der Eisenschaffenden Industrie”)[3].

 

... Pour une galerie de portraits de quelques personnages: .

 

 

 

4 février

 

Le 4 février, le Conseil central investit l'Assemblée nationale en ces termes[4]:

Dans l'attente que l'Assemblée nationale accomplisse sa pleine souveraineté, le Conseil central pose le pouvoir que le Congrès du Reich des Conseils d'Ouvriers et de Soldats lui a délégué, entre les mains de l'Assemblée nationale allemande, et souhaite tout succès à ses travaux, pour le bonheur et le salut du peuple allemand tout entier et de toutes les souches [Stämme] réunies dans le nouveau Reich allemand.

[Citation dans l'original .]

Il gardera la volonté de continuer à exercer ses attributions de contrôle, mais ne jouera de fait qu'un rôle mineur, n'étant guère pris en considération par le gouvernement[5]. Par ailleurs, le 22 aout, il changera sa dénomination de “Zentralrat der deutschen sozialistischen Republik” (“Conseil central de la république socialiste allemande”) en “Zentralrat der deutschen Arbeiterräte” (“Conseil central des conseils d'ouvriers allemands”).

 

 

À Bremerhaven/Lehe/Geestemünde (aujourd'hui Bremerhaven) (Bremen) le conseil de soldats, contre l'avis du conseil d'ouvriers, rassemble 150 volontaires armés qui se rendent à Brême pour appuyer les unités confrontées à la Division Gerstenberg, mais abandonnent finalement[6]. Il en résulte la fin du conseil de soldats dans ces villes.

La Division Gerstenberg occupe Brême[7]. 81 personnes sont tuées durant les affrontements, dont 28 travailleurs participant aux combats[8].

 

 

 

5 février

 

À Brême (Bremen) un gouvernement est formé composé de 5 membres SPD, sous la présidence de Karl Deichmann[9]. Il instaure l'état de siège dans le territoire régional. Des troupes gouvernementales occupent le AG Weser[10].

Une “garde municipale” [“Stadtwehr”] est constituée ayant pour tâche d'appuyer la police et les militaires[11]. Elle est placée sous le commandement du Major Walter Caspari., dont le corps-franc sert par ailleurs de base à la formation d'une “Troupe de protection du gouvernement” [Regierungsschutztruppe]. Quand celle-ci sera intégrée à l'armée, une partie de ses effectifs sera transformée en “police de sécurité” [Sicherheitspolizei].

 

 

6 février

 

À Weimar (Thüringen) se tient la réunion d'ouverture de l'assemblée nationale chargée d'adopter une constitution. Dans son discours d'ouverture, le chancelier Friedrich Ebert (SPD) déclare:

L'Allemagne peut encore apporter beaucoup au monde. Un Allemand a offert aux travailleurs d tous les pays le socialisme scientifique. Nous sommes en train de marcher une fois de plus en tête du monde en socialistes, en servant le socialisme, qui seul peut exister durablement, qui élève le bienêtre et la culture du peuple - le socialisme de la réalité en devenir.

et aussi:

C'est pourquoi nous adressons aux entrepreneurs l'appel pressant, de favoriser la relance de la production de toutes les forces. De l'autre côté nus appelons les masses travailleuses à tendre toutes forces pour le travail, qui seul peut nous sauver.

Cf. le texte .

[Citation dans l'original .]

 

 

À Brême (Bremen) des mouvements de grève éclatent qui se prolongent jusqu'au 10 février, notamment à AG Weser (jusqu'au 9)[12].

Les membres du Senat et des Deputationen reprennent leurs fonctions[13]. Quelques membres du KPD sont arrêtés. Adam Frasunkiewicz, Bernhard Ecks et Karl Jannack réussissent à disparaitre. Alfred Henke se trouvait à Berlin depuis le 3 janvier, il deviendra membre de l'assemblée nationale. Johann Knief, gravement malade, cesse toute activité politique.

 

 

 

À Hambourg, les volontaires qui s'étaient rassemblés pour appuyer la république des conseils de Brême après la décision prise en ce sens le 31 janvier, n'avaient pas pu arriver à Brême[14]. Après l'occupation de Brême par les troupes gouvernementales, des tentatives de récolter des armes se poursuivent, ce qui provoque des affrontements avec des formations de volontaires contrerévolutionnaires de Bahrenfeld, qui durent jusqu'au 7 février.

 

 

 

En Rhénanie-Westphalie, une conférence générale des conseils d'ouvriers et de soldats de la région industrielle pose au gouvernement un ultimatum exigeant la reconnaissance de la commission des neuf en tant qu'organe de contrôle pour les mines de la Ruhr, ainsi que des conseils de mine élus depuis mi-janvier dans les mines de la région[15]. (Cf. 11 et 13 janvier 1919  .) En absence d'acceptation des revendications au 15 février, la conférence menace d'appeler à la grève générale. Cette position est le résultat de négociations infructueuses menées depuis plusieurs semaines entre représentants des syndicats de mineurs, du gouvernement, et de l'industrie minière.

Les délégués désignent Julian Marchlewski (sous le pseudonyme de Karski), du KPD, comme conseiller de la commission des neuf, pour remplacer Ernst Ruben qui avait démissionné le 22 janvier.

Le gouvernement persiste à refuser de reconnaitre la commission des neuf et le principe du système de conseils. Il entame des préparatifs pour une intervention militaire.

 

 

 

7 février

 

À Brême (Bremen), le commandant de la forteresse en commun avec le conseil d'ouvriers et de soldats ordonne la remise de toutes les armes à l'échéance du 11 février[16].

 

 

8‑9 février

 

Une unité militaire entre dans les villes de Bremerhaven, Geestemünde et Lehe (aujourd'hui Bremerhaven) (Bremen)[17]. L'occupation de Brême est complète. L'équipe de la flottille de dragueurs de mines qui s'était placée aux côtés des travailleurs, est désarmée et congédiée[18]. Des militants sont arrêtés.

 

 

10 février

 

Est promulguée la loi (dont le projet avait été déposé le 8 février) sur le pouvoir provisoire au niveau du Reich ["Gesetz über die Vorläufige Reichsgewalt"]. Avec cette loi le pouvoir constituant est exclusivement et irrévocablement conféré à l'assemblée nationale[19]. (Cf. le texte .)

Vers novembre 1918 s'était répandu un usage, favorisé en particulier par le secrétaire d'état puis ministre de l'Intérieur Hugo Preuß, usage selon lequel "république" désignait avant tout le Reich allemand, et "états libres" ("Freistaaten") ses composantes, les anciens "états fédéraux" ("Bundesstaaten")[20]. La loi sur le pouvoir provisoire codifie cette terminologie.

 

 

 

À Münster (Nordrhein-Westfalen), le commandant du VIIe corps d'armée [Armeekorps], le lieutenant général Oskar von Watter, dissout le conseil général de soldats de l'unité et fait arrêter ses membres[21]. Il procède avec l'accord de Gustav Noske (SPD), membre du Conseil des mandatés du peuple chargé de l'armée. L'action est motivée par le fait que le conseil de soldats refuse de reconnaitre la règlementation provisoire du pouvoir de commandement émise le 19 janvier. Celle-ci sera finalement reconnue et validée à travers l'élection d'un nouveau conseil de soldats, le 23 février.

 

 

11 février

 

L'assemblée nationale de Weimar élit Friedrich Ebert comme président. Le Conseil des mandatés du peuple démissionne. Philipp Scheidemann est chargé de former un gouvernement.

 

 

La loi sur le pouvoir provisoire au niveau du Reich est publiée.

 

 

À Hambourg, le comité des sept [Siebener Ausschuß], organe exécutif du conseil de soldats, instaure l'état de siège pour pouvoir imposer un désarmement général[22]. Il sera levé le 25 février. Karl Hense pour le conseil d'ouvriers et Walther Lamp'l pour le conseil de soldats, signent un document qui prévoit l'élection d'un nouveau parlement local [Bürgerschaft] allant de pair avec la disparition du conseil d'ouvriers et de soldats. Ces élections auront lieu le 16 mars.

 

 

13 février

 

Est formé un gouvernement avec Ph. Scheidemann comme premier ministre, et composé selon une coalition entre SPD, DDP et Zentrum. Gustav Noske est ministre de la défense [Wehr].

Premier ministre [Ministerpräsident]:
Philipp Scheidemann (SPD)

Adjoint du Premier Ministre [Stellvertreter des Ministerpräsidenten]:
Eugen Schiffer (DDP) jusqu'au 19 avril 1919
Bernhard Dernburg (DDP) à partir du 30 avril 1919

Affaires étrangères [Auswärtiges]:
Ulrich von Brockdorff-Rantzau (sans parti)

Intérieur [Inneres]:
Hugo Preuß (DDP)

Finances [Finanzen]:
Eugen Schiffer (DDP)
Bernhard Dernburg (DDP) à partir du 19 avril 1919

Trésor [Schatz]:
Georg Gothein (DDP) à partir du 3 avril 1919

Économie [Wirtschaft]:
Rudolf Wissell (SPD)

Justice [Justiz]:
Otto Landsberg (SPD)

Défense [Wehr]:
Gustav Noske (SPD)

Travail [Arbeit]:
Gustav Bauer (SPD)

Transport [Verkehr]:
Johannes Bell (Zentrum)

Poste [Post]:
Johannes Giesberts (Zentrum)

Produits alimentaires [Ernährung]:
Robert Schmidt (SPD)

sans Portefeuille [ohne Geschäftsbereich]:
Eduard David (SPD)
Matthias Erzberger (Zentrum)
Georg Gothein (DDP) jusqu'au 3 avril 1919

Le SPD occupera encore le poste de premier ministre (chancelier à partir du 14 aout 1919) dans les deux gouvernements suivants: Gustav Bauer le 21 juin 1919, Hermann Müller le 27 mars 1920. Le 8 juin 1920, étant donné que la coalition ne dispose plus de la majorité, le gouvernement Müller démissionnera. C'est une coalition autour d'un chancelier appartenant au Zentrum qui prendra la suite.

 

 

À Wilhelmshaven (Niedersachsen) est mise en oeuvre la constitution de la Brigade de Marine II [Marinebrigade II], formation de volontaires de la Marine[23]. C'est initialement une troupe gouvernementale officielle directement soumise au commandement du gouvernement.

 

 

 

14 février

 

À Essen (Nordrhein Westfalen) une conférence des conseils d'ouvriers et de soldats convoquée dans la ville prévoit le déclenchement de la grève générale et le combat armé contre les corps-francs, si le gouvernement ne révoque pas les mesures imposées par le général O. v. Watter le 10 février à Münster[24].

 

 

15 février

 

Le corps-franc commandé par le capitaine Otto Lichtschlag occupe Hervest-Dorsten (Nordrhein-Westfalen)[25]. Des combats se produisent, plusieurs dizaines de travailleurs sont tués.

(Pour le corps-franc Lichtschlag, cf. 9 janvier 1919.)

 

 

 

À Bremerhaven/Geestemünde/Lehe (aujourd'hui Bremerhaven) (Bremen), les tailleurs de plusieurs magasins de vêtements pour hommes se mettent en grève[26]. Le mouvement se terminera le 18 mars.

 

 

 

La commission de socialisation établit un "rapport provisoire sur la question de la socialisation du secteur des mines de charbon" ["Vorläufiger Bericht über die Frage der Sozialisierung des Kohlenbergbaues"][27]. La commission expose en fait deux positions, l'une formulée par une majorité incluant notamment Karl Ballod, Heinrich Cunow, Rudolf Hilferding, Emil Lederer, Josef Schumpeter, Paul Umbreit et Robert Wilbrandt, l'autre étant défendue par Ernst Francke et Theodor Vogelstein. Le gouvernement retardera la publication de ce texte jusqu'à ce qu'il sera trop tard pour qu'il influe sur les débats concernant la constitution.

 

 

16 février

 

À Mülheim (Nordrhein-Westfalen) une conférence partielle de conseils d'ouvriers, dominée par la Fédération libre des syndicats allemands (Freie Vereinigung der deutschen Gewerkschaften, d'orientation syndicaliste) décide d'initier immédiatement la grève générale[28].

 

 

17 février

 

À Wilhelmshaven (Niedersachsen), le Corps de tirailleurs de terre commandé par le major général Dietrich von Roeder entre dans la ville[29]. Paul Hug (SPD) est nommé commissaire du Reich pour la ville. Le capitaine de corvette Hermann Ehrhardt est chargé officiellement du développement ultérieur de la Brigade de Marine II, constituée le 13[30].

La Brigade de Marine I commandée par le Colonel Emmo von Roden et la Brigade de Marine III commandée par le capitaine de corvette Wilfried von Loewenfeld avaient été formées en novembre 1918 à Kiel[31]. Les trois Brigades de Marine font partie du Commandement général du Corps de Garde, à Berlin. La Brigade de Marine I est appelée aussi “Brigade de Fer [Eiserne Brigade”] (mais à ne pas confondre avec la “Eiserne Brigade” formée en décembre 1918 sous le commandement du major Josef Bischoff, laquelle est ensuite renommée en “Eiserne Division”), elle sera dissoute le 15 mai 1919.

 

 

18 février

 

En Nordrhein-Westfalen la conférence des conseils d'ouvriers et soldats se réunit pour prendre connaissance du résultat de négociations qui se sont déroulées avec le gouvernement[32]. Dès l'ouverture de la réunion se produit un débat au sujet de la décision adoptée à Mülheim, le 16 février. La majorité des participants du SPD quitte la conférence, les restants proclament la grève générale. Alors les représentants du SPD quittent la Commission des neuf [Neunerkommission] (cf. 11 janvier 1919) laquelle est recomposée avec cinq membres de l'USPD et quatre membres du KPD. Les quatre unions syndicales (Syndicats dits libres, Fédération des Associations de métier‑Hirsch-Duncker, Fédération générale des syndicats chrétiens, Fédération professionnelle polonaise) se prononcent contre la grève.

 

 

19 février

 

À Bremerhaven/Geestemünde (aujourd'hui Bremerhaven) (Bremen)  les 16 confectionneurs de filets [Netzmacher] dans les ports de pêche se mettent en grève. Le mouvement dure jusqu'au 24.

 

 

À Elberfeld (Nordrhein-Westfalen) se produisent des affrontements entre travailleurs et unités de l'armée[33]. Il y a 12 morts.

À Essen (Nordrhein-Westfalen) des troupes interviennent à la mine Amalie, ils tuent deux grévistes.

 

 

20 février

 

Dans la Ruhr, après la proclamation de la grève générale, des troupes entrent dans la région industrielle, des combats ont lieu[34]. Au point culminant, le 20 février, environ 180 000 mineurs, c'est-à-dire plus de la moitié des effectifs, sont en grève.

À Borbeck se produisent des affrontements entre travailleurs et unités de la garde civile[35]. Il y a 2 morts. À Bottrop depuis le 12 février des affrontements répétés s'étaient produits entre travailleurs et unités de la garde populaire. Un travailleur avait été tué, 17 arrêtés. Le 20 février, des groupes de travailleurs se rendent devant l'hôtel de ville où se trouvent les prisonniers, et demandent la libération de ceux-ci. Des fusillades éclatent, causant un grand nombre de morts. Finalement les occupants de l'hôtel de ville se rendent. À Gelsenkirchen des affrontements causent plusieurs morts.

À Hamborn, la Division Gerstenberg entre dans la ville.

 

 

En Bavière, le gouvernement adopte la Loi fondamentale de l'État [Staatsgrundgesetz][36]. Dans ce texte figure le terme de “Freistaat” (“État libre”). Kurt Eisner avait déjà utilisé ce terme dans sa proclamation du 8 novembre 1918, mais il avait également parlé de république. Par la suite, ce terme sera consacré officiellement sur initiative de Johannes Hoffmann (en tant que premier ministre), en opposition voulue à la république des conseils.

 

 

 

21 février

 

À Wilhelmshaven (Niedersachsen), le Conseil des 21 (constitué le 6 novembre) est dissout, tandis que les conseils d'ouvriers restent en place[37].

 

 

Dans la Ruhr, une conférence de délégués déclare la levée de la grève qui prend fin au cours des jours suivants[38]. Cette décision provoque une profonde déception chez les mineurs. Des affrontements avec les troupes continuent à se produire  et l'agitation se poursuivra dans les semaines consécutives.

 

 

En Bavière, le parlement régional doit tenir sa session d'ouverture[39]. Le premier ministre de Bavière Kurt Eisner est assassiné, alors qu'il se rend sur les lieux. En réaction, Alois Lindner, membre du conseil d'ouvriers, entreprend un attentat contre le ministre de l'intérieur, Erhard Auer, soupçonné d'être l'instigateur de l'assassinat d'Eisner. Auer est gravement blessé, d'autres tirs provoquent deux morts. Le parlement étant paralysé, le pouvoir retombe sur les conseils. De leurs organes dirigeants sont formés, le 22, deux institutions, le conseil central [Zentralrat] et le comité d'action [Aktionsausschuß]. Le conseil central est composé de représentants des conseils d'ouvriers, des conseils de soldats et des conseils de paysans, avec trois membres respectivement pour chacune des parties. Le lendemain il sera complété par un représentant du SPD et un des syndicats. Quant au conseil d'ouvriers il s'était formé la nuit de la révolution à Munich. Il est composé majoritairement de membres de l'USPD et aussi du KPD. Comme président du conseil central est nommé Ernst Niekisch (SPD), Max Levien (KPD) figure parmi les membres. Le comité d'action est composé de plus de 30 membres venant des différents courants socialistes.

Ces évènements sont communément appelés la "deuxième révolution" de Bavière.

 

 

22 février

 

À Mannheim (Baden), le KPD et l'USPD proclament la république des conseils de Baden[40]. Le premier ministre  Anton Geiß (SPD) instaure l'état de siège sur la région. Des négociations auront pour résultat, le 24, que la tentative sera abandonnée.

 

 

En Braunschweig le parlement régional élit un Conseil des mandatés du peuple composé respectivement de quatre membres SPD et USPD[41].

 

 

 

23 février

 

En Oldenburg, ont lieu les élections à l'Assemblée régionale constituante[42]. SPD et USPD présentent une liste commune et obtiennent 16 sièges sur 48.

 

 

À Bottrop (Nordrhein-Westfalen) le corps-franc commandé par le capitaine Otto Lichtschlag entre dans la ville, alors que les travailleurs armés se sont retirés[43]. Les soldats du corps-franc tuent plusieurs travailleurs.

 

 

Une conférence des mineurs du district de Halle (Sachsen-Anhalt) déclare[44]:

Puisque toutes les voies ont été empruntées pour faire aboutir les revendications des mineurs, tandis que celles-ci sont refusées par le gouvernement, nous employons la dernière arme, redoutable, et déclarons pour demain, lundi 24 février, la grève générale.

[Citation dans l'original .]

Ainsi débute la grève générale en Allemagne du centre. À partir de la zone de Halle-Merseburg, elle s'étendra sur Sachsen (Leipzig), Anhalt, Thüringen (Erfurt, Gotha), et la zone minière de Senftenberg[45]. À la grève se joindront, à l'exception du secteur de denrées alimentaires, les employés de toutes les branches industrielles, des services de transport, des chemins de fer, des centrales électriques et les travailleurs agricoles des plus grosses propriétés.

 

 

28 février

 

À Munich (Bavière) se tient un congrès de conseils d'ouvriers, de soldats et de paysans, convoqué par le conseil central[46]. Il se prononce en faveur d'une démocratie parlementaire. La motion soumise par Erich Mühsam, de déclarer Bayern comme République socialiste de conseils, est rejetée par 234 voix contre 70. Est approuvée la convocation renouvelée du parlement régional. Suite à ces décisions, un certain nombre de membres du conseil central démissionnent, notamment Max Levien.

 

 

À Wilhelmshaven (Niedersachsen), Bernhard Kuhnt est arrêté sous pour être "soupçonné de favoriser des activités subversives spartakistes" ["Verdacht der Förderung von Spartakusumtrieben"][47]. Le directoire (organe de gouvernement constitué le 11 novembre) le démettra officiellement de ses fonctions le 3 mars[48]. Durant les mouvements de mars 1919 il sera libéré par les groupes rebelles. En 1920 il retrouvera un siège à l'assemblée nationale comme député de l'USPD.

 

 

À Braunschweig, à l'initiative d'August Merges (USPD) (désigné le 19 novembre 1918 comme président de la République Braunschweig), une assemblée de travailleurs adopte une résolution qui déclare le Landtag comme dissout et proclame la république des conseils[49]. Le 1er mars, une assemblée de délégués des conseils d'entreprise de Braunschweig révoquera cette résolution, de sorte que le Conseil des mandatés du peuple régional continuera à officier.

 

 

Appel du conseil d'ouvriers et de soldats de Leipzig, 27 février 1919 (extraits)[50]

 

Travailleurs, Travailleuses!

L'attitude toujours plus insolente de la contrerévolution, l'assassinat d'Eisner, l'étranglement sanguinaire de la grève dans la Ruhr, le refus du gouvernement de socialiser, exige la résistance la plus déterminée de la part des masses travailleuses.

Les mineurs en Allemagne centrale sont entrés en grève pour la socialisation, contre le gouvernement. L'industrie chimique, les centrales, les cheminots les ont rejoint.

Les masses travailleuses de Leipzig soutiennent cette grève. [...] Travailleurs, la grève a été décidée. Elle doit être mise en oeuvre, malgré tous les sacrifices. [...]

[Citation dans l'original .]

 

 

---

 

À Berlin, les travailleurs commencent également à formuler des revendications qu'elles entendent appuyer par la grève.

 

 

Revendications des travailleurs des entreprises d'État à Spandau, 27 février 1919[51]

 

La conférence de toutes les entreprises d'état de Spandau, siégeant le 27 février 1919, élit aujourd'hui un comité d'action (comité de grève) pour l'accomplissement des revendications suivantes des masses travailleuses:

1. Établissement de salaires uniques.

2. Confiscation de toutes les fortunes et revenus dynastiques au profit de la communauté.

3. Annulation de toutes les dettes d'état et publiques ainsi que l'ensemble des emprunts de guerre jusqu'à une certaine hauteur, qui doit être fixée par le conseil central.

4. Expropriation de toutes les banques, mines, entreprises sidérurgiques ainsi que de toutes les grandes entreprises dans l'industrie et le commerce.

5. Confiscation de toutes les fortunes à partir d'une certaine hauteur. (C'est le conseil central qui la fixe.)

7. Instauration d'un tribunal de la révolution, devant lequel doivent être jugés les principaux coupables de la guerre, les Hohenzollern, Ludendorff, Hindenburg et Tirpitz, ainsi que les traîtres à la révolution, Ebert, Scheidemann et Noske.

8. Élection de conseils d'entreprise dans toutes les entreprises, qui doivent, en accord avec les conseils d'ouvriers, régler les affaires intérieures des entreprises ainsi que les conditions de travail, contrôler la production, et finalement assumer la direction de l'entreprise.

9. Libération des prisonniers politiques.

Cette motion doit être portée à la connaissance de l'assemblée plénière des conseils d'ouvriers de Grand-Berlin, et ceux-ci doivent appeler les grandes entreprises de Berlin à se joindre à ces revendications et entamer éventuellement ensemble une grève générale.

[Citation dans l'original .]

 

 

28 février

 

G. Noske nomme Lamp'l (récemment entré au SPD) commandant de la garde populaire [Volkswehr-Kommandant] de Grand-Hambourg[52].

Un organe du SPD notera à l'occasion[53] que Lamp'l

est devenu particulièrement connu au-delà des frontières de Grand-Hambourg par son activité aux temps de la révolution, où en tant que membre dirigeant du conseil d'ouvriers et de soldats de Hambourg, il a acquis de grands mérites pour surmonter les combats spartakistes visant une révolution.

[Citation dans l'original .]

 

 

À Düsseldorf (Nordrhein-Westfalen), le gouvernement du Reich fait entrer des unités du corps-franc commandé par le capitaine Otto Lichtschlag pour réprimer les mouvements antigouvernementaux[54].

 

 

À Berlin, les social-démocrates réussissent à retarder la proclamation de la grève générale, moyennant l'ajournement de l'assemblée plénière des conseils d'ouvriers et de soldats au 3 mars[55].

 

 

 

 

 

 

 

 

Notes



[1]. http://www-user.uni-bremen.de/~bremhist/Raeterepublik1918-19.html;

http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=49;

http://www.deutsche-revolution.de/revolution-1918-202.html.

[2]D. Kahn: Die Steuerung der Wirtschaft durch Recht im nationalsozialistischen Deutschland - das Beispiel der Reichsgruppe Industrie, S. 35 (Bibliographie ).

[3]H. Booms (Hg.): Findbücher zu Beständen des Bundesarchivs - Band 10, S. VII (Bibliographie ).

[4]G. A. Ritter, S. Miller (Hg.): Die Deutsche Revolution 1918‑1919, S. 203-204 (Bibliographie ).

[5]. http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/bau/bau1p/kap1_2/kap2_59/para3_8.html.

[6]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=49.

[7]. http://www-user.uni-bremen.de/~bremhist/Raeterepublik1918-19.html.

[8]. http://www-user.uni-bremen.de/~bremhist/Raeterepublik1918-19.html.

[9]. http://www-user.uni-bremen.de/~bremhist/Raeterepublik1918-19.html.

[10]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=49.

[11]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=49.

E. R. Huber: Deutsche Verfassungsgeschichte seit 1789 - Band 5, S. 1097 (Bibliographie ).

J. Siggemann: Die kasernierte Polizei und das Problem der inneren Sicherheit in der Weimarer Republik 1918/19‑1933, S. 99 REF_Siggemann_J_1980 (Bibliographie ).

[12]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=49.

[13]. http://www-user.uni-bremen.de/~bremhist/Raeterepublik1918-19.html.

[14]. http://fau-bremen.comeze.com/pdf/ratea5fertig.pdf

[15]P. Frölich, R. Lindau, J. Thomas: Illustrierte Geschichte der Deutschen Revolution, S. 320. (Bibliographie ).

H. Spethmann: Zwölf Jahre Ruhrbergbau 1914‑1925 - Band 1, S. 212  (Bibliographie ).

http://www.ifz-muenchen.de/heftarchiv/1958_3.pdf

[16]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=49.

[17]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=49.

[18]. http://www-user.uni-bremen.de/~bremhist/Raeterepublik1918-19.html.

[19]H. Bollmeyer: Die Weimarer Nationalversammlung zwischen Kaiserreich und Republik, S. 195. (Bibliographie ).

[20]. http://www.historisches-lexikon-bayerns.de/artikel/artikel_44495.

[21]IML beim ZK der SED (Hg.): Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung - Band 3 - Von 1917 bis 1923, S. 215 (Bibliographie ).

www.ifz-muenchen.de/heftarchiv/1958_3.pdf.

Militärgeschichtliches Forschungsamt (Hg.): Militärgeschichtliche Mitteilungen - Band 22, S. 130 (Bibliographie ).

R. Lindau: Revolutionäre Kämpfe 1918‑1919, S. 68 (Bibliographie ).

[22]H. Oeckel: Die revolutionäre Volkswehr 1918/19, S. 171 (Bibliographie ).

U. Büttner: Hamburg zur Zeit der Weimarer Republik, S. 44 (Bibliographie ).

http://archivkarlroche.files.wordpress.com/2010/02/aur-1919-brosch.pdf

[23]C. Gebhardt: Der Fall des Erzberger-Mörders Heinrich Tillessen, S. 20. (Bibliographie ).

[24]R. Lindau: Revolutionäre Kämpfe..., S. 68 (Bibliographie ).

IML beim ZK der SED (Hg.): Dokumente und Materialien zur Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung - Reihe 2 - Band 3 - Januar 1919‑Mai 1919, S. 149 (Bibliographie ).

www.ifz-muenchen.de/heftarchiv/1958_3.pdf.

[25]. Thomas, S. 321. (Bibliographie ).

[26]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=49.

[27]. http://www.glasnost.de/autoren/behrend/sokomm.html.

[28]. www.ifz-muenchen.de/heftarchiv/1958_3.pdf.

[29]. http://www.klausdede.de/index.php?content=weserundjade&sub=49;

Watermeier S. 29. (Bibliographie ).

[30]C. Gebhardt: Der Fall des Erzberger-Mörders..., S. 20. (Bibliographie ).

[31]. http://www.axishistory.com/index.php?id=6255;

http://www.axishistory.com/index.php?id=6257;

http://www.axishistory.com/index.php?id=6176.

[32]. www.ifz-muenchen.de/heftarchiv/1958_3.pdf.

IML beim ZK der SED (Hg.): Dokumente und Materialien... - Reihe 2 - Band 3, S. 152 (Bibliographie ).

[33]R. Lindau: Revolutionäre Kämpfe..., S. 72 (Bibliographie ).

[34]. www.ifz-muenchen.de/heftarchiv/1958_3.pdf.

[35]R. Lindau: Revolutionäre Kämpfe..., S. 72 (Bibliographie ).

[36]. http://www.historisches-lexikon-bayerns.de/artikel/artikel_44495.

[37]oops.uni-oldenburg.de/volltexte/2002/579/pdf/band2.pdf S. 40.

[38]. http://www.ifz-muenchen.de/heftarchiv/1958_3.pdf.

[39]. http://www.historisches-lexikon-bayerns.de/artikel/artikel_44360

H. A. Winkler: Weimar 1918‑1933, S. 77 (Bibliographie ).

H. Beyer: Von der Novemberrevolution zur Räterepublik in München, S. 44 (Bibliographie ).

[40]S. Miller: Die Bürde der Macht, S. 267 (Bibliographie ).

[41]. http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/sch/sch1p/kap1_2/para2_4.html.

[42]. http://oops.uni-oldenburg.de/volltexte/2002/579/pdf/band2.pdf

http://www.wahlen-in-deutschland.de/wlOldenburg.htm

[43]R. Lindau: Revolutionäre Kämpfe..., S. 72 (Bibliographie ).

[44]R. Wiegand: Die Sozialdemokratie in der Novemberrevolution, p. 159. (Bibliographie ).

IML beim ZK der SED (Hg.): Dokumente und Materialien... - Reihe 2 - Band 3, S. 198 (Bibliographie ).

[45]. http://www.mdr.de/geschichte-mitteldeutschlands/reise/ereignisse /4827507.html.

R. Wiegand: Die Sozialdemokratie..., (Bibliographie ).

[46]. http://www.uni-regensburg.de/Fakultaeten/phil_Fak_III/Geschichte/Lehre/s2007uexamen-revolution-1918.doc.

H. A. Winkler: Weimar..., S. 77 (Bibliographie ).

[47]oops.uni-oldenburg.de/volltexte/2002/579/pdf/band2.pdf S. 15.

[48]. http://www.stadt-land-oldenburg.de/zeittafel13.htm.

[49]. http://www.bundesarchiv.de/aktenreichskanzlei/1919-1933/0000/sch/sch1p/kap1_2/para2_4.html.

[50]Wiegand: Die Sozialdemokratie..., (Bibliographie ).

[51]Wiegand: Die Sozialdemokratie..., S. 160 (Bibliographie ).

IML beim ZK der SED (Hg.): Dokumente und Materialien... - Reihe 2 - Band 3, S. 202 (Bibliographie ).

[52]. http://books.google.de/books?id=bgix7BXklY8C.

[53]. http://library.fes.de/spdpdalt/19330104.pdf.

[54]. http://archiv.squat.net/duesseldorf/Dipl_Int-2_2-2.html.

R. Lindau: Revolutionäre Kämpfe..., S. 77 (Bibliographie ).

[55]Wiegand: Die Sozialdemokratie..., (Bibliographie ).