Home

 

Themes

 

Points of view

 

Facts & Dates

 

Site map

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Accueil

 

Thèmes

 

Points de vue

 

Faits & Dates

 

Plan site

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Inicio

 

Temas

 

Puntos de vista

 

Hechos & Fechas

 

Mapa sitio

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Faits & Dates  >  Palestine 1897-1949

 

 

Liens complémentaires :

 

 

>  Le mouvement communiste en Palestine 1919-1949

 

 

>  ( in English: The communist movement in Palestine 1919-1949 )

 

 

 

Écrit: janvier 2003
Dernière modification: 19 avril 2007

Version imprimable

 

 

 

 

 

 

Palestine 1897-1949

Bund

Eretz Yisrael

Guerre israélo-arabe 1948-1949

Accord Israël-Jordanie, novembre 1947

Bernadotte (rapport)

Deir Yassine

Mandat britannique

Comité Morrison-Grady, 1946

Commission Anglo-Américaine, 1946

Commission Peel, 1937

Commission Shaw, 1930

Lettre MacDonald, 1930

Livre Blanc, 1922

Livre blanc, 1930 (Passfield)

Livre Blanc, 1939

Proposition US de Tutelle temporaire, 1948

Rapport Hope Simpson, 1930

Mouvement nationaliste arabe

al-Hashimi

al-Husayni

al-Khalidi

al-Nashashibi

al-Qassam, Izz al-Din

Jordanie

Ligue des Etats arabes

Sionisme - Courants

Historique

Sionisme général

Sionisme révisionniste

Sionisme socialiste

Sionisme - Institutions

Agence juive

Haganah

Histadrut

Keren Hayesod

Keren Kayemet Leyisrael

Kibbutz, Moshav, Moshava

Organisation sioniste (mondiale)

Trust colonial juif

Vaad Leumi

Sionisme - Organisations et Partis

Ahdut Haavoda

Betar

Brit Shalom, Ihud, Kedma Mizraha

Gdud Haavoda

Hapoel Hatzair

Hashomer Hatzair

Irgun

Lehi

Ligue pour le rapprochement et la coopération judéo-arabes

Mapai

Mapam

Poalei Tziyon

Poalei Tziyon Smol

Sionisme - Personnalités

Arlosoroff, Chaim (1899-1933)

Begin, Menahem (1913-1992)

Ben Gourion, David (1886-1973)

Ben Tzvi (Shimshelevitz), Yitzhak (1884 - 1963)

Eldad (Scheib), Yisrael (1910 - 1996)

Meïr (Meyerson, née Mabovitz), Golda (1898-1978)

Sadeh (Landsberg), Yitzhak (1890-1952)

Shamir (Yzernitzky), Yitzhak (1915-)

Sharett (Shertok), Moshe (1894-1965)

Tabenkin, Yitzhak (1887-1971)

Weizmann, Chaim (1874-1952)

Bund

Union des ouvriers juifs de Lituanie, Pologne et Russie (Der Yidisher Arbeter Bund in Rusland un Poyln).

Le Bund fut fondé en septembre 1897 à l'issu d'un congrès réuni à Vilno (Lituanie). Dans une résolution adoptée lors de son 4ème congrès, tenu en 1901, le Bund critiqua le programme sioniste en ces termes[1]:

[...] le but final du sionisme politique ‑ la création d'un territoire pour le peuple juif ‑, pour autant que ce territoire n'en pourrait accueillir qu'un segment réduit, est une question de portée limitée et ne peut pas résoudre la “question juive”. Dans la mesure où le sionisme prétend concentrer en [Palestine] le peuple juif tout entier ou du moins sa majorité, ce congrès le considère comme une utopie irréalisable.

Le Bund adhéra au POSDR (Parti ouvrier social-démocrate de Russie, dont est issu le Parti bolchevik) au 1er congrès de ce dernier, en 1898. Au 2ème congrès du POSDR, en 1903, le Bund quitta le Parti, après que les délégués eurent repoussé la revendication du Bund exigeant qu'on le reconnût comme le représentant unique du prolétariat juif. Le Bund revint au sein du POSDR suite au 4ème congrès de ce dernier, en 1906. Pendant la Première Guerre mondiale, le Bund (à l'exception d'une petite minorité) fut partisan de la défense nationale, et, après la révolution de Février 1917 en Russie, il soutint le gouvernement de coalition et combattit les bolcheviks. Fin 1918, des groupes de gauche s'organisèrent au sein du Bund et, en mai 1919, se tint à Kiev la première conférence du “Bund communiste” dissident d'Ukraine, où il fusionna avec le “Parti communiste juif unifié” pour former une organisation nommé “Union communiste juive” (“Komfarband”), admise au Parti communiste russe au mois d'août 1919. En Biélorussie, l'aile gauche du Bund, organisée en “Parti communiste juif”, adhéra également au PCR en mars 1919. Enfin, en mars 1921, à la conférence de Minsk, les restes du Bund prirent la décision d'adhérer officiellement au PCR[2].

Au bout de cette évolution, il ne subsistait plus comme organisation indépendante qu'une partie insignifiante du Bund avec Raphael Abramovitch (R. A. Rein) à la tête. Celui-ci était avec Mikhail Issakovich Lieber (Goldman) l'une des personnalités dirigeantes du Bund, mais il avait parallèlement pris une place importante dans la fraction menchevik du POSDR, en défendant au sein de celle-ci des positions proches des centristes dirigés par Yuli Osipovich Martov (Tzederbaum), tandis que Mikhail Lieber menait avec Fyodor Dan (Gurvich) le groupe des social-chauvins, majoritaire parmi les mencheviks. En 1920, Raphael Abramovitch suivit Yuli Martov dans l'exil à Berlin.

En 1930, le Bund adhéra à la Deuxième Internationale (social-démocrate). En 1947, lors d'une conférence tenue à Bruxelles, fut établit un Comité mondial du Bund et au cours des années qui suivirent, il finit par abandonner sa position négative à l'égard de l'Etat sioniste. Le Bund se maintenait en Pologne après la Deuxième Guerre mondiale, mais en 1949 il intégra le Parti ouvrier unifié polonais créé en décembre 1948 par la fusion entre le Parti ouvrier polonais (communiste) et le Parti socialiste polonais.

Eretz Israël

C'est Theodor (Benjamin Zeev) Herzl qui fonda le sionisme en tant que mouvement politique, en formulant l'objectif de la création d'un Etat juif. Son initiative conduisit, dans un premier temps, à la formation au niveau international de l'Organisation sioniste. Celle-ci tint son 1er congrès en août 1897 à Bâle. A cette occasion fut adopté le "programme de Bâle" qui contient notamment les stipulations suivantes[3]:

Le sionisme cherche à établir en Eretz Israël un foyer pour le peuple juif, garanti par le droit public. Le Congrès envisage les moyens suivants pour l'obtention de cette fin:

1. La promotion par des moyens appropriés de l'établissement en Eretz Israël de paysans, artisans et fabricants juifs.

2. L'organisation et l'union de l'ensemble des Juifs au moyen d'institutions appropriées, aussi bien locales qu'internationales, en accord avec les lois de chaque pays.

3. Le renforcement et la promotion du sentiment national et de la conscience nationale juifs.

4. Des démarches préparatoires vers l'obtention de l'assentiment de gouvernements, là où cela est nécessaire, afin d'atteindre les buts du sionisme.

A travers des évolutions variées, autant sur le plan doctrinaire que celui diplomatique, l'activité de l'Organisation sioniste se cristallisait autour de la promotion de l'établissement des Juifs en Palestine. L'orientation du mouvement était cependant sujette à des divergences internes. L'un des principaux points controversés était celui du rapport entre l'obtention d'une reconnaissance des objectifs sionistes au plan international et la mise en œuvre pratique de la colonisation. Selon les termes adoptés par l'historiographie sioniste, les deux courants se distinguant à ce sujet étaient d'une part le “sionisme politique” qui visait en premier lieu la reconnaissance internationale, et d'autre part le “sionisme pratique” qui considérait qu'un avancement substantiel de la colonisation, portée par les immigrants en Palestine même, était un préalable indispensable pour pouvoir espérer une attitude favorable de la part de certaines au moins parmi les grandes puissances. Ce débat prit de l'importance lors du 8ème congrès de l'Organisation sioniste, tenu en 1907 à La Hague. A l'égard des efforts de colonisation notamment, y fut pris la décision d'établir une branche en Palestine de l'Organisation sioniste. Par la suite une tendance commençait à se dessiner en faveur de la synthèse entre les deux courants, avec comme porte-parole principal Chaim Weizmann. Les débats se poursuivaient lors du 9ème congrès tenu à Hambourg en 1909. Le courant du sionisme pratique accusait l'exécutif de l'organisation de se focaliser sur l'action politique et d'évaluer les démarches de colonisation selon des critères commerciaux. Ce courant contestataire incluait Ch. Weizmann et commençait à jouir du soutien de la part du courant du “sionisme socialiste” implanté en Palestine. Au 10ème congrès tenu à Bâle en 1911, se concrétisait la prédominance du courant du “sionisme synthétique” qui résolvait les divergences par voie de fusion, en adoptant la poursuite concomitante de l'objectif sioniste autant sur le plan diplomatique que celui pratique sur le terrain. Cette évolution de l'orientation de l'Organisation sioniste se prolongeait par le renforcement progressif du courant du sionisme socialiste qui bénéficiait d'une position prédominant à partir du 18ème congrès tenu en 1933 à Prague. L'orientation incarnée par le courant du sionisme synthétique fut notamment réaffirmée et précisée lords de la Conférence de Biltmore tenu en 1942, à l'issue de laquelle fut adoptée une déclaration connue comme Programme de Biltmore. Le dernier point de ce programme est le suivant[4]:

La Conférence déclare que le nouvel ordre mondial qui suivra la victoire ne pourra être établi sur de bases de paix, justice et égalité si le problème de l'absence de foyer national pour les Juifs n'est pas en fin de compte résolu.

La Conférence insiste pour que les portes de la Palestine soient ouvertes; que l'Agence juive soit investie du contrôle de l'immigration en Palestine, ainsi que de l'autorité nécessaire à l'édification du pays, y compris le développement de ses terres non occupées et non cultivées; et que la Palestine soit établie comme foyer juif intégré dans la structure du nouveau monde démocratique.

Alors, et seulement alors les torts séculaires faits au peuple juif seront réparés.

Ce programme fut ratifié par le 22ème congrès tenu à Bâle en 1946. Finalement, lors du 23ème congrès tenu en 1951 à Jérusalem, les objectifs de l'Organisation sioniste furent redéfinis en fonction de la nouvelle situation, comme étant "la consolidation de l'Etat d'Israël, le rassemblement en Eretz Israël des Juifs en exil et la promotion de l'unité du peuple juif"[5].

Le sionisme ‑ dans sa version dominante à partir des années 1920, qui est en tout cas celle qui s'est imposée dans les faits justement en réussissant la réalisation de son objectif, la création de l'Etat d'Israël ‑ établit donc un lien intrinsèque entre l'établissement des Juifs du monde dans un territoire considéré comme foyer national et la création d'un Etat dominé exclusivement par cette population juive elle-même. Pour des raisons pratiques diverses, cette caractéristique du sionisme se trouve certes parfois atténuée en apparence, plus ou moins selon les circonstances. Mais en examinant les positions des principaux représentants du mouvement sioniste, on constate néanmoins qu'en dernier ressort ils identifient l'aboutissement de leur objectif à l'appropriation de “la Terre d'Israël” la plus étendue possible au moyen de la colonisation par une population exclusivement juive la plus massive possible.

Pour ce qui est de la délimitation géographique, l'éventail des positions est large, en fonction de la façon dont les différents protagonistes apprécient la nécessaire conciliation entre désirs et réalités.

Le terme consacré utilisé pour désigner le territoire destiné aux Juifs est “Eretz Israël”. En se référant aux explications données par les sionistes, on apprend qu'il faut entendre par là le pays donné par Dieu aux Douze Tribus descendant d'Abraham. La définition biblique de ce territoire est la suivante (Genèse, 15:18): "J'ai donné ce pays de la rivière d'Egypte jusqu'au grand fleuve, la rivière Euphrate." Le prophète Ezéchiel (chapitre 47:13-20) décrit en détail les frontières de Eretz Israël. Traduit littéralement, Eretz Israël signifie “la Terre d'Israël”. En Hébreu moderne, on rencontre habituellement le terme “Haaretz”, “la Terre”. Les partis sionistes se réfèrent fréquemment à “Eretz Israël Hashlema”, “la Terre d'Israël dans son intégralité”.

Les positions basées sur la religion sont en bonne partie partagées par des représentants non-religieux du mouvement fondamentaliste. C'est le cas du courant dit du “sionisme révisionniste”, dont le principal protagoniste était Vladimir Jabotinsky. Celui-ci établit en 1925 l'Alliance sioniste révisionniste qui revendiquait l'établissement d'un Etat à majorité juive incluant les deux rives du Jourdain. En participant pour la première fois à l'Organisation sioniste, lors du 14ème congrès tenu à Vienne en 1925, il se trouvait en opposition aux politiques modérées vis-à-vis du régime mandataire britannique incarnées notamment par Ch. Weizmann. Lors du 17ème congrès tenu en 1931 à Bâle, V. Jabotinsky formula son programme, lequel fut rejeté, ce qui conduisit Jabotinsky à rompre avec l'Organisation sioniste. Le courant du sionisme révisionniste forma alors la Nouvelle Organisation sioniste. Les révisionnistes rejoignirent l'Organisation sioniste en 1946. Avraham Stern, dans son manifeste intitulé “Ikarei Hatehiya” (“Les Principes de la Renaissance”) considérait que les Juifs en tant que Peuple Elu était en droit de s'approprier la Terre d'Israël biblique dans sa totalité de la rivière d'Egypte jusqu'à l'Euphrate[6]. Israël Eldad défendait dans les années 1950-60 l'idée d'un Etat juif s'étendant du Nil à l'Euphrate. Encore au début des années 1970, il se prononçait en faveur d'un territoire minimal incluant la Jordanie et Sinaï sous souveraineté juive.

Parmi les fondamentalistes religieux, la description des frontières appropriées varie. L'un des principaux théoriciens du Gush Emunim (Bloc de la Foi), Yehuda Elitzur, a défini plusieurs territoires plus ou moins concentriques sur la base des sources bibliques. Il considère que les frontières "promises" ou "patriarcales" seraient idéales: elles s'étendent jusqu'à la rivière Euphrate, le Sud de la Turquie, la Transjordanie et le delta du Nil. Les frontières correspondant aux territoires conquis par "la génération qui quitta l'Egypte" définissent les territoires qu'Israël devra ultérieurement conquérir et peupler: elles incluent la partie nord-est de Sinaï, le Liban, la partie ouest de la Syrie, les hauteurs du Golan, et une bonne partie de la Transjordanie. Les frontières qu'ont connues ceux qui rentrèrent de l'exil de Babylone incluent la partie sud du Liban, la partie sud-ouest de la Syrie, la moitié de la Transjordanie, la partie nord du Néguev, la partie nord-est de Sinaï, mais seulement des parties réduites de la pleine côtière. Les frontières décrites par Ezéchiel sont encore plus réduites, allant jusqu'à la rivière Jourdain à l'Est. Ces deux dernières définitions ne sont cependant pas retenues en vue de la fixation de limites permanentes. D'autres fondamentalistes concentrent leurs ambitions sur des aires géographiques particulières. Traditionnellement, il s'agit dans ce cas de la rive est du Jourdain. Cette approche amène certains parmi eux à s'opposer à l'idée propagée notamment par Yitzhak Shamir et Ariel Sharon, selon laquelle cette région constitue la patrie des Palestiniens. C'est aussi la position d'Ephraim Eitam, ministre du gouvernement d'A. Sharon: "Aucune souveraineté autre qu'israélienne n'existera jamais entre la mer et le Jourdain[7]."

Par ailleurs, il y a des divergences sur la façon de procéder aux annexions dans le temps. La déclaration de la souveraineté israélienne en Judée et Samarie (c'est-à-dire Cisjordanie) ainsi que dans la bande de Gaza est formellement revendiquée dans la plate-forme de Tehiya, parti politique associé au mouvement Gush Emunim. D'autres fractions préfèrent s'appuyer préalablement sur une modification substantielle des rapports démographiques au moyen de la colonisation et de l'émigration de la population arabe.

Côté socialiste, les interprétations géographiques sont plus réalistes, mais ne se limitent nullement aux territoires habités initialement, c'est-à-dire avant la colonisation sioniste, par une population juive. David Ben Gourion en 1938, devant le Conseil mondial du Poalei Tziyon, à Tel-Aviv, donne l'indication suivante[8]:

Les frontières correspondant à l'aspiration sioniste incluent la partie sud du Liban, la partie sud de la Syrie, la Transjordanie actuelle, la Cisjordanie dans sa totalité et le Sinaï.

Le deuxième aspect de la question est celui de l'immigration et surtout de son corollaire, les rapports avec la population arabe. Là encore les positions fluctuent au gré des circonstances, compte tenu de l'opportunité politique de formuler avec plus ou moins d'insistance les objectifs de colonisation massive. Sur le fond, il y deux approches différentes mais pas pour autant opposées. D'une part, la colonisation peut être imposée à une population arabe présente à l'intérieur de l'Etat juif. C'est l'option défendue notamment par Vladimir Jabotinsky. D'autre part, à des degrés divers, le conflit peut être mené à son terme par le transfert de la population arabe vers d'autres territoires, de manière à procurer à la population juive un état national sans élément “allogène”. Le rapport entre les deux aspects est en fait celui d'un mélange savant en fonction des possibilités pratiques, dans la mesure où, plus l'étendu de l'Etat juif est vaste, plus les transferts de population deviennent difficiles à mettre en œuvre.

Tout au long de la période du mandat britannique, l'attitude qui prévaut est marquée par les caractéristiques suivantes: l'idée de transfert forcé est écartée comme irréaliste, et l'éventualité de transferts “volontaires” est considérée comme souhaitable, à condition qu'elle soit proposée et appliquée par la Grande Bretagne, de façon à ce que le mouvement sioniste n'apparaisse pas comme partie prenante directe.

En examinant la position centrale que revêt l'immigration juive en Palestine pour le sionisme, il faut mentionner l'association Brit Shalom (Alliance pour la Paix) qui défendait à ce sujet des idées particulières.

Le Brit Shalom fut constituée en 1925. Dans son programme publié en 1927 à Jérusalem, il annonce son objectif de créer en Palestine "un Etat binational, au sein duquel les deux peuples jouiront de droits totalement égaux, comme cela convient aux deux éléments qui façonnent le destin du pays, indépendamment de la question de savoir lequel des deux est numériquement majoritaire à un moment donné"[9]. De façon plus ou moins affirmée, le Brit Shalom se situait dans l'optique que les Juifs devaient rester une minorité en Palestine, limitée à 500 000.

En 1936, l'initiative du Brit Shalom fut reprise avec la formation du “Kedma Mizraha” (désigné comme “Société pour la compréhension entre Arabes et Juifs”), puis trouva un prolongement avec la formation en 1942 d'un parti politique, “Ihud” (“Union”)[10]. Tout en agissant en faveur des objectifs promus par le Brit Shalom depuis les années 1920, l'Ihud s'est déclaré d'accord à ce que les négociations avec les Arabes soient du ressort de l'Agence juive, et admettait qu'il ne défendait pas l'idée que la population juive en Palestine devait définitivement rester dans une position de minorité. Cette prise de position était en rapport avec l'orientation de l'Agence juive, puisque au même moment, par exemple, Moshe Shertok (Sharett), directeur du département politique de l'Agence juive, déclara que tout programme politique qui n'adoptait pas l'immigration juive en Palestine comme un article central est inadéquat du point de vue juif[11]. A l'époque de l'insurrection arabe de 1936‑1939, D. Ben Gourion s'était déjà adressé à Judah Magnes, l'un des initiateurs du Brit Shalom, dans le même sens: "La différence entre vous et moi est que vous êtes prêts à sacrifier l'immigration au nom de la paix, ce qui n'est pas mon cas, bien que la paix me soit chère[12]."

Quant aux hésitations relatives à la possibilité de pratiquer les transferts de population par la force, elles s'estompaient au fur à mesure que les obstacles pratiques étaient écartés dans les faits. En témoigne la position de D. Ben Gourion durant une réunion à l'époque de la guerre de 1948[13]:

En ce qui concerne la Galilée, M. Sharett vous a déjà dit qu'environ 100 000 Arabes vivent encore à l'heure actuelle dans la poche de Galilée. Supposons qu'une guerre éclate. Alors nous serons en mesure de nettoyer la totalité de la région de Galilée centrale, y compris tous ses réfugiés, d'un seul coup. A ce propos permettez-moi de mentionner quelques médiateurs qui offraient de nous donner la Galilée sans guerre. Ce qu'ils voulaient dire, c'était la Galilée avec sa population. Ils ne nous ont pas offert la Galilée vide, que nous pourrions obtenir uniquement au moyen d'une guerre.

Et voici ce qu'il arrivait à Yitzhak Tabenkin, représentant du courant du sionisme socialiste, d'écrire dans son journal personnel[14]:

Les idéaux de Hitler qui me plaisent: homogénéité ethnique, la possibilité d'échanges de minorités ethniques; les transferts de groupes ethniques au nom d'un ordre international qui à mon sens forment un avenir particulièrement valable.

Guerre israélo-arabe 1948-1949

Accord Israël-Jordanie, novembre 1947

Dans la perspective de la fin prochaine du mandant britannique, une réunion secrète, qui se déroula à Naharayim, au bord du Jourdain, le 17 novembre 1947, eut lieu entre Golda Meïr, chef du Département politique de l'Agence juive, et le roi Abd Allah de Transjordanie[15]. Celui-ci présenta l'idée d'une république juive intégrée dans un royaume arabe comprenant la Transjordanie et la Palestine. Cette perspective fut rejetée d'emblée par les sionistes. Abd Allah demanda alors leur assentiment pour annexer à la Transjordanie l'Etat arabe tel que défini par l'ONU. Les avis des historiens divergent pour savoir s’il y eut un accord explicite en ce sens. Quoi qu'il en soit, tout indique que G. Meïr accepta tacitement cette proposition dans l'hypothèse qu'en contrepartie la Transjordanie n’attaquerait pas l'Etat juif si la guerre éclatait. Toutefois les Juifs ne promirent jamais à Abd Allah la totalité de la zone attribuée par l'ONU à l'Etat arabe, mais le laissaient décider des régions qu'il considérait vitales pour lui, c'est-à-dire essentiellement la Judée et la Samarie. En février 1948, une délégation conduite par le premier ministre jordanien Tawfiq Abu al-Huda Baja se rendit en Grande-Bretagne pour discuter de l'avenir de la Palestine en même temps que de la révision du traité anglo-jordanien de 1946. Au cours de ces entretiens, les représentants jordaniens abordèrent la teneur de leurs négociations avec les sionistes, et les Britanniques se montrèrent prêts à en accepter les modalités.

Cf. Mouvement nationaliste arabe (Jordanie).

Bernadotte (rapport)

Le 20 mai 1948, le comte Folke Bernadotte, vice-président de la Croix-Rouge suédoise, fut nommé par l'ONU pour tenter de trouver une issue au conflit en Palestine. Bernadotte présenta ses recommandations à Israël et aux Etats arabes le 3 juillet 1948. Il proposa la formation d'une fédération sur l'ensemble du territoire de l'ancienne Palestine mandataire. Elle comprendrait deux Etats: Israël recevrait une partie de la Galilée; l'Etat arabe prévu dans le plan de partage irait à la Transjordanie ainsi que Jérusalem et le Néguev; la zone de l'aéroport de Lod ainsi que Haïfa seraient déclarées zones libres. Sauf au sujet du Néguev, ces dispositions coïncidaient avec l'accord Israël-Jordanie conclu le 17 novembre 1947 et, de ce fait, divergeaient substantiellement du plan de partage. En ce qui concernait Jérusalem, elles différaient de tous les plans précédents et à venir, dans la mesure où elles prévoyaient d'inclure la ville dans l'Etat arabe.

La première tentative de Bernadotte pour résoudre le conflit rencontra encore plus d'hostilité que la résolution de l'ONU de novembre 1947. Le 16 septembre 1948, Bernadotte présenta un second plan, qui abandonnait l'idée d'union au profit de deux Etats séparés: Israël recevrait la Galilée, mais devrait renoncer au Néguev qui reviendrait à la Transjordanie, laquelle hériterait des territoires attribués à l'Etat arabe dans le plan de partage. Haïfa et Lod seraient déclarés zones franches et Jérusalem serait placé sous contrôle de l'ONU. Le droit d'Israël à l'existence était explicitement reconnu. S'y ajoutait une clause concernant les réfugiés: ils devaient avoir le droit de rentrer chez eux, ou de recevoir une compensation s'ils décidaient de ne pas exercer ce droit. Bernadotte avait décidé que ce second plan devait être formulé comme projet de résolution de l'ONU, et présenté à la troisième session de son Assemblée générale, le 21 septembre 1948.

Deir Yassine

Deir Yassine est un village arabe près de Jérusalem, où eut lieu, le 9 avril 1948, un massacre perpétré par des unités de l'Irgun et du Lehi, faisant environ 250 victimes parmi les quelques 400 habitants.

Lors d'une discussion privée en été 1967, Israël Eldad commenta à ce sujet[16]:

S'il n'y avait pas eu Deir Yassine ‑ [en 1948] un demi-million d'Arabes aurait vécu dans l'Etat d'Israël. L'Etat d'Israël n'aurait pas vu le jour. Nous ne devons pas mésestimer cela, tout en étant pleinement conscients de la responsabilité que cela implique. Toutes les guerres sont cruelles. On ne peut y échapper. Ce pays sera, ou bien Eretz Israël avec une majorité absolue juive et une petite minorité arabe, ou bien Eretz Ismaël, et l'émigration juive recommencera si nous n'expulsons pas les Arabes d'une manière ou d'une autre.

Menahem Begin exprime une appréciation similaire[17]:

Des Arabes à travers tout le pays, incités à croire des récits extravagants au sujet de la “boucherie de l'Irgun”, furent saisis d'une panique sans limites et se lancèrent dans une fuite considérée comme une question de survie. En peu de temps cette fuite massive se développa en une ruée insensée et incontrôlable. Environ 800 000 Arabes vécurent alors sur le territoire de l'Etat actuel d'Israël et seulement quelque 165 000 s'y trouvent encore. La signification politique et économique de cette évolution ne peut guère être surestimée.

Mandat britannique

Comité Morrison-Grady, 1946

Plan présenté en juillet 1946 devant la Chambre des communes, proposant une large autonomie dans deux provinces attribuées aux communautés juive et arabe et un gouvernement central britannique qui contrôlerait le Néguev et Jérusalem ainsi que les Affaires étrangères et la Défense. Herbert Morrison, membre de la Chambre des lords, et Henry Grady, conseiller du président Harry Truman.

Commission Anglo-Américaine, 1946

Le Commission Anglo-Américaine fut constituée peu après la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Elle conclut qu'il n'y avait pas d'autre pays que la Palestine susceptible d'accueillir les Juifs désireux de quitter l'Europe, mais que la Palestine seule ne pouvait pas faire face à ces besoins d'émigration. Elle recommanda que 100 000 immigrants soient admis immédiatement en Palestine, et que les gouvernements US et britanniques cherchent de nouvelles destinations pour les personnes déplacées. L'immigration ultérieure en Palestine devait être réglementée par l'administration mandataire, et les réglementations de transferts de terres de 1940, qui interdisait dans certaines régions la vente de terres aux Juifs, devaient être annulées. Elle se prononça en faveur d'une union économique en Palestine.

Commission Peel, 1937

Au plus fort de l'insurrection arabe de 1936-1939, une commission d'enquête royale se rendit en Palestine, avec Robert Peel à sa tête. Elle publia ses recommandations en 1937: abolition du mandat et partition du pays entre deux peuples. Seule une zone entre Jaffa et Jérusalem resterait sous mandat britannique avec une supervision internationale. Pour surmonter des problèmes de démarcation, des échanges de terres avec des transferts de population simultanés devaient être effectués, touchant d'un côté quelques 225 000 Arabes vivant dans les territoires attribués à l'Etat juif, 1 250 Juifs de l'autre. La commission considérait que le problème de l'immigration se résoudra à l'intérieur de l'Etat juif. Le gouvernement britannique accepta les recommandations de la commission et leur annonce fut endossée par le Parlement. Le plan fut cependant finalement abandonné.

Commission Shaw, 1930

Suite à des révoltes arabes partout en Palestine, les Britanniques établirent une commission d'enquête, présidée par Walter Shaw. La commission rendit son rapport en mars 1930. Selon ce rapport, le conflit était engendré par des interprétations divergentes des promesses fait par les Britanniques respectivement aux Arabes et aux Juifs. Il recommanda que le gouvernement définisse clairement ses intentions quant à la Palestine. Il recommanda que la question de l'immigration soit considérée avec plus d'attention de façon à éviter "une répétition de l'immigration excessive de 1925 et 1926".

Lettre MacDonald, 1930

A la suite de l'hostilité de la part des sionistes au Livre blanc de Passfield, le premier ministre Ramsay MacDonald adressa le 13 février 1930 une lettre à Chaim Weizmann reversant la perspective ressortant de ce Livre blanc. Il écrivait notamment:

L'obligation de faciliter l'immigration juive et de rendre possible une installation dense de Juifs dans le pays reste une obligation positive du Mandat, et elle peut être remplie sans compromettre les droits et conditions de l'autre parti de la population de Palestine.

Livre blanc, 1922

Le Livre blanc du 3 juin 1922 constitue la première interprétation officielle de la Déclaration Balfour. Il réduisit la région du Mandat en excluant la région à l'Est de la rivière Jourdain, qui était attribuée à l'émir Abd Allah de Transjordanie. Ce document formula le principe de la "capacité d'absorption économique" comme déterminant le quota d'immigration de Juifs en Palestine.

Livre blanc, 1930 (Passfield)

Le Livre blanc publié par Sydney Webb (Lord Passfield) le 21 octobre 1930, fit suite au Rapport Hope Simpson qui avait recommandé qu'une déclaration soit faite au sujet de la politique britannique en Palestine. La déclaration conditionna la poursuite de l'immigration par l'abandon de la politique appliquée par les sionistes, consistant à promouvoir la réservation du travail aux Juifs, empêchant ainsi les Arabes de trouver du travail. Des Juifs ayant déjà acquis des terres en Palestine, devaient obtenir une autorisation particulière en cas d'achat de terres supplémentaires, et à cette occasion seraient pris en compte les taux de chômage respectifs des populations arabes et juives.

Livre blanc, 1939

Le Livre blanc publié le 17 mai 1939 rejetait le plan de partition formulé par la Commission Peel en affirmant qu'il était inapplicable. Il déclara qu'en Palestine devait être constitué, dans un délai de dix ans, un Etat indépendant qui serait ni juif ni arabe. L'immigration juive en Palestine était limitée à 75 000 pour les cinq premières années, en fonction de la "capacité d'absorption économique" du pays, et était conditionnée par l'assentiment des Arabes. Des restrictions sévères furent imposées aux acquisitions de terres par les Juifs.

Proposition US de tutelle temporaire, 1948

Le 19 mars 1948 les Etats-Unis abandonnèrent soudainement leur approbation du plan de partition et demandèrent que sa mise en œuvre soit suspendue ainsi que la tenue d'une session spéciale de l'Assemblée générale de l'ONU en proposant que la Palestine soit placée sous une tutelle des Nations unies jusqu'à ce que un compromis entre Arabes et Juifs puissent être obtenu. Cette position fut annoncée par l'Ambassadeur Warren R. Austin devant le Conseil de Sécurité.

Rapport Hope Simpson, 1930

Suivant les recommandations de la Commission Shaw, les autorités britanniques mirent en œuvre une enquête, dirigée par John Hope Simpson. Son rapport fut publié en octobre 1930. Il affirma que la politique juive d'embaucher uniquement des Juifs était responsable des conditions déplorables des Arabes, et qu'il n'y avait pas suffisamment de terres disponibles pour absorber une immigration continue.

Mouvement nationaliste arabe

al-Hashimi

al-Husayn ibn Ali al-Hashimi; Faysal al-Hashimi, fils d'al-Husayn; Abd Allah al-Hashimi, fils d'al-Husayn.

Les origines de la famille des Hachémites remontent au deuxième siècle, lorsqu'elle s'établit à La Mecque. Elle compte Mohammed (Mahomet), dit le Prophète, parmi ses membres (Hashem est le nom de l'arrière grand-père de celui-ci). La famille régnait sur La Mecque jusqu'en 1925, al-Husayn ibn Ali étant le dernier membre à accéder en 1908 au titre de chérif de La Mecque. La Mecque fut alors la capitale du Hedjaz (en arabe, al-Hijaz: la barrière), province turque.

La Syrie en tant que région géographique, telle qu'elle constituait une partie de l'Empire ottoman de 1516 à 1918, englobait la Syrie, le Liban et la Palestine au sens actuel. En déclenchant en 1916 la révolte arabe contre la domination ottomane, les forces arabes sous le commandement du chérif Faysal du Hedjaz anticipèrent l'indépendance d'un Etat arabe unifié sur tout le territoire de la Syrie historique, selon les termes de la correspondance Husayn-MacMahon d'octobre-novembre 1915[18]. A l'issue de la Première Guerre mondiale, des forces britanniques et françaises contrôlaient les régions côtières et des forces arabes l'intérieur. Faysal établit un gouvernement national arabe à l'intérieur de la Syrie. En mars 1920, un Congrès général syrien fut tenu à Damas, qui proclama Faysal roi de Syrie. Sous l'égide du système de mandats de la Ligue des Nations, les territoires arabes de l'Empire ottoman furent attribués aux puissances coloniales pour administration. Les Français et les Britanniques avaient arrangé d'avance le démembrement de la région en sphères d'influence par l'accord secret Sykes-Picot du 16 mai 1916. La conférence de San Remo de mai 1920 attribua la moitié nord de la Syrie historique (c'est-à-dire Syrie et Liban) à la France, le reste, c'est-à-dire la Palestine, la Jordanie et l'Irak à la Grande Bretagne. En juillet 1920, les Français vaincrent les forces de Faysal. La séparation du Liban par rapport à la Syrie et l'établissement de l'Etat du Grand Liban, en août, s'ensuivirent. La constitution du Liban fut promulguée formellement en mai 1926. Finalement, en 1921, les Britanniques nommèrent Faysal roi d'Irak, fonction dans laquelle il fut confirmé par un plébiscite. L'Irak devint indépendant en 1932. Par ailleurs Abd Allah fut désigné comme émir de la Transjordanie nouvellement créée, qui devint pleinement indépendant en 1946, l'émir prenant le titre de roi Abd Allah Ier. Abd Allah fut assassiné en 1951.

Quant à al-Husayn, il fut vaincu par Abd al-Aziz ibn Abd al-Rahman Al Saud, connu comme Ibn Saud, à l'issue d'une campagne militaire menée en 1924‑1925. Au milieu du 18ème siècle, la famille d'Ibn Saud s'était alliée au réformateur religieux Muhammad ibn Abd al-Wahhab et avait établi son règne sur toute la péninsule arabe à l'exception du Yémen, de Oman et des petits Etats du Golfe, mais à la fin du 19ème siècle, le pouvoir de la famille avait fortement diminué. En 1916, Ibn Saud avait conclu un accord avec les Britanniques reconnaissant son règne sur les territoires du Nadjd et Al-Hasa en échange de la non-interférence de sa part dans les Emirats du Golfe, puis en 1920 il avait établi sa domination sur l'Asir. Finalement, en 1925, Ibn Saud ajouta à son règne le Hedjaz, devenant roi du Hedjaz et sultan du Nadjd et de ses dépendances. En 1932 fut officiellement établi le royaume d'Arabie Saoudite.

al-Husayni

Mustafa al-Husayni; Kamil al-Husayni, fils de Mustafa; Amin al-Husayni, fils de Mustafa (demi-frère de Kamil); Jamal al-Husayni, cousin d'Amin; Musa Kazim [Qassem] al-Husayni; Abd al-Qadir al-Husayni, fils de Musa Kazim; Faysal al-Husayni, fils d'Abd al-Qadir, neveu d'Amin.

En 1918, Musa Kazim al-Husayni fut nommé maire de Jérusalem par le gouvernement militaire britannique. En 1919, les Britanniques étendirent les compétences de Kamil al-Husayni, qui était Mufti[19] de Jérusalem depuis 1908, en le nommant Grand Mufti de Jérusalem, une charge nouvellement créée qui englobait sous son autorité religieuse tous les Musulmans de Palestine.

En 1920, après l'échec de la déclaration d'indépendance de la Grande Syrie, les Britanniques arrêtèrent les notables palestiniens qui avaient soutenu le roi Faysal[20]. Amin al-Husayni (demi-frère de Kamil al-Husayni), partisan de Faysal, revint de Damas en Palestine. Etant condamné par les Britanniques à dix ans de prison, en rapport avec la révolte arabe qui éclata à ce moment-là, il s'enfuit en Transjordanie. Musa Kazim al-Husayni fut remplacé, en tant que maire de Jérusalem, par Ragheb al-Nashashibi. A la fin de l'année, se tint à Haïfa un Congrès palestinien rassemblant des délégués d'associations musulmans et chrétiens. Il constitua un Comité exécutif arabe avec Musa Kazim al-Husayni à sa tête. Ce Comité exécutif assumait le contrôle du mouvement politique palestinien jusqu'en 1935.

En 1921, suite à la mort de Kamil al-Husayni, Amin al-Husayni fut nommé Mufti de Jérusalem après avoir été gracié par Herbert Samuel, Haut Commissaire britannique. En 1922, les Britanniques nommèrent Amin al-Husayni président du Conseil suprême musulman en Palestine, instance nouvellement créée. En 1931 Amin al-Husayni fut nommé président du Congrès mondial islamique réuni à Jérusalem et dont les débats tournaient autour de la défense des lieux saints. En 1933, lors d'une manifestation de masse antibritannique réprimée par la police, Musa Kazim al-Husayni fut blessé et mourut l'année suivante, ce qui entraîna la dissolution du Comité exécutif arabe.

En 1935, la famille des Husayni forma le Parti arabe palestinien (al-Hizb al-Arabi al-Filastini) dirigé par Jamal al-Husayni (cousin d'Amin al-Husayni). En 1936, les principaux partis politiques palestiniens mirent en place le Haut Comité arabe (al-Lajnah al-Arabiyya al-Uliya) avec à sa tête Amin al-Husayni, pour coordonner la lutte contre le sionisme et pour s'opposer aux Britanniques. En 1937, les Britanniques déclarèrent le Haut Comité arabe hors-la-loi, imposèrent la loi martiale, autorisant les tribunaux militaires à prononcer la peine de mort (le premier victime fut Farhan Saadi, dirigeant des partisans d'Izz al-Din al-Qassam). Amin al-Husayni fut destitué comme président du Conseil suprême musulman. Il se réfugia au Liban (où il fut mis en résidence surveillé par la France), puis passa en Syrie, en 1939 en Irak (où il participa à la révolte irakienne contre les Britanniques), et finalement en Europe. En Palestine, la révolte reprit à la campagne, à travers des groupes ruraux largement autonomes, sous Abd al-Qadir al-Husayni (fils de Musa Kazim al-Husayni) et Fawzi al-Din al-Qawuqji [el-Kaoukji] [al-Qa’uqji] (panarabiste irako-syrien, progermanique, dirigeant une armée arabe de volontaires venant de la Transjordanie, de l'Irak et de la Syrie). Au cours de la révolte s'établit la domination de la famille des Husayni (avec leur appel à une pleine indépendance pour la Palestine et l'établissement d'un Etat arabe) sur les Nashashibi (qui considéraient la partition comme acceptable et collaboraient avec les Britanniques et la Haganah à briser la révolte en 1938‑1939). La révolte se termina lorsque le dernier des dirigeants de groupes de guérilla, Abd al-Rahim al-Hajj Muhammad, fut tué en 1939.

En mai 1941, Amin al-Husayni s'exila en Allemagne et rencontra Adolf Hitler avec lequel il eut un entretien, de même qu'avec Heinrich Himmler, Joachim von Ribbentrop et d'autres dirigeants national-socialistes. Il tenta d'obtenir de leur part une déclaration affirmant l'illégalité du foyer national juif en Palestine, et le droit des pays Arabes de régler par eux-mêmes le problème de la population juive en Palestine. Hitler se prononça oralement dans ce sens, mais refusa d'adopter une déclaration officielle.

Amin al-Husayni participa à l'organisation d'une division de la Waffen SS formée de musulmans de Bosnie, nommée “Handschar” (poignard), d'un effectif d'environ 10 000 membres, qui intervenait au cours des actions de la SS en Hongrie et en Croatie. En 1945, Amin al-Husayni se réfugia en France, où il fut placé sous résidence surveillée, mais en mai 1946 il s'échappa pour l'Egypte.

En 1945, la Ligue Arabe créa un nouveau Haut Comité arabe pour la Palestine (al-Lajnah al-Arabiyya al-Uliya li Filastin), destiné à être l'organe représentatif des Arabes palestiniens. En 1946, suite à des conflits entre les composants du Haut Comité arabe, la Ligue arabe intervint pour reconstituer l'organisme avec uniquement des représentants de la famille Husayni et ses partisans, avec Jamal al-Husayni et ultérieurement Amin al-Husayni comme dirigeants. Afin de tenter d'établir l'unité au sein des forces politiques palestiniennes, fut créé un Haut Exécutif arabe sous la direction de Amin al-Husayni. Le Haut Comité arabe repoussa les propositions de la commission anglo-américaine en 1946. En 1947 il boycotta l'UNSCOP. Il rejeta le Plan de Partition de l'ONU du 29 novembre 1947 tout en proposant le projet d'un Etat binational.

En mars 1948, des volontaires d'autres pays arabes, en particulier la Syrie, entraient dans le pays en tant qu'Armée de libération arabe (al-Jaysh al-Inqadh) commandée par Fawzi al-Din al-Qawuqji (déjà mentionné plus haut, en rapport avec la révolte de 1936‑1939). Il y avait par ailleurs l'Armée de la guerre sainte (al-Jaysh al-Jihad al-Muqaddas fi Filastin) commandée par Abd al-Qadir al-Husayni (qui tomba au cours des combats). La Ligue arabe retira son soutien au Haut Comité arabe qu'il considérait comme non représentatif et soutint l'Armée de libération arabe. Au cours d'une Conférence nationale palestinienne tenue à Gaza, le 1er septembre à Gaza, fut décidé la création d'un Gouvernement panpalestinien (Hukumat Umum Filastin). Le Haut Comité arabe annonça la constitution de ce gouvernement, le 22 septembre. Le 30 septembre, se réunit un Conseil national palestinien qui élut Amin al-Husayni comme son président, constitua un cabinet, avec Jamal al-Husayni comme ministre des Affaires étrangères, et, le 1er octobre, la déclaration d'indépendance fut proclamée par Amin al-Husayni devant le Conseil national palestinien, sur le territoire du mandat et avec Jérusalem comme capitale. Il fut reconnu par l'Egypte, la Syrie, le Liban et l'Arabie Saoudite, et parrainé par la Ligue arabe, qui cherchait à bloquer le projet du roi Abd Allah de Transjordanie, d'annexer la Cisjordanie[21]. Il rencontrait une forte opposition de la part de la Transjordanie qui organisa un congrès palestinien beaucoup plus large à Amman le 30 septembre pour soutenir la politique de la Transjordanie en Palestine. Finalement le quartier général du gouvernement palestinien fut transféré au Caire en octobre, ou Amin al-Husayni resta confiné. Le 1er décembre se tint à Jéricho une conférence de notables et maires qui approuvèrent l'unité de la Cisjordanie avec la Transjordanie. Le 20 décembre, Hussam Addin Jarallah fut nommé Mufti de Jérusalem en remplacement d'Amin al-Husayni.

En avril 1949 fut établi le Royaume hachémite de Jordanie puis, en avril 1950, l'intégration de la Cisjordanie au sein du royaume de Jordanie devint officielle, elle fut reconnue par la Grande Bretagne. La bande de Gaza passa sous administration égyptienne, où, en 1951, le gouvernement panpalestinien établit passagèrement son siège. Les bureaux du gouvernement palestinien furent officiellement fermés en janvier 1959, lorsque Amin al-Husayni s'installa au Liban.

Voici un passage tiré du compte-rendu d'une conversation entre Amin al-Husayni et Hitler, le 28 novembre 1941, établi par Paul Otto Schmidt, qui était traducteur au ministère des Affaires étrangères allemand[22]:

Le Grand Mufti commença par remercier le Führer pour le grand honneur qu'il lui accordait en le recevant personnellement. Il souhaitait saisir l'occasion pour apporter au Führer du Reich grand-allemand, admiré par l'ensemble du monde arabe, ses remerciements pour la sympathie qu'il avait toujours montrée pour les Arabes et spécialement pour la cause palestinienne, et qu'il avait clairement exprimée dans ses discours en public. Les pays arabes étaient fermement convaincus que l'Allemagne gagnerait la guerre et que la cause arabe allait alors prospérer. Les Arabes étaient les amis naturels de l'Allemagne parce qu'ils avaient les mêmes ennemis que l'Allemagne, à savoir les Anglais, les Juifs et les communistes. C'est pourquoi ils étaient préparés à coopérer avec l'Allemagne de tous leurs cœurs, et se tenaient prêts à participer à la guerre non seulement par l'organisation d'actes de sabotages et de déstabilisations politiques, mais aussi matériellement par la formation d'une légion arabe. Les Arabes pouvaient être plus utiles à l'Allemagne comme alliés qu'on ne pourrait le penser au premier abord, autant pour des raisons géographiques et à cause des souffrances que leur ont infligées les Anglais et les Juifs. De plus, ils avaient de bonnes relations avec toutes les nations musulmanes, qu'ils pourraient utiliser au profit de la cause commune. La Légion arabe serait facile à lever. Un appel du Mufti aux pays arabes et aux prisonniers de nationalité arabe, algérienne, tunisienne et marocaine, en Allemagne, produirait un grand nombre de volontaires prêts à combattre. Le monde arabe était convaincu de la victoire de l'Allemagne, non seulement parce que le Reich possédait une importante armée, des soldats courageux et des chefs militaires de génie, mais aussi parce que le Tout-puissant ne pourrait jamais accorder la victoire à une cause injuste.

al-Khalidi

Husayn Fakhri al-Khalidi; Mustapha al-Khalidi

Husayn Fakhri al-Khalidi fut maire de Jérusalem de 1934 à 1937. Il fonda en 1935 le Parti de la réforme (al-Hizb al-Islah). En 1935 également, il rejoignit le Haut Comité arabe. En 1937 il fut exilé par les Britanniques (Mustapha al-Khalidi fut alors désigné pour le remplacer comme maire de Jérusalem), mais libéré en 1938. Il revint en Palestine en 1943 et rejoignit en 1945 le Haut Comité arabe refondé, dont il devint président en 1946. Il participa au Gouvernement panpalestinien constitué en 1948. Dans les années 1950, il occupait des fonctions ministérielles en Jordanie.

al-Nashashibi

Ragheb al-Nashashibi; Fakhri al-Nashashibi.

Ragheb al-Nashashibi fut maire de Jérusalem de 1920 à 1934. Il dirigeait le Parti national arabe palestinien, fondé en 1923[23]. En 1934 il fonda le Parti de la défense nationale (al-Hizb al-Difa al-Watani), qu'il représentait au sein de Haut Comité arabe constitué en 1936. Il démissionna cependant du Haut Comité, se préparant à accepter une partition. Après 1948, il occupait diverses fonctions ministérielles en Jordanie[24].

Fakhri al-Nashashibi, neveu et assistant de Ragheb al-Nashashibi, constitua en 1934 la “Société de ouvriers arabes” (“Arab Workers Society” ‑ AWS). En novembre 1941 il fut assassiné à Bagdad par un Palestinien.

al-Qassam, Izz al-Din

Izz al-Din al-Qassam naquit en Syrie. Il s'installa à Haïfa en 1921 après l'échec de la révolte syrienne contre l'occupation française, à laquelle il avait participé activement. Il était membre des Frères musulman. Il rejoignit l'Istiqlal[25] en 1932. Il réussit à former des cellules secrètes parmi le nombre croissant de paysans sans terres et constituer ainsi le premier groupe de guérilla palestinien, afin de combattre les forces de sécurité britanniques, mais il fut découvert tué, le 19 novembre 1935.

Des contacts existaient entre les groupes de guérilla ainsi formés et le mouvement ouvrier. Lorsque se tint en avril 1936 un congrès ouvrier à Haïfa, parmi les participants se trouvait Hamdi al-Husayni et Akram Zuaytir qui étaient membres de l'Istiqlal et avaient des liens avec ces groupes.

Jordanie

L'émirat de Transjordanie avec son souverain Abd Allah[26] était le seul pays arabe qui souhaitait parvenir avec les sionistes à un compromis sur la Palestine[27]. On peut faire remonter les origines de cette relation particulière à janvier 1919, lorsque le fils de chérif Husayn, l'émir Faysal, conclut une sorte d'accord avec Chaim Weizmann sur la validité de la Déclaration Balfour. D'autres membres de la famille, et en particulier Abd Allah, prirent le relais. La première rencontre entre Abd Allah et un dirigeant sioniste eut lieu avec Ch. Weizmann à Londres en 1922. A cette époque, seul le chef de la famille, Husayn, père d'Abd Allah, était en accord avec les Palestiniens pour s'opposer à l'implantation juive en Palestine. En 1933, Abd Allah entra en rapport avec l'Agence juive pour discuter de l'implantation de Juifs en Transjordanie. C'est dans le contexte de la révolte arabe de 1936‑1939 que pour la première fois les Anglais émirent eux aussi la suggestion de résoudre la question palestinienne en annexant à la Transjordanie les zones de peuplement arabe dense. Cette nouvelle idée fut exposée officiellement en 1937 par la commission Peel, qui prônait le partage de la Palestine entre les Juifs et la Transjordanie. Vers la fin de la Seconde guerre mondiale, de sérieuses négociations bilatérales furent entreprises. Deux importantes réunions se tinrent au palais d'hiver d'Abd Allah en août 1945. Les contacts directs entre Abd Allah et l'Agence juive reprirent à l'été 1946. A ce moment, le gouvernement britannique avait nettement pris position pour une solution de type fédéral, ce qui était source d'inquiétude pour les sionistes qui redoutait qu'ainsi pourrait être établi un Etat arabe unitaire en Palestine. Le 12 août 1946, Eliyahu Sasson, chef du secteur arabe du Département politique d l'Agence juive, prit contact avec Abd Allah pour faire avancer l'accord sur l'avenir de la Palestine. Les négociations continuèrent jusqu'à la conclusion d'un accord Israël-Jordanie en novembre 1947.

Ligue des Etats arabes

La Ligue des Etats arabes, ou Ligue arabe, fut constituée au Caire le 22 mars 1945, par les pays suivants: Egypte, Irak, Jordanie (à l'époque Transjordanie), Liban, Arabie Saoudite, Syrie, Yémen. D'autres pays s'y joignirent par la suite: Libye (1953), Maroc (1958), Tunisie (1958), Koweït (1961), Algérie (1962), Bahreïn (1971), Oman (1971), les Emirats Arabes unis (1971) Mauritanie (1973), Djibouti (1977), Comores (1993). L'OLP fut admis en 1976.

En 1950‑1952 fut conclu un Traité de Défense commune et de Coopération économique entre les Etats de la Ligue Arabe.

Charte de la Ligue des Etats arabes (22 mars 1945) (extraits)[28]:

ARTICLE I

La Ligue des Etats arabes se compose des Etats arabes indépendants qui ont signe cette charte.

Tout Etat arabe indépendant a le droit de devenir membre de la Ligue. [...]

ARTICLE II

La Ligue a pour objectif le renforcement des relations entre les Etats membres, la coordination de leurs politiques afin de parvenir a la coopération entre eux et de sauvegarder leur indépendance et souveraineté, ainsi qu'une préoccupation générale concernant les affaires et les intérêts des pays arabes. Elle a également pour objectif la coopération étroite des Etats membres, en prenant dûment en compte l'Organisation et les conditions de chaque Etat, dans les domaines suivants:

A. Affaires économiques et financières, y compris les relations commerciales, douanes, la monnaie et des questions d'agriculture et d'industrie.

B. Communications; ceci inclut chemins de fer, routes, aviation, navigation, télégraphes et postes.

C. Affaires culturelles.

D. Nationalité, passeports, visas, exécution de jugements et extradition de criminels.

E. Affaires sociales.

F. Affaires de santé.

ARTICLE III

La Ligue possédera un Conseil compose des représentants des Etats membres de la Ligue; chaque Etat aura une seule voix, indépendamment du nombre de ses représentants.

[...]

Le conseil aura pour tache de décider des moyens par lesquels la Ligue devra coopérer avec les organismes internationaux qui seront crées dans l'avenir afin de garantir sécurité et paix et de réguler les relations économiques et sociales.

[...]

ARTICLE V

Tout recours à la force afin de résoudre des disputes entre deux ou plusieurs Etats membres de la Ligue est prohibe. Si un différend devait surgir entre eux, qui ne concerne pas l'indépendance, la souveraineté ou l'intégrité territoriale d'un Etat, et si les parties du dispute ont recours au Conseil pour le règlement de ce différend, alors la décision du Conseil sera exécutoire et obligatoire.

[...]

Le Conseil agira en médiateur dans tous les différends qui menacent de conduire a la guerre entre deux Etats membres, ou un Etat membre et un Etat tiers, en vue de parvenir a leur réconciliation.

Les décisions d'arbitrage et de médiations seront prises à la majorité.

ARTICLE VI

En cas d'agression ou menace d'agression d'un Etat contre un Etat membre, l'Etat qui a été attaque ou menace d'agression peut demander la convocation immédiate du Conseil.

Le Conseil déterminera par décision unanime les mesures nécessaires pour repousser l'agression. Si l'agresseur est un Etat membre, sa voix ne comptera pas en déterminant l'unanimité.

[...]

ARTICLE VII

Les décisions unanimes seront obligatoires pour tous les Etats membres de la Ligue; les décisions majoritaires seront obligatoires seulement pour les Etats qui les auront acceptées.

Dans les deux cas les décisions du Conseil seront appliquées dans chaque Etat membre en accord avec ses lois respectives.

ARTICLE VIII

Chaque Etat membre respectera les systèmes de gouvernement établis dans les autres Etats membres et les considérera comme étant du ressort exclusif de ses Etats. Chacun s'engagera a s'abstenir d'une action quelconque visant a changer les systèmes de gouvernement établis.

ARTICLE IX

Les Etats qui désirent établir une coopération plus étroite et des liens plus forts que ceux prévus par cette Charte peuvent conclure des accords en ce sens.

Des traites et accord déjà conclus ou a conclure dans l'avenir entre un Etat membre et un autre Etat ne devront pas être exécutoires ou restrictifs pour d'autres membres.

[...]

Annexe à la Charte de la Ligue Arabe concernant la Palestine ‑ 23 mars 1945:

Avec la fin de la dernière guerre s'est achevé le règne de l'Empire ottoman sur les pays arabes qui en ont été détachés, dont la Palestine. La Palestine se trouve devenue autonome, non soumise à un quelconque autre Etat.

Le Traité de Lausanne a proclamé que son avenir devra être réglé par les parties concernées.

Cependant, bien que jusqu'à maintenant elle a été incapable de prendre en main ses propres affaires, la Pacte de la Société des Nations de 1919 prit soin de fixer un régime basé sur la reconnaissance de son indépendance.

Son existence et son indépendance internationales au sens légal ne peuvent donc pas être mises en question, pas plus que l'indépendance des autres pays arabes.

Bien que les manifestations extérieures de cette indépendance sont restées obscurcies pour de raisons indépendantes de sa volonté, il ne devra pas être permis que cela interfère avec sa participation au travail du Conseil de la Ligue.

Les Etats signataires du Pacte de la Ligue arabe sont donc de l'avis que, en considérant les circonstances spéciales de la Palestine et en attendant que ce pays puisse effectivement exercer son indépendance, il appartiendra au Conseil de la Ligue de désigner un représentant arabe pour la Palestine qui participera à ses travaux.

Sionisme - Courants

Historique

En reprenant les distinctions formulées par les sionistes eux-mêmes, on peut énumérer une variété de courants: politique, pratique, synthétique, révisionniste, socialiste, ainsi que religieux, messianique radical, spirituel, et aussi antisioniste orthodoxe.

Le “sionisme politique” insiste sur l'importance de l'action politique et considère la conquête de droits politiques en Palestine comme préalable pour l'accomplissement de l'entreprise sioniste. Ce courant est incarné en premier lieu par Theodor (Benjamin Zeev) Herzl qui, le premier, mit l'accent sur l'action ouverte sur le plan de la diplomatie internationale. Le “sionisme pratique” donne la priorité aux moyens pratiques pour atteindre les objectifs du sionisme, tels que l'immigration et l'instauration de colonies rurales, indépendamment des conditions politiques inadéquates.

Le conflit entre ces deux courants marquait les débuts de l'Organisation sioniste. En 1907 (NB: les dates citées ici sont celles des congrès successives de l'Organisation sioniste), apparut la formule du “sionisme synthétique”. Le sionisme synthétique opère la synthèse entre sionisme politique et sionisme pratique tout en insistant sur l'activité parmi les communautés juives dans le monde, y compris la participation de candidats propres aux élections des différents pays. Son principal promoteur était Chaim Weizmann. Le courant synthétique dominait au sein de l'Organisation sioniste à partir de 1911. En 1920, Ch. Weizmann devient président de l'Organisation sioniste.

En 1925, les représentants du “sionisme révisionniste” assistaient pour la première fois au congrès de l'Organisation sioniste. En 1931, se manifesta une forte opposition à la politique de coopération avec les Britanniques inspiré par Ch. Weizmann. Celui-ci démissionna et fut remplace par Nahum Sokolow. L'orientation probritannique se poursuivait. En 1933, le courant du “sionisme socialiste” devint prépondérant. En 1935, une large coalition s'établit qui ramenait Ch. Weizmann au poste de président. Les révisionnistes avaient entre-temps quitté l'Organisation sioniste.

En 1937, se posait la question du rapport de la Commission Peel. Les factions étaient très divisées. Une situation similaire se reproduisit en 1946, au sujet du rapport Morrison-Grady. A nouveau, Ch. Weizmann se trouva en minorité et démissionna, suite à quoi le poste de président de l'Organisation sioniste restait vacant jusqu'en 1956. Cette année-là, Nahum Goldmann fut élu président, poste qu'il occupa jusqu'en 1968, quand il démissionna à son tour en rapport avec des conflits qui divisaient l'Organisation sioniste en rapport avec la guerre israélo-arabe de 1967.

Sionisme général

A l'origine, le terme désignait la position de ceux qui adhéraient à l'Organisation sioniste uniquement à travers l'une des organisations sionistes dans leur pays, sans rejoindre une faction ou un parti spécifique. Cependant, en 1922 fut créé l'Organisation des Sionistes généraux, constituant un parti centriste au sein de l'Organisation sioniste. La plupart des mouvements et partis libéraux en Israël ont été constitués sur ces bases, à travers diverses fusions et scissions successives.

Sionisme révisionniste

Le sionisme révisionniste dérive du sionisme politique de Theodor Herzl, révisé par Vladimir (Zeev) Jabotinsky[29]. Celui-ci établit en 1925 l'Alliance sioniste révisionniste qui revendiquait l'établissement d'un Etat à majorité juive incluant les deux rives du Jourdain et se trouvait en opposition aux politiques modérées vis-à-vis du régime mandataire britannique. Se trouvant minoritaires au sein de l'Organisation sioniste, le courant révisionniste quitta celle-ci en 1935 pour former la Nouvelle Organisation sioniste. Les révisionnistes rejoignirent l'Organisation sioniste en 1946.

L'Irgun, ainsi qu'une partie des membres du Lehi, étaient issus du courant révisionniste. Après l'établissement de l'Etat d'Israël, l'ex-Nouvelle Organisation sioniste fusionna avec l'Irgun pour créer le mouvement Herut, transformé ensuite en parti, puis intégré dans le parti Likud.

Sionisme socialiste

C'est en 1898 qu'apparut un groupe socialiste demandant d'être représenté au sein de la direction de l'Organisation sioniste. L'objectif du courant socialiste de fusionner sionisme et socialisme fut formule initialement par Nachman Syrkin en 1899. L'un des principaux promoteurs de ce point de vue était Ber Borokhov. Le courant socialiste était à l'initiative de nombreux mouvements de jeunesse de colonisation, et de façon générale il était à l'origine de la plupart des mouvements de colonisation. Le courant socialiste (travailliste) devint majoritaire dans l'organisation en 1933. Parmi ses dirigeants on peut citer David Ben Gourion, Yitzhak Ben Tzvi. Ce courant est à l'origine du Parti travailliste israélien.

Sionisme - Institutions

Agence juive

Agence juive pour la Palestine (Sochnut). Sochnut signifie “agence”.

Le mandat sur la Palestine attribué à la Grande-Bretagne par la Société des Nations prévoyait la constitution d'une Agence juive ayant pour fonction la représentation de la population juive vis-à-vis du gouvernement mandataire. Initialement, c'est l'Organisation sioniste qui jouait ce rôle. En 1923 fut proposé l'inclusion de non-sionistes dans l'Agence juive, mais l'opposition prévalait dans un premier temps, jusqu'à ce que la mesure fut finalement approuvée en 1929. Une agence élargie fut alors mise en place dans le cadre d'une association entre l'Organisation sioniste et des groupements non-sionistes, avec une répartition initiale de moitié pour chacune des deux composants. Chaim Weizmann, président de l'Organisation sioniste mondiale, fut désigne comme président de l'Agence juive. Ultérieurement, la direction de l'Agence juive coïncidait de fait avec celle de l'Organisation sioniste.

Jusqu'à l'établissement de l'Etat d'Israël, l'Agence juive assumait virtuellement des fonctions gouvernementales, organisant notamment l'immigration juive en Palestine, avec des départements pour les différents secteurs (travail, colonisation, industrie, armée etc.). David Ben Gourion était président du Comité exécutif de 1935 à 1948, tandis que Moshe Shertok (Sharett) dirigeait le département politique de 1933 à 1948.

Après l'établissement de l'Etat d'Israël, par une loi adoptée le 24 novembre 1952, le statut de l'Agence juive fut redéfini, et elle était chargée de l'immigration et de la colonisation. En août 1970 un autre accord remania de nouveau les attributions. La composition de l'Agence juive était établie comme devant comprendre 50 % de membres venant de l'Organisation sioniste mondiale, 30 % de l'Appel juif unifié établi aux USA et 20 % du reste du monde. L'Organisation sioniste mondiale se chargeait du domaine de l'immigration en provenance des pays développés, celle concernant les pays réputés source de “persécution” incombait à l'Agence juive. En juin 1979, des accords furent signés avec le gouvernement israélien attribuant à l'Agence juive les tâches liées à l'absorption des immigrants en Israël, l'Organisation sioniste mondiale devant intervenir au sein des communautés juives dans les différents pays. En 1982, cette question controversée fit encore l'objet d'une révision des attributions. Les non-sionistes, c'est-à-dire en fait ceux œuvrant pour la collecte de fonds (qui formaient la moitié de l'Agence juive) ayant déclaré leur acceptation de la plate-forme sioniste, l'Agence juive s'impliquait désormais dans les activités au sein des communautés juives dans le monde, secteur auparavant réservé à l'Organisation sioniste mondiale.

Haganah

Organisation de défense (Irgun Hahaganah). Haganah signifie “défense”.

Les initiateurs du mouvement sioniste, tout en se donnant une image pacifique, étaient conscients des conflits que devait forcément engendrer leur entreprise. Dès les débuts de l'immigration sioniste en Palestine, les agglomérations ainsi établies se préparaient méthodiquement à affronter l'hostilité, immédiate et à venir, de la société au sein de laquelle ils s'introduisaient. Dans un premier temps, il leur arrivait d'avoir recours à des gardiens arabes, mais cela n'était évidemment pas une situation satisfaisante pour eux. Des organisations de protection furent établies progressivement, sur une base purement autochtone. En 1907 Israël Shochat, membre du Poalei Tziyon, organisa avec d'autres (notamment Yitzhak Ben Tzvi) le Bar Giora (nommé d'après Simeon Bar Giora, qui avait conduit la guerre contre Rome en 66‑70 A.C.), organisation offrant ses services d'autodéfense aux colonies sionistes. Bar Giora se transforma ensuite sur une base plus large en Hashomer[30] (Gardien), dirigé notamment par I. Shochat et Israël Giladi[31]. Pour assumer la protection d'une colonie juive, elle posait comme condition qu'y soient employés uniquement des travailleurs juifs, qui devaient d'ailleurs participer potentiellement aux tâches de sécurité en tant que sorte de réservistes. En 1913, Hashomer établit des relations avec les institutions sionistes en Europe, mais cette connexion fut interrompue par l'éclatement de la Première Guerre mondiale. En 1920, Hashomer sera intégré dans la Haganah. I. Shochat, qui avait suivi la formation du Ahdut Haavoda, était en désaccord avec cette décision et abandonna la direction du Hashomer. Il essaya alors de former d'autres organisations de défense, sans succès. Après la création de l'Etat d'Israël, I. Shochat occupait le poste de directeur de la police.

Durant la Première Guerre mondiale, le mouvement sioniste s'engageait activement aux côtés de la Grande Bretagne, dans les combats contre l'empire ottoman. Vladimir Jabotinsky proposa la formation d'une légion juive pour participer à la libération de la Palestine de la domination ottomane. Mais les Britanniques étaient réticentes. En 1915 fut constituée, en Egypte, l'unité des muletiers de Sion, sous le commandement du lieutenant-colonel John Henry Patterson et du capitaine Yosef Trumpeldor[32]. Elle était chargée simplement de servir au transport le long du front turc. Finalement, en septembre 1917, fut formé un régiment d'infanterie, sous les commandes de Patterson, avec V. Jabotinsky comme commandant adjoint. Deux autres régiments furent créés par la suite, qu'intégraient notamment David Ben Gourion, Y. Ben Tzvi, Eliyahu Golomb. Ils furent dissout à la fin de la guerre. Sur l'insistance de l'exécutive sioniste les Britanniques établirent en 1919 un régiment de volontaires dans le cadre des forces britanniques stationnées en Palestine. Mais au grand regret de ses combattants du sionisme, ils ne furent pas mobilisés pour participer lors des divers incidents résultant de la résistance arabe. En mai 1921, lorsque des affrontements éclatèrent dans la zone entre Jaffa et Tel-Aviv, le commandant du régiment prit l'initiative d'intervenir, ce qui entraîna la dissolution de l'unité par les Britanniques.

En 1920, fut fondé la Haganah en tant qu'organisation militaire sur le terrain. Pendant les dix premières années ‑ étant donné que les institutions sionistes officielles n'étaient pas prêtes à assumer la direction d'une organisation illégale du point de vue des Britanniques ‑ la Haganah était subordonnée aux organes de la Histadrout, créée simultanément. Finalement en 1931, la Haganah fut transférée sous l'autorité conjointe du Comité exécutif de l'Agence juive et du Vaad Leumi.

Durant le soulèvement arabe de 1936‑1939 les Britanniques furent amenés à mettre en œuvre une certaine coopération avec la Haganah. Celle-ci mobilisa une milice de plus de 20 000 hommes, ainsi que les troupes proprement dites sous le commandement de Yitzhak Sadeh et les escouades de nuit établies en été 1938, commandées par le capitaine britannique Ordre Wingate. Aux débuts des années quarante, la Haganah avait atteint le statut d'une force militaire professionnelle. Elle comprenait un service de renseignement, Aliya Bet (s'occupant de “l'immigration illégale”), une industrie d'armement, un service d'acquisition d'armements, et une unité de choc (le Palmah, acronyme pour Plugot Mahatz, ou Compagnies d'assaut). Cette dernière, créée le 19 mai 1941, atteignait 12 compagnies. Parmi ses dirigeants, on peut citer Yigal Allon, Moshe Dayan, Yitzhak Rabin. A leurs côtés se trouvait à l'époque également Rehavam Zeevi, avocat de la politique de transfert, ministre d'Ariel Sharon tué en 2001 dans un attentat. Durant la Deuxième Guerre mondiale la direction du mouvement sioniste adopta une politique de coopération avec la Grande-Bretagne, au nom de la lutte contre les national-socialistes allemands. Plus de 30 000 Juifs de Palestine s'engagèrent dans l'armée britannique. En septembre 1944, fut établie une Brigade juive, dissoute ensuite en été 1946.

A la fin de la guerre, la Haganah entama une lutte ouverte contre les Britannique dans le cadre du Mouvement de résistance unifié, réunissant la Haganah, l'Irgun et le Lehi.

Au printemps 1947, D. Ben Gourion reprit en main la direction politique de la Haganah, et le 26 mai 1948, le Gouvernement provisoire d'Israël décida de transformer la Haganah en armée officielle de l'Etat, sous le nom de “Tzeva Haganah Leyisrael” - Forces de défense d'Israël (Tzahal).

Histadrout

Organisation générale des travailleurs hébreux en Eretz Israël (Hahistadrut Haklalit Shel Haovdim Haivrim Beeretz Israël). Hahistadrut signifie “l'organisation”.

La Histadrout fut fondée en 1920. Le congrès de fondation déclara que l'objectif de la Histadrout était de "unir tous les ouvriers et travailleurs dans le pays qui vivent de leur propre travail sans exploiter le travail d'autres, afin de pourvoir à toutes les affaires relatives aux colonies, à l'économie et aussi à la culture, de tous les travailleurs dans le pays, de manière à édifier une société de travail juif en Eretz Israël[33]."

La Histadrout englobe le Hevrat Haovdim, compagnie rassemblant un grand nombre d'entreprises économiques, et le Kupat Holim, organisme chargé du secteur de la santé.

En 1920, la Histadrout comptait environ 4 400 membres, en 1922, 8 394 des 16 608 ouvriers du pays était membres, en 1927, le nombre d'adhérents s'élevait à 25 000, ce qui correspondait à 75% des travailleurs juifs dans le pays.

Par la suite, la Histadrout elle-même devenait l'employeur le plus important dans le pays. On peut citer notamment Solel Boneh (Bâtiments et Infrastructures), un organisme conduit par la Histadrout intervenant dans le secteur de construction, travaux publics, entreprise générale. Des groupes d'immigrants qui avaient construit une route pour le compte du gouvernement mandataire en 1920, établirent en 1921 l'Office public de Travaux et Constructions, qui se transforma en Solel Boneh en 1924. Solel Boneh subit une refonte en 1935 et devint par la suite lui-même la compagnie chargée au sein de la Histadrout, du secteur des travaux publics et de l'entreprise générale.

David Ben Gourion était secrétaire général de la Histadrout de 1921 à 1935, suivi par Moshe David Remez, autre dirigeant de l'Ahdut Haavoda et du Mapai. En 1945, c'est Yosef Sprinzak, dirigeant du Hapoel Hatzair puis du Mapai, qui accéda à ce poste.

Keren Hayesod

Fonds pour l'édification.

Keren Hayesod est la principale institution de financement des activités de l'Organisation sioniste en Palestine. Il fut fondée en 1920 à Londres. La définition de ses objectifs donna lieu à une controverse autour de deux approches différentes. Chez les sionistes américains, prévalait l'idée que l'œuvre de l'Organisation sioniste se situait principalement sur le plan économique, visant à l'édification de la société juive en Palestine à travers la “libre entreprise”, avec la participation des sionistes aussi bien que des non-sionistes. Une politique d'investissement devait récolter des fonds pour des projets spécifiques. Les Européens insistaient plutôt sur l'implication de l'ensemble des communautés juives dans le monde dans l'effort national en vue de la colonisation par l'immigration. Le Fonds créé admettait les deux types d'activités.

En 1926, le quartier général de Keren Hayesod fut transféré à Jérusalem. Le conseil d'administration est désigné par l'exécutif de l'Organisation sioniste et l'Agence juive. Il devenait l'organisation de collecte de fonds le plus important dans tous les pays, sauf aux Etats-Unis. Aux Etats-Unis, il y avait initialement le United Palestine Appeal (un partenariat entre le Keren Hayesod et le Fonds national juif), lequel s'allia en 1939 avec le American Jewish Joint Distribution Committee et le National Refugee Service pour former le United Jewish Appeal. Après l'établissement de l'Etat d'Israël, Keren Hayesod (qui devient Keren Hayesod-Appel unifié d'Israël) se concentra sur le financement de l'absorption de l'immigration dans le pays.

Keren Kayemet Leyisrael

Fonds national juif.

Le Fonds national juif fut institué en 1901 avec pour objectif la collecte de fonds pour l'achat de terres en Palestine. En 1939, les terres possédées par le Fonds national juif couvraient près de 125 000 acres, ce qui représentait plus de 60 % de tous les terrains de propriété juive. En 1948, ce chiffre était monté à 232 000 acres.

Kibbutz, Moshav, Moshava

Kibbutz (pluriel: kibbutzim), Moshav (pluriel: moshavim), Moshava (pluriel: moshavot)

La première période d'immigration de Juifs en Palestine se situe approximativement de 1882 à 1904. Certains de ces immigrants constituaient des moshavot, des villages agricoles rassemblant des fermes de propriété privée individuelle. En l'absence de connaissances dans le domaine de l'agriculture et de moyens financiers, la situation de ces colonies se détériorait jusqu'à atteindre le bord de la faillite. Le Baron Edmond de Rothschild prit alors en main la gestion de ces colonies, en les dirigeant sur une base plus rationnel du point de vue économique, sous supervision d'experts, le travail agricole étant largement effectué par des Arabes indigènes.

La période d'immigration précédant la Première Guerre mondiale, de 1904 à 1914, vit l'apparition de kibbutz, colonies collectives censées mettre en œuvre des idéaux communautaires socio-économiques.

La période d'immigration consécutive à la Première Guerre mondiale, de 1919 à 1924, conduisit à la constitution de Moshavim, dans lesquels la terre appartient à la communauté, les équipements agricoles ainsi que la commercialisation des produits sont contrôlés collectivement, tandis que pour le reste chaque famille garde son autonomie, une parcelle de terre lui étant assigné.

Organisation sioniste (mondiale)

Hahistadrut Hatziyonit (Haolamit).

L'Organisation sioniste fut fondée sous l'impulsion de Theodor Herzl lors du 1er Congrès sioniste tenu à Bâle en 1897 (elle fut renommée Organisation sioniste mondiale en 1960). Elle établit comme institution permanente suprême, le Congrès sioniste. Dans la période entre les sessions du Congrès sioniste, la direction est assumée par le Conseil général sioniste et le Comité exécutif sioniste. Le Comité exécutif sioniste est dirigé par son président qui est également président de l'Organisation sioniste. Depuis sa fondation, l'Organisation sioniste a créé diverses institutions, notamment le Keren Hayesod, le Fonds national juif, le Trust colonial juif avec sa filiale, le Banque Anglo-Palestine.

Trust colonial juif

Theodor Herzl avait espéré initialement pouvoir compter sur un support financier de la part de riches Juifs, mais cette approche échoua. Finalement c'est le Trust colonial juif qui fut créé en 1898 en tant que première banque sioniste, dont les actions devaient être placées en grand nombre parmi les communautés juives. Le Trust colonial juif débuta ses opérations en 1902, année au cours duquel il établit une filiale, la Anglo-Palestine Company Limited (désignée aussi comme Anglo-Eretz-Israel Company Limited) qui devint par la suite Anglo-Palestine Bank Ltd. Le Trust investit ses fonds dans une variété d'entreprises industrielles et financières aussi bien en Palestine qu'en dehors (Liban, Syrie).

En 1934, le Trust colonial juif cessa ses activités bancaires et se transforma en compagnie holding pour les actions de la Anglo-Palestine Bank. Après l'établissement de l'Etat d'Israël, la Anglo-Palestine Bank devint l'agence financière et bancaire du gouvernement. En 1950, son enregistrement fut transféré de Londres à Israël, et elle fut rebaptisée Bank Leumi le-Israel (Banque nationale d'Israël). Lorsqu'en 1954 fut fondée la Banque d'Israël en tant que banque centrale, Bank Leumi se transforma en banque commerciale. En 1955, le Trust colonial juif devint une société israélienne, et vers la fin des années 1980, il fut cédé à des investisseurs privés.

Vaad Leumi

Conseil national juif.

Vaad Leumi fut fondé en 1920 en tant qu'institution suprême de la communauté juive en Palestine, et organisme exécutif de l'Assemblée élue. Ses membres participaient aux réunions du Conseil général sioniste, organe de l'Organisation sioniste.

Sionisme - Organisations et Partis

Ahdut Haavoda

Union du Travail.

Le Poalei Tziyon et un groupe de “sans parti” (Bilti Miflagtiyim - Parti non-partisan) établirent en 1919 le Ahdut Haavoda. Le Ahdut Haavoda était affilié à l'aile droite du mouvement Poalei Tziyon sur le plan mondial, laquelle était opposée à l'idée d'adhérer à l'Internationale communiste, et maintenait une étroite collaboration avec l'Organisation sioniste. En 1930, le Ahdut Haavoda fusionna avec le Hapoel Hatzair pour former le Mapai. En 1944, Siah Bet (Faction B), une faction qui fit scission du Mapai ‑ dont elle rassemblait environ un tiers des membres ‑, utilisait de nouveau le nom de Ahdut Haavoda pour former un nouveau parti ensemble avec la majorité du Hakibbutz Hameuhad (Mouvement unifié de Kibbutz)[34]. En 1946, le Ahdut Haavoda fusionna avec le Poalei Tziyon Smol, puis constitua en janvier 1948, avec le Hashomer Hatzair, le Mapam. En 1954, le Ahdut Haavoda fut reconstituée une seconde fois lorsque quelques membres quittèrent le Mapam et s'unirent avec des membres de Hakibbutz Hameuhad. De 1965 à 1968, le Ahdut Haavoda s'alignait sur le Mapai et finalement fut absorbé par le Parti travailliste, successeur du Mapai.

Parmi les personnalités marquants liées au Ahdut Haavoda, on peut citer David Ben Gourion, Yitzhak Ben Tzvi, Moshe Sharett, Yitzhak Tabenkin ainsi que, pour le Ahdut Haavoda de 1944, Israël Galili.

Betar

Acronyme pour: Brit Hanoar Haivri Al Shem Yosef Trumpeldor (Alliance des jeunes Juifs Yosef Trumpeldor[35]).

Le Betar fut fondé en 1923 à Riga en Lettonie. Il s'établit ensuite dans d'autres pays, et créa en 1931 une organisation à l'échelle mondiale dirigée par Vladimir Jabotinsky. Il devint le mouvement de jeunesse de l'Organisation sioniste révisionniste et ultérieurement du parti Herut.

Brit Shalom, Ihud, Kedma Mizraha

Brit Shalom: Alliance pour la paix. Ihud: Union. Kedma Mizraha: désigné comme Société pour la compréhension entre Arabes et Juifs (Public society for the advancement of Jewish-Arab relations).

Lors de la fondation du Brit Shalom en 1925, son principal protagoniste était Arthur Ruppin, qui assumait par ailleurs des fonctions importantes au sein du mouvement sioniste. Ruppin allait par la suite, après 1929, prendre ses distances vis-à-vis du Brit Shalom. Parmi les membres et partisans du mouvement, on peut citer Robert Weltach, éditeur du Jüdische Rundschau (journal du mouvement sioniste allemand), Jacob Thon du Département de colonisation de l'Agence juive, Judah Magnes, chancelier et premier président de l'Université hébreux, Martin Buber, Gershon Sholem.

Les positions du Brit Shalom étaient caractérisées par une certaine clairvoyance au sujet des contradictions qui opposaient la communauté juive en Palestine à la population arabe. On peut citer à titre d'exemple l'avis de Shmuel Hugo Bergman, l'un des principaux protagonistes du Brit Shalom mais aussi membre du Ahavat Poalim[36]. Voici comment il répliquait, en 1930, à la position exprimée au sein de cette organisation par Moshe Erem, lequel préconisait le principe de l'organisation conjointe entre travailleurs juifs et arabes au sein de la Histadrout en donnant pour raison non seulement l'internationalisme prolétarien mais aussi la perspective qu'ainsi serait accentué la lutte de classe et la polarisation des classes au sein de la population arabe, ce qui faciliterait l'immigration juive et le projet sioniste[37]:

Utiliser l'organisation conjointe afin de réaliser les aspirations politiques d'un peuple particulier signifie la destruction de toute possibilité d'organisation conjointe. [...] L'immigration juive, malgré tous qu'elle a apporté de bien à l'ouvrier arabe, affaiblit le pouvoir politique de l'un des peuples [en Palestine] et renforce le pouvoir politique de l'autre, au moment où se déroule une lutte acharnée entre les deux peuples, laquelle toute l'idéologie de classe du camarade Erem ne peut éliminer, du moins pas pour l'instant, aussi longtemps qu'aucun accord judéo-arabe n'ait été atteint. Chercher l'organisation conjointe à l'heure actuelle afin d'éliminer les barrières opposées à l'immigration juive ‑ aucun patriote arabe, aucun ouvrier arabe ayant des sentiments nationalistes, ne sera d'accord avec cela.

Bergman en tire la conclusion que la seule base possible pour l'organisation conjointe consistait à rester confiné au terrain purement économique, sans référence à la politique, ce qui met pleinement en lumière l'impasse dans laquelle se trouvaient les représentants du sionisme aspirant à une conciliation avec les Arabes.

Parmi les participants au mouvement, on peut mentionner Chaim Margalith Kalvarisky, qui avait été le directeur de Rothschild en Palestine, directeur de la Jewish Colonization Association et à la tête du Département arabe du Comité exécutif sioniste, et qui était l'oncle de Yigael Gluckstein (personnalité du mouvement trotskyste connu par la suite sous le nom de Tony Cliff).

En 1936 fut fonde le Kedma Mizraha (Public society for the advancement of Jewish-Arab relations). C'était une sorte de continuation du Brit Shalom, avec une composition sociale et des tendances de pensée plus variées. La figure centrale en était Ch. Kalvarisky. Leur but était d'établir un dialogue avec des dirigeants arabes dans la région sur une base très générale. Ils étaient particulièrement actifs en Egypte. Ch. Kalvarisky avait proposé en 1919 au "Comité provisoire" de la communauté juive en Palestine un plan basé sur un Etat binational, politiquement et socialement.

Finalement, le Brit Shalom trouva un prolongement avec la formation en été 1942 d'un parti politique, le “Ihud”. Parmi les personnalités parties prenantes de la formation en 1942 du Ihud, on peut citer J. Magnes, M. Buber, Julius Simon (président de la Palestine Economic Corporation), Moshe Smilansky (de la Palestine Jewish Farmers League). Le Ihud s'opposait à l'idée d'un transfert des populations arabes[38]. Le Ihud présenta ses idées devant la Commission d'enquête anglo-américaine en 1946, puis devant le UNSCOP en 1947. Le Ihud cessa d'exister en 1964.

Cf. "Eretz Israël".

Gdud Haavoda

Gdud Ha'avoda vehahagan Al Shem Yosef Trumpeldor (Bataillon de travail et de défense Joseph Trumpeldor).

C'était une organisation formée sur la base de l'immigration consécutive à la Première Guerre mondiale. Le Gdud Haavoda avait été initié en lien avec Yosef Trumpeldor[39] afin de former un cadre pour l'emploi de la force de travail des immigrants. Chaque membre de l'organisation devait accepter n'importe quel travail qui lui serait assigné et les salaires étaient versés dans un fonds géré collectivement. Il s'agissait de travailleurs mobiles exécutant des travaux publics. La première conférence du Gdud Haavoda se tint en 1921 et se fixa l'objectif d’"établir une Commune générale des Travailleurs Juifs en Palestine"[40]. Y participèrent entre autres Yitzhak Sadeh et Israël Shochat[41]. Parmi les membres du Gdud Haavoda, un certain nombre évoluèrent vers des positions antisionistes. De ceux-ci, le Parti communiste palestinien (PCP) en absorba une minorité, tandis que la majorité émigra en URSS, et l'organisation cessa d'exister[42].

Hapoel Hatzair

Le Jeune Ouvrier.

Le Hapoel Hatzair, fondé en 1905, rejoignit le Ahdut Haavoda lorsque, en 1930, ils fusionneront dans le Mapai.

Cette organisation rejetait le socialisme marxiste et la lutte de classe et était guidée par l'engagement au travail physique, au sacrifice de soi-même et à l'établissement dans le pays comme moyen de “Rédemption”.

Parmi les personnalités marquantes liées au Hapoel Hatzair, on peut citer Chaim Arlosoroff.

Hashomer Hatzair

Le Jeune Gardien.

Le Hashomer Hatzair fut fondé en Pologne en 1913‑1914, d'abord comme alliance composite de plusieurs groupes, puis en 1916 transformé en mouvement unifié. On peut noter que Menahem Begin, avant d'entrer au Betar, était passé au Hashomer Hatzair. Les premiers membres du Hashomer Hatzair immigraient en Palestine dans les années 1919‑1923. En 1927, les kibbutz du Hashomer Hatzair s'unirent dans la fédération Hakibbutz Haartzi.

Le Hashomer Hatzair rejetait aussi bien la souveraineté exclusive des Juifs sur la Palestine que la partition et proposa un Etat binational avec égalité entre les deux peuples indépendamment de leur nombre. Il faut cependant souligner qu'il maintenait l'exigence du droit à l'immigration juive avec l'objectif avoué d'atteindre la majorité numérique dans le pays, face à la population arabe. Il est vrai cependant que, contrairement à la plupart des autres représentants du sionisme, Yaacov Riftin, parmi les dirigeants du Hashomer Hatzair, s'opposait à l'idée d'un transfert des populations arabes. En tant que secrétaire politique du Hashomer Hatzair il intervint en ce sens par exemple au cours du 20ème congrès de l'Organisation sioniste tenu en 1937, en exigeant que le congrès s'oppose à l'idée de partition et de transfert de population[43]:

Un certain nombre de dirigeants travaillistes viennent d'exprimer à partir du podium de ce congrès leur accord avec le plan de transfert, qui est antisocialiste et dangereux du point de vue de la population juive dans la Diaspora.

A partir du début des années 1930, le Hakibbutz-Haartzi-Hashomer Hatzair constituait au sein de la Histadrout l'organisation la plus forte à gauche du Mapai. Le Hashomer Hatzair rejetait l'appel d'enlever à la Histadrout des fonctions non strictement syndicales et attribuait l'importance primordiale non pas à la lutte de classes, mais à l'immigration de travailleurs et l'établissement de kibbutz. Il proposait de assouplir le principe du “travail hébreu” en acceptant les travailleurs arabes employés de façon permanente par des Juifs.

En 1936 il créa la Ligue Socialiste destinée à accueillir les partisans du Hashomer Hatzair qui ne vivaient pas dans un kibbutz.

Sur le plan international, le Hashomer Hatzair participait activement à la résistance dans les pays d'Europe de l'Est occupés par l'Allemagne national-socialiste, principalement en Pologne. Après la guerre, il prit part à l'organisation de l'immigration en Palestine, de même que, en Palestine même, aux activités de la Haganah. Ensemble avec d'autres fédérations de kibbutz, il forma le noyau du Palmah[44].

En 1946, le Hashomer Hatzair, en intégrant la Ligue socialiste, forma un parti politique, le Parti des Travailleurs-Hashomer Hatzair, dirigé par Israël Barzilay. Ce parti fusionna en 1948 avec le Ahdut Haavoda pour former le Mapam.

Irgun

Irgun Tzevai Leumi (Organisation militaire nationale ‑ acronyme: Etzel). Irgun signifie “organisation”.

En 1931 un groupe de commandants de la Haganah, avec à leur tête Avraham Tehomi, se séparèrent de la Haganah, et en joignant leurs forces à un groupe armé du Betar, établirent en 1932 l'Irgun. En 1937, ce groupe connut une scission, lorsque environ la moitié de ses membres, dont A. Tehomi lui-même, réintégrèrent la Haganah. Les autres maintinrent l'Irgun sous une forme modifiée, étant liés idéologiquement et politiquement à l'Organisation sioniste révisionniste dirigée par Vladimir Jabotinsky. L'Irgun rejetait alors la politique de retenue de l'Agence juive et de la Haganah, et adoptait une politique de terreur à l'encontre des Arabes.

Après la publication du Livre blanc de mai 1939, l'Irgun dirigeait ses activités contre les autorités mandataires britanniques, mais avec l'éclatement de la guerre mondiale, il considérait nécessaire une coopération militaire avec les Britanniques. Cela conduisit à une nouvelle scission et la formation d'un autre groupe, le Lohamei Herut Israël, ou Lehi. Toutefois, à partir de février 1944, l'Irgun reprit ses actions contre l'administration britannique. Il créa alors aux USA un “Comité hébreu de libération nationale” (“Hebrew Committee for National Liberation”).

Après l'établissement de l'Etat d'Israël, l'Irgun se déclara prêt procéder à l'intégration de ses membres à l'armée nationale, mais en attendant que cela soit mis en œuvre il continua d'agir indépendamment. C'est dans ce contexte qu'il perpétra l'attaque contre le village arabe de Deir Yassine. Sur le plan politique, l'Organisation sioniste révisionniste, en fusionnant avec l'Irgun, fonda alors le mouvement Herut, qui se transforma ensuite en parti politique et s'intégra dans le parti Likud.

Signalons qu'Uri Avnery, l'un des fondateurs du mouvement israélien Gush Shalom (Coalition de Paix), favorable à un compromis avec les Palestiniens, avait participé à l'Irgun entre 1938 et 1942.

Cf. Guerre israélo-arabe (Deir Yassine).

Lehi

Acronyme pour: Lohamei Herut Israël (Combattants pour la liberté d'Israël).

Le Lehi est issu de l'Irgun suite à la décision de ce dernier groupe de coopérer militairement avec les Britanniques contre l'Allemagne national-socialiste. Ceux qui étaient opposés à cette décision, dirigés par Avraham Stern, fondèrent un groupe séparé en septembre 1940 et poursuivaient les actions contre les Britanniques sous le nom de "Etzel en Israël".

A. Stern, né en Pologne en 1907, avait immigré en Palestine en 1925, puis vers la fin des années 1920 il séjournait en Italie, d'où il retournait en Palestine en 1929, fortement imprégné des idées fascistes. A. Stern "n'était pas socialiste, mais s'opposait vigoureusement à la rhétorique antisocialiste des révisionnistes"[45]. Dans un manifeste, Ikarei Hatehiya (Les Principes de la résurrection), il définissait ses objectifs: le peuple juif en tant que peuple élu est pleinement en droit de disposer du patrimoine biblique dans son intégralité, du Nil à l'Euphrate. Il devrait y avoir un "échange de populations". En 1937, A. Stern se rendit en Pologne pour mettre en place des cours d'entraînement pour le compte de l'Irgun et obtenir des armes. Après son retour en Palestine, il fut emprisonné par les Britanniques d'août 1939 à juin 1940.

Après des démarches de prise de contact avec des représentants du régime national-socialiste allemand, le 11 janvier 1941 le groupe A. Stern transmit à l'ambassade allemande à Ankara un projet d'accord de coopération[46]. Le groupe perdait rapidement la plupart de ses membres qui soit retournèrent à l'Irgun, soit rejoignirent l'Armée britannique. Le noyau dur restant se procurait des fonds par des cambriolages de banques sionistes, entre autres de la Histadrout, et des extorsions de fonds d'individus. Le 12 février 1942, A. Stern fut débusqué et tué par le CID (Criminal Investigation Department) britannique.

Yitzhak Shamir, après avoir adhéré à l'Irgun, avait suivi A. Stern lors de la scission menant à la constitution du Lehi. Le 1er septembre 1942, Y. Shamir et Eliyahu Giladi, détenus par les Britanniques, s'échappèrent de prison, ce qui marqua la renaissance du mouvement, maintenant appelé Lohamei Herut Israël (Combattants pour la liberté d'Israël), ou Lehi. Tout en rétablissant le contact avec les survivants du groupe, Y. Shamir arriva à la conclusion que E. Giladi était devenu dangereux pour la sécurité du groupe. Celui-ci avait en effet décidé d'entamer une campagne d'assassinats visant des dirigeants de l'Organisation sioniste, y compris David Ben Gourion. Y. Shamir donna l'ordre de tuer E. Giladi[47]. Le 31 octobre 1943, Nathan Yellin-Mor et d'autres membres du groupe s'échappèrent, à leur tour, de prison. Le Lehi était alors dirigé par N. Yellin-Mor, Israël Eldad et Y. Shamir. Le groupe reprit ses opérations militaires seulement début 1944, au même moment qu'eut lieu la réactivation de l'Irgun.

L'assassinat de Lord Moyne, ministre d'Etat britannique pour le Moyen Orient (en 1941‑1942, il avait dirigé le département colonial britannique), le 6 novembre 1944 au Caire par des membres du Lehi, fournit l'occasion à la Haganah de collaborer ouvertement avec le CID britannique pour supprimer l'Irgun. En fait le Lehi se vit contraint, dans un marchandage avec les Britanniques, d'accepter une restriction de ses activités. C'est en novembre 1944 que le groupe promit à Eliyahu Golomb de la Haganah de suspendre ses opérations contre les Britanniques, qui en échange le laisseraient tranquille. Cet arrangement fut mis en place sous la forme du Tnuat Hameri (mouvement de la résistance (hébreu)), mais l'alliance prit fin avec l'attentat exécuté par l'Irgun contre l'Hôtel King David (où était installé l'Etat-major britannique). Y. Shamir fut arrêté en août 1946 (il arrivera de nouveau en Israël en mai 1948). N. Yellin-Mor devint alors le principal idéologue du Lehi. Fin 1947, il annonça la dissolution du groupe, étant donné qu'il ne s'attendait pas à l'éclatement d'un conflit armé avec les Arabes. Lorsque celui-ci se produisit, il entreprit un revirement et poussa à la participation du Lehi aux opérations. Néanmoins, il semble qu'il était opposé aux positions adoptées par I. Eldad, troisième membre du comité central, qui endossa l'attitude de l'Irgun telle qu'elle se manifestait dans l'attaque contre le village arabe de Deir Yassine.

Après avoir organisé l'attentat contre le comte Bernadotte, le 17 septembre 1948, le Lehi fut interdit et un certain nombre de ses membres furent arrêtés, dont N. Yellin-Mor. Néanmoins, ce dernier se présenta aux élections à la Knesset (parlement) du 25 janvier 1949 sur une liste présentée par le Lehi, la "Liste des combattants", et fut élu. Après avoir été condamné à huit ans de prison, il fut cependant rapidement amnistié le 14 février, et libéré. En mars, se réunit le “Parti des Combattants”, dans un contexte de division interne. La faction dirigée par N. Yellin-Mor et Y. Shamir visait à mettre en oeuvre une orientation “national-bolchevique”, tandis que l'autre, dirigée par I. Eldad, préférait quitter la scène politique et poursuivre une activité sous la forme d'un forum intellectuel. L'organisation existait jusqu'en 1951, soutenant une démocratie populaire et prédisant la faillite du système de partis en place, suite à une immigration massive de populations de milieu ouvrier, ce qui devrait conduire à un élargissement des frontières et élever leur parti à une position central dans le pays.

Dans les années 1950, N. Yellin-Mor renonçait pour un temps à l'activité politique, puis rejoignit le Hapeula Hashemit (Action sémite). Vers la fin des années 1960, il passa au mouvement Shalom Ubitahon (Paix et sécurité) et se prononçait en faveur de l'autodétermination pour les Palestiniens. En 1969, il se présenta aux élections pour la Knesset sur la liste Nes (socialiste de gauche), mais celle-ci n'obtient aucun siège.

Ligue pour le rapprochement et la coopération judéo-arabes

En 1939 se constitua, à l'initiative de Chaim Kalvarisky[48], la "Ligue pour le rapprochement et la coopération judéo-arabes" (League for Jewish-Arab Rapprochement), réunissant des adhérents venant des professions libérales et des milieux d'intellectuels ainsi que quelques dirigeants du Poalei Tziyon Smol. Initialement, elle condamnait le principe du "travail hébreu". En 1942, le Hashomer Hatzair rejoignit la Ligue. Celle-ci se déclara alors opposée à "toute tendance à figer la communauté dans une situation de minorité en Palestine"[49]. C'est vers fin 1942 également que la direction de la Histadrout commençait de son côté à consacrer plus d'attention à l'activité en direction des travailleurs arabes. Un certain nombre de dirigeants du Mapai prirent en main le département arabe de la Histadrout aux côtés de Aharon Cohen représentant le Hashomer Hatzair et Moshe Erem représentant le Poalei Tziyon Smol. A. Cohen, qui avait poussé son organisation à rejoindre la Ligue, en devint l'un des protagonistes les plus actifs. En 1946, la Ligue signa un accord avec l'organisation Filastin al-Jadida (Palestine nouvelle, dirigée par Fawzi al-Husayni ‑ neveu de Amin ‑, assassiné en novembre 1946) approuvant le principe d'un Etat binational. Signalons que parmi les Arabes favorables à cette idée il y avait aussi Adil Jabr, membre du Conseil municipal de Jérusalem, qui rédigea en 1940‑1941 un projet pour un Etat fédéral binational.

Dans une lettre adressée à la Ligue, Moshe Shertok (Sharett), directeur du département politique de l'Agence juive, expliqua[50]:

L'heure la plus cruciale pour le sionisme est la période de transition d'une minorité juive à une majorité. Pendant cette période, le facteur décisif, ce sera non pas les Arabes, mais les Britanniques et les Américains. Ce ne sont pas les Arabes qui auront le dernier mot, ni dans le monde ni ici; n'adoptons pas le point de vue selon lequel on doit aller à la rencontre des Arabes et se déclarer d'accord avec eux.

Mapai

Acronyme pour: Mifleget Poalei Eretz Israël (Parti des ouvriers de la Terre d'Israël).

Le Mapai fut constitué en 1930 par la fusion entre le Hapoel Hatzair et le Ahdut Haavoda. En 1944, une fraction de gauche quitte le Mapai et se constitue en organisation en reprenant à nouveau le nom de le Ahdut Haavoda. Le Rafi (Reshimat Poalei Israël Ubilti Miflagtiyim ‑ Liste d'ouvriers et de non-partisans d'Israël) fut constitué par David Ben Gourion pour les élections de 1965 en tant que scission du Mapai, avec Shimon Peres comme Secrétaire général. Celui-ci mit en œuvre la réunion du Rafi, du Mapai et du Ahdut Haavoda pour former le Parti travailliste (Mifleget Haavoda Hayisraelit) en 1968, tandis que D. Ben Gourion constitua pour les élections à la Knesset de 1969 une nouvelle liste, la Hareshimat Hamamlahtit (Liste de l'Etat).

Parmi les personnalités marquantes liées au Mapai, on peut citer D. Ben Gourion, Yitzhak Ben Tzvi, Golda Meïr, Moshe Sharett, Yitzhak Tabenkin.

Mapam

Acronyme pour: Mifleget Hapoalim Hameuhedet (Parti unifié des ouvriers).

Le Mapam fut formé en 1948 d'une unification entre le Hashomer Hatzair, le Ahdut Haavoda et ce qui restait de l'ancien Poalei Tziyon Smol, avec en outre des “personnalités indépendantes”, parmi lesquelles se trouvait le général Yitzhak Sadeh. Il rejoignit le Parti travailliste de 1969 à 1984, se présenta comme parti indépendant en 1988, et retourna au sein du Parti travailliste en 1992.

Poalei Tziyon

Ouvriers de Sion.

Le mouvement Poalei Tziyon émergea initialement au cours des années 1897‑1898, sous la forme de cercles qui s'étendaient à travers l'Empire russe: Varsovie, Vilno en Lithuanie, Odessa, Minsk, Ekaterinoslav en Biélorussie (aujourd'hui Dniepropetrovsk) et ailleurs. Par la suite, des organisations plus spécifiquement ouvrières furent établies sous le nom de Poalei Tziyon, notamment en 1900‑1901 à Ekaterinoslav sous la direction de Dov Ber Borokhov. Les Poalei Tziyon formaient alors une fédération s'intégrant à l'Organisation sioniste. En dehors de l'Empire russe, ils se constituaient également en Autriche, Europe centrale et aux Etats-Unis. Des divergences d'orientation aboutirent en 1905‑1906 à la constitution de divers partis issus de ce mouvement, en particulier le Parti ouvrier social-démocrate juif-Poalei Tziyon, dirigé par B. Borokhov, ainsi que le Parti ouvrier sioniste socialiste et le Parti ouvrier socialiste juif. En URSS, le Parti ouvrier social-démocrate (à partir de 1923: communiste) juif-Poalei Tziyon, continuait d'exister jusqu'en 1928.

En Palestine, en 1906, la nouvelle branche locale du Poalei Tziyon constitua le “Parti ouvrier social-démocrate juif en Eretz Israël”, qui se réunit à Ramla pour définir son programme. Ce programme débutait par une version modifiée de la première phrase du Manifeste du Parti communiste de Marx et Engels: "Toute l'histoire humaine est une histoire de luttes nationales et de classes[51]." En 1919 une évolution divergente des composantes du Poalei Tziyon en Palestine conduit d'une part à l'intégration de la tendance prépondérante au sein du Ahdut Haavoda nouvellement constitué, d'autre part à la formation du “Mifleget Poalim Sotzialistim” (“Parti des ouvriers socialistes” ‑ MPS ou Mops) affilié au plan international à l'aile gauche du Poalei Tziyon. Parmi les personnalités marquantes liées au Poalei Tziyon, on peut citer David Ben Gourion, Yitzhak Ben Tzvi, Golda Meïr, Yitzhak Tabenkin.

Poalei Tziyon Smol

Ouvriers de Sion de gauche.

A partir des restes du MPS[52], à travers plusieurs fusions et scissions successives, se constitua ‑ outre le Parti communiste palestinien (dont l'acronyme était initialement PKP, selon sa désignation en Yiddish) ‑ le Poalei Tziyon Smol, héritier des tendances sionistes et continuant à être affilié à l'aile gauche du Poalei Tziyon au niveau mondial. Malgré l'abandon de la perspective de l'adhésion à l'Internationale communiste, le Poalei Tziyon Smol se concevait comme parti communiste authentique, fidèle à l'URSS et à l'Internationale communiste. Jusque vers la fin des années 1930, il refusait de participer aux institutions de l'Organisation sioniste. Néanmoins, il adhérait au sionisme, était favorable à l'immigration juive en Palestine et considérait ce pays comme lieu ou serait établi le futur Etat socialiste juif. En 1928, le Poalei Tziyon Smol se scinda en deux fractions, l'une dirigée par Moshe Erem et Liova Levite, l'autre par Zeev Abramovitch et Yitzhak Yitzhaki. Cette dernière allait développer par la suite des liens étroits avec le Independent Labour Party (ILP) britannique. En 1930, les deux composantes se retrouvèrent en constituant une organisation nommée Ahavat Poalim[53] (Fraternité des ouvriers). La première assemblée adopta une résolution reconnaissant à la fois le plein droit de la classe ouvrière arabe à un développement social et national libre en Palestine, et le droit à l'immigration juive illimitée et au développement social et national juif[54]. Un mois plus tard, le Ahavat Poalim fut dissous par le gouvernement mandataire. En 1948, ce qui restait de l'ancien Poalei Tziyon Smol, après avoir fusionné en 1946 avec le Ahdut Haavoda reconstitué, intègre le Mapam lors de sa formation.

Sionisme - Personnalités

Arlosoroff, Chaim (1899‑1933)

Chaim Arlosoroff naquit en Ukraine. Sa famille s'établit en Allemagne en 1905. En 1918, il fonda le Hapoel Hatzair. En 1920, le Hapoel Hatzair et le Tzeirei Tziyon Hatehiya (un autre mouvement, constitué en 1908) fusionnèrent, à l'échelle de l'Europe orientale, en une seule organisation, ce qui conduisit à la constitution du “Parti sioniste des travailleurs Hitahdut” (Hitahdut signifie “Association”) qui se développait principalement en Galicie. Ch. Arlosoroff devint l'un de ses principaux dirigeants. Il émigra en Palestine en 1921. Il représentait le Hitahdut (qui fusionnera par la suite avec le Ahdut Haavoda pour former le Mapai) au sein de la Histadrout. Il fut également nommé à la tête du département politique de l'Agence juive.

Après la prise du pouvoir par les national-socialistes en Allemagne, Ch. Arlosoroff jouait une rôle clé dans le programme “Haavara” (“Transfert”), permettant aux Juifs d'Allemagne de transférer une partie de leurs possessions en Palestine. Il servait d'intermédiaire vis-à-vis des autorités allemandes pour faciliter l'immigration des Juifs d'Allemagne en Palestine. Il fut assassiné en 1933.

Begin, Menahem (1913‑1992)

Menahem Begin naquit en Biélorussie en 1913. Il était d'abord membre du Hashomer Hatzair puis, en 1929, il adhéra au Betar. En 1932 il entra dans l'administration du Betar en Pologne et en 1939 il en prit la direction nationale.

Lors de la convention du Betar de 1938, M. Begin se trouva en conflit avec Vladimir Jabotinsky en exigeant une réorientation avec pour objectif "la conquête du foyer national par la force". En 1939, lorsque l'Allemagne national-socialiste envahit la Pologne, il s'enfuit en Union soviétique. Il fut arrêté en septembre 1940, inculpé d'espionnage, mais libéré en 1941 dans le cadre d'un accord avec le gouvernement polonais en exil concernant un grand nombre de citoyens polonais. Il rejoignit alors l'Armée polonaise libre du Général Andres, ce qui l'amena en 1942 en Palestine dans le cadre de l'armée britannique.

Il devint dirigeant de l'Irgun, jusqu'à sa dissolution en 1948. Il fonda alors le “Tnuat Haherut” (“Mouvement de la Liberté”) et dirigeait ses activités de 1949 à 1965. En 1965, le Herut fusionna avec le Parti libéral (parti issue de l'organisation des sionistes généraux) pour former le “Gahal” (Gush Herut-Liberalim ou Bloc de la liberté et des libéraux). En 1967, le Gahal participait au gouvernement d'union nationale, M. Begin étant nommé ministre sans portefeuille, poste qu'il occupait jusqu'en 1970, lorsque le Gahal quitta la coalition gouvernementale. Ensemble avec plusieurs autres partis, le Gahal forma en 1973 le “Likud”. En 1977, le Likud gagna la majorité, M. Begin devint premier ministre. Il fut le premier titulaire de cette fonction à se référer à la Cisjordanie en tant que Judée et Samarie, considérant qu'ils faisaient partie intégrante d'Israël. En 1980, il se chargea également du ministère de la Défense. Il fut réélu en 1981, mais démissionna en 1983.

Cf. Guerre israélo-arabe (Deir Yassine).

Ben Gourion, David (1886‑1973)

David Ben Gourion naquit en Pologne en 1886. En 1904 il entra au Poalei Tziyon. En 1906, il émigra en Palestine et participa à la création du groupe “d'autodéfense” Hashomer[55]. Au cours de la Première Guerre mondiale il fit parti des régiments juifs créés au sein de l'armée britannique[56]. Il était l'un des principaux dirigeants du Ahdut Haavoda, puis du Mapai. Il était l'un des principaux fondateurs de la Histadrout dont il était secrétaire général de 1921 à 1935. De 1935 à 1948 il était président du Comité exécutif de l'Agence juive. Lors de l'établissement de l'Etat d'Israël, il devint premier ministre (fonction qu'il occupait jusqu'en 1963, avec une brève interruption de 1954 à 1955) ainsi que ministre de la Défense.

Ben Tzvi (Shimshelevitz), Yitzhak (1884‑1963)

Yitzhak Ben Tzvi naquit en Ukraine. Il fut un ami de jeunesse et disciple de Ber Borokhov. Il joua un rôle important dans le Poalei Tziyon, fondé en 1906. En 1907, il immigra en Palestine. Il fut envoyé comme délégué du Poalei Tziyon au congrès de l'Organisation sioniste tenu en 1907. Il participa à la fondation des groupes “d'autodéfense” Bar Giora[57] (en 1907) et Hashomer[58] (en 1909). Au début de la Première Guerre mondiale il arriva à New York, puis retourna en Palestine en 1918 dans le cadre des régiments juifs créés au sein de l'armée britannique[59]. En 1919 il fut élu au comité central du Ahdut Haavoda et l'année suivant, au secrétariat de la Histadrout, puis il était l'un des principaux dirigeants du Mapai. Avec la constitution du Vaad Leumi en 1920, il fut élu au sein de sa direction et en devint secrétaire en 1931 puis président en 1945.

Après l'établissement de l'Etat d'Israël, il était membre du parlement en tant que représentant du Mapai, élu en 1949 puis 1952. Après la mort de Chaim Weizmann en 1952, Y. Ben Tzvi lui succéda comme président d'Israël, mandat renouvelé en 1957, puis en 1962.

Eldad (Scheib), Israël (1910‑1996)

Israël Eldad naquit en Ukraine. Il émigra en Palestine en 1941 et rejoignit le Lehi. Après la création de l'Etat d'Israël, il fonda le “Hazit Hamoledet” (Front de la Patrie), qui fut interdit après l'assassinat de Folke Bernadotte en septembre 1948. A partir de 1949, I. Eldad publiait Sulam, un périodique militant en faveur de l'émigration des Arabes des territoires d'Eretz Israël. En 1960, il participa à la création du "Comité israélien pour l'Algérie libre". Dans ce cadre il critiquait le soutien officiel apporté par Israël aux organisations françaises procolonialistes[60]:

Si le gouvernement et le peuple israélien révisent leur attitude envers l'Algérie et établissent des liens avec le peuple algérien, cela battrait en brèche l'embargo [économique] qui nous est imposé par les pays voisins. Une fois que l'Algérie aura gagné sa liberté, on peut supposer qu'elle deviendra la nation arabe la plus importante. Le soutien d'Israël à la lutte algérienne pour la liberté contribuerait à la formation de liens avec l'une des populations arabes les plus importantes à ne pas être accrochées au train du Caire.

Il fut l'un des fondateurs du “Mouvement pour le Grand Israël” (“Eretz Israël Hashlema”) qui surgit suite à la guerre de 1967. Il était l'un des principaux membres (non-religieux) du Gush Emunim (qui réunit des activistes non-religieux et religieux) et du parti créé en 1979 par des militants de ce mouvement, Tehiya, dirigé par Yuval Neeman. Le cœur du Gush Emunim est constitué par une bonne centaine de colonies établies en Cisjordanie, dans la bande de Gaza et sur les hauteurs du Golan. Le mouvement dispose de représentants à la Knesset (Assemblée nationale) et sert d'appui idéologique au Likud.

Cf. Guerre israélo-arabe (Deir Yassine).

Meïr (Meyerson, née Mabovitz), Golda (1898‑1978)

Golda Meïr naquit en Ukraine en 1898. Sa famille émigra aux USA en 1906. G. Meïr y adhérait au Poalei Tziyon avant d'émigrer en Palestine en 1921. En 1924 elle assuma un poste au sein de l'administration de la Histadrout, puis devint secrétaire du Comité d'action de la Histadrout et, plus tard, de la section politique de celle-ci. Par la suite elle était active comme membre du Mapai.

En 1946 elle remplaça brièvement Moshe Sharett, emprisonné par les Britanniques, comme dirigeant du Département politique de l'Agence juive et négocia notamment l'accord Israël-Jordanie de novembre 1947. En 1948 elle faisait d'abord partie du gouvernement provisoire puis, en juin 1948, elle fut nommée ambassadrice en URSS. De 1949 à 1956, elle était ministre du Travail. De 1956 à 1966, elle était ministre des Affaires étrangères. De 1966 à 1968 elle était secrétaire général du Mapai, et ensuite secrétaire général du Parti travailliste nouvellement constitué. En 1969, elle devint premier ministre, poste dont elle démissionna en 1974.

Sadeh (Landsberg), Yitzhak (1890‑1952)

Yitzhak Sadeh naquit en Pologne. Il débuta sa carrière militaire dans l'armée russe durant la Première Guerre mondiale et fut décoré. En 1920 il immigra en Palestine. Il participa au Gdud Haavoda. Il était commandant de la Haganah, en 1921 à Jérusalem, puis durant la révolte arabe de 1929 à Haïfa. A l'éclatement de la révolte arabe de 1936, il établit à Jérusalem une unité militaire appelée “Nodedet” (ce qui signifie “vagabond”) basée sur la stratégie d'attaquer les groupements arabes plutôt que de défendre les colonies de l'intérieur. En 1937 il créa le “Posh” (acronyme pour “Plugot Sadeh”, c'est-à-dire Compagnies Sadeh), intégré à la Haganah. En 1941, il participa à la fondation du Palmah[61], troupe de choc de la Haganah, et en occupait le commandement jusqu'en 1945. En 1945 il fut nommé commandant en chef de la Haganah. Il quitta le service militaire lors de la dissolution du Palmah en 1949. Il adhéra au Mapam lors de sa formation en 1948.

Shamir (Yzernitzky), Yitzhak (1915‑)

Yitzhak Shamir naquit en 1915 en Biélorussie. A partir de 1929, il était membre actif du Betar. En 1935 il immigra en Palestine. Lors de l'insurrection arabe de 1936, il devint instructeur dans le cadre des “cellules nationales”, un mouvement de la jeunesse révisionniste, et participait aux actions militaires dans la région de Tel-Aviv. En 1937, il adhéra à l'Irgun et en 1940 il suivit la scission menant à la constitution du Lehi. En 1941 il fut emprisonné par les Britanniques. Il s'échappa en 1943 du camp de détention et devint l'un des principaux dirigeants du Lehi. En 1946 il fut à nouveau arrêté par les Britanniques et exilé en Erythrée. Il s'échappa en 1947, réussit à passer en Djibouti (Somali française), où il fut à nouveau appréhendé. Mais le représentant de l'Irgun à Paris convainquit le premier ministre français, Robert Schumann, d'ordonner le transport en France de Y. Shamir, où il arriva au début de 1948 et obtint l'asile politique. Après l'établissement de l'Etat d'Israël, il y retourna. Il exerçait de nouveau la direction du Lehi jusqu'à sa dissolution en 1949.

Y. Shamir était actif au sein du Parti de la “Liste des combattants” (lié au Lehi) jusqu'à la disparition de celui-ci. Après avoir dirigé plusieurs entreprises commerciales (une chaîne de cinémas, une entreprise de construction dans le Néguev), il rejoignit le Mossad[62] au milieu des années 1950 et y exerça des fonctions hautes placées durant la décennie suivante, jusqu'en 1965. Puis il retourna aux activités commerciales privées. Vers la fin des années 1960 il dirigeait une petite usine de caoutchouc.

En 1970 il entra au parti Herut dirigé par Menahem Begin. Il fut élu au parlement en 1973. Il fut membre du Comité aux Affaires étrangères et à la défense. En 1975 il devint secrétaire du Likud. Après sa réélection en 1977, il devint Secrétaire du Parlement, poste qu'il occupait jusqu'en 1980. Après la démission de Moshe Dayan il prit en 1980 le poste de ministre des Affaires étrangères et continua dans cette fonction après les élections de 1981. En octobre 1983, il succéda à M. Begin en tant que premier ministre. Après les élections de 1984, il devint vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement d'union nationale. En 1986, il devint de nouveau premier ministre en remplaçant Shimon Peres selon le système de rotation prévu. Après les élections de 1988 il constitua un autre gouvernement d'unité nationale, cette fois sans principe de rotation. Ce gouvernement tomba en 1990 mais Y. Shamir réussit à former un nouveau gouvernement de coalition. Après sa défaite électorale en 1992, il démissionna de la direction du parti et se retira du parlement en 1996.

Voici à titre d'illustration un extrait d'un discours prononcé le 5 octobre 1981 par Y. Shamir en tant que ministre des Affaires étrangères[63]:

L'opinion publique en Occident se trouve exposée à des clameurs bruyantes en soutien à la cause palestinienne. […] La propagande arabe appelle à la constitution d'un foyer national, comme ils disent, pour les Palestiniens sans patrie. […] Il est important de comprendre l'aspect que “la Palestine, c'est la Jordanie” et que le conflit n'est pas, et n'a jamais été, entre Israël et un peuple sans Etat. Une fois que cela est compris, la dimension émotionnelle qui évoque des problèmes de conscience dans certains esprits, se trouvera éliminée. Si les choses sont envisagées sous cette lumière, vous avez d'un côté un Etat arabe palestino-jordanien, et Israël de l'autre, et alors le problème est réduit à un conflit territorial entre deux Etats. Le conflit aura alors été réduit à ses proportions réelles et maîtrisables.

Cf. Guerre israélo-arabe (Deir Yassine).

Sharett (Shertok), Moshe (1894‑1965)

Moshe Sharett naquit en 1894 en Ukraine. Sa famille émigra en Palestine en 1908. Il était d'abord membre du Ahdut Haavoda, puis du Mapai. Il était actif au sein de la direction de la Histadrout. En 1933 il devint directeur du département politique de l'Agence juive, poste qu'il occupait jusqu'en 1948. C'est lui qui obtint la formation, en 1944, de la Brigade juive au sein de l'armée britannique, pendant la Deuxième Guerre mondiale. En 1947, il agit comme représentant devant l'Assemblée générale de l'ONU. En 1948, il devint ministre des Affaires étrangères. En 1954, il succéda à David Ben Gourion comme premier ministre, jusqu'au retour de celui-ci l'année suivante. Il resta ministre des Affaires étrangères jusqu'en 1956. En 1960 il fut désigné comme président de l'Organisation sioniste mondiale et de l'Agence juive.

Tabenkin, Yitzhak (1887-1971)

Yitzhak Tabenkin naquit en Biélorussie en 1887. Il participa à la fondation du Poalei Tziyon en Pologne, puis immigra en Palestine en 1911. Il y rejoignit l'organisation “d'autodéfense” Hashomer[64]. En 1921, il participa à la fondation du Kibbutz Ein Harod (dans le cadre du Gdud Haavoda), qui ultérieurement devint le centre du Hakibbutz Hameuhad (Mouvement unifié de Kibbutz). Il fut aussi l'un des fondateurs du Ahdut Haavoda, puis membre du Mapai. Après la Deuxième Guerre mondiale, il fut l'un des principaux protagonistes du processus qui conduisit à la séparation de la Siah Beth du Mapai, débouchant sur la reconstitution du Ahdut Haavoda, suivie de la formation du Mapam, dont le Ahdut Haavoda se sépara ensuite de nouveau pour rejoindre finalement le Parti travailliste. Après la constitution de l'Etat d'Israël, il fut élu député au parlement. Il était opposé au plan de partition de 1937. Par la suite il militait en faveur du Grand Israël (“Eretz Israël Hashlema”), notamment après la Guerre de 1967.

Weizmann, Chaim (1874-1952)

Chaim Weizmann naquit en Russie en 1874. En 1905 il s'établit en Grande-Bretagne et fut élu au Conseil sioniste général, organe de l'Organisation sioniste. Pendant la Première Guerre mondiale il développa un contact étroit avec les Britanniques et joua un rôle clé en ce qui concerne la formulation de la Déclaration Balfour. En 1918 il fut nommé à la tête de la Commission sioniste envoyée en Palestine par le gouvernement britannique pour élaborer des consignes au sujet du développement futur du pays. Peu après, il dirigea la délégation sioniste à la Conférence de paix de Versailles, et en 1920 il devint président de l'Organisation sioniste, poste qu'il occupait jusqu'en 1946, avec une interruption entre 1931 et 1935. Il assuma également la direction de l'Agence juive lors de sa création en 1929. Lors de l'établissement de l'Etat d'Israël, il en devint président.

Ch. Weizmann fut de ceux qui n'excluaient nullement l'idée d'un transfert des populations arabes. Il en fit part entre autres à l'ambassadeur soviétique à Londres, Ivan Maïski, lors d'une réunion secrète tenue en février 1941, en proposant le transfert d'un million de Palestiniens vers l'Irak afin d'établir des Juifs polonais à leur place[65].


Notes

 

 

 

 



[1]. Abraham Brumberg, "Anniversaries in Conflict: On the Centenary of the Jewish Socialist Labor Bund", Jewish Social Studies, 5.3 (1999), p. 196‑217.

http://muse.jhu.edu/demo/jewish_social_studies/v005/5.3brumberg.html. Traduit de l'Anglais par nous.

[2]. Cf. à ce sujet: M. Rafes, "Le Mouvement communiste israélite", L'Internationale communiste, 9, 1920. Document reproduit in: Bulletin international, 55‑58, juillet-octobre 1982, Paris, Librairie internationale.

[3]. http://www.us-israel.org/jsource/Zionism/First_Cong_&_Basel_Program.html. Traduit de l'Anglais par nous.

[4]. http://domino.un.org/UNISPAl.NSF/d80185e9f0c69a7b85256cbf005afeac/f86e0b8fc540dedd85256ced0070c2a5!OpenDocument.

Traduit de l'Anglais par nous.

[5]. http://www.us-israel.org/jsource/Zionism/zionnow.html. Traduit de l'Anglais par nous.

[6]. Lenni Brenner, The Iron Wall ‑ Zionist Revisionism from Jabotinsky to Shamir, London, Zed Books, 1984.

http://www.marxists.de/middleast/ironwall/15-shamir.htm#mad.

[7]Le Monde, 7‑8/4/2002. http://www.shalomarchav.be/article.php3?id_article=76.

[8]. David Ben Gourion, Report to the World Council of Poalei Tziyon, Tel-Aviv, 1938.

Cité par Israel Shahak in: Journal of Palestine Studies, printemps 1981.

http://www.marxists.de/middleast/schoenman/ch04.htm. Traduit de l'Anglais par nous.

[9]Washington Report on Middle East Affairs, mars 1998.

http://www.washington-report.org/backissues/0398/9803029.html. Traduit de l'Anglais par nous.

[10]. A ne pas confondre avec le mouvement Ihud établi en 1926 par le Parti communiste palestinien dans le but de promouvoir l'unité des travailleurs juifs et arabes.

[11]Avukah Student Action (journal d'Avukah, organisation d'étudiants sionistes), octobre 1942, New York.

[12]. http://www.hebroots.org/hebrootsarchive/9805/980513_b.html. Traduit de l'Anglais par nous.

[13]Washington Report on Middle East Affairs, septembre 1999.

http://www.washington-report.org/backissues/0999/9909042.html. Traduit de l'Anglais par nous.

[14]Washington Report on Middle East Affairs, op. cit. Traduit de l'Anglais par nous.

[15]. Ilan Pappé, La guerre de 1948 en Palestine, Paris, La Fabrique, 2000, p. 166‑167.

[16]. Israël Eldad, "Sur l'Esprit qui a été révélé au sein du Peuple", Deot, hiver 1968. Cité in: Uri Davis and Norton Mezvinsky (eds.), Documents from Israel 1967‑1973: Readings for a Critique of Zionism, Reading, MA., Ithaca Press, 1975, p. 186‑187.

http://www.radioislam.org/historia/zionism/zionrac07.html. Traduit de l'Anglais par nous.

[17]. Menachem Begin, The Revolt: Story of the Irgun, New York, Schuman, 1951, p. 163.

Cf. http://domino.un.org/UNISPAL.NSF/eed216406b50bf6485256ce10072f637/ed4c9480931667c78525611c00567ce0!OpenDocument.

Traduit de l'Anglais par nous.

[18]. Suite à l'éclatement de la Première Guerre mondiale, les Britanniques, représentés par Henry MacMahon, négocièrent à travers un échange de lettres une alliance avec Husayn, en lui demandant d'œuvrer en faveur d'une révolte arabe coïncidant avec l'offensive militaire prévue dans la région pour l'été 1916 et en lui promettant en retour la création d'un royaume arabe, dont les contours n'étaient cependant pas clairement définis. Or par ailleurs, en 1916, fut conclu l'accord Sykes-Picot entre la Grande Bretagne, la France et la Russie afin de partager l'Empire ottoman, après sa défaite, en sphères d'influence. La Grande Bretagne dominerait la Mésopotamie ainsi que la Palestine à l'est de la rivière Jourdain; la France, la Syrie et le Liban; la Russie, le détroit turc et le Kurdistan. La Palestine à l'ouest de la rivière Jourdain serait administrée conjointement. Bien que cet accord n'excluait pas l'existence d'Etats arabes indépendants, il les destinait cependant à une situation d'asservissement.

[19]. Mufti: Docteur de la loi musulmane, jugeant les questions de dogme et de discipline.

[20]. Cf. al-Hashimi.

[21]. Cf. Jordanie.

[22]. Hans Adolf Jacobsen, Der Weg zur Teilung der Welt ‑ Politik und Strategie 1935-1945, Koblenz/Bonn, Wehr und Wissen, 1977, p. 129.

Cf. http://www.ns-archiv.de/verfolgung/antisemitismus/mufti/in_berlin.shtml.

Egalement in: Gerald Fleming, Hitler and the Final solution, Berkeley, University of California Press, 1984, p. 101‑104. Traduction française: Paris, Julliard, 1988, p. 138.

Cf. http://notendur.centrum.is/~snorrigb/mufti6.htm.

[23]. Cf. à ce sujet: J. B., "Le Mouvement national arabe", Correspondance internationale, 29, juin 1924. Document reproduit in: Bulletin international, op. cit.

[24]. Parmi les dirigeants du Parti de la défense nationale se trouvait Hassan Sidqi al-Dajani. En 1918 Hassan al-Dajani établit le “al-Muqtataf al-Durus” (Sélection de Leçons) renommé “al-Muntada al-Adabi” (Rassemblement littéraire) par la suite, qui était financé par les Français et qui appelait à l'unification de la Palestine avec la Syrie et qui comptait parmi ses membres Jamal al-Husayni. En 1922‑1923 les sionistes fondèrent secrètement une “Société nationale musulmane” dont l'un des dirigeants était Shuqri al-Dajani (de la même famille que Hassan), l'objectif étant de contrer le Comité exécutif arabe. En 1923, Hassan al-Dajani se trouvait parmi les initiateurs du Parti nationaliste arabe palestinien qui également cherchait secrètement à obtenir des fonds sionistes. Il fut l'un des fondateurs du Parti libéral (al-Hizb al-Ahrar), en 1930, puis secrétaire du Parti de la Défense nationale. En 1931, Hassan al-Dajani (qui était alors à la tête de l'Association des propriétaires et conducteurs arabes de voitures) menait des négociations secrètes avec des représentants du département politique de l'Agence juive, en vue du financement d'un “Parti ouvrier arabe palestinien“. Ses interlocuteurs, notamment Moshe Shertok (Sharett), se montrèrent intéressés et des représentants de la Histadrout allèrent jusqu'à rédiger une charte pour l'organisation envisagée. Les démarches ne se concrétisèrent cependant pas.

A ce sujet, cf. Ann Mosely Lesch, Arab Politics in Palestine, 1917-1939: The Frustration of a Nationalist Movement, N.Y., Ithaca, 1979, p. 93‑97, et Yehoshua Porath, The Emergence of the Palestinian-Arab National Movement, 19181929, London, Frank Cass, 1974, p. 215‑216 et 224.

Cités in: Zachary Lockman, Comrades and enemies ‑ Arab and Jewish Workers in Palestine, 1906‑1948, Berkeley, CA, University of California Press, 1996.

http://content.cdlib.org/xtf/view?docId=ft6b69p0hf&chunk.id=d0e5253&toc.id=ch5&anchor.id=bn5.28.

Hassan al-Dajani était également membre du Conseil municipal de Jérusalem. Il fut assassiné en novembre 1938. Par ailleurs Aref al-Dawoodi al-Dajani fut maire de Jérusalem de 1909 à 1918 et membre du Comité exécutif arabe (créé en 1920 sous la direction de Musa Kazim al-Husayni) jusqu'en 1922.

[25]. En Palestine, le parti Istiqlal (“Indépendance”) fut formé en 1932, avec Awni Abd al-Hadi [Amin Abdul Hadi] comme président. Abd al-Hadi naquit à Naplouse. Pendant ses études universitaires à Paris, il participa à la création, en 1911, du al-Jamiyyah al-Arabiyya al-Fatah (Jeune Société arabe), connu comme al-Fatah (auquel se joignit notamment en 1916 le futur roi Faysal de Syrie (cf. al-Hashimi), et auquel participait Said al-Husayni. Abd al-Hadi fut parmi les organisateurs du premier Congrès nationaliste arabe, tenu à Paris en 1913. Il agissait comme secrétaire personnel du roi Faysal I lors du Congrès de Versailles en 1919, puis comme conseiller d'Abd Allah de Transjordanie (cf. al-Hashimi). C'est en 1919 que fut fondé l'al-Hizb al-Istiqlal al-Arabi (Parti de l'indépendance arabe), basé à Damas, qui prit la relève de l'al-Fatah, et qui trouva ensuite un prolongement dans le parti du même nom établi en Palestine. Abd al-Hadi retourna en Palestine en 1924. Au cours des années 1920‑1930 il participa à la direction du Comité exécutif arabe. En 1932, il créa le parti Istiqlal. En 1936 il devint secrétaire général du Haut Comité arabe nouvellement formé. Il était exilé de 1937 à 1941. Il fut ministre des Affaires sociales au sein du Gouvernement panpalestinien constitué en 1948. Ensuite il exerçait des fonctions ministérielles en Jordanie.

[26]. Cf. al-Hashimi.

[27]. I. Pappé, op. cit., p. 159‑165.

[28]. http://www.mideastweb.org/arableague.htm. Traduit de l'Anglais par nous.

[29]. Cf. à ce sujet: Abouziam, "Le Fascisme en Palestine", Correspondance internationale, 29, avril 1924. Document reproduit in: Bulletin international, op. cit.

[30]. A ne pas confondre avec le Hashomer Hatzair.

[31]. A ne pas confondre avec Eliyahu Giladi.

[32]. Cf. Gdud Haavoda.

[33]. Zachary Lockman, Comrades and enemies ‑ Arab and Jewish Workers in Palestine, 1906‑1948, Berkeley, CA, University of California Press, 1996.

http://content.cdlib.org/xtf/view?docId=ft6b69p0hf&chunk.id=s1.2.17&toc.id=ch2.

[34]. Cf. Yitzhak Tabenkin.

[35]. Cf. Haganah, Gdud Haavoda.

[36]. Cf. Poalei Tziyon.

[37]. Z. Lockman, op. cit., chapitre 5, note 9.

http://content.cdlib.org/xtf/view?docId=ft6b69p0hf&chunk.id=d0e5253&toc.id=ch5&anchor.id=bn5.9.

[38]. Nur Masalha, "“A Miraculous Clearing of the Land”?: The Zionist Concept of “Transfer” and the 1948 Exodus".

http://www.radioislam.org/historia/zionism/masalha.html.

[39]. Cf. Haganah.

[40]. "[...] establishing a General Commune of Jewish Workers in Palestine". Mitchell Cohen, Zion and State: Nation, Class and the Shaping of Modern Israel, New York, Columbia University Press, 1992.

http://www.wpunj.edu/newpol/issue35/schulman35.htm.

[41]. Cf. Haganah.

[42]. Nathan Weinstock, Zionism: False Messiah, London, 1979 (publié initialement en Français comme première partie de: Sionisme contre Israël: Genèse d’Israël, Paris, François Maspero, 1969), chapitres 8 et 10.

[43]. Rabbi Dr. Chaim Simons, A Historical Survey of Proposals to Transfer Arabs from Palestine, 1895‑1947, Kiryat Arba, Israel, 1998.

http://www.geocities.com/CapitolHill/Senate/7854/index.html. Traduit de l'Anglais par nous.

NB (mars 2007): Voici la citation telle qu'elle figurait dans une page du site visitée en août 2002 (elle ne s'y trouve plus actuellement): "[...] a number of labour leaders have now spoken from the podium of this Congress in their agreement to the transfer plan, which is anti-Socialist, and dangerous from the standpoint of Diaspora Jewry. If Ben-Gurion and Rubashov can say this - what can we expect from the Progressive Zionists?"

[44]. Cf. Haganah.

[45]. Nathan Yellin-Mor, "Memories of Yair and Etzel", Jewish Spectator, été 1980, p. 32. Cité in: Lenni Brenner, loc. cit.

http://www.marxists.de/middleast/ironwall/15-shamir.htm#mad.

[46]. Lenni Brenner, loc. cit. http://www.marxists.de/middleast/ironwall/15-shamir.htm#mad.

[47]. Amos Nevo, "Shamir Reaches the Post of Prime Minister without Pushing", Yediot Ahronot, 7 septembre 1983.

Cité in: Lenni Brenner, loc. cit. http://www.marxists.de/middleast/ironwall/15-shamir.htm#ter.

[48]. Cf. Brit Shalom.

[49]. Hurewitz, J. C., The Struggle for Palestine, New York, 1950, pp.160‑161.

Cite in: Nathan Weinstock, op. cit., chapitre 10.

[50]. Z. Lockman, op. cit. http://content.cdlib.org/xtf/view?docId=ft6b69p0hf&chunk.id=s1.7.64&toc.id=ch7.

[51]. Z. Lockman, op. cit. http://content.cdlib.org/xtf/view?docId=ft6b69p0hf&chunk.id=s1.1.11&toc.id=ch1.

[52]. Cf. Poalei Tziyon.

[53]. Cf. Brit Shalom.

[54]. Z. Lockman, op. cit. http://content.cdlib.org/xtf/view?docId=ft6b69p0hf&chunk.id=s1.5.41&toc.id=ch5.

[55]. Cf. Haganah.

[56]. Cf. Haganah.

[57]. Cf. Haganah.

[58]. Cf. Haganah.

[59]. Cf. Haganah.

[60]Haaretz et Davar, 28 décembre 1960. Cité in: Michael M. Laskier, "Israel and Algeria amid French Colonialism and the Arab-Israeli Conflict, 1954-1978", Israel Studies, Volume 6, Numéro 2, été 2001.

Cf. http://iupjournals.org/israel/iss6-2.html. Traduit de l'Anglais par nous.

[61]. Cf. Haganah.

[62]. Hamossad Merkazi Lemodiin Uletafkidim Meyuhadim (Service central de renseignements et de missions spéciales), créé en 1951. Mossad signifie “Institut”. Le Mossad opère à l'extérieur, tandis que le Shin Beth (acronyme pour Sherut Habitahon Haklali) est le Service de contre-espionnage et de sécurité interne.

[63]. Discours du ministre israélien aux Affaires étrangères, Times, 6 octobre 1981.

Cité in: Lenni Brenner, loc. cit. http://www.marxists.de/middleast/ironwall/15-shamir.htm#und.

[64]. Cf. Haganah.

[65]. http://www.geocities.com/CapitolHill/Senate/7854/transfer05.html.