Home

 

Themes

 

Points of view

 

Facts & Dates

 

Site map

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Accueil

 

Thèmes

 

Points de vue

 

Faits & Dates

 

Plan site

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Inicio

 

Temas

 

Puntos de vista

 

Hechos & Fechas

 

Mapa sitio

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Faits & Dates  >  Indonésie 1914‑1966  >  Glossaire - Personnes

 

 

 

Écrit: novembre 2007

Version imprimable
Index - Personnes
Indonésie 1914‑1966 - Sommaire

 

 

 

 

 

 

Hatta, Mohammad (1902–1980)

‑1931                             En 1921, Hatta part aux Pays-Bas pour étudier. Il rejoint l'Indische Vereeniging, qui en 1922 est renommé en Indonesische Vereeniging et ultérieurement en Perhimpunan Indonesia. Hatta en est trésorier (1922-1925), puis président (1926-1930).

                                      En 1926, Hatta dirige une délégation du Perhimpunan Indonesia au Congrès Démocratique International pour la Paix à Bierville en France.

                                      En février 1927, se tient à Bruxelles le Congrès mondial contre l'oppression coloniale et l'impérialisme, organisé par l'Internationale communiste. Hatta et d'autres membres de mouvements indonésiens assistent au congrès.

                                      En raison de ses activités politiques, Hatta est emprisonné par le gouvernement colonial néerlandais en 1927. Il est libéré en 1928.

1932‑1942                     Hatta rentre en Indonésie en 1932. La même année il participe à la constitution du Pendidikan Nasional Indonesia (nommé aussi PNI Baru).

                                      En 1934, Hatta est arrêté de nouveau et envoyé en exile à Boven Digul en 1935.

1943‑1945                     En mars 1943, le gouvernement d'occupation japonais approuve la formation du Pusat Tenaga Rakyat (Putera); Hatta en est l'un des quatre co-présidents. En novembre, il est décoré par l'empereur du Japon. Vers la fin de 1943, le Putera est dissous et en mars 1944 il est remplacé par le Djawa Hokokai (en Indonésien Kebaktian Jawa), sous la même direction. Plus tard en 1944, lui succède le Gerakan Rakyat Baru, dernier organisme sous patronage japonais.

                                      En mars 1945 les Japonais créent le Badan Penyelidik Usaha Persiapan Kemerdekaan Indonesia (BPUPKI), parmi les membres figure Hatta. Le BPUPKI est renommé en Panitia Persiapan Kemerdekaan Indonesia (PPKI) en août.

1945‑1956                     Le 17 août 1945, Sukarno et Hatta signent la déclaration d'indépendance d'Indonésie. Le 29 août, la constitution (UUD 1945) qui avait été élaborée par le PPKI et promulguée le 18 août, entre en vigueur. Sukarno est déclaré président, Hatta vice-président. Le PPKI est transformé en Komite Nasional Indonesia Pusat (KNIP), et assume le rôle d'organe de gouvernement provisoire, jusqu'à la tenue d'élections.

                                      En janvier, suite à la démission d'Amir Sjarifuddin comme premier ministre, Sukarno nomme Hatta à ce poste, pour former un gouvernement d'urgence responsable non devant le KNIP mais devant le président. Hatta assume en outre le poste de ministre de la défense.

                                      Lorsque les Pays-Bas déclenchent une intervention militaire en décembre 1948, Sukarno et Hatta sont appréhendés et envoyés en exil sur l'île de Bangka. En juillet 1949, ils reprennent leurs fonctions.

                                      En août 1949, Hatta dirige la délégation indonésienne à la Conférence de la table ronde. En décembre, la Republik Indonesia Serikat (RIS) est constituée, puis en août 1950, le Negara Kesatuan Republik Indonesia (NKRI), toujours avec Sukarno comme président et Hatta comme vice-président. Hatta assume le poste de vice-président jusqu'en 1956.

Malaka, Ibrahim (1896 ou 1897‑1949)

-                                     Il est couramment appelé Tan Malaka. Cependant, “Tan” n'est pas un prénom mais un titre de noblesse héréditaire.

1913‑1919                     En 1913 Malaka se rend aux Pays-Bas pour y étudier. Il rentre en Indonésie en 1919.

1920‑1923                     Malaka est actif dans l'Indische Sociaal-Democratische Vereeniging (ISDV) qui en 1920 se transforme en Perserikatan Komunis di Hindia (PKH). À partir de fin 1921, il remplace Semaun comme président du PKH pendant le séjour de celui-ci à Moscou. En février 1922 il est arrêté et exilé aux Pays-Bas. Il s'y présente comme candidat aux élections législatives, pour le Communistische Partij Holland (CPH), puis se rend à Berlin et ensuite à Moscou. Il prononce une intervention au 4e congrès de l'Internationale communiste en novembre 1922 et assiste aux sessions de novembre-décembre, du comité exécutif de l'Internationale communiste. En 1923 il voyage en Chine en tant que représentant de l'Internationale communiste.

1926‑1927                     En 1926 Malaka se rend à Bangkok pour rencontrer deux membres du PKI qui ont fui l'Indonésie, Subakat et Djamaluddin Tamin. En 1927 les trois constituent le Partai Republik Indonesia (Parti de la République d'Indonésie, Pari). La même année Malaka est arrêté de nouveau aux Philippines par la police coloniale US. Il est déporté vers la Chine, mais s'échappe. Subakat est arrêté en exile au Bangkok en 1929 et meurt en prison en 1930. Tamin est arrêté en 1932 à Singapour.

1942‑1945                     À l'époque de l'occupation japonaise de l'Indonésie, en 1942, Malaka y retourne.

1946‑1949                     En janvier 1946, Malaka participe à la création d'un front d'organisations, le Persatuan Perjuangan (Coalition de lutte). À cette époque, il n'est pas associé à un parti en particulier. Mais au sein du Persatuan Perjuangan il défend un programme politique qui est publié par ailleurs dans un journal indonésien en février, puis repris en mars dans l'organe de la section néerlandaise de la 4e Internationale, trotskiste. Le Persatuan Perjuangan consiste en fait seulement de quelques groupes socialistes et petites-bourgeoises radicales, tous sous la direction de Malaka. En mars, le gouvernement de Sukarno arrête la plupart des dirigeants du Persatuan Perjuangan, y compris Malaka.

                                      En juin 1948 les partisans du Persatuan Perjuangan fondent le Gerakan Revolusioner Rakyat (Mouvement révolutionnaire du peuple, GRR). Les principaux composants du GRR sont le Partai Rakyat (Parti du peuple) et le Partai Buruh Merdeka (Parti ouvrier pour l'indépendance). Parmi les fondateurs du Partai Rakyat figure Adam Malik. Le Partai Buruh Merdeka est une version transformée de l'ancien Partai Buruh Indonesia (Parti ouvrier d'Indonésie); il est dirigé par Muwardi de la milice Barisan Banteng (Troupe Buffle sauvage). Le GRR inclut en outre: le Partai Rakyat Jelata (Parti prolétarien du peuple), l'Angkatan Komunis Muda (Troupe de jeunes communistes), le Partai Wanita Rakyat (Parti des femmes du peuple), le Persatuan Invaliden Indonesia (Union des Invalides d'Indonésie), et le Laskar Rakyat Jakarta Raya (Milice du peuple du Grand Jakarta).

                                      Malaka est libéré en septembre 1948. En octobre, il lance la formation du Partai Murba dans lequel se rassemblent la plupart des anciens participants du Persatuan Perjuangan. Le GRR est absorbé par le Partai Murba. Celui-ci sera interdit en septembre 1965.

                                      En même temps, le Gabungan Serikat Buruh Revolusioner Indonesia (Fédération unifiée des ouvriers révolutionnaires d'Indonésie, Gasbri), affilié au Partai Murba, est créé.

                                      En décembre 1948, suite à l'intervention militaire néerlandaise, Malaka s'enfuit. Il est capturé par des forces indonésiennes, et tué en février 1949.

Malik, Adam (1917‑1984)

1934‑1941                     À partir de 1934, Malik participe à la direction régionale du Partai Indonesia (Partindo) au Sumatra. En 1940‑1941 il participe à la direction du Gerakan Rakyat Indonesia (Gerindo).

1945                              Malik occupe un poste de président adjoint dans le Komite Nasional Indonesia Pusat (KNIP) créé en octobre 1945.

1946‑1948                     Malik est membre du Persatuan Perjuangan fondé en 1946. Il participe à la fondation du Partai Rakyat en 1946. Il est un des principaux dirigeants du Partai Murba créé en 1948.

1959‑1964                     De 1959 à 1963, Malik occupe le poste d'ambassadeur de l'Indonésie en URSS et en Pologne. De novembre 1963 à août 1964, il occupe le poste de ministre du commerce.

1964                              En septembre 1964 est formé le Badan Pendukung Sukarnoisme (BPS) avec à sa tête Malik. Son objectif est de contrer l'influence du PKI en invoquant les principes du Pancasila de Sukarno. En décembre, Sukarno bannit le BPS en affirmant qu'il s'agit d'un complot de la CIA.

1966‑1983                     À partir de mars 1966, Malik occupe différents postes gouvernementaux: de mars à juillet 1966, vice-premier ministre pour les affaires sociales et politiques; de mars 1966 à 1978, ministre des affaires étrangères; de 1978 à 1983, vice-président.

                                      À la 26e session de l'assemblée générale de l'ONU, en 1971, Malik est élu président de la session.

Nasution, Abdul Haris (1918‑2000)

1942‑1952                     En 1942, Nasution entre à une académie militaire administrée par le gouvernement colonial néerlandais. Après la déclaration de l'indépendance de l'Indonésie en 1945 il rejoint l'armée indonésienne. En 1948 il en est nommé commandant adjoint, avec Sudirman comme commandant suprême des forces armées. En 1950, avec la transformation de l'armée en APRI, Nasution assume le poste de chef d'état-major de l'armée de terre (Kepala Staf TNI Angkatan Darat, KSAD), sous les ordres de Tahi Bonar Simatupang qui remplace Sudirman. En 1952, Nasution et Simatupang sont destitués de leur poste et congédiés.

1954                              En 1954, Nasution constitue l' Ikatan Pendukung Kemerdekaan Indonesia (Ligue des partisans de l'indépendance d'Indonésie, IPKI), dont les membres sont recrutés parmi les militaires actifs et les anciens combattants retournés à la vie civile, ainsi que leurs familles et leur entourage. L'IPKI affirme se placer en dehors du terrain des partis politiques et adopte les principes du Pancasila comme base de ce qu'il conçoit comme une position neutre, voire située au-dessus des autres forces.

1955                              En 1955, Nasution est réintégré dans son poste de chef d'état-major de l'armée de terre.

1957                              En mars 1957, Sukarno déclare l'état d'urgence. Cette mesure augmente l'influence et le pouvoir de l'armée. Dans ce cadre, les commandants régionaux sont en mesure d'interférer dans les affaires civiles telles que l'économie et l'administration. Avec l'appui de Sukarno, l'armée commence également à participer à la politique, occupant des positions de ministres, de gouverneurs de province, de membres du DPR. En décembre, Nasution ordonne à des officiers de reprendre le contrôle des entreprises néerlandaises récemment nationalisées.

1958                              Nasution est nommé ministre de la sécurité et de la défense.

1959                              Le Pemuda Pancasila (Jeunesses Pancasila), branche des jeunesses de l'IPKI, est créé. Après la chute de Sukarno, le Pemuda Pancasila deviendra l'instrument du régime de Suharto; même après le renversement de Suharto, l'organisation gardera des liens étroits avec diverses factions de l'armée et de la police.

1962                              En 1962 l'armée est transformée en ABRI, avec une structure modifiée. Les commandants des différentes branches de l'ABRI acquièrent des pouvoirs accrus et sont responsables directement devant Sukarno. Celui-ci, dans sa fonction de commandant suprême des armées est assisté par un chef d'état-major de l'ABRI, avec des attributions uniquement administratives. Nasution est nommé à ce dernier poste; Ahmad Yani est nommé commandant de l'armée de terre.

Mai 1963                       L'état d'urgence dans le pays est levé.

Décembre 1965             L'armée accroît considérablement son pouvoir vis-à-vis de la présidence. Nasution, le sultan Hamengkubuwona IX, et Ruslan Abdulgani sont désignés pour diriger le Komando Operasi Tertinggi (Koti, créé en 1963) auquel sont conférés des pouvoirs étendus.

1966                              En février, Nasution est destitué de son poste de ministre de la défense et de la sécurité. La fonction de chef d'état-major de l'ABRI, qu'il occupe par ailleurs, est abolie. En juin, il est désigné comme président du Majlis Permusyawaratan Rakyat (MPR).

1971-1972                     En 1971, Nasution est subrepticement congédié du service dans l'armée. En 1972, il n'est pas renouvelé dans sa fonction de président du MPR.

1973                              En 1973, Suharto procède à un certain nombre de réformes du système électoral. Seul trois partis sont autorisés à participer aux élections: outre le Partai Golkar, tous les partis existantes doivent fusionner dans l'une ou l'autre de deux nouveaux partis: le Persatuan Pembangunan (PPP) et le Partai Demokrasi Indonesia (PDI). L'IPKI (cf. ci-dessus) s'intègre dans le PDI.

1980                              Nasution figure parmi les signataires de la Petisi Lima Puluh (Pétition des cinquante).

Sjahrir (1909‑1966)

-                                     Il est couramment appelé Sutan Sjahrir. Cependant, “Sutan” n'est pas un prénom mais un titre de noblesse héréditaire.

1929‑1932                     Vers 1929, Sjahrir se rend aux Pays-Bas pour y étudier. Il participe au Perhimpunan Indonesia, dont il devient secrétaire et vice-président. Il en est expulsé en 1931. En 1932, il retourne en Indonésie. La même année, il participe à la constitution du Pendidikan Nasional Indonesia (nommé aussi PNI Baru).

1934                              Sjahrir est arrêté par le gouvernement colonial néerlandais; il est envoyé en exile à Boven Digul.

1945                              En octobre, avec la création du Komite Nasional Indonesia Pusat (KNIP), Sjahrir assume le poste de président du Badan Pekerja (Comité de travail) associé à cet organisme.

                                      En novembre, Sjahrir est nommé premier ministre, poste non prévu par la constitution. Il forme un premier gouvernement, dans lequel il détient également les portefeuilles des affaires étrangères et de l'intérieur. Il formera deux autres gouvernements comme premier ministre et également ministre des affaires intérieures, avant de quitter le poste de premier ministre en juin 1947.

1945‑1960                     En décembre 1945, Sjahrir fonde avec Amir Sjarifuddin le Partai Sosialis (PS). En 1948 l'aile droite du PS, menée par Sjahrir, prend le nom de Partai Sosialis Indonesia (PSI). Sukarno interdit le PSI en 1960. Sjahrir est emprisonné, puis exilé à l'étranger.

Sneevliet, Hendricus (1883‑1942)

-                                     Il est connu comme Henk Sneevliet, ainsi que sous le pseudonyme de Maring.

1902-1921                     Sneevliet est né aux Pays-Bas. En 1902, il rejoint le Sociaal-Democratische Partij (Parti social-démocrate, SDP) néerlandais. En 1913, il s'installe au Java. En 1914, il participe à la création du Indische Sociaal-Democratische Vereeniging (ISDV). En 1918, il est expulsé par le gouvernement colonial néerlandais. En juillet-août 1920, il assiste au 2e congrès de l'Internationale communiste. En 1921, il se rend en Chine comme représentant de l'IC.

1924‑1942                     En 1924, Sneevliet retourne aux Pays-Bas. Il est d'abord membre du Communistische Partij Holland (Parti communiste de Hollande, CPH), puis s'en sépare en 1927 pour créer le Revolutionair Socialistisch Verbond (Union socialiste révolutionnaire, RSV). En 1929 des anciens membres du RSV ainsi que du Socialistische Partij (Parti socialiste, SP) constituent le Revolutionair Socialistische Partij (Parti socialiste révolutionnaire, RSP). En 1934, le RSP se rapproche de la Ligue communiste internationale, dirigée par Léon Trotsky. En 1935, le RSP et le Onafhankelijke Socialistische Partij (Parti socialiste indépendant, OSP) fusionnent pour former le Revolutionair Socialistische Arbeiderspartij (Parti ouvrier socialiste révolutionnaire, RSAP). En 1937‑1938 le RSAP se sépare du mouvement trotskiste et rejoint le Bureau international pour l'unité socialiste révolutionnaire, constitué notamment par l'Independent Labour Party (Parti ouvrier indépendant, ILP) britannique et le Partido Obrero de Unificación Marxista (Parti ouvrier d'unification marxiste, POUM) espagnol.

                                      Avec l'occupation allemande en 1940, le RSAP se transforme en organisation clandestine, Marx-Lenin-Luxemburg-Front (MLL‑Front). En 1942, Sneevliet est arrêté par les national-socialistes, et exécuté.

Subandrio (1914‑2004)

1942‑1956                     Durant l'occupation japonaise de 1942‑1945, Subandrio participe aux forces de résistance. En 1947 il devient représentant de l'Indonésie à Londres, puis ambassadeur en Grande-Bretagne de 1950 à 1954, ensuite ambassadeur en URSS de 1954 à 1956.

1957‑1966                     À partir d'avril 1957, Subandrio est ministre des affaires étrangères, étant aussi, à partir de mars 1962, chargé des relations économiques étrangères. Il occupe ce poste jusqu'en mars 1966. À partir de février 1960, et jusqu'en mars 1966, il est en outre premier ministre adjoint. Il est d'abord membre du Partai Nasional Indonesia (PNI) mais quitte le parti en 1959.

                                      Depuis la création du Badan Pusat Intelijen (BPI) en 1959, jusqu'à sa dissolution en 1966, Subandrio en assume la direction.

1966                              En 1966, Subandrio est condamné à mort sous l'accusation d'avoir été impliqué dans les “événements du 30 septembre”. La peine est ultérieurement muée en emprisonnement à vie. Il est libéré en 1995 pour des raisons de santé.

Suharto (1921‑)

1940‑1945                     En 1940, Suharto rejoint le Koninklijk Nederlands Indisch Leger (Armée royal des Indes néerlandais, KNIL), et entre à une académie militaire administrée par le gouvernement colonial néerlandais. Suite à l'occupation japonaise en 1942, il rejoint les forces armées patronnées par l'administration japonaise, d'abord une unité de police, puis le Sukarela Tentara Pembela Tanah Air (Peta).

1945‑1965                     Après la déclaration de l'indépendance de l'Indonésie en 1945 Suharto sert dans l'armée indonésienne. En 1961, il est nommé commandant du Cadangan Umum Angkatan Darat (Caduad, ultérieurement renommé en Kostrad) nouvellement formé.

1965                              Au moment des “événements du 30 septembre”, Suharto et ses unités du Kostrad sont proche de Jakarta, c'est pourquoi il est chargé de l'intervention. Par la suite, Abdul Haris Nasution, ministre de la défense et chef d'état-major des armées, obtient la nomination de Suharto comme chef d'état-major de l'armée de terre.

1966‑1998                     En mars 1966, Sukarno édicte le Surat Perintah Sebelas Maret (Supersemar), par lequel il déclare l'état d'urgence au niveau national et confère à Suharto les pleins pouvoirs pour restaurer l'ordre et la sécurité dans le pays. Sur cette base, Suharto établit ce qu'il appelle le Orde Baru (Ordre nouveau).

                                      De mars à juillet 1966, Suharto occupe le poste de vice-premier ministre en charge de la sécurité et de la défense par intérim, ainsi que celui de ministre des affaires étrangères. De juillet 1966 à juin 1968, il est président du gouvernement ainsi que ministre de la défense et de la sécurité; de juillet 1966 à octobre 1967 il dirige en outre le ministère des affaires de l'armée.

                                      En 1967, une session spéciale du Majlis Permusyawaratan Rakyat Sementara (MPRS) est convoquée. Elle décide de destituer Sukarno de ses fonctions présidentielles et nomme Suharto comme président intérimaire, en attendant l'élection d'un nouveau président par un MPR issu d'élections. En 1968 Suharto est élu président. Pendant son premier mandat, il continue également comme ministre de la défense et de la sécurité. Il sera réélu pour cinq autres mandats consécutifs.

                                      En vertu des “Lignes directrices de politique d'état” de 1983 et sur la base d'une décision de 1985, Pancasila acquiert légalement le statut du seul et unique principe idéologique sur lequel les organisations politiques doivent baser leurs activités.

                                      En 1998 ‑ comme à toutes les élections précédentes depuis 1968 ‑, en absence d'autre candidat, Suharto est réélu aux élections présidentielles. Des actions de protestation conduisent à des affrontements violents. Finalement Suharto démissionne et est remplacé par son adjoint, Jusuf Habibie.

Sukarno (1901‑1970)

1927‑1942                     En 1927, Sukarno participe à la fondation du Partai Nasional Indonesia (PNI) comme l'un de ses principaux dirigeants. En 1929, il est arrêté par le gouvernement colonial néerlandais, puis libéré en 1931. Il est de nouveau arrêté en 1933 puis exilé dans le sud de Sumatra.

1943‑1945                     En mars 1943, le gouvernement d'occupation japonais approuve la formation du Pusat Tenaga Rakyat (Putera); Sukarno en est l'un des quatre co-présidents. En novembre, il est décoré par l'empereur du Japon. Vers la fin de 1943, le Putera est dissous et en mars 1944 il est remplacé par le Djawa Hokokai (en Indonésien Kebaktian Jawa), sous la même direction. Plus tard en 1944, au Djawa Hokokai succède le Gerakan Rakyat Baru, dernier organisme sous patronage japonais.

                                      En mars 1945 les Japonais créent le Badan Penyelidik Usaha Persiapan Kemerdekaan Indonesia (BPUPKI), parmi les membres figure Sukarno. Le BPUPKI est renommé en Panitia Persiapan Kemerdekaan Indonesia (PPKI) en août.

1945‑1956                     Le 17 août 1945, Sukarno et Hatta signent la déclaration d'indépendance d'Indonésie. Le 29 août, la constitution (UUD 1945) entre en vigueur. Sukarno est déclaré président, Hatta vice-président. Le PPKI est transformé en Komite Nasional Indonesia Pusat (KNIP), et assume le rôle d'organe de gouvernement provisoire, jusqu'à la tenue d'élections.

                                      En octobre 1945, le système administratif est changé dans le sens d'un système de gouvernement comme en Europe occidentale, dans lequel le président est mis en retrait dans une position formelle de chef de l'état, tandis que les responsabilités administratives effectives sont attribuées au gouvernement, avec un premier ministre à sa tête. Les ministres sont responsables devant le KNIP.

                                      En janvier 1948, suite à la démission d'Amir Sjarifuddin comme premier ministre, Sukarno nomme Hatta à ce poste, pour former un gouvernement d'urgence responsable non devant le KNIP mais devant le président.

                                      Lorsque les Pays-Bas déclenchent une intervention militaire en décembre 1948, Sukarno et Hatta sont appréhendés et envoyés en exil sur l'île de Bangka. En juillet 1949, ils reprennent leurs fonctions.

                                      En décembre 1949, la Republik Indonesia Serikat (RIS) est constituée, puis en août 1950, le Negara Kesatuan Republik Indonesia (NKRI), toujours avec Sukarno comme président et Hatta comme vice-président.

1955                              En 1955, Sukarno accueille en Indonésie la conférence de Bandung qui fait de lui l'un des leaders du “Tiers-monde”.

1957-1965                     En 1957, Sukarno déclare l'état d'urgence. En 1959, il rétablit un système présidentiel en remettant en vigueur la constitution de 1945. En 1960, il met en place des nouvelles institutions sous la forme d'un Majlis Permusyawaratan Rakyat Sementara (MPRS) et un Dewan Perwakilan Rakyat (DPR) composés de membres désignés. En 1963 l'état d'urgence est levé. La même année, Sukarno est déclaré président à vie par le MPRS.

1966-1967                     En 1966, Sukarno édicte le Surat Perintah Sebelas Maret (Supersemar), par lequel il déclare l'état d'urgence au niveau national et confère à Suharto les pleins pouvoirs pour restaurer l'ordre et la sécurité dans le pays.

                                      En 1967 une session spéciale du MPRS est convoquée. Elle décide de destituer Sukarno de ses fonctions présidentielles et nomme Suharto comme président intérimaire, en attendant l'élection d'un nouveau président par un MPR issu d'élections. Sukarno est assigné à domicile et le restera jusqu'à sa mort.